La grogne des enseignants au Maroc s’amplifie

Des enseignants marocains applaudissent lors d'une manifestation appelant à des contrats à durée indéterminée au sein du système éducatif national, devant le siège du parlement à Rabat, la capitale, le 25 avril 2019. Archive AFP
Des enseignants marocains applaudissent lors d'une manifestation appelant à des contrats à durée indéterminée au sein du système éducatif national, devant le siège du parlement à Rabat, la capitale, le 25 avril 2019. Archive AFP
Short Url
Publié le Lundi 05 avril 2021

La grogne des enseignants au Maroc s’amplifie

  • Le système de contractualisation adopté pour le recrutement régional des nouveaux enseignants est aujourd’hui fortement critiqué et a montré ses limites
  • Les enseignants contractuels ne toucheront que près de 600 euros de retraite, alors que leurs confrères de la fonction publique peuvent percevoir jusqu’à 1 400 euros par mois

CASABLANCA: Le combat des enseignants contractuels se poursuit au Maroc. Après la violente répression par les forces de l’ordre de marches organisées fin mars 2021 à Rabat, toutes les représentations syndicales du corps enseignant marocain sont montées au créneau.

Des grèves, des manifestations et des sit-in seront organisés les prochains jours dans toutes les régions du pays. L’objectif est de sensibiliser l’opinion publique à leurs revendications. Initié en 2016, par le chef du gouvernement islamiste de l’époque, Abdelilah Benkirane, ancien secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), le système de contractualisation est aujourd’hui vivement critiqué.

Désireux de calmer les tensions de la rue en 2016, en raison  de manifestations sans précédent de diplômés chômeurs à Rabat, Benkirane a proposé à ces derniers une intégration au corps enseignant marocain. En agissant ainsi, il a voulu faire d’une pierre deux coups. Cette décision permettait à la fois de calmer la colère des diplômés chômeurs, tout en contribuant à pallier l’énorme déficit en enseignants dans le pays, estimé à plus de 27 000 cette année.

À la suite de cette réforme, des dizaines de milliers de jeunes ont pu intégrer cette fonction. À l’époque, plusieurs observateurs ont critiqué une décision «improvisée et limitée», susceptible d’avoir des conséquences sur le long terme. Et pour cause, les contrats signés par les jeunes diplômés comprenaient des clauses jugées «abusives» par certains.

Insuffisances du système de contractualisation

Le premier hic concerne la forme du recrutement. Depuis 2016, les nouveaux enseignants sont recrutés par les académies régionales d’éducation et de formation, et non par le ministère de l’Éducation nationale, ce qui veut dire qu’ils n’intégreront pas la fonction publique et ne bénéficieront donc pas de ses multiples avantages, en particulier la retraite.

Les enseignants contractuels ne toucheront en effet que près de 600 euros de retraite, alors que leurs confrères de la fonction publique peuvent percevoir jusqu’à 1 400 euros par mois. Autre point de discorde: la mobilité. Les nouvelles recrues n’ont pas droit à la mobilité professionnelle au niveau national, et ils sont régis par un système avec des avantages sociaux et une couverture médicale moins généreux que dans la fonction publique.

Les enseignants contractuels mettent également en avant la précarité et l’insécurité de leur statut. «En étant recrutés au niveau régional, par les académies, ils peuvent à tout moment être remerciés sans respect de la procédure en vigueur, lorsque l’on est recruté au niveau central, ou par le ministère de tutelle. C’est d’ailleurs le licenciement abusif de quelques enseignants en 2017 qui avait provoqué un énorme tollé de la part des contractuels qui, depuis, militent pour leur intégration dans la fonction publique», explique à Arab News en français un syndicaliste.

La coordination nationale des enseignants contractuels, créée pour défendre les intérêts de cette catégorie d’enseignants, reconnait que ces derniers étaient au courant de toutes ces clauses «abusives». «Cela ne les empêche pas de défendre leurs intérêts, puisqu’au moment de leur recrutement, ils n’avaient pas le choix», poursuit notre interlocuteur.

Cette mobilisation qui dure depuis plus de trois ans, a été suivie par plusieurs autres mouvements d’enseignants marocains. Parmi eux, les enseignants titulaires de diplômes supérieurs, auxquels on a refusé, sous l’ère Benkirane, la promotion et le changement du cadre de rémunération. Un blocage qui a été très mal vécu. Il faut savoir que les enseignants ne touchent au début de carrière que près de 500 euros mensuels, et malgré leur montée dans les échelons, leurs rémunérations sont jugées «dérisoires». Sans parler des pensions de retraites, qui, également sous le mandat de Benkirane, ont subi des ponctions.

Le gouvernement fait la politique de l’autruche

Aujourd’hui, tout le corps enseignant marocain se sent lésé. Nouvelles recrues, enseignants disposant du statut de la fonction publique, retraités, tous ont subi des réductions de leurs avantages et acquis, sous le mandat des islamistes du PJD. Toutes les représentations syndicales des enseignants marocains sont aujourd’hui sur le qui-vive et promettent un programme militant bien chargé pour les semaines et mois à venir.

De son côté, le ministère de l’Éducation nationale refuse de poursuivre le dialogue social, déjà entamé il y a quelques mois, avec les syndicats. Le ministre Saïd Amzazi s’était engagé sur plusieurs points, répondant en grande partie aux revendications des enseignants. Or près d’un an plus tard, rien ne semble avoir bougé et c’est le statu quo au ministère et au sein du gouvernement. Ces derniers préfèrent temporiser, attendant les prochaines élections législatives de septembre 2021, laissant au prochain gouvernement la charge de traiter ce dossier.


Dans une ville du Kurdistan irakien, les femmes aux manettes malgré les obstacles

Au Kurdistan irakien, les femmes souffrent toujours de discriminations (Photo, AFP).
Au Kurdistan irakien, les femmes souffrent toujours de discriminations (Photo, AFP).
Short Url
  • Près d'une dizaine de femmes occupent des postes élevés dans l'administration locale de Halabja, ville d'environ 115 000 habitants
  • Une exception au Kurdistan? Ici, seuls 14% des femmes en âge de travailler sont sur le marché du travail

HALABJA: A Halabja, la directrice de la municipalité Kwestan Faraj se souvient du jour où être une femme lui a peut-être sauvé la vie. En Irak la parité demeure un rêve lointain, mais dans cette ville du Kurdistan les femmes gravissent les échelons du pouvoir local.

Maire, doyenne d'université, directrice du département vétérinaire, porte-parole du département de la Santé: près d'une dizaine de femmes occupent des postes élevés dans l'administration locale de Halabja, ville d'environ 115.000 habitants, dans le nord-est de l'Irak.

De quoi surprendre, quand on sait qu'au Kurdistan irakien seule une poignée d'hommes et leurs clans ont la haute main sur les affaires publiques. Et que les femmes souffrent toujours de discriminations et des valeurs conservatrices d'une société patriarcale les cantonnant à la sphère privée.

"Quand on est une femme, gravir les échelons se fait au prix de sacrifices", reconnaît Mme Faraj, 55 ans.

Adjointe au chef de la municipalité pendant 15 ans, Mme Faraj s'est lancée en politique alors qu'elle était encore étudiante, distribuant des tracts contre le régime de Saddam Hussein.

Elle se souvient d'un homme armé venu un jour pour des démarches administratives illégales. Il s'est mis en colère quand elle a refusé de signer.

"J'ai cru qu'il allait sortir son pistolet et tirer. Il s'est levé et il m'a dit +si tu n'étais pas une femme, tu sais ce que j'aurais fait?+", raconte-t-elle.

Ici, l'impulsion paritaire est portée par l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), un des deux partis historiques Kurdes, explique la responsable. Des habitants dénoncent, eux, des mesures cosmétiques, visant à masquer les manquements des autorités locales.

«Barrières»

Minoritaire à Erbil, la capitale du Kurdistan, l'UPK tient le poste de président du Parlement de la région autonome. Et c'est une femme, Rewaz Faiq, membre de la direction de l'UPK, qui a été nommée.

Le parti "croit en l'égalité homme-femme dans tous les domaines", assure Mme Faraj, vêtue d'une traditionnelle robe longue décorée de fines rayures dorées.

"Cela nous a permis de réaliser un équilibre des genres au sein des postes administratifs à Halabja", ajoute la responsable qui occupe le sien depuis 2016.

Aujourd'hui, Halabja se targue d'avoir la première doyenne d'université du kurdistan irakien, Mahabad Kamil Abdullah, qui rappelle qu'au début du XXème siècle, une femme, la célèbre Adela Khanum, était maire de Halabja.

"Les partis islamistes étaient parmi les premiers à me féliciter", se souvient la doyenne.

Une exception au Kurdistan? Ici, seuls 14% des femmes en âge de travailler sont sur le marché du travail --pour les trois-quarts dans le secteur public-- selon un rapport du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

"Les traditions sociétales cantonnent les femmes au rôle de mère. Les heures de travail (...) qui peuvent les garder hors de la maison jusqu'à tard le soir, ou les positions qui les obligent à travailler avec des hommes, sont des barrières qui contribuent au fait que les femmes du Kurdistan irakien ne travaillent pas", résume le rapport.

Améliorer leur image

Aux législatives organisées le 10 octobre dans tout l'Irak, plus de 90 femmes ont été élues, selon des résultats préliminaires, surpassant le quota de 83 imposé pour le Parlement de 329 députés.

Si le Kurdistan autonome cultive une image de stabilité et de tolérance, les militants des droits des femmes dénoncent pêle-mêle excision, mariages forcés ainsi que le poids des traditions.

"Ce n'est pas suffisant d'avoir des femmes à des postes élevés, il devrait y avoir plus de femmes aux bas échelons", plaide Gulistan Ahmed, à la tête de la commission gouvernementale des droits humains de Halabja.

Dans les ruelles du souk, plus que la parité des sexes, ce sont les manquements des autorités locales qui préoccupent la population.

"Il n'y a pas eu de changements notables dans la ville durant leur mandat, que ce soit au niveau des services publics ou avec le lancement de nouveaux projets", déplore Wshyar Abdulkarim, marchand de 45 ans qui tient une boutique d'épices.

"Pendant six ans j'ai travaillé au marché, personne n'a jamais construit ici de toilettes publiques pour les femmes", regrette Mujda Ahmed.

Saluant la présence de femmes à des postes de responsabilités, elle reste circonspecte. "J'ai l'impression qu'elles sont utilisées par leurs partis qui veulent améliorer leur image sur le dossier de la parité, rien de plus".


Covid: un cas de sous-variant du Delta identifié en Israël

Le sous-variant a été détecté à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv (Photo, AFP).
Le sous-variant a été détecté à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv (Photo, AFP).
Short Url
  • Un enfant de 11 ans en provenance d'Europe était porteur du sous-variant
  • Le variant AY4.2 a en tout cas été découvert en Israël au moment où le pays réfléchit à lever certaines de ses restrictions en vigueur, notamment concernant le tourisme

JERUSALEM: Israël a recensé sur son territoire un premier cas d'un sous-variant du Delta, qui circule déjà dans plusieurs pays européens, a indiqué le ministère de la Santé.

"Le variant AY4.2, qui a été découvert dans plusieurs pays d'Europe, a été identifié en Israël", a indiqué mardi soir dans un communiqué le ministère.

Un enfant de 11 ans en provenance d'Europe était porteur du sous-variant. Il a été identifié à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv et a été mis en quarantaine, précise la même source, soulignant qu'aucun autre cas n'a depuis été identifié.

L'émergence de ce nouveau variant malgré la très forte contagiosité du Delta ayant tendance à écarter les nouvelles souches fait craindre une transmissibilité encore plus forte.

Mais pour François Balloux, directeur de l'Institut de génétique de l'UCL (Londres), ce nouveau variant est encore rare et ne semble pas poser le même risque élevé de transmission que d'autres souches.

Le variant AY4.2 a en tout cas été découvert en Israël au moment où le pays réfléchit à lever certaines de ses restrictions en vigueur, notamment concernant le tourisme.

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, qui a tenu mercredi une réunion d'urgence avec des responsables du ministère de la Santé a annoncé que son pays allait prendre des mesures "pour conserver les résultats positifs de la lutte contre le virus" avec l'apparition de ce variant, selon un communiqué de son bureau. 

Parmi les mesures annoncées, le Premier ministre a demandé de renforcer l'enquête épidémiologique sur ce nouveau variant, de prendre contact avec les pays où ce variant est présent pour échanger des informations et envisager des changements sur les instructions d'entrée des touristes sur le territoire.

Israël a été un des premiers pays à lancer en décembre 2020 une campagne de vaccination qui a permis de réduire les contaminations, mais la propagation du variant Delta et la levée des restrictions ont favorisé l'émergence d'une nouvelle vague de contamination, à laquelle le gouvernement a tenté de répondre en lançant une campagne pour une troisième dose de vaccin.

Plus de 60% des neuf millions d'Israéliens ont reçu deux doses de vaccin et plus d'un tiers en a reçu trois.


Bus privé, tuk-tuk ou vélo! Les Libanais s'adaptent à la crise

Un taxi tuktuk roule dans une rue de la ville libanaise de Batroun, au nord de la capitale, le 6 octobre 2021.
Un taxi tuktuk roule dans une rue de la ville libanaise de Batroun, au nord de la capitale, le 6 octobre 2021.
Short Url
  • La voiture est considérée comme reine dans le pays où le nombre de véhicules dépasse les deux millions pour une population de six millions
  • Mais la crise socio-économique inédite a poussé à certains changements d'habitudes

BEYROUTH : Tuk-tuks, bus privés à bas prix et vélos! Au Liban, la population a de plus en plus recours à ces modes de transport après l'effondrement économique du pays, la crise des carburants et la chute libre de la monnaie locale. 

liban
Des taxis Tuktuk roulent dans une rue de la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, le 6 octobre 2021. Joseph EID / AFP

Infrastructures défaillantes et transports en commun quasi absents; la voiture est considérée comme reine dans le pays où le nombre de véhicules dépasse les deux millions pour une population de six millions. Mais la crise socio-économique inédite a poussé à certains changements d'habitudes.

Depuis fin juin, les subventions ont été quasiment levées sur les carburants dont les prix ont plus que triplé et les salaires se sont effondrés. Et les voitures sont devenues hors de prix.

Grace Issa, 23 ans, se rendait toujours en voiture ou en taxi à son travail. Mais depuis quelques mois, elle a découvert un réseau de bus privés à des prix abordables.

"Avant la crise, j'utilisais la voiture familiale ou un taxi mais maintenant cela me coûte trop cher", dit-elle à bord d'un bus privé reliant le nord du Liban à Beyrouth.

"Je dépense 30% de mon salaire pour les transports, contre 70% lorsque je prenais la voiture ou un taxi", explique la jeune femme qui travaille au service clientèle d'un restaurant.

Aujourd'hui, 20 litres d'essence valent environ le tiers du salaire minimum, alors que près de 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le salaire minimum est toujours de 675.000 livres libanaises, soit moins de 35 dollars, alors qu'il représentait près de 450 dollars il y a deux ans.

Clientèle féminine

Grace Issa assure qu'elle n'aurait pas accepté de travailler aussi loin de chez elle si elle n'avait pas découvert le réseau de bus modernes et équipés de wifi, mis en place par un groupe de jeunes libanais.

"Le problème de la quasi absence de transports publics s'est aggravé avec la crise de l'essence et la hausse des prix des transports", souligne Boutros Karam, 26 ans, qui a lancé avec trois de ses amis la plateforme Hadir.

Il indique que les jeunes ont dû lutter contre les préjugés des Libanais, qui rechignent d'ordinaire à emprunter les rares bus publics vétustes encore en fonction, les considérant comme sales et pas sûrs.

Son réseau s'est constitué une clientèle en grande partie constituée de femmes, attirées surtout par la propreté des véhicules et l'absence de harcèlement ou de vols à la tire.

Le Liban était doté au XIXe siècle d'une ligne de chemin de fer restée en fonction jusqu'au début de la guerre civile (1975-1990) et les plans visant à établir un réseau de transports publics n'ont jamais été appliqués.

La Banque mondiale (BM) avait approuvé en 2018 un plan d'un coût de 295 millions de dollars destiné à créer un réseau de transport public dans le Grand Beyrouth.

liban
Un passager prend une ligne de bus opérant dans Caza de Byblos au Liban, dans le village de Jeddayel au nord de la capitale le 8 octobre 2021. JOSEPH EID / AFP

Mais ces fonds n'ont jamais été utilisés et le gouvernement tente aujourd'hui de les récupérer pour les allouer à un programme visant à soutenir les familles les plus pauvres. Une porte-parole de la BM a confirmé à l'AFP des discussions sur une réallocation de ces fonds.

Economique, rapide

Dans la ville côtière de Batroun, au nord de Beyrouth, les habitants utilisent désormais les tuk-tuks prisés en été par les touristes pour découvrir la cité.

"Le tuk-tuk est plus économique et plus rapide, surtout aux heures de pointe", dit Tony Gerges, responsable du bureau de "Tuksi".

Dans plusieurs villes, les gens s'essayent au covoiturage pour se rendre au travail ou déposer les enfants à l'école par le biais d'une page Facebook.

A Tripoli, principale ville du Nord, Nazir Halwani lance des initiatives pour convaincre les habitants de sa ville d'abandonner la voiture polluante et coûteuse pour la bicyclette, un moyen de transport qu'il privilégie depuis deux décennies.

liban
Le Libanais Natheer Halawani fait du vélo dans la ville de Tripoli, au nord de Beyrouth, le 6 octobre 2021. JOSEPH EID / AFP

"La voiture est au Liban un mode de vie, plus qu'un mode de transport", affirme ce directeur d'une société de marketing de 35 ans, pour lequel la crise actuelle constitue "une occasion pour repenser" le concept du transport public.

Pour Tony Gerges, "la crise a changé les habitudes des Libanais".