Décès du prince Philip, époux de la reine Elisabeth II

Photo d'archive prise en 2007 et publiée le 18 novembre 2007 montre la reine britannique Elizabeth II et son mari, le prince Philip de Grande-Bretagne, duc d'Édimbourg (à gauche) marchant à Broadlands, Hampshire.(AFP)
Photo d'archive prise en 2007 et publiée le 18 novembre 2007 montre la reine britannique Elizabeth II et son mari, le prince Philip de Grande-Bretagne, duc d'Édimbourg (à gauche) marchant à Broadlands, Hampshire.(AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 avril 2021

Décès du prince Philip, époux de la reine Elisabeth II

  • Le prince Philip, âgé de 99 ans, avait subi récemment une intervention cardiaque réussie. Il est décédé le 9 avril 2021
  • Après son hospitalisation, le prince Philip était retourné à Windsor, à l'ouest de Londres, où il avait passé le confinement avec son épouse de 94 ans

LONDRES : Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, est mort vendredi à l'âge de 99 ans au château de Windsor, trois semaines après avoir passé un mois à l'hôpital pour une infection puis un problème cardiaque, a annoncé le palais de Buckingham.

"C'est avec un profond chagrin que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien aimé le prince Philip, duc d'Edimbourg", selon un communiqué de Buckingham, précisant qu'il est mort "paisiblement ce (vendredi) matin au château de Windsor".

Après son hospitalisation, le prince Philip était retourné à Windsor, à l'ouest de Londres, où il avait passé le confinement avec son épouse de 94 ans.

FICHIERS) Dans ce fichier, photo prise le 1er juin 1987. Portrait officiel publié en juin 1987 et pris au palais de Buckingham montrant la reine britannique Elizabeth II et le prince Philip, duc d'Édimbourg. Le mari de la reine Elizabeth II, le prince Philip, âgé de 99 ans, qui a récemment été hospitalisé et a subi une intervention cardiaque réussie, est décédé le 9 avril 2021, a annoncé le palais de Buckingham. PISCINE / AFP
Portrait officiel publié en juin 1987 et pris au palais de Buckingham montrant la reine britannique Elizabeth II et le prince Philip, duc d'Édimbourg. (Pool / AFP)

Le duc d'Edimbourg, qui aurait eu cent ans en juin, avait été admis le 16 février dans un hôpital privé de la capitale britannique, le King Edward VII.

Il y était retourné pour poursuivre sa convalescence après avoir subi "avec succès", début mars, une intervention pour un problème cardiaque préexistant dans un autre établissement londonien, l'hôpital St Bartholomew's, doté du plus grand service cardiovasculaire spécialisé en Europe.

Réputé pour son fort caractère mais aussi pour ses gaffes, le duc d'Edimbourg avait été hospitalisé en février par mesure de "précaution" après s'être senti mal.

Le palais de Buckingham avait précisé quelques jours plus tard que cette hospitalisation était due à une infection.

Si son transfert pour ses problèmes cardiaques avait fait craindre une détérioration de son état de santé, ses proches s'étaient voulus rassurants.

Le prince Charles lui avait rendu visite à l'hôpital.

La princesse Elizabeth (future reine Elizabeth II) et Philip, duc d'Édimbourg posent le jour de leur mariage au palais de Buckingham à Londres le 20 novembre 1947. (AFP)
La princesse Elizabeth (future reine Elizabeth II) et Philip, duc d'Édimbourg posent le jour de leur mariage au palais de Buckingham à Londres le 20 novembre 1947.

Record de longévité

L'hospitalisation du prince Philip était survenue dans une période de crise pour la famille royale, avec la diffusion le 7 mars aux Etats-Unis d'une interview explosive du prince Harry, petit-fils de la reine, et de sa femme Meghan Markle, près d'un an après leur retrait effectif de la monarchie et leur exil en Californie.

Le couple a dénoncé le racisme de certains membres de la famille royale, tout en précisant qu'il ne s'agissait ni de la reine ni de son époux, et Meghan a avoué avoir eu des pensées suicidaires.

Le prince Philip, né à Corfou le 10 juin 1921 avec les titres de prince de Grèce et du Danemark, a battu en 2009 le record de longévité des conjoints de monarques britanniques détenu par Charlotte, épouse de George III.

Envoyé en Ecosse pour suivre sa scolarité, il fait ses classes à partir de 1939 dans l'armée britannique, au Royal Naval College de Dartmouth (sud de l'Angleterre).

Il rencontre à cette époque pour la première fois la princesse Elizabeth. Leur union est célébrée le 20 novembre 1947. Ils ont eu quatre enfants (Charles, Anne, Andrew et Edward).

La reine d’Angleterre Elizabeth II, accompagnée du prince Philip, duc d'Édimbourg, salue la foule, le 2 juin 1953 après son couronnement à l'abbaye de Westminster, à Londres.(AFP)
La reine d’Angleterre Elizabeth II, accompagnée du prince Philip, duc d'Édimbourg, salue la foule, le 2 juin 1953 après son couronnement à l'abbaye de Westminster, à Londres

Le duc d'Edimbourg a pris sa retraite en août 2017, après avoir participé à plus de 22.000 engagements publics officiels depuis l'accession de son épouse au trône en 1952.

Il avait déjà subi plusieurs hospitalisations depuis 2017, la dernière en date remontant à décembre 2019 pour "des problèmes de santé préexistants", mais jamais aussi longuement.

En janvier 2019, il avait eu un spectaculaire accident de voiture lorsque sa Land Rover avait percuté un autre véhicule en sortant d'une allée du domaine de Sandringham et s'était renversée. Indemne, il avait alors renoncé à conduire.

Le prince Philip et Elizabeth II ont célébré en novembre 2017 leurs noces de platine au château de Windsor. Les cloches de l'abbaye de Westminster, où ils s'étaient mariés le 20 novembre 1947, ont sonné pendant plus de trois heures à cette occasion pour leur rendre hommage.

Pluie d'hommages au Royaume-Uni

Un "homme extraordinaire" et "dévoué" à son pays comme à sa famille: les hommages ont afflué au Royaume-Uni pour saluer la mémoire du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II décédé vendredi à 99 ans. 

Premier à lui rendre hommage, le Premier ministre conservateur Boris Johnson a salué "la vie et le travail extraordinaires" du duc d'Edimbourg.

Prince consort à la longévité la plus longue, "il a contribué à guider la famille royale et la monarchie de sorte qu'elle demeure une institution incontestablement vitale pour l'équilibre et le bonheur de notre vie nationale", a-t-il déclaré sur le perron du 10 Downing Street. 

"Figure publique hautement respectée" mais aussi "mari dévoué" et "père fier et aimant", il a "gagné l'affection de plusieurs générations ici au Royaume-Uni, à travers le Commonwealth et dans le monde", a-t-il ajouté.

Le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer a déploré "la perte d'un serviteur public extraordinaire", qui a "dédié sa vie à notre pays", d'abord au sein de la Royal Navy puis aux côtés d'Elizabeth II. 

"On se souviendra surtout de lui pour son engagement extraordinaire et son dévouement à la reine", a-t-il déclaré. Leur mariage de plus de sept décennies a été "un symbole de force, de stabilité et d'espoir", une source d'inspiration pour "des millions de personnes au Royaume-Uni et au-delà".

L'ancien Premier ministre Tony Blair, au pouvoir au moment de la mort de la princesse Diana en 1997, a rendu hommage à un homme "souvent en avance sur son temps".

"Il sera naturellement particulièrement reconnu pour son soutien remarquable et inébranlable à la reine pendant tant d'années. Cependant, il doit également être salué et célébré à part entière comme un homme de prévoyance, de détermination et de courage", a-t-il dit.

Plus sobrement, la Première ministre indépendantiste écossaise Nicola Sturgeon s'est dite "attristée" par la mort du duc d'Edimbourg et a adressé des condoléances en son nom et celui des Ecossais à la reine et la famille royale.

Selon elle, il laissera "une marque profonde" en Ecosse, nation avec laquelle il partageait "des liens profonds et durables" et où il passait régulièrement ses vacances à Balmoral.

En Irlande du Nord, agitée depuis plus d'une semaine par des émeutes, la Première ministre unioniste Arlene Foster a rappelé que le prince était "largement respecté pour service actif et dévoué à son pays ainsi que pour son soutien inébranlable à Sa Majesté la reine pendant son règne".

Avec un "intérêt marqué pour l'Irlande du Nord", "il avait un impact profond et positif sur des milliers de nos jeunes", notamment via son programme en faveur de la jeunesse "The Duke of Edinburgh's Award", a-t-elle souligné.

Le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, a également salué "un homme extraordinaire, qui a consacré sa vie au service public et à aider les autres".

"Il a aussi combattu pour le Royaume-Uni - et les libertés qui nous sont chères aujourd'hui  - durant la Seconde Guerre mondiale", a-t-il ajouté.

 

 

Johnson salue la vie et le travail "extraordinaires" du prince Philip

LONDRES: Le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué "la vie et le travail extraordinaires" du prince Philip, décédé vendredi à 99 ans, et présenté ses condoléances à la reine Elizabeth II et la famille royale.

"Nous sommes en deuil, avec Sa Majesté la reine, nous lui présentons nos condoléances, à sa famille" et "la nation et le royaume offrent leurs remerciements pour la vie et le travail extraordinaires du prince Philip, duc d'Edimbourg", a déclaré le chef du gouvernement devant Downing Street.

 

Le prince Philip "incarnait une génération", affirme le Premier ministre australien

SYDNEY: Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II décédé vendredi, "incarnait une génération qu'on ne reverra jamais", a affirmé le Premier ministre australien Scott Morrison, qui a ordonné la mise en berne des drapeaux.

"Toute la famille du Commonwealth se rassemble dans la peine et la gratitude pour le décès et la vie du prince Philip. Que Dieu vous bénisse, de la part de tous ici en Australie", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le prince Philip "représentait le Royaume-Uni avec dignité", salue George W. Bush

WASHINGTON: L'ex-président américain George W. Bush a salué "la longue et remarquable vie" du prince Philip, décédé vendredi à 99 ans.

"Tout au long de sa longue et remarquable vie, il s'est consacré à de nobles causes et aux autres. Il a représenté le Royaume-Uni avec dignité et a apporté une force et un soutien sans limites à la couronne" britannique, a estimé l'ancien président dans un communiqué.

Le Premier ministre irlandais "attristé" de la mort du prince Philip

DUBLIN: Le Premier ministre irlandais Micheal Martin s'est dit "attristé" par le décès, vendredi, du prince Philip, l'époux d'Elizabeth II à qui il dit transmettre ses pensées.

"Attristé d'apprendre la mort de Son Altesse Royale, le prince Philip, duc d'Édimbourg. Nos pensées et nos prières accompagnent la reine Elizabeth et le peuple du Royaume-Uni", a tweeté Micheal Martin.

Le prince Philip a vécu "au service de son pays", salue Berlin

BERLIN: Le ministre des Affaires étrangères allemand a salué la "longue vie au service de son pays" du prince Philip, décédé vendredi à 99 ans, et présenté ses condoléances à la reine Elizabeth II et à la famille royale.

"Nous sommes profondément attristés par la perte de son altesse royale le Prince Philip. Nos pensées et nos prières vont à la famille royale, au peuple du Commonwealth et à tous ceux qui l'aimaient tendrement. Il a vécu une longue vie au service de son pays", a déclaré sur Twitter Heiko Maas.

Tony Blair salue "sa détermination et son courage"

LONDRES: L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a salué "la détermination et le courage" du prince Philip à l'annonce de son décès. "Il sera naturellement particulièrement reconnu pour son soutien remarquable et inébranlable à la reine pendant tant d'années. Cependant, il doit également être salué et célébré à part entière comme un homme de prévoyance, de détermination et de courage", a déclaré l'ancien dirigeant travailliste, ajoutant que le prince Philip "était souvent en avance sur son temps", a ajouté Tony Blair. 

Le Premier ministre indien salue la carrière "remarquable" du prince Philip

NEW DELHI: Le Premier ministre indien Narendra Modi a rendu hommage vendredi à la carrière militaire et à l'implication sociale du prince Philip, décédé à l'âge de 99 ans.

"Mes pensées vont au peuple britannique et à la famille royale", a écrit M. Modi sur Twitter. "Il a eu une carrière remarquable dans l'armée et était au premier plan dans beaucoup

Le prince Philip sera "très regretté en Israël"

JÉRUSALEM:  Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a présenté vendredi ses "plus sincères condoléances" à la reine Elizabeth après le décès de son époux, le prince Philip, qui sera "très regretté en Israël".

"J'exprime mes plus sincères condoléances à sa majesté la reine Elizabeth, au prince Charles, à la famille royale et au peuple britannique pour le décès du duc d'Edimbourg. Le prince Philip sera très regretté en Israël et dans le monde", a écrit M. Netanyahu sur Twitter. "

Justin Trudeau: Le prince Philip était "un homme de conviction et de principes"

OTTAWA: Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a salué en le prince Philip "un homme de conviction et de principes". "Le prince Philip était un homme de conviction et de principes, animé par son sens du devoir envers les autres", a salué vendredi le Premier ministre canadien Justin Trudeau, après le décès de l'époux de la reine Elizabeth II.

"Nous nous souviendrons affectueusement de lui en tant que pilier dans la vie de notre reine", cheffe d'Etat en titre du Canada, a estimé M. Trudeau, dans un communiqué, évoquant "le compagnon de toute une vie".


Pour la directrice du think thank Rusi, les critiques sur la partialité de l’Occident sont «justes»

La directrice générale du Royal United Services Institute (Rusi), Karin von Hippel, prenant la parole lors du Forum économique mondial. (Photo fournie, WEF)
La directrice générale du Royal United Services Institute (Rusi), Karin von Hippel, prenant la parole lors du Forum économique mondial. (Photo fournie, WEF)
Short Url
  • Les réfugiés syriens et afghans «n’ont clairement pas été traités de la même manière que ceux qui fuyaient le conflit en Ukraine», affirme Karin von Hippel
  • «La dimension supplémentaire en Ukraine est la possession par la Russie d’armes nucléaires et d’une forte quantité de carburants dont dépendent de nombreux pays», précise-t-elle

DAVOS: Les accusations de partialité dans l’approche occidentale du conflit ukrainien et de l’afflux de réfugiés qui en résulte, en comparaison avec d’autres conflits dans le monde, sont justifiées, estime la directrice générale du Royal United Services Institute (Rusi), un groupe de réflexion britannique spécialisé dans la défense et la sécurité.

Cependant, la différence fondamentale dans le conflit ukrainien est qu’il implique la Russie, une puissance nucléaire et l’un des plus grands fournisseurs d’énergie au monde, ajoute Karin von Hippel.

«Je pense que c’est une critique juste (de l’Occident). Les nombreux réfugiés afghans et syriens  n’ont clairement pas été traités de la même manière», affirme-t-elle à Arab News lors du Forum économique mondial. «Le Liban, la Jordanie et la Turquie ont accueilli des réfugiés syriens, mais maintenant, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie font de même avec les Ukrainiens. C’est le cours normal des choses, mais la dimension supplémentaire dans le conflit ukrainien est la possession par la Russie d’armes nucléaires et d’une grande quantité de carburants dont dépendent de nombreux pays», poursuit-elle.

«Les armes nucléaires pourraient causer d’énormes dégâts. C’est donc un conflit pour l’Europe, et l’Europe y fait face du mieux qu’elle peut.» Bien que l’UE, les États-Unis et le Canada aient activement soutenu et armé l’Ukraine, Mme von Hippel souligne qu’une pression mondiale plus forte devrait être exercée sur le Kremlin pour qu’il cesse les hostilités.

«Je pense que la communauté internationale devrait, comme elle l’a fait pour la Syrie, déployer davantage d’efforts pour faire pression sur la Russie, notamment sur les pays du Moyen-Orient qui ont une influence sur la Russie, afin de mettre un terme à cette guerre et de faire savoir aux Russes que tuer des civils de cette manière n’est pas un comportement acceptable au XXIe siècle», indique-t-elle. «Les pays ont exercé une pression très forte sur Bachar al-Assad. Cela n’a pas fonctionné avec lui, mais ils ont réussi à l’isoler.»

«Ce qui m’inquiète après ce conflit, c’est de savoir comment Poutine va être réintégré dans le concert des nations. J’espère qu’il pourra rester un paria international et qu’il se retrouvera dans une position similaire à celle d’Assad. Il est allé trop loin, tout comme le président syrien a dépassé les limites», assure-t-elle.

Mme Von Hippel a établi des similitudes entre l’éventuelle reconstruction en Ukraine et le cycle de reconstruction au Liban. Elle a également exprimé l’espoir que les niveaux de corruption observés dans les efforts de reconstruction de l’Afghanistan puissent être évités en Ukraine. «Si nous regardons le Liban, j’y étais en 2007 lorsque les Israéliens ont bombardé les zones du Hezbollah, une grande partie de ce pays a déjà été reconstruite. Le Liban a été reconstruit plusieurs fois», rappelle-t-elle.

«Les fonds pour la reconstruction seront une injection saine dans l’économie ukrainienne. La question de la corruption se pose, surtout si l’on se précipite pour faire entrer des flux d’argent», précise-t-elle. «Le monde entier sera aux aguets, mais ce ne sont pas seulement les gouvernements qui dépensent l’argent. Toutes sortes d’entreprises obtiennent des contrats. Nous l’avons vu en Afghanistan: toutes ces compagnies américaines ont dépensé beaucoup plus d’argent que prévu sans que cela n’aboutisse vraiment à des résultats.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Brésil: le bilan de l'opération policière à Rio s'alourdit à 21 morts

La police patrouille devant un hôpital après une descente dans une favela de Rio de Janeiro. (Photo, AFP)
La police patrouille devant un hôpital après une descente dans une favela de Rio de Janeiro. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une opération policière dans une favela du nord de Rio de Janeiro (Brésil) a fait 21 morts mardi
  • La police militaire assure avoir été accueillie par des tirs alors qu'elle entamait une opération destinée à «localiser et capturer» des narcotrafiquants

RIO DE JANEIRO: Une opération policière dans une favela du nord de Rio de Janeiro (Brésil) a fait 21 morts mardi, selon un nouveau bilan des autorités sanitaires qui a pratiquement doublé en quelques heures, de nombreux corps ayant été retrouvés dans l'après-midi. 

La police militaire assure avoir été accueillie par des tirs alors qu'elle entamait une opération destinée à "localiser et capturer" des narcotrafiquants présumés dans la favela de Vila Cruzeiro. 


Géorgie, acte II: Trump redescend dans l'arène pour des primaires cruciales

Donald Trump a investi une grande partie de son propre capital politique dans la course et joue gros: une défaite de son candidat soulèverait de sérieux doutes sur la mainmise qu'il a encore sur son parti. (AFP)
Donald Trump a investi une grande partie de son propre capital politique dans la course et joue gros: une défaite de son candidat soulèverait de sérieux doutes sur la mainmise qu'il a encore sur son parti. (AFP)
Short Url
  • Donald Trump remet une nouvelle fois en jeu son influence sur le parti républicain lors d'importantes élections primaires en Géorgie
  • C'est dans cet Etat américain de 10 millions d'habitants que Trump concentre depuis un an et demi ses efforts pour tenter de prouver que l'élection présidentielle lui a été «volée»

ATLANTA: Il tente de prendre sa revanche sur ceux qui lui avaient résisté: Donald Trump remet une nouvelle fois en jeu son influence sur le parti républicain lors d'importantes élections primaires en Géorgie.

C'est dans cet Etat américain de 10 millions d'habitants, remporté d'un cheveu par Joe Biden en novembre 2020, que le milliardaire républicain concentre depuis un an et demi ses efforts pour tenter de prouver que l'élection présidentielle lui a été "volée" en raison de supposées "fraudes massives", jamais prouvées.

Dans ce feuilleton électoral, Donald Trump fustige sans cesse le rôle du républicain Brian Kemp, qui a refusé de renverser les résultats du scrutin de 2020, et tente mardi de le déloger de son poste de gouverneur.

«Laissé tomber»
"Brian Kemp a laissé tomber la Géorgie", dénonçait-il encore dans un communiqué mardi matin appelant les "militants Trump" de cet Etat du sud-est des Etats-Unis à s'opposer en nombre à sa candidature. 

A la place, l'ex-locataire de la Maison Blanche a offert son parrainage à l'ancien sénateur David Perdue, bien plus friand des théories "d'irrégularités électorales", à laquelle croient encore des millions d'Américains.

"David Perdue a mon soutien le plus complet", a assuré mardi l'ex-président, qui a injecté plus de 2,5 millions de dollars de ses propres fonds de campagne dans la candidature de ce septuagénaire.

Le pari de Donald Trump sera-t-il gagnant? 

Cela est loin d'être sûr.

Plusieurs experts assurent qu'une certaine forme de lassitude a commencé à gagner ceux qui se battent encore pour refaire le match de 2020, plus de 18 mois après le scrutin.

Ils citent un sondage réalisé en avril par l'université de Géorgie, selon lequel près de 60% des électeurs républicains se disent confiants dans le fait que les élections de mi-mandat de novembre prochain seront justes.

Donald Trump a investi une grande partie de son propre capital politique dans la course et joue gros: une défaite de son candidat soulèverait de sérieux doutes sur la mainmise qu'il a encore sur son parti.

«Avant que ce soit cool»
Mike Pence, l'ancien vice-président de Donald Trump à qui l'on prête des ambitions présidentielles, l'a bien compris. 

Le sexagénaire, qui a refusé comme Brian Kemp de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, s'est rendu cette semaine en Géorgie pour faire personnellement campagne pour le gouverneur-candidat. 

"Je soutenais Brian Kemp avant que ce soit cool", a-t-il lancé depuis un petit aéroport de la banlieue d'Atlanta.

En plus de choisir un candidat au poste de gouverneur, les électeurs de Géorgie sont aussi appelés à se prononcer sur toute une série de sièges locaux. Et à chaque fois, c'est une version du match opposant ces deux types de candidats -- ceux qui ont empêché de renverser l'élection de 2020 à ceux qui crient à la fraude -- qui se rejoue. 

Au coeur de toutes les convoitises, le poste de secrétaire d'Etat de Géorgie, la personne chargée de superviser le bon déroulé des élections et dont bon nombre d'Américains ignoraient probablement l'existence avant la dernière présidentielle.

Et pour cause, Brad Raffensperger, l'homme qui avait refusé de "trouver" près de 12 000 bulletins de vote au nom de Donald Trump malgré un coup de fil stupéfiant du milliardaire, risque son poste. 

Selon les dernières enquêtes d'opinion, il est au coude-à-coude face à Jody Hice, un homme soutenu par l'ancien président qui -- comme des dizaines d'autres à travers le pays -- promettent de "rétablir l'intégrité" des scrutins aux Etats-Unis.