A Pantin, les musulmans retrouvent leur mosquée, fermée pendant six mois      

Ce lieu de culte d'environ 1.300 fidèles avait été fermé le 21 octobre sur instruction du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Ce dernier reprochait notamment à son recteur d'avoir relayé sur Facebook la vidéo d'un père d'élève à l'origine de l'engrenage qui avait conduit au meurtre du professeur d'histoire-géographie de Conflans-Saint-Honorine dans les Yvelines. (AFP).
Ce lieu de culte d'environ 1.300 fidèles avait été fermé le 21 octobre sur instruction du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Ce dernier reprochait notamment à son recteur d'avoir relayé sur Facebook la vidéo d'un père d'élève à l'origine de l'engrenage qui avait conduit au meurtre du professeur d'histoire-géographie de Conflans-Saint-Honorine dans les Yvelines. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 avril 2021

A Pantin, les musulmans retrouvent leur mosquée, fermée pendant six mois      

  • Peu avant midi, une poignée de bénévoles en gilets jaunes ou orange siglés "Grande mosquée de Pantin" installaient tapis et bouteilles de gel hydroalcoolique à l'intérieur du bâtiment
  • Ce lieu de culte d'environ 1.300 fidèles avait été fermé le 21 octobre sur instruction du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

PARIS : Près de 200 fidèles musulmans de Pantin en Seine-Saint-Denis ont retrouvé vendredi avec soulagement leur mosquée, fermée après l'assassinat de Samuel Paty il y a près de six mois.


Peu avant midi, une poignée de bénévoles en gilets jaunes ou orange siglés "Grande mosquée de Pantin" installaient tapis et bouteilles de gel hydroalcoolique à l'intérieur du bâtiment, devant lequel avait été placardé l'arrêté préfectoral autorisant sa réouverture.


Ce lieu de culte d'environ 1.300 fidèles avait été fermé le 21 octobre sur instruction du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Ce dernier reprochait notamment à son recteur d'avoir relayé sur Facebook la vidéo d'un père d'élève à l'origine de l'engrenage qui avait conduit au meurtre du professeur d'histoire-géographie de Conflans-Saint-Honorine dans les Yvelines.


Le ministre avait exigé le départ de l'imam, formé au Yémen et soupçonné d'être "impliqué" dans cette mouvance islamiste, qui avait démissionné dès le 26 octobre.


Il avait aussi fixé comme condition sine qua non le retrait du recteur, M'hammed Henniche, qui avait relayé la vidéo sur le compte Facebook de la mosquée.


M. Henniche, qui ne fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire, s'était excusé pour le partage de la vidéo - "une maladresse", avait-il regretté -.


Interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et politiques depuis vingt ans, y compris du président Nicolas Sarkozy, M'hammed Henniche a longuement refusé de céder sa place, avant de finir par démissionner en mars.


Vendredi, avant la prière de 13H00, le nouveau recteur Abdourahmane Dramé, ancien imam et impliqué de longue date dans cette mosquée, a estimé que M. Henniche avait "bien travaillé" pendant huit ans. "Mais ce qu'il a fait, c'est ça qui a gâché tout", a-t-il regretté.


"C'est une injustice réparée, il n'y a que de la joie", a réagi vendredi auprès de l'AFP Ismaël Touré, bénévole de la mosquée. 


"La fermeture de notre mosquée, c'est juste pour l'exemple. Sinon quelle est l'implication de la mosquée de Pantin par rapport aux événements du meurtre du professeur?", s'est-il interrogé.


"C'est une bonne chose que la mosquée puisse rouvrir. Le recteur avait fait une faute inexcusable en relayant cette vidéo, mais sanctionner l'ensemble des fidèles était injuste", avait de son côté déclaré jeudi à l'AFP le maire PS de la ville, Bertrand Kern.


Français condamné en Iran: Paris dénonce une «condamnation inacceptable»

Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué. (AFP)
Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué. (AFP)
Short Url
  • Après plus d'un an et demi de détention en Iran, le Français Benjamin Brière a été condamné à huit ans et huit mois de prison pour «espionnage» et «propagande» contre le régime
  • Il est détenu dans la prison de Valikabad, à Mashhad (nord-est) et est en grève de la faim depuis fin décembre pour protester contre ses conditions de détention

PARIS: Le ministère français des Affaires étrangères à indiqué ce mardi que "la condamnation à une peine de prison en Iran du touriste français Benjamin Brière, que rien ne permet d'étayer, est inacceptable".

Après plus d'un an et demi de détention en Iran, le Français Benjamin Brière a été condamné à huit ans et huit mois de prison pour "espionnage" et "propagande" contre le régime, une décision qualifiée de "politique" par sa famille et son avocat qui en appellent au gouvernement français.

M. Brière, 36 ans, qui s'est toujours présenté comme un touriste, a été arrêté en mai 2020 pour avoir pris "des photographies de zones interdites" avec un drone de loisir dans un parc naturel en Iran.

Il est détenu dans la prison de Valikabad, à Mashhad (nord-est) et est en grève de la faim depuis fin décembre pour protester contre ses conditions de détention. Il avait comparu jeudi devant un tribunal à Mashhad, lors d'une audience non accessible au public, selon des militants iraniens en exil.

(Avec AFP)


France: le projet de loi de «réparation» envers les «harkis» débattu au Sénat

La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
Short Url
  • Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle
  • Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit

PARIS : Le Sénat français débute mardi l'examen en première lecture du projet de loi visant à demander "pardon" et tenter de "réparer" les préjudices subis par les harkis et leurs familles, un texte jugé "insuffisant" par la majorité des sénateurs.

Près de soixante ans après la Guerre d'Algérie (1954-1962, près de 500.000 morts), il se veut la traduction législative d'un discours du président français Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre, avait demandé "pardon" à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française, mais qui furent "abandonnés" par la France.

"La Nation exprime la reconnaissance envers les harkis, les moghaznis et les personnels des diverses formations supplétives (...) qui ont servi la France en Algérie et qu'elle a abandonnés", stipule le projet de loi, auquel l'Assemblée nationale a donné un premier feu vert le 18 novembre.

Le texte reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance en 1962. 

Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des "hameaux de forestage", directement gérés par l'Etat.

Pour ceux-ci, le projet de loi prévoit "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. Le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé par le gouvernement à 50.000, pour un coût global de 302 millions d'euros sur environ six ans.

En commission, les sénateurs ont précisé le texte pour s'assurer que "certaines prisons reconverties en lieux d'accueil pour rapatriés" puissent être intégrées dans la liste des structures éligibles au mécanisme de réparation.

Mais les critiques se cristallisent sur ceux qui ne sont pas inclus dans le champ de l'indemnisation, les quelque 40.000 rapatriés qui n'ont pas séjourné dans ces structures, mais dans des "cités urbaines", où il n'étaient pas privés de liberté de circulation, mais ont connu des conditions de vie précaires. 

Certains harkis considèrent ainsi, a relevé la rapporteure Marie-Pierre Richer, que le texte "crée une séparation entre ce que l'on appelle +les harkis des villes+ et les +harkis des camps+".

Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle.

Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit.

Une journée d'hommage de la nation leur est consacrée chaque 25 septembre, depuis un décret de 2003.

"Je crois qu'il faut prendre ce texte non comme une fin en soi, mais comme une avancée de plus dans la reconnaissance de l'abandon des harkis", a déclaré la rapporteure Marie-Pierre Richer: "une avancée qui, loin d'être +solde de tout compte+, nous permet de poursuivre notre chemin commun, complexe, mais nécessaire, vers la réconciliation nationale et la transmission de la mémoire".


Présidentielle: premier grand meeting de Pécresse le 13 février au Zénith

La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
Short Url
  • La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19
  • Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire

PARIS: Valérie Pécresse tiendra son premier grand meeting de campagne le 13 février au Zénith à Paris, a indiqué son entourage mardi, confirmant une information du Figaro.

La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19. 

Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire.

Ce meeting au Zénith lui permettra de développer sa vision de la France et son projet pour la présidentielle, "l'ordre, la concorde et la liberté", selon Le Figaro.