Visite du Premier ministre sud-coréen en Iran la semaine prochaine, sur fond de tensions concernant les fonds gelés de Téhéran

Le pétrolier battant pavillon sud-coréen, Hankuk-Chemi, est escorté par la marine des Gardiens de la révolution iraniens après avoir été saisi dans le Golfe le 4 janvier 2021 (Tasnim News via AFP)
Le pétrolier battant pavillon sud-coréen, Hankuk-Chemi, est escorté par la marine des Gardiens de la révolution iraniens après avoir été saisi dans le Golfe le 4 janvier 2021 (Tasnim News via AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 avril 2021

Visite du Premier ministre sud-coréen en Iran la semaine prochaine, sur fond de tensions concernant les fonds gelés de Téhéran

  • Les autorités iraniennes ont saisi le pétrolier Hankuk-Chemi dans le détroit d'Ormuz, au large d'Oman en janvier, et ont libéré le navire et son capitaine cette semaine
  • L’Iran a accepté de libérer les vingt membres d’équipage du navire à l’exception du capitaine en février

SÉOUL: Le Premier ministre Chung Sye-kyun se rendra en Iran la semaine prochaine pour des entretiens sur les relations bilatérales et d'autres questions, a annoncé vendredi son bureau, sur fond de tensions persistantes concernant l'appel de Téhéran à débloquer ses fonds gelés en Corée du Sud.

La visite de Chung en Iran, qui sera organisée de dimanche à mardi prochain – premier voyage de ce type effectué par un Premier ministre sud-coréen en quarante-quatre ans – fait suite à la libération par Téhéran cette semaine d'un pétrolier coréen et de son capitaine, environ trois mois après sa saisie pour une prétendue pollution maritime par des produits pétroliers. Les autorités iraniennes avaient saisi en janvier le pétrolier Hankuk-Chemi dans le détroit d'Ormuz au large d'Oman.

«L'Iran, qui a de longues côtes dans le golfe Arabique et la mer d'Oman, insiste sur le respect total des réglementations maritimes, notamment la protection de l'environnement, et surveille toutes les violations à cet égard», a déclaré Said Khatibzadeh, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Il a affirmé que la décision iranienne de libérer le capitaine avait pris en considération son absence d’antécédents de violations des réglementations dans la région.

«Grâce à cette visite, le Premier ministre Chung créera l’opportunité de renforcer les relations amicales traditionnelles entre la Corée du Sud et l’Iran, et de les développer de manière tournée vers l’avenir», a souligné le bureau du Premier ministre Chung Sye-kyun dans un communiqué de presse.

Il n’a pas précisé qui il allait rencontrer, mais il devrait s’entretenir avec de hauts responsables de Téhéran sur une série de questions, notamment les fonds iraniens – d’une valeur de 7 milliards de dollars américains (5,7 milliards d’euros) – gelés dans des comptes bancaires coréens.

Les deux pays se sont concertés sur la manière de débloquer une partie des fonds iraniens, dans le cadre d’un accord commercial humanitaire suisse destiné à faciliter l’acheminement de matériel humanitaire aux Iraniens.

Un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a affirmé aux journalistes que les deux parties s’étaient entendues sur le fait qu’il n’y avait pas de relation entre la question du navire et celle des fonds bloqués. La Corée du Sud a promis d'aider à débloquer l'argent.

«Nous avons exprimé notre ferme volonté de résoudre cette question», a poursuivi le responsable, qui a souhaité garder l’anonymat.

Le ministère sud-coréen a déclaré dans un communiqué que le pétrolier avait quitté l'Iran après avoir effectué les procédures administratives. Aucune mention n’est faite de la demande de  déblocage des fonds gelés.

«Le capitaine et les marins sont en bonne santé», a affirmé le ministère.

La Corée du Sud a déclaré que le navire n'avait causé aucune pollution. Le responsable du ministère a affirmé que l'Iran avait abandonné l’idée de poursuites pénales contre la compagnie maritime.

L'Iran a nié les allégations selon lesquelles la saisie du pétrolier et de son équipage constituait une prise d'otages, affirmant que c'était la Corée du Sud qui détenait des fonds iraniens en otage.

Le gel des fonds est lié aux sanctions américaines que Washington a de nouveau imposées à Téhéran en 2018, après le retrait du président Donald Trump de l'accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales.

Sous l'administration Biden, les États-Unis et l'Iran ont entamé des pourparlers indirects sur un retour à l'accord.

Les États-Unis ont récemment accepté d'autoriser l'Iran à utiliser ces fonds à des fins non militaires. L’Iran en a dépensé une partie pour s’approvisionner en vaccins contre le coronavirus, via le programme mondial Covax, a précisé le responsable du ministère, sans donner de montant précis.

 

- avec l'agence de presse Yonhap

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


Joe Biden reçu par Elizabeth II au château de Windsor

En robe à fleur et chapeau roses, la souveraine de 95 ans, encadrée par Joe Biden et sa femme Jill (Photo, AFP)
En robe à fleur et chapeau roses, la souveraine de 95 ans, encadrée par Joe Biden et sa femme Jill (Photo, AFP)
Short Url
  • La reine Elizabeth II a reçu dimanche le président américain Joe Biden au château de Windsor, à l'Ouest de Londres, à la fin du sommet du G7
  • À l'exception de Lyndon B. Johnson, la reine a rencontré tous les présidents américains au cours de ses 69 ans de règne

WINDSOR: Avec une garde d'honneur puis autour d'un thé, la reine Elizabeth II a reçu dimanche le président américain Joe Biden au château de Windsor, à l'Ouest de Londres, à la fin du sommet du G7. 

En robe à fleur et chapeau roses, la souveraine de 95 ans, encadrée par Joe Biden et sa femme Jill, a assisté à une parade des gardes d'honneur, vêtus du traditionnel uniforme rouge et coiffés du bonnet noir en poil d'ours, dans la cour de la résidence où elle s'est retirée depuis le début de la pandémie. 

Ils ont écouté les hymnes britannique et américain, sous un soleil radieux, puis sont rentrés prendre le thé avant que Joe Biden ne reparte pour Bruxelles où il doit participer lundi à un sommet de l'Otan. 

La reine a déjà participé vendredi à une réception en Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre, pour la première soirée du sommet du G7, avec Joe Biden. 

Elle avait coupé le gâteau avec un sabre et provoqué l'hilarité des dirigeants des grandes puissances en demandant lors de la photo de famille: « Sommes-nous supposés faire comme si nous prenions du bon temps? » 

À l'exception de Lyndon B. Johnson, la reine a rencontré tous les présidents américains au cours de ses 69 ans de règne. Elle avait ainsi reçu le prédécesseur de M. Biden, Donald Trump, lors d'une visite d'État controversée en juin 2019. 


Vaccins, climat, diplomatie: les principales annonces du G7

Les dirigeants du G7 réunis  pour la première fois en près de deux ans, à Carbis Bay, en Cornouailles (Photo, AFP)
Les dirigeants du G7 réunis pour la première fois en près de deux ans, à Carbis Bay, en Cornouailles (Photo, AFP)
Short Url
  • Le G7 a promis de distribuer «plus d'un milliard de doses» de vaccins contre la Covid-19 d'ici la fin de 2022, selon Boris Johnson
  • Les pays du G7 s'engagent à devenir neutre en carbone au plus tard en 2050 et à réduire de 50% ses émissions de CO2 d'ici 2030, par rapport à 2010

CARBIS BAY: Vaccins, prévention des pandémies, urgence climatique, menaces russes et chinoises: voici les principales conclusions du sommet du G7 en Cornouailles.

Sortir de la pandémie 
Le G7 a promis de distribuer « plus d'un milliard de doses » de vaccins contre la Covid-19 d'ici la fin de 2022, selon Boris Johnson, soit directement fournies (870 millions de doses) soit par du financement. Cela portera son engagement total depuis le début de la pandémie à deux milliards de doses. 
La France a elle assuré qu'elle doublait sa promesse, la faisant passer à 60 millions de doses d'ici fin 2021. 
Les dirigeants ont demandé en outre une enquête plus poussée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'origine de la Covid-19 en Chine. 
Au-delà, il s'agira de se donner les moyens de prévenir d'autres catastrophes sanitaires, en augmentant les capacités de production des vaccins et en améliorant les systèmes de détections. 
L'objectif est de pouvoir développer des tests, traitements et vaccins en moins de 100 jours, contre 300 pour la pandémie de coronavirus. 

Accélérer sur le climat 

Les grandes puissances veulent presser le pas, sans toujours se donner d'objectifs précis. 
Ils soutiennent l'idée d'une « révolution verte » créatrice d'emplois et permettant de limiter le réchauffement à 1,5 degré, seuil au-delà duquel les scientifiques estiment que le changement climatique deviendra incontrôlable. 
Les pays du G7 s'engagent à devenir neutre en carbone au plus tard en 2050 et à réduire de 50% ses émissions de CO2 d'ici 2030, par rapport à 2010. 
Ils se prononcent pour l'arrêt d'ici 2021 des financements de projets de charbon pour produire de l'électricité qui n'auraient pas recours à des technologies (captage et stockage de CO2) pour réduire leur émission. 
Et ils veulent aller plus vite dans l'interdiction des nouveaux véhicules diesel et à essence, et dans la transition vers les véhicules électriques. 
Sur la biodiversité, l'objectif est de préserver ou protéger au moins 30% des terres et des océans d'ici 2030. 
Le G7 réaffirme l'objectif des pays développés de mobiliser 100 milliards de dollars par an de fonds publics et privés d'ici 2025 pour aider la transition énergétique des pays pauvres. 

Plan d'infrastructures 

Les grandes puissances veulent aider les pays en développement, que ce soit sur le climat, la santé, la sécurité, le numérique ou l'égalité. 
Elles promettent des propositions concrètes à l'automne, pour un projet vu comme une réponse à l'influence de la Chine sur les pays pauvres, via son projet d'investissement des « Nouvelles routes de la Soie ». 
En parallèle, le G7 voudrait pouvoir mobiliser 100 milliards de dollars pour aider les pays défavorisés, surtout en Afrique, à rebondir après la pandémie, en réorientant une partie de la nouvelle émission par le Fonds monétaire international (FMI) de 650 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS). 

Chine 

Le G7 a appelé Pékin à « respecter les droits humains » de la minorité musulmane des Ouïghours dans la région du Xinjiang et à Hong Kong, tout en voulant coopérer avec Pékin quand « c'est dans un intérêt mutuel ».  
Le président américain Joe Biden et son homologue français Emmanuel Macron ont pris soin juste après la conclusion du sommet de préciser que le G7 n'était pas en « conflit » avec la Chine. 

Russie 

Le G7 appelle Moscou à « cesser ses activités déstabilisatrices », y compris les interférences, de respecter les droits humains et de « demander des comptes » aux responsables de cyberattaques depuis son sol.

Valeurs démocratiques 

Le G7 entend représenter la démocratie, la liberté, l'égalité, l'Etat de droit et le respect de droits humains. 
Il insiste sur la défense des égalités de genre et veut donner une éducation à 40 millions de jeunes filles, en mobilisant au moins 2,75 milliards de dollars. 

Taxes 

Les dirigeants ont apporté leur soutien à un système fiscal international plus juste. 
C'est ce qu'avait proposé la semaine dernière leurs ministres des Finances, via un impôt minimum mondial d'au moins 15% sur les sociétés, et une taxation plus efficace des géants du numérique.

Jeux Olympiques 

Le G7 soutient la tenue des jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) qui avaient été reportés d'un an en raison de la pandémie. 
Les dirigeants souhaitent que l'événement soit « un symbole d'unité mondial pour surmonter la Covid-19 ». 

 


G7: urgence climatique au sommet faisant la part belle au multilatéralisme

Le président des Etats-Unis Joe Biden arrive à la séance plénière du G7, le 13 juin à Carbis Bay (Photo, AFP).
Le président des Etats-Unis Joe Biden arrive à la séance plénière du G7, le 13 juin à Carbis Bay (Photo, AFP).
Short Url
  • L'enjeu est de taille pour le Royaume-Uni, qui souhaite jeter les bases d'un consensus quelques mois avant la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP26)
  • Le but est de limiter l'augmentation des températures en dessous de 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle

CARBIS BAY: Face à l'urgence climatique, les dirigeants des grandes puissances du G7 déclinent leur plan d'action dimanche, dernier jour de leur sommet en Angleterre ayant marqué une nouvelle dynamique en faveur du multilatéralisme occidental, Etats-Unis en tête.

Au lendemain de l'annonce d'initiatives communes pour répondre aux grands défis mondiaux, comme la riposte à l'influence internationale croissante de la Chine et la prévention des pandémies, les pays industrialisés s'attellent à l'urgence climatique lors de leur rencontre à Carbis Bay (sud-ouest de l'Angleterre), la première en presque deux ans. 

Le temps presse, a prévenu le naturaliste star britannique David Attenborough, 95 ans. « Les décisions que nous prenons durant cette décennie - en particulier les décisions des nations les plus avancées économiquement - sont parmi les plus importantes de l'histoire humaine ». 

L'enjeu est de taille pour le Royaume-Uni, qui souhaite jeter les bases d'un consensus quelques mois avant la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP26) qu'il accueillera en novembre à Glasgow. 

Le but est de limiter l'augmentation des températures en dessous de 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle, seuil au-delà duquel les scientifiques estiment que le changement climatique deviendra incontrôlable.

Pour y parvenir, les dirigeants du G7 vont se prononcer pour une réduction d'environ de moitié de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, un objectif que certains pays entendent dépasser. 

Le charbon est dans leur viseur, surtout les centrales alimentées par cette énergie fossile, la plus polluante - sauf si des mesures de compensation environnementale sont en place, comme le captage de CO2. Les aides publiques seront arrêtées dès cette année.

Dans ce cadre, les dirigeants prévoient de signer un chèque allant jusqu'à 2 milliards de dollars pour accompagner la transition verte dans des pays défavorisés. 

« Il y a une relation directe entre la réduction des émissions, la restauration de la nature, la création d'emplois et le garantie d'une croissance économique à long terme », a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson. 

« Nouvel élan »

Depuis le début du sommet vendredi, les dirigeants ont voulu offrir l'image d'un front uni sur les grands dossiers. 

Au gré de sessions de travail et des apartés, le président américain Joe Biden s'est efforcé de rallier ses alliés face à Moscou et Pékin, un objectif majeur de sa tournée européenne qui doit marquer le « retour » des Etats-Unis sur la scène internationale après l'ère Trump. 

Son arrivée au pouvoir a apporté « un nouvel élan » aux travaux du G7, s'est félicitée la chancelière allemande sur le départ, Angela Merkel, qui entretenait des relations très difficiles avec son prédécesseur.

Mais ce n'est pas du goût de Pékin, qui a dénoncé des décisions prises par « une petite clique de pays ».  

Cette image de bonne entente a toutefois été écornée par les dissensions, exposées au grand jour, entre Européens et Britanniques sur le Brexit et le dossier épineux de l'Irlande du Nord.

Les dirigeants de la France, de l'Italie, du Royaume-Uni, du Canada, des Etats-Unis, de l'Allemagne et du Japon vont aussi se pencher sur le volet climatique du vaste plan mondial d'infrastructures présenté samedi pour les pays défavorisés en Afrique, Asie ou Amérique latine, pour encourager la croissance verte et tenter de contrer Pékin sur son propre terrain. 

Le G7 va également s'engager à accroître ses contributions en vue de l'objectif des pays développés de financer à hauteur de 100 milliards de dollars par an d'ici 2025 les politiques climatiques des pays pauvres. 

Pour les militants écologistes, ces annonces sont trop molles ou trop floues : ils veulent plus d'actes et moins de mots. Greenpeace dénonce de « vieilles promesses » réchauffées et Extinction Rebellion a qualifié le sommet de « flop ». 

Sur le front de la pandémie, après la promesse de partager un milliard de doses de vaccins anti-Covid aux pays pauvres, à la traîne dans leurs campagnes d'immunisation, le G7 a adopté un plan de bataille afin de prévenir de futures pandémies.

C'est insuffisant, a taclé l'ex-Premier ministre britannique Gordon Brown sur Sky News : « Des millions de gens ne seront pas vaccinés et des millions vont mourir ». 

Après le communiqué final et les traditionnelles conférences de presse, Joe Biden prendra le thé avec la reine Elizabeth II au château de Windsor, avant le sommet de l'Otan à Bruxelles puis une rencontre très scrutée avec le président russe Vladimir Poutine mercredi à Genève.