L'Iran annonce un bond spectaculaire de ses activités d'enrichissement

Un ingénieur à l'intérieur de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz en Iran, présenté lors d'une cérémonie dirigée par le président du pays à l'occasion de la Journée nationale de la technologie nucléaire iranienne. (AFP / Fichier)
Short Url
Publié le Mercredi 14 avril 2021

L'Iran annonce un bond spectaculaire de ses activités d'enrichissement

  • La Maison Blanche parle d’«annonces provocantes», l’AIEA confirme la volonté de Téhéran d’enrichir l’uranium à 60%, un taux très proche des capacités d'utilisation militaire
  • La France condamne un « développement grave » nécessitant « une réponse coordonnée » des pays impliqués dans les négociations, qui ont été reportées à jeudi

TEHERAN: L'Iran a annoncé mardi son intention de « commencer à enrichir l'uranium à 60% », niveau qui le rapprocherait d'une capacité d'utilisation militaire, deux jours après un « sabotage », selon les termes de l’Iran, de son usine d'enrichissement de Natanz, que Téhéran impute à Israël.

L'enrichissement à 60% marquerait une étape supplémentaire et inédite dans la violation des engagements pris par l'Iran en vertu d'un accord international conclu à Vienne en 2015 pour limiter son programme nucléaire, au moment même où des discussions doivent continuer en Autriche pour sauver ce pacte.

Abbas Araghchi, ministre des Affaires étrangères adjoint, a annoncé les intentions d'enrichissement à 60% de l'Iran « dans une lettre à Rafael Grossi », directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le gendarme onusien du nucléaire, selon l'agence de presse officielle Irna.

« Les préparatifs (pour la mise en œuvre de cette décision) commenceront cette nuit » à Natanz, a annoncé l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).

L'enrichissement d'uranium une technologie à usage civil et militaire

L'enrichissement d'uranium constitue le volet le plus sensible du programme nucléaire de l'Iran qui pourrait, grâce à cette technologie, fabriquer la bombe atomique, même s'il s'est toujours défendu d'avoir une telle visée.

Ce processus consiste à augmenter les isotopes fissiles de l'uranium 235, qui est dans un premier temps converti en hexafluorure d'uranium (UF6), puis enrichi, notamment dans des centrifugeuses.

Enrichi entre 3 et 5%, cet uranium sert à alimenter les centrales nucléaires pour la production d'électricité. 

Jusqu'à 20%, il sert à produire des isotopes médicaux, utilisés notamment dans le diagnostic de certains cancers. 

Pour fabriquer une bombe, l'enrichissement doit être poussé jusqu'à 90%.

L'uranium enrichi à 60% servira à « produire du molybdène utilisé à des fins de fabrication de différents produits radiothérapeutiques », affirme l'OIEA. Le molybdène est un métal dur généralement utilisé dans les alliages.

Un enrichissement à 60% la mettrait en mesure de passer rapidement aux 90% nécessaires pour une utilisation à des fins militaires.

« Cela est extrêmement préoccupant (...), va forcément faire monter la tension et l'inquiétude internationale à propos du programme nucléaire iranien et va rendre plus difficile la relance du pacte de 2015 », souligne Ali Vaez, de l'International Crisis Group.

La République islamique, qui a toujours nié vouloir se doter de l'arme nucléaire, enrichit actuellement de l'uranium à 20% en isotope 235, au-delà de la limite de 3,67% fixée par l'accord.

L'AIEA a confirmé avoir été informée par l'Iran de son intention d'enrichir l'uranium à 60%, une décision que la France a condamné comme un « développement grave » nécessitant « une réponse coordonnée » des pays impliqués dans les négociations sur le dossier nucléaire.

La Maison Blanche a de son côté affirmé rester disposée à poursuivre les négociations avec l'Iran malgré ces « annonces provocantes ».

Dans sa lettre, M. Araghchi déclare que « 1 000 centrifugeuses supplémentaires d'une capacité 50% supérieure seront ajoutées aux machines présentes à Natanz, en sus du remplacement des machines abîmées » par l'explosion survenue dimanche dans ce complexe nucléaire du centre de l'Iran, ajoute Irna sans plus de précisions.

Ces annonces surviennent quelques heures après une rencontre à Téhéran entre le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et son homologue russe, Sergueï Lavrov.

Plus tôt, la télévision d'Etat avait annoncé que M. Araghchi avait quitté Téhéran pour participer mercredi à Vienne à une réunion sur les discussions en cours. Mais selon Moscou, cette réunion a été reportée à jeudi.

Ces discussions sont destinées à réintégrer les Etats-Unis au sein de l'accord de 2015 et à ramener Téhéran à l'application stricte du texte, en échange de la levée des sanctions américaines.

« Nous tablons sur le fait qu'on pourra sauvegarder l'accord et que Washington reviendra enfin à (sa) mise en oeuvre pleine et entière », a déclaré Sergueï Lavrov.

Téhéran a accusé Israël d'avoir saboté dimanche son usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, promettant une « vengeance » en temps et en heure.

Selon l'Iran, une « petite explosion » a entraîné une panne de courant et des dégâts « rapidement » réparables.

Le New York Times, selon qui l'opération a été menée par les Israéliens, écrit mardi de Jérusalem, citant « un responsable des renseignements », qu' « un engin explosif a été introduit clandestinement dans l'usine ».  Washington a nié toute implication.

Les discussions de Vienne réunissent les Etats encore parties à l'accord sur le nucléaire iranien (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Iran et Russie), sous l'égide de l'Union européenne. Washington y est associé mais sans contact direct avec les Iraniens.

Joe Biden, qui a succédé à M. Trump en janvier, a signalé son intention de réintégrer l'accord de 2015. Mais jusqu'à présent, Téhéran et Washington exigent mutuellement de l'autre qu'il fasse le premier pas.

La Maison Blanche a réaffirmé mardi « l'indéfectible engagement » du gouvernement américain « en faveur de la sécurité d'Israël et à garantir que l'Iran n'obtienne jamais l'arme nucléaire ».


Biden ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit israélo-palestinien

L'administration Biden a apporté son soutien à la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», estime un diplomate US
  • Le président fait face à une équation complexe: diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre ses distances avec Israël

WASHINGTON: Joe Biden l'a clairement laissé entendre: le conflit israélo-palestinien, sans espoir de résolution rapide, ne fait pas partie de ses priorités. Mais comme pour nombre de ses prédécesseurs, une crise oblige déjà le président des Etats-Unis à s'impliquer, a minima, pour éviter l'explosion.

L'escalade de la violence place le démocrate face à une équation complexe -- diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre plus franchement ses distances avec Israël après le soutien acharné manifesté par Donald Trump.

«On peut facilement comprendre que l'administration Biden considère qu'il s'agit d'un effort peu utile, peu rentable et semé d'embûches politiques», explique Aaron David Miller, ex-négociateur américain pour le Proche-Orient.

«Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», ajoute cet expert du cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

Selon lui, «dans le meilleur des cas, l'administration Biden peut juste espérer calmer la violence» dans la crise actuelle.

Ces derniers jours, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le conseiller pour la sécurité nationale Jake Sullivan ont multiplié les contacts et les déclarations en faveur d'une «désescalade». Selon des observateurs, Washington intervient aussi auprès de ses partenaires arabes comme l'Egypte, la Jordanie ou le Qatar, pour qu'ils favorisent un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.

Mais les tensions meurtrières, nées en partie de la menace d'expulsions visant des Palestiniens de Jérusalem-Est au profit de colons israéliens, et qui ont dégénéré d'abord en heurts puis en tirs de roquettes du Hamas vers l'Etat hébreu et en frappes de l'armée israéllienne contre la bande de Gaza, n'ont fait que s'accentuer.

Jusqu'ici, les rares mesures obtenues de la part des autorités israéliennes pour calmer le jeu se sont révélées insuffisantes.

«Soi-disant plan de paix»

«Je pense que les Américains espèrent surtout que les choses s'apaisent d'elles-mêmes dans les prochains jours, avec la fin du ramadan», dit Aaron David Miller.

A leur arrivée au pouvoir en janvier, le président Biden et son équipe ont fait savoir qu'ils n'entendaient pas se précipiter vers une nouvelle médiation -- d'autant que l'avenir politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est en suspens.

Antony Blinken a apporté son soutien à la création future d'un Etat palestinien mais a reconnu qu'il n'y avait pas de «perspective réaliste en ce sens à court terme». «Les deux parties ne sont pas actuellement en mesure d'entreprendre de vraies négociations pour aller vers une solution à deux Etats», a de nouveau constaté mardi son porte-parole Ned Price.

L'ex-président Trump avait tourné le dos à cette solution poussée par la communauté internationale et apporté tout son soutien à Benjamin Netanyahu en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël.

En fin de mandat, le milliardaire républicain avait avancé son plan de paix, qui aurait permis à l'Etat hébreu d'annexer une grande partie de la Cisjordanie, ne laissant aux Palestiniens qu'un Etat réduit à peau de chagrin avec une capitale en périphérie de Jérusalem.

«Je pense qu'on peut dire sans se tromper qu'il y a des éléments de ce soi-disant plan de paix qui ne représentent pas un point de départ constructif», a ironisé Ned Price.

L'administration Trump avait finalement donné la priorité à la reconnaissance d'Israël par d'autres pays arabes, avec succès, dans l'espoir de marginaliser encore davantage la question palestinienne.

Pas de rupture

L'administration Biden a elle apporté son soutien à cette normalisation -- l'une des rares réussites internationales qu'elle reconnaît au gouvernement précédent --, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien.

Joe Biden et Antony Blinken, des vétérans de la politique étrangère américaine, ont eux aussi des liens solides et anciens avec Israël. Mais les prises de position ultrafavorables à l'Etat hébreu de l'ère Trump ont contribué à faire évoluer une frange croissante du Parti démocrate américain, notamment à l'égard d'un Benjamin Netanyahu de plus en plus considéré comme un dirigeant de la droite extrême.

Bernie Sanders, principal adversaire de Joe Biden à la primaire démocrate, a appelé les Etats-Unis à «dénoncer fermement la violence des extrémistes israéliens alliés du gouvernement».

Phyllis Bennis, chercheuse à l'Institute for Policy Studies, classé à gauche, estime que le président américain, malgré certains désaccords avec «Bibi» Netanyahu, n'a pas affiché de véritable rupture avec plusieurs décisions controversées de son prédécesseur.

«Comme Israël ne veut pas que nous retournions dans l'accord sur le nucléaire iranien, mais que nous allons le faire malgré tout, alors nous n'allons prendre aucune autre décision susceptible de déplaire à Israël, comme faire pression contre ses violations directes du droit international», dit-elle.


Le président irakien rencontre le vice-ministre saoudien de la Défense à Bagdad

Le président irakien Barham Salih reçoit le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad (Fichier/Twitter/@ BarhamSalih)
Short Url
  • Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad
  • Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad

RIYAD: Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad, a rapporté Al Arabiya mardi. 

Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad et a salué le rôle central de l'Arabie saoudite dans la région. 

Au cours de la réunion, ils ont abordé le sujet des relations entre les deux pays et les moyens de les renforcer. 

A suivre... 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Les ministres des Affaires étrangères saoudien et turc discutent des relations bilatérales

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et M. Cavusoglu sont convenus de tenir des consultations régulières
  • « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », déclare M. Cavusoglu

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu mardi avec son homologue saoudien Mevlut Cavusoglu, et la délégation qui l’accompagnait, au bureau régional du ministère des Affaires étrangères à La Mecque. 

Lors de la réunion, à laquelle a également participé le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, ils ont discuté des relations entre les deux pays et des principaux développements régionaux et internationaux, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Ils sont convenus de « travailler sur les questions positives » de leur programme commun et de « tenir des consultations régulières », déclare M. Cavusoglu. « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », ajoute-t-il. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com