Notre-Dame, « symbole de notre unité » pour Hidalgo

Une vue du chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 15 avril 2021

Notre-Dame, « symbole de notre unité » pour Hidalgo

  • «Elle représente un repère qui a traversé les siècles, et la menace de sa disparition a provoqué une prise de conscience de notre fragilité », dit Anne Hidalgo
  • Au lendemain de l'incendie, la maire de Paris avait annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d'euros de la Ville pour la restauration de la cathédrale

Notre-Dame reste « un symbole de notre unité » pour la maire de Paris Anne Hidalgo, qui accompagnera le président Emmanuel Macron jeudi sur le chantier de reconstruction, deux ans jour pour jour après l'incendie de la cathédrale.

« Cette cathédrale nous élève, que l'on soit croyant ou non. Elle demeure un symbole de notre unité. Elle représente un repère qui a traversé les siècles, et la menace de sa disparition a provoqué une prise de conscience de notre fragilité », dit, dans un entretien au quotidien La Croix, l'élue socialiste pour expliquer l'engouement constant autour du monument sinistré.

« Les témoignages continuent de m'arriver du monde entier », affirme la maire de la capitale qui a récemment reçu l'émissaire américain pour le climat John Kerry. « Il est tout de suite allé à la fenêtre de mon bureau regarder Notre-Dame. »

Au lendemain de l'incendie, Anne Hidalgo avait annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d'euros de la Ville pour la restauration de la cathédrale. Mais « en accord avec l'État », selon elle, cette somme sera finalement consacrée au réaménagement des abords du site, et notamment du parvis, débattu et lancé jeudi en Conseil de Paris.

Les architectes seront choisis sur concours à l'issue d'une « consultation très large » à laquelle prendront part le diocèse, le recteur Patrick Chauvet, « les Parisiens, les Français mais aussi les visiteurs étrangers », précise la possible candidate à l'élection présidentielle. « Les citoyens seront donc au cœur du processus de sélection de l'équipe lauréate par un jury, au printemps 2022 », promet la maire.

En concertation avec le diocèse, Mme Hidalgo veut un parvis "beaucoup plus accueillant" et "restreindre la place de la voiture » autour du site.

Propriété de la ville, le parking souterrain situé sous le parvis, fermé depuis l'incendie et dont l'exploitant doit être indemnisé, doit devenir « un lieu chaleureux où les visiteurs trouveront une conciergerie et d'autres services pratiques ». 

Ce réaménagement pourrait permettre un accès par les quais de Seine, « par des bateaux-mouches ou des bateaux taxis », selon Mme Hidalgo.

Le calendrier dépendra de l'achèvement des travaux de la cathédrale elle-même. Le premier adjoint Emmanuel Grégoire, en charge de l'urbanisme, a dit à l'AFP son espoir de commencer le réaménagement « à partir de 2024 ». 

 


Macron prône «l'esprit d'apaisement» dans le débat sur la «réconciliation» franco-algérienne

Le président français Emmanuel Macron tient le rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie par l'historien français Benjamin Stora lors de sa livraison à l'Elysée à Paris le 20 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de l'Etat français «est revenu avec M. Tebboune sur le travail de mémoire, qui doit se poursuivre dans un esprit d’apaisement pour la réconciliation entre les peuples français et algérien»
  • «L'entretien a été l'occasion d'examiner les relations bilatérales», a précisé un bref communiqué de la présidence algérienne

PARIS: Emmanuel Macron a souhaité mardi, en s'entretenant avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune, que le travail de mémoire entrepris entre Paris et Alger « se poursuive dans un esprit d’apaisement », a indiqué l'Elysée.  

Au cours de cet entretien téléphonique, le chef de l'Etat français « est revenu avec M. Tebboune sur le travail de mémoire, qui doit se poursuivre dans un esprit d’apaisement pour la réconciliation entre les peuples français et algérien et, tout particulièrement, entre les jeunesses des deux pays », a précisé la présidence.  

Premier président français né après la guerre d'Algérie (1954-62), Emmanuel Macron a engagé une série d'« actes symboliques » et unilatéraux pour tenter de « réconcilier les mémoires » entre les deux rives de la Méditerranée, à l'approche du 60e anniversaire de l'indépendance.  

Les relations entre les deux pays peinent à se réchauffer durablement alors que l'Algérie a de nouveau réclamé samedi, à l'occasion de sa première « journée de la Mémoire », la »repentance » de Paris pour ses crimes durant la colonisation.  

M. Tebboune a réaffirmé ce jour-là que « l'excellence des relations avec la République française ne saurait exister en dehors de l'Histoire et du traitement des dossiers de la Mémoire, qui ne sauraient faire l'objet d'aucune renonciation ».  

Début avril, une visite du Premier ministre Jean Castex avait été reportée sine die à la demande de la partie algérienne, fâchée entre autre par la taille réduite de la délégation ministérielle française qui devait participer à un Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN).   

« L'entretien a été l'occasion d'examiner les relations bilatérales et de convenir de mettre à jour la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau », a précisé un bref communiqué de la présidence algérienne.  

Ce communiqué, publié par l'agence officielle APS, qui évoque un « échange de vues » sur les questions régionales, Sahel et Libye, ne fait aucune mention du dossier mémoriel.   

Fin avril, Emmanuel Macron avait estimé, dans un entretien au Figaro, que la volonté de réconciliation était « très largement partagée » malgré « quelques résistances » en Algérie.  

Au cours de leur entretien, MM. Macron et Tebboune « sont convenus de poursuivre leur action commune en faveur de la stabilité et la sécurité, notamment au Sahel et en Libye », a indiqué la présidence. Ils ont également « exprimé leur volonté de renforcer les échanges et la coopération bilatérale dans tous les domaines », selon elle. 


Tribune de militaires en France: les signataires invités à quitter l'armée

Le chef d'état-major des forces armées françaises, le général François Lecointre, pose lors d'une séance photo à Paris le 27 avril 2021. (Photo, AFP
Short Url
  • La tribune, publiée dimanche soir sous forme de pétition par l'hebdomadaire ultraconservateur Valeurs Actuelles, est parue moins de trois semaines après la publication, dans le même hebdomadaire, d'une première tribune de généraux
  • «Chaque militaire est libre de penser ce qu'il veut mais il lui appartient de distinguer sans ambigüité ce qui ressort de sa responsabilité de citoyen de ce qui ressort de sa responsabilité de militaire», a affirmé le général Lecointre

PARIS: Le chef d'état-major des armées françaises a invité mardi dans un courrier les signataires anonymes d'une tribune de militaires à quitter l'uniforme pour défendre librement leurs opinions tout en respectant la neutralité de l'armée.

«Le plus raisonnable est certainement de quitter l'institution pour pouvoir rendre publiques en toute liberté ses idées et ses convictions», écrit le général François Lecointre dans une lettre envoyée à tous les soldats, au ton délibérément apaisé et dépourvu de la moindre menace de sanctions.

La tribune, publiée dimanche soir sous forme de pétition par l'hebdomadaire ultraconservateur Valeurs Actuelles, est parue moins de trois semaines après la publication, dans le même hebdomadaire, d'une première tribune de généraux, dont certains sont menacés de sanctions. 

Ils dénonçaient le «délitement» de la France et se disaient prêts à «soutenir les politiques» qui œuvreraient contre.

Cette fois, ceux qui se présentent comme des militaires «récemment entrés dans la carrière» et dont certains ont «connu le feu ennemi» au Mali, en Afghanistan ou en Centrafrique, dénoncent ce qu'ils perçoivent comme «la guerre civile (qui) couve». 

Mais on ne connaît ni le nombre ni l'identité de ces militaires qui lancent un appel à «la survie» du pays.

«Depuis plusieurs semaines (...), l'obligation de réserve qui s'impose à tout militaire a été largement transgressée», constate le général Lecointre. 

Les signataires, «au nom de la défense de convictions personnelles (...) ont contribué à entraîner l'armée dans des débats politiques au sein desquels elle n'a ni légitimité ni vocation à intervenir», fait-il valoir, invitant la troupe à «faire preuve de bons sens et surtout de lucidité».

«Chaque militaire est libre de penser ce qu'il veut mais il lui appartient de distinguer sans ambigüité ce qui ressort de sa responsabilité de citoyen de ce qui ressort de sa responsabilité de militaire», insiste-t-il, réaffirmant que c'est bien la «neutralité» de l'armée qui lui permet son engagement «sans réserve et sans arrière-pensée». 

Les deux tribunes ont provoqué en France une petite tempête politique, n'épargnant aucun parti et poussant la ministre des Armées Florence Parly à intervenir pour rappeler, elle aussi, l'exigence de neutralité du soldat.


Ramadan: la fête de la rupture du jeûne aura lieu jeudi

Des musulmans prient à la «Grande Mosquée de Paris» le 13 avril 2021 heures avant le début du mois sacré musulman du Ramadan en France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ramadan, quatrième pilier de l'islam, a débuté le 13 avril, dans des conditions particulières pour la deuxième année consécutive, en raison de la crise sanitaire
  • La Mosquée de Paris organisera deux prières, «pour tenir compte du risque d'affluence»

PARIS: L'Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne qui marque la fin du mois sacré de ramadan, aura lieu jeudi, selon plusieurs responsables du culte musulman.

La Mosquée de Paris a confirmé cette date mardi soir lors d'une rencontre avec plusieurs fédérations de mosquées. Cette date est également celle annoncée par le Conseil français du culte musulman (CFCM).

L'Aïd el-Fitr ou Aïd el-Seghir (petite fête) est l'une des deux dates les plus solennelles du calendrier musulman avec l'autre Aïd, l'Aïd el-Kébir ou Aïd el-Adha, la grande fête ou fête du sacrifice.

Le ramadan, quatrième pilier de l'islam, a débuté le 13 avril, dans des conditions particulières pour la deuxième année consécutive, en raison de la crise sanitaire.

Pour la prière de jeudi, le ministère de l'Intérieur a demandé à ses services de veiller à ce que ne soient pas autorisés les rassemblements dans les stades en plein air, comme cela a pu être occasionnellement le cas par le passé.

Dans un communiqué, le président du CFCM Mohammed Moussaoui a rappelé que cette prière pouvait se faire chez soi ou collectivement. 

Il appelle les mosquées à organiser, dans la journée de jeudi, «plusieurs services de prière», de «les espacer d'au moins 30 minutes pour éviter que les fidèles se croisent» et «d’aérer les salles après chaque service».

La Mosquée de Paris elle-même organisera deux prières, «pour tenir compte du risque d'affluence», a-t-elle indiqué.

Si l'Aïd est traditionnellement l'occasion de repas de fête en famille, de visites rendues à ses proches et d'échanges de cadeaux, le CFCM recommande pour cette année encore d'«éviter (...) les repas impliquant des personnes qui ne partagent pas le même foyer», les «accolades et les embrassades».

Les musulmans sont invités à acquitter une aumône pour les pauvres, la zakât el-Fitr, fixée à 7 euros pour chaque membre d'un foyer.

La France compte entre cinq et six millions de musulmans pratiquants et non-pratiquants, selon les dernières études sur le sujet (Pew Research Center, institut Montaigne, Insee, Ined), ce qui fait de l'islam la deuxième religion du pays et de la communauté musulmane française la première communauté musulmane en Europe.