«Seize ans d’échec» affectent l’attitude des électeurs palestiniens

Un employé électoral quitte le bureau de la Commission électorale centrale palestinienne à Gaza. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 15 avril 2021

«Seize ans d’échec» affectent l’attitude des électeurs palestiniens

  • Un nombre de listes indépendantes parient à présent sur un changement d’humeur des électeurs
  • «Le tribalisme n’aura pas d’importance dans ces élections, et la priorité ne sera pas accordée au programme politique»

GAZA CITY: Lors des dernières élections législatives, Muhammad Al-Astal a voté pour Muhammad Dahlan, candidat du Fatah dans la ville de Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, au lieu de donner sa voix à un membre de sa famille, Yunus Al-Astal, candidat du Hamas.

Cette fois-ci, Muhammad votera à nouveau pour le Fatah lors des élections prévues le 22 mai, malgré la présence de ses proches dans les listes factions.

Aujourd’hui, bien après les dernières élections qui datent du début de 2006, 36 listes, dont sept qui appartiennent à des partis politiques et le reste formées d’indépendants, sont en lice aujourd’hui. Mais les électeurs sont exténués par des années de division interne.

En raison de l'occupation israélienne, les Palestiniens sont traditionnellement affiliés à des partis ou à de larges groupes avec des tendances politiques qui décident souvent de leur choix aux urnes.

Cependant, un nombre de listes indépendantes parient à présent sur un changement d’humeur des électeurs, en raison de ce qu’elles appellent «des années d’errance et d’échec politique».

Mohammad fait partie de ces électeurs. Il a hérité d'une affiliation au Fatah de son père et de ses frères, et il croit que ce parti est «le plus apte à diriger le peuple palestinien».

Les divergences internes au Fatah, représenté par trois listes dans les législatives, n'ont pas affecté sa position. Il soutient la liste officielle du Fatah formée par le président Mahmoud Abbas.

«Nous ne devons pas perdre de vue nos objectif, ni en votant pour des candidats sur la base de nos liens de parenté, ni pour d'autres listes. Nous avons besoin de l'unité du Fatah pour achever la continuité de la lutte et de la libération de la Palestine», déclare Mohammad à Arab News.

Les factions du Dialogue du Caire ont accepté d’adopter une représentation proportionnelle complète lors des prochaines élections, au lieu d’un système mixte des listes et des candidats. La personnalité d’un candidat n’est plus un facteur principal pour attirer les électeurs.

Les experts appellent les électeurs comme Mohammad le «bloc solide», qui est composé de ceux qui appartiennent à des partis politiques et dont les votes sont réglés en faveur de leurs listes de parti, et ne sont pas influencés par leur tribu ou leur région géographique. Ils ne font pas attention à la campagne électorale.

Mohammad n'a tenu compte, lors des dernières élections, d'aucune critique à l'encontre de Dahlan, qui dirigeait le mouvement de réforme démocratique au sein du Fatah jusqu’à sa révocation du parti en 2018. Cette fois, il a formé une liste électorale indépendante, mais Mohammad ne compte certainement pas voter pour lui.

Le Centre de vision pour le développement politique a interrogé des experts et des universitaires sur les priorités des électeurs pour une liste particulière, en demandant comment l'éducation sociale et les facteurs d'appartenance aux espaces sociaux tels que la famille et la tribu, ou à l'espace géographique comme la ville et le village, affectent les attitudes.

Le sondage arrive à la conclusion que «le tribalisme n’aura pas d’importance dans ces élections, et la priorité ne sera pas accordée au programme politique». Le facteur décisif sera l’affiliation à un parti, en plus des chances de fournir une liste qui s’intéresse en premier lieu sur le plan économique.

Samer Najm Al-Din, professeur de droit à l'Université d'Hébron en Cisjordanie, explique que «l'affiliation politique sera sans doute le principal acteur dans l'orientation de l'électeur, car il n'y a pas de Palestinien qui ne soit pas encadré intellectuellement.

«Malheureusement, les programmes électoraux détaillés des candidats en bloc n'auront pas un rôle décisif pour influencer l'électeur. Ce qui peut influer sur l’orientation des électeurs, ce sont les titres clairs ou généraux du programme électoral, tels que l’adoption de la résistance ou la prospérité économique, sans prêter grande attention aux détails. Le programme électoral qui est fondé sur des idées claires et simplifiées, faisant appel aux Palestiniens avec des gros titres attirants, est le programme qui attire l’électorat en général».

Sania Al-Husseini, professeur de sciences politiques et de relations internationales à l'Université arabe américaine de Ramallah, a indiqué: «Il ne fait aucun doute que la scène palestinienne est complexe, en particulier à l’étape actuelle, et ses priorités en matière de vote pour une liste se distinguent en fonction de la situation économique et sociale, etc…».

En ce qui concerne les conditions d'éducation sociale et les facteurs d'appartenance à une famille ou à une tribu, Al-Husseini croit que les deux auront probablement un impact sur les attitudes des électeurs, mais la nature du système existant limite ces effets, à cause du système de vote proportionnel.

Le chercheur en développement politique Thamer Sabaana estime que, sur la base des sondages d'opinion, le factionnalisme continuera à jouer un rôle crucial dans les résultats des votes.

Hussam Al-Dajani, professeur de sciences politiques à l'Université Al-Oumma à Gaza, reconnaît que «l'appartenance au parti est plus forte que l'appartenance à une tribu ou à une région géographique». Il ajoute cependant que «seize ans d’échec et d’errance politique auront décidément un impact significatif sur l’attitude des électeurs».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Gazaouis se délectent de poisson fumé le premier jour de l'Aïd

Le secteur de la pêche représente moins de 5% du PIB de Gaza et fait vivre quelque 50 000 personnes, une partie des 2 millions d’habitants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les Palestiniens affirment que le hareng et le fésikh ouvrent l'appétit et sont bénéfique pour l'estomac après un mois de jeûne
  • L’industrie locale de la pêche est florissante, car le hareng importé d’Israël, qui était depuis des années le principal fournisseur des besoins de Gaza, a énormément diminué

BANDE DE GAZA: Abed Rabbo Adwan, qui a appris il y a quelques années à préparer le hareng, préfère faire cuire le poisson chez lui dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Le hareng et le fésikh constituent le plat principal sur les tables de la majorité des habitants de Gaza pendant le premier jour de l’Aïd Al-Fitr. En plus d’ouvrir l'appétit selon eux, ils seraient également bénéfiques pour l'estomac après un mois de jeûne.

La popularité de ce plat s'est répandue dans toutes les maisons palestiniennes, en particulier dans le sud de la bande de Gaza, à côté de la frontière avec l'Égypte.

Adwan révèle que la préparation du hareng à la maison en garantit la qualité, ainsi qu’un prix beaucoup plus bas que le poisson disponible sur le marché, et qui est généralement préparé localement ou importé d'Israël.

Il raconte que la famille l'aide à préparer le poisson, ce qui crée une atmosphère joyeuse pendant les derniers jours du ramadan et avant l'Aïd.

L’industrie locale de la pêche est en pleine croissance, car le hareng importé d’Israël, principal fournisseur de Gaza depuis des années, a énormément diminué. Le prix d'un kilo de poisson fumé préparé localement est de 20 shekels (6 dollars), soit environ la moitié du prix de son équivalent importé d'Israël.

Pour commencer, Adwan achète un kilo de maquereau ou de thon congelé, le nettoie, puis le sale avec l'aide de sa famille. Après cela, il fume le poisson d'une manière artisanale qui ne coûte pas cher.

La préparation consiste à ôter les entrailles, remplir le poisson nettoyé avec du sel et le laisser pendant 24 heures. Après avoir bien lavé puis séché le poisson, il le suspend verticalement avec des pinces en fer sur des barres de fer à l'intérieur d'un enfumoir. Le feu est démarré avec du charbon de bois et de la sciure.

N’ayant pas d’ enfumoir, Adwan utilise plutôt un récipient en fer et le ferme hermétiquement pour bloquer l'air, afin que le poisson à l'intérieur ne prenne pas feu ou ne s’abîme.

«Le poisson reste exposé à la fumée, pendant environ deux heures», explique-t-il. «Ça donne au poisson le goût de la fumée, et fait passer sa couleur du blanc au jaunâtre au doré. Il est alors prêt à être servi».

Comme certains membres de sa famille préfèrent le fésikh au hareng pour le petit-déjeuner le premier jour de l'Aïd, Adwan en fait une quantité limitée en utilisant une méthode différente. Un kilo de fésikh sur le marché varie entre 10 et 30 shekels et il est stocké dans un endroit à l'abri de l'air pendant environ un mois.

Les commerçants assurent que Gaza produit de grandes quantités de hareng et de fésikh, suffisantes pour la consommation locale. Gaza pourrait même exporter le poisson, si on lui en donne l'occasion.

Ibrahim Hejazi, le propriétaire de l'une des plus grandes usines de hareng de Gaza, confie avoir commencé dans l'industrie il y a environ sept ans avec une quantité limitée destinée à la consommation personnelle. L'idée s'est développée, et il a construit une usine qui a commencé à produire de grandes quantités.

«J'ai été encouragé par un grand nombre de clients pour agrandir l'usine et acheter un enfumoir pour la préparation du hareng», raconte Hejazi. «Aujourd’hui, nous sommes l'usine la plus célèbre de la bande de Gaza, et nous vendons nos produits aux commerçants, aux distributeurs et aux magasins».

Hejazi a acquis d'autres boulangeries et doublé ses effectifs, qui auraient été sinon surchargés pendant le ramadan. Son équipe travaille jour et nuit afin de préparer du poisson fumé et répondre aux besoins du marché.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un journaliste marocain en grève de la faim hospitalisé en prison

Une bannière de soutien aux journalistes Omar Radi et Souleimane Raissouni est accrochée à la façade du siège du Syndicat des journalistes tunisiens à Tunis à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Soulaimane m'a appris qu'il a été transféré au centre médical de la prison suite à la paralysie de sa jambe droite», a déclaré son épouse
  • «Il a perdu 25 kilos» depuis son arrestation en mai 2020 mais insiste pour poursuivre sa grève de la faim face «au mutisme des autorités»

RABAT: Le journaliste marocain Soulaimane Raissouni, en détention préventive depuis un an et en grève de la faim depuis un mois, a été transféré au centre médical de sa prison à Casablanca suite à «la détérioration de son état de santé», a-t-on appris mardi auprès de sa famille. 

«Soulaimane m'a appris hier (lundi) qu'il a été transféré au centre médical de la prison suite à la paralysie de sa jambe droite», a déclaré son épouse Khouloud Mokhtari.

Il n'a pas été possible de confirmer cette information auprès de l'administration pénitentiaire.

Le journaliste âgé de 48 ans, rédacteur en chef du journal Akhbar Al-Yaoum --qui a cessé de paraître mi-mars pour des raisons financières--, a cessé de s'alimenter le 8 avril dans l'espoir d'obtenir une libération provisoire, plusieurs fois refusée par la justice marocaine. Il est poursuivi pour «agression sexuelle», après une plainte déposée par un militant LGBT qu'il a toujours contestée. 

«Il a perdu 25 kilos» depuis son arrestation en mai 2020» mais insiste pour poursuivre sa grève de la faim face «au mutisme des autorités», a affirmé son épouse.

Un autre journaliste, Omar Radi avait lui aussi entamé une grève de la faim mais l'a suspendue après 21 jours pour des raisons de santé. 

«Sa santé s'améliore mais il n'est pas complétement rétabli», a déclaré son père Driss Radi.

M. Radi, connu pour son engagement en faveur des droits humains, se trouve en détention préventive depuis plus de neuf mois, après des accusations d'espionnage et de «viol», deux affaires séparées instruites et jugées conjointement. 

Après plusieurs reports, son procès est prévu le 18 mai, tout comme celui de M. Raissouni.

Selon leurs soutiens, la justice, instrumentalisée, les poursuit en raison de leurs publications critiques, ce que démentent les autorités marocaines.

Plus de 500 personnalités, dont des anciens ministres, ont récemment appelé dans une pétition à leur libération en s'inquiétant des risques pour leur santé.

Le délégué général des prisons, Mohamed Salah Tamek, s'est insurgé dans un récent article contre «les mensonges qui ne visent qu'à nuire à la réputation du pays», affirmant que le journaliste consommait «des dattes, du miel et des comprimés vitaminés».

L'administration pénitentiaire avait indiqué dans un récent communiqué avoir tenté de dissuader M. Raissouni de mener une grève de la faim «en raison des graves conséquences de cette décision sur son état de santé». 


Biden ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit israélo-palestinien

L'administration Biden a apporté son soutien à la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», estime un diplomate US
  • Le président fait face à une équation complexe: diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre ses distances avec Israël

WASHINGTON: Joe Biden l'a clairement laissé entendre: le conflit israélo-palestinien, sans espoir de résolution rapide, ne fait pas partie de ses priorités. Mais comme pour nombre de ses prédécesseurs, une crise oblige déjà le président des Etats-Unis à s'impliquer, a minima, pour éviter l'explosion.

L'escalade de la violence place le démocrate face à une équation complexe -- diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre plus franchement ses distances avec Israël après le soutien acharné manifesté par Donald Trump.

«On peut facilement comprendre que l'administration Biden considère qu'il s'agit d'un effort peu utile, peu rentable et semé d'embûches politiques», explique Aaron David Miller, ex-négociateur américain pour le Proche-Orient.

«Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», ajoute cet expert du cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

Selon lui, «dans le meilleur des cas, l'administration Biden peut juste espérer calmer la violence» dans la crise actuelle.

Ces derniers jours, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le conseiller pour la sécurité nationale Jake Sullivan ont multiplié les contacts et les déclarations en faveur d'une «désescalade». Selon des observateurs, Washington intervient aussi auprès de ses partenaires arabes comme l'Egypte, la Jordanie ou le Qatar, pour qu'ils favorisent un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.

Mais les tensions meurtrières, nées en partie de la menace d'expulsions visant des Palestiniens de Jérusalem-Est au profit de colons israéliens, et qui ont dégénéré d'abord en heurts puis en tirs de roquettes du Hamas vers l'Etat hébreu et en frappes de l'armée israéllienne contre la bande de Gaza, n'ont fait que s'accentuer.

Jusqu'ici, les rares mesures obtenues de la part des autorités israéliennes pour calmer le jeu se sont révélées insuffisantes.

«Soi-disant plan de paix»

«Je pense que les Américains espèrent surtout que les choses s'apaisent d'elles-mêmes dans les prochains jours, avec la fin du ramadan», dit Aaron David Miller.

A leur arrivée au pouvoir en janvier, le président Biden et son équipe ont fait savoir qu'ils n'entendaient pas se précipiter vers une nouvelle médiation -- d'autant que l'avenir politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est en suspens.

Antony Blinken a apporté son soutien à la création future d'un Etat palestinien mais a reconnu qu'il n'y avait pas de «perspective réaliste en ce sens à court terme». «Les deux parties ne sont pas actuellement en mesure d'entreprendre de vraies négociations pour aller vers une solution à deux Etats», a de nouveau constaté mardi son porte-parole Ned Price.

L'ex-président Trump avait tourné le dos à cette solution poussée par la communauté internationale et apporté tout son soutien à Benjamin Netanyahu en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël.

En fin de mandat, le milliardaire républicain avait avancé son plan de paix, qui aurait permis à l'Etat hébreu d'annexer une grande partie de la Cisjordanie, ne laissant aux Palestiniens qu'un Etat réduit à peau de chagrin avec une capitale en périphérie de Jérusalem.

«Je pense qu'on peut dire sans se tromper qu'il y a des éléments de ce soi-disant plan de paix qui ne représentent pas un point de départ constructif», a ironisé Ned Price.

L'administration Trump avait finalement donné la priorité à la reconnaissance d'Israël par d'autres pays arabes, avec succès, dans l'espoir de marginaliser encore davantage la question palestinienne.

Pas de rupture

L'administration Biden a elle apporté son soutien à cette normalisation -- l'une des rares réussites internationales qu'elle reconnaît au gouvernement précédent --, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien.

Joe Biden et Antony Blinken, des vétérans de la politique étrangère américaine, ont eux aussi des liens solides et anciens avec Israël. Mais les prises de position ultrafavorables à l'Etat hébreu de l'ère Trump ont contribué à faire évoluer une frange croissante du Parti démocrate américain, notamment à l'égard d'un Benjamin Netanyahu de plus en plus considéré comme un dirigeant de la droite extrême.

Bernie Sanders, principal adversaire de Joe Biden à la primaire démocrate, a appelé les Etats-Unis à «dénoncer fermement la violence des extrémistes israéliens alliés du gouvernement».

Phyllis Bennis, chercheuse à l'Institute for Policy Studies, classé à gauche, estime que le président américain, malgré certains désaccords avec «Bibi» Netanyahu, n'a pas affiché de véritable rupture avec plusieurs décisions controversées de son prédécesseur.

«Comme Israël ne veut pas que nous retournions dans l'accord sur le nucléaire iranien, mais que nous allons le faire malgré tout, alors nous n'allons prendre aucune autre décision susceptible de déplaire à Israël, comme faire pression contre ses violations directes du droit international», dit-elle.