Comment les pays du CCG peuvent réduire leur empreinte carbone

Un saoudien discute avec un journaliste sur la centrale solaire d'Uyayna au nord de Ryad. (Photo d'archives AFP).
Un saoudien discute avec un journaliste sur la centrale solaire d'Uyayna au nord de Ryad. (Photo d'archives AFP).
Short Url
Publié le Samedi 11 juillet 2020

Comment les pays du CCG peuvent réduire leur empreinte carbone

  • Dans la région du CCG, il existe des preuves tangibles que la transition énergétique est en cours, en particulier à Dubaï selon Faisal Rashid, directeur de la gestion de la demande au Conseil suprême de l’énergie de l’émirat.
  • Au cours de la dernière décennie, les énergies renouvelables auraient été à la hauteur de leur potentiel, la croissance des capacités mondiales ayant dépassé les volumes de combustibles fossiles.

DUBAI:  Depuis un certain temps déjà, les experts en énergie attirent l’attention sur la nécessité pour les pays producteurs de pétrole du Conseil de coopération du Golfe (CCG) de favoriser, de façon urgente, une économie circulaire du carbone et de s’orienter vers un avenir plus propre, basé sur la technologie.

En signe d’évolution des priorités stratégiques du plus grand producteur de pétrole du bloc, l’Arabie Saoudite a accueilli cette année la conférence internationale sur le Captage, l’Utilisation et le Stockage du Carbone (Carbon Capture Usage and Storage, [CCUS]).

Les intervenants à la conférence de Riyad ont exposé les arguments en faveur d’une transition progressive vers des technologies à teneur faible en carbone et plus respectueuses de l’environnement, dans l’intérêt à long terme du Royaume.

« Les objectifs climatiques mondiaux dictent une grande partie des changements technologiques dans le secteur de l’énergie, et la dynamique derrière des secteurs comme le solaire, l’éolien ou le stockage des batteries est immense », a déclaré Dario Traum, responsable de la transition énergétique de la zone Europe, Middle East, Afrique ([EMEA], « Europe, Moyen-Orient, Afrique ») chez BloombergNEF. Pour être moderne, diversifiée et compétitive, l’économie de l’Arabie Saoudite doit adopter pleinement ces nouvelles technologies. L’Arabie Saoudite a fixé des objectifs extrêmement ambitieux pour la transformation du pays, et ceux-ci seront plus facilement atteints si elle intègre toute l’évolution économique et technologique du secteur de l’énergie », a-t-il ajouté.

Les intervenants ont déclaré qu’une transformation du secteur de l’énergie ne manquerait pas de générer de nouvelles opportunités de croissance tout en offrant un cadre de vie plus sain à la population.

« L’Arabie Saoudite traverse une transition rapide tant sur le plan sociétal qu’économique », a déclaré Antoine Vagneur-Jones, analyste en chef de la région Middle East and North Africa ([Mena], Afrique du Nord et Moyen-Orient) chez BloombergNEF. L’accent a été mis en grande partie sur la diversification pour réduire le poids du secteur pétrolier et attirer davantage d’investisseurs internationaux dans le pays. L’accélération des investissements dans le secteur des énergies propres devra s’accompagner de mesures semblables à celles qui sont nécessaires dans les autres secteurs que le gouvernement saoudien cherche à développer », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre : « En  prérequis, le secteur de la production d’électricité doit être entièrement ouvert aux producteurs d’électricité indépendants ».

Il explique qu’il existe peu d’exemples, voire aucun, de marchés de l’énergie propre en croissance rapide sans que cette condition ne soit remplie.

« Les ventes aux enchères sont un excellent moyen d’attirer les investisseurs internationaux, a-t-il déclaré à Arab News. Les appels d’offres de l’Arabie Saoudite ont été lents à donner des résultats et les Saoudiens se sont concentrés sur la passation de marchés pour de très grands projets. Cette approche n’offre pas la fréquence et la transparence nécessaires pour soutenir le développement d’une industrie dynamique de l’énergie propre ».

Selon lui, le Royaume pourrait également favoriser un boom de l’énergie propre par le biais de réformes des prix de l’énergie visant à faciliter l’adoption de panneaux solaires sur les toits et à changer la règlementation pour créer une demande dans les accords d’achat d’énergie propre.

Dans la même veine, Traum a déclaré : « Actuellement, les principaux moyens de réduire les émissions sont l’efficacité énergétique et le remplacement des formes d’énergie les plus polluantes par d’autres qui émettent moins ou pas du tout – par exemple par le passage du charbon au gaz, du gaz aux énergies renouvelables, et des moteurs à combustion aux moteurs électriques dans les voitures ».

Il a ajouté : « Ces changements permettront d’obtenir la grande majorité des réductions d’émissions nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux ».

Néanmoins, il restera un certain nombre de secteurs « difficiles à réduire » dans lesquels le passage à l’électricité propre pourrait s’avérer compliqué, a averti M. Traum.

Citant comme exemple les industries lourdes telles que la fabrication d’acier et la production de ciment, il a déclaré que de nouvelles solutions comme l’hydrogène propre et la capture ainsi que le stockage du carbone pourraient devenir nécessaires pour la décarbonisation.

L’équilibre entre les coûts et les avantages s’avérera tout aussi décourageant. Le développement de la CCUS nécessitera des investissements substantiels de la part des industries concernées et des gouvernements pour mettre sur pied des solutions économiquement viables.

Bien qu’il y ait des signes de reprise de l’activité sur certains marchés, les dépenses de recherche et développement dans le secteur de l’énergie seraient loin d’atteindre le niveau où elles devraient être pour que la CCUS joue un rôle central à court et moyen termes.

Selon les experts, les réformes et les transitions radicales sont difficiles pour tous les pays, surtout lorsque les secteurs qui ont le plus besoin d’être remaniés sont au cœur de l’ADN économique d’un pays, comme c’est le cas du pétrole en Arabie Saoudite.

« L’énergie propre est aujourd’hui une réussite mondiale de plus en plus motivée par la compétitivité du secteur, a indiqué M. Traum. Le solaire et l’éolien sont les formes les moins chères de production de nouvelles énergies propres dans la quasi-totalité du monde. » Et, dans le contexte du Royaume, « historiquement, les autorités ont laissé la population bénéficier des richesses énergétiques du pays par le biais de divers transferts fiscaux, notamment des prix de détail de l’énergie fortement subventionnés. Si cela a apporté des avantages socio-économiques certains, cela fausse aujourd’hui l’économie des technologies énergétiques et constitue un obstacle à l’adoption rapide des énergies renouvelables et un frein au plan de diversification de l’économie du gouvernement», a-t-il ajouté.

Selon Traum, l’importance historique du secteur pétrolier ne signifie pas que l’Arabie Saoudite ne peut pas se réinventer comme l’un des plus grands marchés d’énergie propre au monde d’ici une année ou deux.

« La programmation d’enchères régulières, avec un volume convenu à l’avance, et la transparence du processus d’appel d’offres ont permis de créer un boom des investissements dans des dizaines de pays à travers le monde, le Kazakhstan, le Mexique et l’Inde étant des exemples notables, a-t-il déclaré.

Il n’y a aucune raison qu’une économie de la taille de celle de l’Arabie Saoudite, avec ses ressources solaires exceptionnelles ne puisse rejoindre ces marchés de premier plan.

Ailleurs dans la région du CCG, il existe des preuves tangibles que la transition énergétique est en cours, en particulier à Dubaï selon Faisal Rashid, directeur de la gestion de la demande au Conseil suprême de l’énergie de l’émirat.

« Il existe des technologies de rupture qui nous permettent de rendre nos infrastructures énergétiques plus intelligentes », a-t-il déclaré, citant une foule d’exemples : stockage de l’énergie, bâtiments à consommation énergétique nulle, électrification des véhicules, réseaux et compteurs intelligents, numérisation des systèmes énergétiques et stratégies intégrées d’optimisation de l’eau.

Développant le sujet, Rashid a ajouté : « Si nous parlons à la fois de l’offre et de la demande, de l’efficacité énergétique et de l’adaptation solaire dans notre région, il existe un bon potentiel d’amélioration drastique, surtout en raison de la très forte intensité énergétique par habitant. Le stockage des énergies renouvelables et un refroidissement plus efficace sont également des opportunités clés ».

Au cours de la dernière décennie, les énergies renouvelables auraient été à la hauteur de leur potentiel, la croissance des capacités mondiales ayant dépassé les volumes de combustibles fossiles.

« Nous pouvons économiser jusqu’à 30 % en moyenne en utilisant des technologies éprouvées et des mesures connues », a déclaré M. Rashid à Arab News. La mobilité verte par l’augmentation des véhicules électriques et hybrides est également viable et se poursuit à Dubaï, avec pour objectif de réduire la consommation de combustibles fossiles à l’horizon 2030 et d’améliorer la qualité de l’air ».

Le Dr Najib Dandachi, PDG de la société de conseil Al-Usul, basée aux Émirats arabes unis, a déclaré que le transport et la production d’électricité sont responsables d’un peu plus de 50 % des émissions, et le CCG ne fait pas exception.

« En effet, la situation pourrait être exacerbée par le dessalement de l’eau et l’existence limitée des transports publics dans la plupart des pays de la région », a-t-il déclaré à Arab News.

« Cependant, la plupart des pays du CCG se sont lancés dans des programmes d’énergie propre vraiment agressifs qui vont rapidement remplacer la production d’énergie thermique à partir de combustibles fossiles. »

M. Dandachi considère l’Arabie Saoudite comme le pays le plus ambitieux à cet égard, soulignant qu’elle a récemment mis à jour ses plans dans le but de produire environ 27 gigawatts d’énergie propre d’ici 2024.

« Toutes les agences doivent coopérer et se coordonner pour maximiser les chances d’atteindre ces objectifs dans un délai relativement très court », a-t-il déclaré. En outre, les Émirats arabes unis déploient de sérieux efforts pour développer des usines de dessalement de l’eau à base d’énergies renouvelables, l’enjeu étant de réduire leur empreinte carbone autant possible techniquement. Dans ces circonstances, une coopération et des alliances accrues avec des consultants, des fournisseurs et des conseillers expérimentés qui comprennent la nature particulière de l’environnement commercial, seront essentielles », a ajouté M. Dandachi.


Les employés des banques au Liban veulent un renforcement de la sécurité après la prise d'otages

La police libanaise monte la garde devant l'entrée d'une succursale de Fransabank au Liban en avril 2020, après que des assaillants ont lancé un engin explosif contre l'entrée de la banque. (AFP/Dossier)
La police libanaise monte la garde devant l'entrée d'une succursale de Fransabank au Liban en avril 2020, après que des assaillants ont lancé un engin explosif contre l'entrée de la banque. (AFP/Dossier)
Short Url
  • Les employés tiennent les banques responsables du comportement parfois criminel de clients en colère
  • Une famille effrayée pour la vie de sa fille lui demande de quitter son emploi dans la banque ou de travailler à distance

BEYROUTH: Le personnel des  banques au Liban a appelé à des mesures de sécurité supplémentaires après qu'un homme a pris en otage des personnes et menacé de faire sauter une succursale dans la vallée de la Bekaa cette semaine.

Les forces de sécurité libanaises ont arrêté mardi Abdullah Al-Saii après l'incident survenu à la succursale de la Banque de Beyrouth et des pays arabes à Jeb Jannine alors qu'il tentait de retirer 50 000 dollars (44 070 euros) de son compte.

Armé d'un fusil, d'une grenade et de bouteilles d’essence lorsqu'il a fait irruption dans la banque, Al-Saii a déclaré que le personnel de la banque avait plusieurs fois rejeté ses demandes de retrait, pour cause de crise économique dans le pays.

Al-Saii a retenu en otage plus de 10 employés et clients de la banque pendant plusieurs heures, exigeant qu'il soit autorisé à retirer l'argent. Il a dit qu'il ferait sauter la succursale si ses demandes n'étaient pas satisfaites. Le bâtiment a été bouclé et l'incident résolu à la suite de négociations.

L'incident a suscité la peur parmi le personnel bancaire au Liban, qui a appelé à une sécurité renforcée.

Les parents de l'employée de banque Hana Saleemlui lui ont demandé de quitter son emploi dans la banque ou detravailler à distance à la suite de l'incident.

« Après que le personnel et les clients de la banque ont été pris en otage dans une banque de la vallée de la Bekaa, mes parents ont eu peur pour ma vie et ils m'ont suppliée de démissionner », a-t-elle déclaré à Arab News.

Une autre employée de banque, Dalia Hassan, estime que l'incident BBAC n'est qu'un parmi tant d’autres, qui ont mis la vie des employés de banque en danger.

« Depuis le début de la crise financière il y a plus de deux ans, les banques ont fait l'objet de nombreuses attaques de la part de clients armés, de bulldozers et même de clients en colère munis de cocktails Molotov », a-t-elle déclaré, confirmant qu'elle avait peur lorsqu'un client agité vocifère sur son lieu de travail.

« Chaque fois qu'un client en colère crie, mes collègues et moi nous cachons sous nos bureaux ou à l'intérieur des toilettes, craignant qu’il ne soit armé et ne nous tire dessus », a déclaré Hassan, qui a confirmé que la succursale de Hamra où elle travaille n'a employé que deux agents de sécurité privés.

Des policiers et des agents de sécurité supplémentaires doivent être postés à l'intérieur et à l'extérieur des banques pour « la protection et la sécurité », a-t-elle ajouté.

Wael Imad, un directeur de succursale, a déclaré à Arab News que lorsque les banques ne peuvent pas répondre à une demande de retrait d'un client, c'est le personnel et non la direction qui est en première ligne face aux clients en colère.

Il accuse les banques pour les actions souvent imprudentes menées par des clients en colère et déclare : « Les banques sont responsables lorsque les clients recourent à des méthodes illégales dans, ce que je pense être une tentative légitime d'accéder à leurs dépôts. »

Il indique que les banques sont censées protéger leur personnel qui ne se sent pas en sécurité dans son environnement de travail.

« L'année dernière, j'ai été battu par un groupe de clients en colère. La police est arrivée trop tard à notre succursale pour maîtriser les assaillants », se souvient Imad.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: les talibans revendiquent « le droit d'arrêter les opposants », y compris les féministes

Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes
  • Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition

KABOUL : Le gouvernement taliban a "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants", dont les femmes qui manifestent régulièrement "sans autorisation", a affirmé samedi son principal porte-parole, réagissant à la récente disparition de deux militantes féministes dans laquelle le régime nie être impliqué.

Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition. Des journalistes ont été tabassés et certains critiques du régime arrêtés.

Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes. 

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a appelé samedi les talibans à "fournir des informations" concernant le sort de ces deux militantes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel.

Lors d'un entretien avec l'AFP, le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid, a nié toute interpellation.

Le gouvernement a toutefois "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants ou ceux qui violent la loi", a-t-il précisé, en ajoutant que "personne ne devrait créer de perturbations, car cela trouble l'ordre public et la paix". 

Les militantes féministes organisent régulièrement des petits rassemblements dans la capitale pour réclamer le respect des droits des femmes.

Elles manifestent "sans autorisation", a fait valoir M. Mujahid. "Si cela arrivait dans un autre pays, des personnes comme elles seraient arrêtées".

"Dans notre pays également, elles seront emprisonnées et confrontées à leurs responsabilités. Nous n'autorisons pas les activités illégales", a ajouté le porte-parole, également vice-ministre de l'Information et de la Culture.

Discussions en Norvège

Depuis l'arrêt de l'aide internationale, qui représentait environ 80% de son budget, et le gel par les Etats-Unis de 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane, l'Afghanistan s'enlise dans une profonde crise humanitaire.

La famine menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui réclame aux pays donateurs 4,4 milliards de dollars pour faire face.

C'est dans ce contexte que doivent s'ouvrir dimanche en Norvège des discussions entre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan et les diplomaties occidentales, qui érigent le respect des droits des femmes comme condition préalable à toute reconnaissance officielle du gouvernement.

Une délégation talibane doit rencontrer les autorités norvégiennes et des représentants d'autres pays, dont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Union européenne.

"L'Emirat islamique (nom donné par les talibans à leur régime, ndlr) a pris des mesures pour satisfaire les exigences du monde occidental et nous espérons renforcer nos relations diplomatiques avec tous les pays, y compris les pays européens et l'Occident en général", a déclaré M. Mujahid.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans assurent s'être modernisés par rapport à leur dernier règne (1996-2001), lors duquel ils ont largement piétiné les droits humains.

Les femmes restent toutefois largement exclues des emplois publics et les écoles publiques restent fermées pour les filles de plus de 12 ans. 

Les femmes désirant voyager doivent également être accompagnées par un homme de leur famille proche et des affiches leur rappelant qu'elles "doivent" porter un voile, accompagnées de photos de burqa, ont été placardées dans Kaboul.

Combattants « novices »

Vendredi, la police religieuse des talibans a menacé de tirer sur des femmes travaillant pour des ONG internationales dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan si elles ne portaient pas la burqa, selon deux employés de ces organisations.

M. Mujahid a mis ces tentatives d'intimidation sur le compte de l'inexpérience des combattants talibans, désormais chargés de l'ordre public après 20 ans de guérilla. 

Les forces gouvernementales sont "très novices (...) et pas professionnelles", a-t-il argué. "Ils n'ont pas été formés".

Selon M. Mujahid, le nouveau régime est en faveur des droits des femmes, qu'il concilie avec son interprétation stricte de la charia, la loi islamique.

"Même sans les demandes (de la communauté internationale), nous estimons nécessaire que les femmes travaillent et soient éduquées", a-t-il insisté.

Aucune date n'est en revanche arrêtée pour un éventuel retour en classe des jeunes filles dans les provinces où elles sont exclues des écoles publiques. 

Il aura lieu "au cours de l'année à venir", mais "nous ne pouvons pas fixer une date butoir", a expliqué le porte-parole, en invoquant la crise économique et l'inexpérience des nouvelles autorités.


Les investisseurs discutent des défis du secteur de la mode saoudien

Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Short Url
  • Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production
  • Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030

RIYAD : Les dirigeants de la Commission saoudienne de la mode ont récemment tenu une réunion ouverte avec des investisseurs et d'autres personnes souhaitant investir dans l'industrie de la mode et du textile du pays.

La rencontre virtuelle, à laquelle assistait le directeur général de la commission, Burak Cakmak, était l'un des nombreux rassemblements similaires organisés avec la communauté de la mode du Royaume pour améliorer la communication avec les parties prenantes.

Au cours de la réunion, les responsables ont passé en revue les principaux objectifs de la commission consistant à promouvoir le patrimoine et l'identité nationaux et à répondre aux besoins économiques régionaux et internationaux, à travers 12 initiatives sectorielles.

Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030 et ont noté qu'en 2019, l'industrie de l'habillement et du textile dans le Royaume valait environ 75 milliards de RS (17,6 milliards d’euros). 

Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production, qui a un effet d'entraînement sur les prix des produits et la concurrence sur le marché avec des produits d’importation bon marché.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com