Dima Kaakeh: La Syrie au cœur

Dima Kaakeh continue de propager son savoir et son amour de la Syrie par le biais de la poésie parlée en français, en arabe et en anglais. (Photo fournie).
Dima Kaakeh continue de propager son savoir et son amour de la Syrie par le biais de la poésie parlée en français, en arabe et en anglais. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 28 avril 2021

Dima Kaakeh: La Syrie au cœur

  • Dima Kaakeh continue de propager son savoir et son amour de la Syrie par le biais de la poésie parlée en français, en arabe et en anglais
  • «La Syrie, avec son histoire millénaire, qui a vu se croiser de grandes civilisations, était un pays inconnu pour les gens que je côtoyais en France. Je ne pouvais pas rester silencieuse», raconte Dima Kaakeh

PARIS: Fraîchement diplômée de l’Institut français de presse (IFP) de l’université Panthéon-Assas, Dima Kaakeh continue de propager son savoir, ainsi que son amour de la Syrie par le biais de la poésie parlée en français, en arabe et en anglais. Dans la langue de Molière, on peut y déceler un accent chaleureux, celui de la ville de Montpellier qui l’a vue naître. Quand elle s’exprime en arabe, on reconnaît instantanément le dialecte «chantant» de la ville d’Alep, où elle a passé une partie de son enfance.

 

Dima
Dima Kaakeh a commencé à publier des poèmes écrits, mais aussi parlés. (Photo fournie).

 

Son talent a été reconnu par l’Institut du monde arabe (IMA) lors des Nuits de la poésie en novembre dernier. Elle y a récité ses poèmes qui reflètent son infinie affection pour Alep. La mise en avant de la richesse de la culture syrienne est son souhait le plus cher. Arab News en français s’est entretenu avec Dima Kaakeh afin de mettre en lumière sa démarche intellectuelle.

Une démarche culturelle assumée

En 2011, la Syrie sombre dans une guerre qui hélas s’éternise. C’est l’élément déclencheur de la démarche intellectuelle de Dima Kaakeh. «Je sentais que j’avais besoin d’écrire. Je le ressens encore aujourd’hui. Je trouvais que l’on parlait de la guerre, mais pas des gens qui la subissaient. La Syrie, avec son histoire millénaire qui a vu se croiser de grandes civilisations, était un pays inconnu pour les gens que je côtoyais en France. Je ne pouvais pas rester silencieuse», raconte-t-elle.

C’est ainsi que Dima Kaakeh a commencé à publier des poèmes écrits, mais aussi parlés. Toute la beauté de sa démarche réside dans l’utilisation des trois langues notamment sur son profil Instagram WomanOfTheOrient. «La langue française est très belle, notamment en ce qui concerne la prononciation, qui permet de ressentir les choses différemment. J’utilise l’anglais car c’est la langue la plus courante sur les réseaux sociaux. Quand j’écris en arabe, je  préfère le faire directement plutôt que traduire.»

alep
Ferrailleur. (Photo fournie).

Sa démarche est culturelle. C’est une ode à la culture de la Syrie, à sa gastronomie, et à la vie quotidienne des habitants. Dima Kaakeh a souhaité dès le départ ne pas mélanger culture et politique. «Je ne politise pas mes textes. La politisation ne permettrait pas à tout le monde de se sentir concerné par mes textes. Les Syriens, et ce, quel que soit leur bord politique, ne veulent pas voir leur pays réduit à l’image de guerre», explique-t-elle.

Cette approche a influencé progressivement son projet professionnel. «J’ai commencé à faire des études en droit, puis j’ai basculé dans la communication et le journalisme. Puis j’ai voulu être journaliste en partie pour pouvoir écrire sur la culture de la Syrie, qui est un pan complètement oublié. La Syrie est et reste pourtant un vivier culturel énorme.»

Une ode à l’amour à Alep

La démarche de Dima Kaakeh, si elle est culturelle, reste avant tout personnelle. Sa poésie parlée reflète cet amour de la culture syrienne et particulièrement celui de la ville d’Alep. La jeune diplômée y est retournée en 2018 après plus de sept ans d’absence. Dans les derniers vers de son poème La lueur dans mes yeux, Dima Kaakeh exprime toute son sentiment d’appartenance à cette ville: «Un jour, j'arrivais à Alep. Je reconnaissais ma ville. Et la lueur dans mes yeux lorsqu’elle se reflète est toujours celle d’Alep.»

 

alep
La citadelle d'Alep. (Photo fournie).

 

 

Dans le poème À mon retour, elle raconte aussi les difficultés du retour: «Je me suis sentie paralysée quand je suis rentrée. C’était comme si les choses, telles qu’elles étaient, avaient été dérobées de mes souvenirs. Et je devais apprendre à aimer, à nouveau, différemment». Dans ce poème, on est frappé par les détails de ses souvenirs:

«Je me suis installée sur le balcon de mes grands-parents. C’est là que je retrouvais le plus de sérénité, là que tous mes souvenirs s’éternisaient. Et, lorsque l’appel à la prière a retenti, une larme s’est posée sur le carnet auquel je m’agrippais.

J’étais chez moi,

mais c’était diffèrent,

mais j’y appartenais toujours.

Et les cloches de l’Église ont commencé à carillonner.»

alep
"Alep vu de chez mes grands-parents". Photo fournie.

La gastronomie originaire d’Alep prend une place très particulière au sein de son œuvre. «Ce sentiment d’appartenance à Alep s’explique principalement par la culture, et notamment la culture culinaire. Alep est connu pour ses plats légendaires comme le kebbé, et ce, dans ses nombreuses variantes.

kebbeh
Kebbeh. (Photo fournie).

Pendant les fêtes de l’Aïd mais aussi à Pâques, les habitants d’Alep sont connus pour manger des maamouls. On consomme aussi une brioche épicée appelée maarouk. La région est connue pour les cerises washma, avec lesquelles les Alépins préparent du lahme bkaraz. Ce sont des références culturelles communes et gravées dans chacun de nous. À Montpellier, il y a aussi des références culturelles auxquelles je suis attachée, mais c’est différent car il n’y a pas la guerre et on ne parle pas de nos souvenirs de la même manière», explique-t-elle.

dima
Karabij et maamoul. (Photo fournie).

 

Les souvenirs continuent donc de bercer Dima Kaakeh. Son prochain projet est d’écrire un livre sur ses différents séjours en Syrie. 

 


Manal rend hommage au patrimoine culturel marocain dans un clip haut en couleurs

Short Url
  • Réalisé par Farid Malki, le clip met en scène un mariage marocain qui revisite tour à tour différentes traditions marocaines
  • Publié le 30 juin sur YouTube, le clip cumule déjà plus de 570 000 vues

CASABLANCA: Manal Benchlikha, jeune chanteuse marocaine qui s’est révélée au grand public ces dernières années, a rendu hommage dans son dernier clip vidéo, au patrimoine culturel marocain et plus particulièrement à l'institution du mariage.

Le clip haut en images et en couleurs, réalisé par Farid Malki, met en scène un mariage marocain qui revisite tour à tour différentes traditions marocaines.

Si les paroles restent assez simplistes, destinées au grand public, le clip fait un réel tour du Maroc et adresse un clin d’œil aux divers rituels: les caftans virevoltent dans un tourbillon de couleurs, la mariée est soulevée dans la «Aâmaria» (une sorte de table richement décorée dans laquelle on porte la mariée), la cérémonie du henné, la parure de la mariée composée de bijoux berbères, en passant par le partage entre femmes du traditionnel couscous.

Illustrant une femme moderne en tailleur noir et chignon, Manal bascule d’une ambiance gnawa à l’atmosphère électrique d’une lila où les femmes dansent en état de transe sous la voute d’une tente caïdale.

Publié le 30 juin sur YouTube, le clip composé par Mounir Maarouf et dont les paroles ont été écrites par Manal Nizk, cumule déjà plus de 570 000 vues.
 


«Nous attendions ce moment depuis longtemps»: Sam Asghari se confie sur son mariage avec Britney Spears

Sam Asghari et Britney Spears se sont mariés en juin (Photo, AFP).
Sam Asghari et Britney Spears se sont mariés en juin (Photo, AFP).
Short Url
  • Jusqu’en novembre 2021, la chanteuse était sous la tutelle de son père Jamie Spears, ce qui l’empêchait de se marier
  • Parmi les invités figuraient Madonna, Selena Gomez, Drew Barrymore, Paris Hilton et Donatella Versace

DUBAÏ: L’acteur irano-américain Sam Asghari s’est confié sur son mariage avec la superstar de la pop Britney Spears dans sa première interview depuis leur mariage en juin.

L’acteur et danseur est passé sur «Good Morning America» dans une séquence diffusée mercredi pour promouvoir son film Hot Seat.

«Je ne me sens pas encore marié», plaisante M. Asghari, avant de parler du mariage et de dire: «Nous attendions ce moment depuis longtemps. On imaginait que ce serait un conte de fées, et ça l’était. Nous voulions célébrer avec nos bien-aimés et nos proches. Nous voulions juste faire la fête, et c’est ce que nous avons fait.» 

Jusqu’en novembre 2021, la chanteuse était sous la tutelle de son père Jamie Spears, ce qui l’empêchait de se marier.

Après la levée de la tutelle, le couple s’est marié le 9 juin lors d’une cérémonie intime à leur domicile de Los Angeles. Parmi les invités figuraient Madonna, Selena Gomez, Drew Barrymore, Paris Hilton et Donatella Versace.

Le jeune acteur est à l’affiche du film Hot Seat, dans lequel il incarne un officier du SWAT aux côtés de Shannen Doherty, Kevin Dillon et Mel Gibson.

«Ma femme m’a donné une plate-forme incroyable pour travailler, dit-il. J’apprécie toujours cela et j’en suis très reconnaissant. Je ne prends aucune opportunité pour acquise et j’essaie vraiment de rester positif malgré tout ce qui se passe.»

Sam Asghari et Britney Spears ont commencé à sortir ensemble en 2016 après s’être rencontrés sur le tournage du clip deSlumber Party.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Louvre expose des objets provenant de Byblos

Ensemble de figurines votives, Byblos Musée du Louvre, Raphaël Chipault. (Photo fournie)
Ensemble de figurines votives, Byblos Musée du Louvre, Raphaël Chipault. (Photo fournie)
Short Url
  • Byblos et le Louvre est une exposition unique d’artefacts archéologiques provenant de la ville portuaire libanaise de Byblos, l’une des plus anciennes villes toujours habitées du monde
  • Les fouilles se poursuivent jusqu’à aujourd’hui, bien qu’elles aient été interrompues dans les années 1970 en raison de la guerre civile libanaise

PARIS: Une nouvelle exposition au musée du Louvre de Paris illustre les relations culturelles de longue date entre la France et le Liban.

Byblos et le Louvre, qui se tiendra jusqu’au 11 septembre, est une exposition unique d’artefacts archéologiques provenant de la ville portuaire libanaise de Byblos (également connue sous le nom de Jbeil), l’une des plus anciennes villes toujours habitées du monde.

Les visiteurs y trouveront des jarres en céramique, des petites figurines, des tablettes cunéiformes et des armes anciennes, dont certaines ont des milliers d’années. Malgré leur âge, de nombreux objets sont en très bon état.

image 4
Ensemble de figurines votives, Byblos Musée du Louvre, Raphaël Chipault. (Photo fournie)

«Ce qui est incroyable, c’est la poterie, qui semble avoir été fabriquée hier», déclare à Arab News Tania Zaven, archéologue de la Direction générale des antiquités (DGA) du Liban.

Pour l’archéologue du Louvre Julien Chanteau, qui était sur place lors des récentes fouilles, Byblos est un site extrêmement important qui a beaucoup d’histoires à raconter.

«C’est un tout petit site d’environ six hectares, mais vous pouvez y lire toute l’histoire de l’humanité, du néolithique à aujourd’hui», a affirmé M. Chanteau. «Byblos est comme un livre.»

image 4
Byblos et le Louvre. (Photo fournie)

«On y trouve toutes les cultures et toutes les civilisations: les Égyptiens, les Cananéens, les Phéniciens, les Romains, les Grecs et les Arabes ont tous laissé des traces sur ce site», ajoute-t-il. «C’est très impressionnant pour un archéologue de disposer d’une telle quantité d’informations. C’est comme une chronique de l’humanité.»

À l’époque de Napoléon III, les premières fouilles menées par la France à Byblos ont commencé en 1860, sous la direction du chercheur Ernest Renan. Il a rapporté de nombreux objets en France et a publié des rapports détaillés sur les fouilles.

Les fouilles se poursuivent jusqu’à aujourd’hui, bien qu’elles aient été interrompues dans les années 1970 en raison de la guerre civile libanaise. En 2018, un programme de fouilles scientifiques a été relancé, associant des archéologues et des experts du musée du Louvre et de la DGA. Ils explorent les chambres souterraines royales, les tombes et les temples de la région.

image 4
Byblos et le Louvre. (Photo fournie)

Mme Zaven évoque également certains défis liés à la réalisation de missions archéologiques au Liban, notamment la sécurité et les pillages. «Chaque jour, nous travaillons contre le trafic illicite», mentionne-t-elle. Nous voulions organiser cette exposition pour montrer que le Liban est toujours là. Nous croyons en notre culture et nous voulons qu’elle reste vivante.» 

En octobre, l’exposition aura lieu dans un musée de la ville néerlandaise de Leiden. Elle sera également exposée, au printemps prochain, dans une vieille maison de Byblos, bouclant ainsi la boucle.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com