La compositrice et chanteuse libanaise Tania Saleh et le regard du monde arabe sur le divorce

Chanteuse et compositrice libanaise chevronnée, elle fait partie des artistes pionniers de la musique alternative arabe. Sa carrière exemplaire s'étend sur plus de deux décennies. (Fourni)
Chanteuse et compositrice libanaise chevronnée, elle fait partie des artistes pionniers de la musique alternative arabe. Sa carrière exemplaire s'étend sur plus de deux décennies. (Fourni)
Short Url
Publié le Samedi 01 mai 2021

La compositrice et chanteuse libanaise Tania Saleh et le regard du monde arabe sur le divorce

  • Chanteuse et compositrice libanaise chevronnée, Tania Saleh fait partie des artistes pionniers de la musique alternative arabe
  • « 10 A.D. » est le cinquième album de Tania Saleh et son troisième avec Kirkelig Kulturverksted (KKV), maison de disques norvégienne fondée par le producteur et parolier Erik Hillestad en 1974

BEYROUTH : Tania Saleh ne sait pas mâcher ses mots, aussi bien dans ses conversations que dans ses chansons. « Il arrive un moment de votre vie où vous ne pouvez plus vous taire.  Vous sentez le besoin de dire ce que vous avez en tête sans vous soucier des conséquences », avoue-t-elle au sujet de son nouvel album profondément autobiographique, « 10 A.D. » (ou 10 ans après le divorce).

Cette chanteuse et compositrice libanaise chevronnée fait partie des artistes pionniers de la musique alternative arabe. Sa carrière exemplaire s'étend sur plus de deux décennies et compte de nombreuses sorties et collaborations.

Comme son titre l'indique, l'album est inspiré par l'expérience que Tania Saleh a vécue durant dix ans en tant que femme divorcée dans le monde arabe.

« C'est un récit de mes réflexions et observations. Il relate la façon dont on me traite, la façon dont la société me regarde, et comment je me retourne sur tout cela », explique Mme Saleh en préambule à sa chronique sans fard retraçant la vie des divorcées au Moyen-Orient.

« La femme divorcée est perçue par les hommes comme une proie facile, disposée à tout accepter et à être avec n'importe qui », explique-t-elle. « C'est horrible ! C'est une attitude dévalorisante et humiliante à l'égard des femmes. Honnêtement, j'ai éprouvé au début une vive colère lorsque des hommes m'abordaient de cette manière. Par la suite, j'ai compris que cela relevait d'un problème plus étendu, en particulier dans le contexte social et économique de notre environnement et de notre mode de vie ».

Cela fait 18 mois que le Liban, son pays natal, est plongé dans un mélange corrosif de crises socio-économiques et politiques, exacerbées par des décennies de corruption au niveau du gouvernement et par la pandémie de Covid-19. Saleh souligne que cette toile de fond ne fait que compliquer davantage la vie et les choix des femmes, dans ce petit pays de la Méditerranée.

« En raison des problèmes qui pèsent sur le Liban, bon nombre d'hommes ont quitté le pays pour travailler à l'étranger. Ainsi, beaucoup de femmes sont restées célibataires ou séparées de leur partenaire », explique-t-elle. « Résultat : on voit des femmes magnifiques, talentueuses et éduquées se contenter de moins que ce qu'elles méritent. Cela arrive tout le temps ».

« On dirait que cette situation prend la forme d'une prophétie qui se réalise d'elle-même. Dans cet album, j'ai tenu à aborder l'absurdité de cette situation », lance la chanteuse sur un ton grave.

« 10 A.D. » est le cinquième album de Tania Saleh et son troisième avec Kirkelig Kulturverksted (KKV),  maison de disques norvégienne fondée par le producteur et parolier Erik Hillestad en 1974. Cet album s'ajoute à son long parcours et vient compléter l'évolution musicale de Saleh, depuis qu'elle a entamé un chemin laborieux durant lequel elle s'est pratiquement réinventée.

Sur ses premières chansons, elle a collaboré avec son ex-mari, le producteur et ingénieur du son Philippe Tohmé, dont la longue liste de réalisations professionnelles inclut le groupe de rock alternatif libanais Blend et le groupe Pindoll, mené par Erin Mikaelian.

« Nous voulions faire de la musique de façon honnête, pour rendre hommage à nos sources d'inspiration que sont le rock, le folk, le funk et le jazz », se souvient Saleh. « Dans (son deuxième album de 2011) “Wehde”, les musiciens de Blend constituaient mon groupe, et nous avons enregistré l'album ensemble. Nous étions une vraie famille.

« Nous avons collaboré avec d'autres artistes avec lesquels Philippe travaillait à l'époque, comme (le compositeur et arrangeur) Bilal el Zein et (le producteur et entrepreneur) Michel Elefteriades. Nous sommes ainsi parvenus à élaborer une musique qui marie le rock à la musique arabe grand public ».

Sans détour, Tania reconnaît avoir perdu le soutien dont elle bénéficiait, à la suite de son divorce avec Philippe Tohmé, avec qui elle a deux fils. « Je devais alors retrouver mon identité ; trouver une nouvelle formule, et cela a été un vrai défi », dit-elle. « Ça a été la première étape des dix années que raconte ce nouvel album ».

Ce laborieux processus comporte « une profonde réflexion sur qui je suis en tant que femme, artiste et musicienne. J'ai vécu l'enfer pendant deux ans, mais j'étais persuadée que soit je me lève et je survis, soit je m'arrête là ».

Sur cette toile de fond, Saleh a renoué avec une ancienne passion. « Des chansons comme 'Hsabak' ou 'Habibi' (de son premier album éponyme), elles, sont clairement influencées par le style bossa nova. J'ai donc décidé de creuser un peu plus et d'incorporer des arrangements classiques ».

Après la sortie de son album « A Few Images » (ou Quelques images) en 2014, elle a également commencé à envisager d'introduire de la musique électronique dans ses arrangements ; ce fut une étape cruciale dans la redynamisation de son style dans son ensemble.

« J'adore Bob Dylan, mais je me réjouis peu de voir qu'il a conservé le même style pendant 70 ans », explique-t-elle. « Je préfère Joni Mitchell, qui changeait de style à chaque nouvel album. Elle m'a énormément influencée ».

Pour réaliser « 10 A.D. », elle a arrangé près de la moitié des chansons qu'elle avait écrites avec Edouard Torikian, professeur de théorie musicale à l'université de Kaslik, au Liban, qui l’avait captivée par ses arrangements choraux complexes en quart de ton. Les autres titres ont été conçus en collaboration avec « un autre groupe avec lequel j'avais travaillé auparavant, et qui était davantage influencé par la musique brésilienne ».

Elle était cependant consciente que, cette fois-ci, elle devait sortir de sa zone de confort. « Je souhaitais apprendre, réaliser quelque chose de différent, trouver une façon où le rock, la musique électronique et les arrangements classiques rejoignent ma voix et mes paroles arabes ».

Quand elle a consulté KKV, Erik Hillestad, le patron, l'a mise en contact avec Øyvind Kristiansen, pianiste, arrangeur et compositeur norvégien. « Øyvind a compris aussitôt ce que je cherchais. Il a compris que je cherchais un artiste qui puisse unifier toutes ces chansons avec un son spécifique », dit-elle.

Outre les ambiances sonores sombres d’ « Al Marwaha » (ou « Le ventilateur »), qui est un hommage évident à l'héritage musical orienté vers le rock de Tania Saleh, une chanson comme « Halitna Haleh » (« Nous sommes dans le pétrin ») atteste que Saleh a réussi à obtenir l'approche sonore cohérente qu'elle désirait depuis le départ. Ce morceau, soutenu par un piano et un quatuor à cordes classique, est finement orné par les rythmes et les sons électroniques de Øyvind Kristiansen.

Par ailleurs, le divorce est loin d'être le seul sujet traité par Saleh dans cet album. Elle explore également « notre dépendance collective au numérique, le besoin de renouer avec la nature, la surconsommation, la vanité et les contraintes de la société », ainsi que d'autres sujets importants.

Dans l'ensemble, « 10 A.D. » représente une véritable carte postale musicale d'une artiste chevronnée qui poursuit son évolution en se découvrant elle-même.

« Je souhaite apprendre et grandir. Je ne sais pas quand je lancerai mon prochain album et à quoi il ressemblera. Je ne sais même pas quand je me produirai la prochaine fois », confie-t-elle. « Difficile de prévoir des projets – je peux à peine planifier les heures qui viennent –. Cependant, la Covid-19 a révélé à beaucoup d'entre nous le peu de choses dont nous avons besoin pour survivre ».

« J'espère que nous avons tous envie, comme moi, d'aller de l'avant tout en tirant les leçons du passé ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Cannes: «Tori et Lokita», plaidoyer des frères Dardenne pour les mineurs étrangers

L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants»
  • «Tori et Lokita» se distingue grâce à ses deux acteurs principaux

CANNES: Déjà auréolés de deux Palmes d'Or, les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne tentent un triplé inédit avec "Tori et Lokita", un drame en forme de plaidoyer pour les enfants exilés, présenté mardi, dans la pure tradition de ces pilliers du cinéma social.

Humiliations, exploitation sexuelle et professionnelle : Tori et Lokita, un enfant hébergé dans un foyer et une adolescente, inséparables depuis leur rencontre sur les routes de l'exil, tentent de survivre dans un environnement qui ne veut pas d'eux.

Pour envoyer de l'argent à leur famille et payer leur dette aux passeurs, ils doivent vendre de la drogue pour un restaurateur italien, qui les tient sous sa coupe. Leur espoir ? Que Lokita obtienne des papiers et puisse leur offrir une vie meilleure, avant que l'on ne découvre leur secret: ils ne sont pas frère et soeur.

"Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants, ces adolescents qui sont des êtres fragiles dans nos sociétés", a expliqué à l'AFP Jean-Pierre Dardenne, pour la neuvième fois en compétition avec son frère Luc.

"La réponse à cette cruauté, à cette violence dans le film, c'est leur amitié (...) L'amitié est ce qui vous sauve, ce qui vous permet de survivre et de rire (...) C'est ce qui les maintient en vie", poursuit-il. "Pas une déclaration politique", selon ses réalisateurs, le film, dans un style épuré, est un appel pour une meilleure prise en charge de ces jeunes exilés, livrés à eux-mêmes.

"Notre cinéma, c'est quand même de regarder comment va le monde. Il nous a semblé que la fragilité de ces enfants, de leur situation, qu'à travers leur histoire, c'était une façon de regarder le monde d'aujourd'hui", ajoute le réalisateur, titulaire comme son frère d'une Palme d'Or pour Rosetta, en 1999, et pour L'Enfant (2005).

Allant à l'essentiel, d'une structure linéaire, "Tori et Lokita" se distingue grâce à ses deux acteurs principaux : Joely Mbundu (Lokita) et Pablo Schils (Tori), tous deux non professionnels. "Moi, je n’ai pas considéré ça comme du travail, plutôt comme un jeu, parce que je me suis bien amusé. Franchement, ils se sont adaptés par rapport à mon âge", a confié Pablo Schils.


Pour l'Ukrainien Loznitsa, le boycott systématique des artistes russes est «grotesque»

Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes
  • Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes

CANNES: Le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa, venu présenter mardi sur la Croisette son nouveau film, a manifesté son opposition au boycott des artistes russes en raison de leur nationalité, malgré la "dévastatrice" invasion russe en Ukraine, lors d'un entretien à l'AFP.

L'habitué de Cannes avec des films comme "Maïdan", sur la révolution ukrainienne, ou "Donbass", se démarque de nombre de ses compatriotes. Il a été écarté de l'Académie cinématographique d'Ukraine en mars pour avoir refusé de mettre tous les artistes russes dans le même panier.

Décider qui sont les bons et les mauvais est "grotesque", a affirmé le réalisateur, venu présenter "The Natural History of Destruction, un documentaire sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Cette attitude est inhumaine". "Comment définissez-vous le concept de russe? Etes-vous Russe en raison de votre passeport, de votre citoyenneté? De votre ethnie? C'est une pente glissante", a-t-il lancé.

"Je suis fermement convaincu qu'on doit juger les gens sur leurs déclarations, leurs actions individuelles et non en fonction de leurs passeports. Chaque cas individuel doit être jugé sur ses propres mérites".

Certaines voix se sont élevées contre la présence du Russe Kirill Serebrennikov, en compétition au 75e Festival de Cannes, avec son film "La femme de Tchaikovski". En rupture avec le régime, le réalisateur et metteur en scène de théâtre vit désormais à Berlin où il s'est installé depuis l'invasion russe en Ukraine.

Même s'il a condamné la guerre, certaines personnalités ukrainiennes du 7e art lui reprochent d'avoir accepté des financements de l'oligarque russe Roman Abramovitch.

"On me pose la question du rôle d'Abramovitch qui détient un des fonds qui a financé mon film. Abramovitch, c'est quelqu'un qui a beaucoup aidé les projets d'art contemporain, les ONG (...) et c'est quelqu'un qui a été dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il expliqué récemment à l'AFP.

A la suite de l'invasion russe en Ukraine, le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes qui défendent la ligne du Kremlin au sujet de l'Ukraine.

Mais, son délégué général Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes: "il y a des Russes artistes, journalistes, qui ont quitté la Russie. Kirill Serebrennikov est un homme qui a considéré que s'il ne quittait pas la Russie, il se rendait complice de cette guerre".


Sky News Arabia lance une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • SNABusiness.com couvrira l’actualité et les analyses économiques et des affaires
  • SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public

 

ABU DHABI: Sky News Arabia a lancé une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe, SNABusiness.com, qui propose des flashs infos, des analyses économiques et des reportages approfondis.

Le lancement de cette plate-forme répond à «la demande des consommateurs en matière de renseignements et d’informations économiques objectifs et concrets», selon un communiqué publié par la société.

Youssef Tsouri, directeur de l’information de Sky News Arabia, explique à Arab News que la nouvelle plate-forme avait été créée en réponse à «l’appétit croissant pour l’actualité des affaires».

«Au cours des dernières années, nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de visiteurs de la section actualités des affaires de notre site principal, notamment au sein de la jeune génération arabe, qui est investie dans son avenir et recherche donc des informations plus approfondies et plus pertinentes», dit-il.

«C’est dans cet esprit que nous avons lancé la plate-forme d’actualités des affaires afin de fournir une couverture plus approfondie en vue d’offrir à la fois aux chefs d’entreprise et au grand public une valeur ajoutée dans le paysage économique actuel», ajoute-t-il. 

La publication numérique couvrira tous les sujets relatifs aux affaires et à l’économie dans tous les secteurs, y compris les technologies financières, l’énergie et le pétrole, le tourisme, l’immobilier et l’agriculture, entre autres.

SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public, précise M. Tsouri.

Le site comprendra des contenus divers, notamment des rapports, des vidéos et des interviews exclusives. SNABusiness.com vise à présenter des données complexes d’une manière facile à comprendre grâce à des graphiques, des infographies et des vidéos numériques.

«Grâce à sa population jeune et technophile, le monde arabe possède l’une des économies numériques les plus avancées au niveau mondial, de nombreux pays du Moyen-Orient étant les premiers à adopter des technologies numériques de pointe», observe M. Tsouri.

«Le site d’actualités des affaires et ses réseaux sociaux sont complétés par les secteurs d’activité et les programmes sur notre canal linéaire.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com