Procès du meurtre de George Floyd: des photos d'un juré jettent une ombre sur le verdict

Des enfants passent devant George Floyd Square à Minneapolis, Minnesota, le 21 avril 2021, un jour après la condamnation de Derek Chauvin. (Photo, AFP)
Des enfants passent devant George Floyd Square à Minneapolis, Minnesota, le 21 avril 2021, un jour après la condamnation de Derek Chauvin. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 04 mai 2021

Procès du meurtre de George Floyd: des photos d'un juré jettent une ombre sur le verdict

  • Brandon Mitchell, un des jurés, porte un T-shirt avec la mention «Enlevez vos genoux de nos cous» dans des photos réapparues sur les réseaux sociaux
  • A l'issue d'un procès hors norme, Derek Chauvin a été déclaré coupable le 20 avril des trois chefs d'inculpation retenus à son encontre, dont «meurtre»

WASHINGTON: L'impartialité d'un juré au procès du meurtre de George Floyd faisait l'objet d'interrogations mardi aux Etats-Unis après l'apparition de photos le montrant à une manifestation antiraciste qui, selon des experts, pourraient être utilisées par le policier blanc Derek Chauvin pour contester le verdict.

Sur ces photos, Brandon Mitchell, un homme noir de 31 ans, porte un T-shirt aux couleurs du mouvement Black Lives Matter (Les vies noires comptent) avec la mention «Enlevez vos genoux de nos cous». Elles sont réapparues sur les réseaux sociaux après plusieurs interviews données la semaine dernière par cet entraîneur de basket.

M. Mitchell a expliqué lundi à la presse locale avoir été photographié dans cette tenue en marge d'une grande manifestation antiraciste organisée fin août à Washington pour l'anniversaire du discours historique du leader des droits civiques Martin Luther King «I have a dream».

Mais, dans le questionnaire adressé aux jurés potentiels avant le procès, il avait dit ne pas avoir participé aux manifestations contre les violences policières qui ont suivi la mort de l'Afro-Américain George Floyd, étouffé sous le genou de Derek Chauvin le 25 mai à Minneapolis.

«Ses réponses étaient techniquement correctes», puisqu'il s'agissait d'une commémoration, relève pour l'AFP l'expert en sélection des jurés Jeffrey Frederick. «Il revient désormais au juge de l'interroger à nouveau pour voir s'il avait des idées préconçues ou s'il a menti, et de décider si c'est suffisamment grave pour affecter l'issue du procès», a-t-il ajouté.

«Mais la barre est très haute pour annuler un procès, et cela arrive très rarement», a-t-il souligné.

De même, Steve Tuller, consultant en sélection des jurés, estime «peu probable que ces révélations changent le verdict». Mais selon lui, «il n'y a aucun doute que la défense va s'en servir pour faire appel».

A l'issue d'un procès hors norme, Derek Chauvin a été déclaré coupable le 20 avril des trois chefs d'inculpation retenus à son encontre, dont «meurtre». Il a été immédiatement écroué. Sa peine sera rendue le 25 juin. 

Huit jours après ce verdict historique, Brandon Mitchell avait décidé de sortir de l'anonymat pour encourager les Afro-Américains à faire partie de jurys. «Comme voter, cela peut aider à provoquer un changement», avait-il dit.


Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO

Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre
  • L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires

PARIS : Les prix mondiaux des produits alimentaires ont continué de se stabiliser en novembre, avec une baisse des prix des céréales liée notamment à la prolongation du corridor maritime en mer Noire, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre, et «n'est plus que de 0,3% supérieur à son niveau de novembre 2021».

L'indice FAO des prix des céréales a amorcé une baisse de 1,3% en novembre, le blé se repliant de 2,8% et le maïs de 1,7%, «en partie sous l'effet de la prolongation de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire».

L'indice des prix des huiles végétales, à l'inverse, «a augmenté de 2,3% en novembre, mettant fin à sept mois consécutifs de baisse», souligne la FAO, sous l'effet d'une hausse de l'huile de palme et du soja.

Par ailleurs, l'indice FAO des prix du sucre a rebondi de 5,2% en novembre. Les retards de récolte dans les principaux pays producteurs et l'abaissement du quota d'exportation en Inde suscitent des tensions et entraînent une recrudescence des achats. L'organisation économique a une nouvelle fois abaissé vendredi ses perspectives de production céréalière mondiale: elle devrait se replier de 2% en 2022 comparé à l'année précédente, une réduction qui «reflète en partie les faibles perspectives de production de maïs en Ukraine».

«45 pays, dont 33 en Afrique, neuf en Asie, deux en Amérique latine et dans les Caraïbes et un en Europe ont besoin d'une aide alimentaire extérieure pour faire face aux conflits, aux évènements météorologiques extrêmes et à l'inflation galopante», rappelle aussi la FAO vendredi.

L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires. Ils ont été dopés ces derniers mois par le conflit en Ukraine et par les effets du changement climatique, qui est à l'origine d'une sécheresse dramatique dans la Corne de l'Afrique.

Pour «sauver la vie et préserver les moyens de subsistance des personnes les plus exposées à l'insécurité alimentaire aiguë», la FAO aura besoin de 1,9 milliard de dollars l'an prochain, une somme qui devrait permettre de fournir une assistance «vitale» à 48 millions de personnes.


Ukraine: le Kremlin rejette les conditions de Biden pour des discussions avec Poutine

Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Biden «a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine», ce que Moscou rejette «bien évidemment», a déclaré Peskov
  • Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine «est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important», a affirmé le porte-parole du Kremlin

MOSCOU: Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine.

Le président américain "a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine", ce que Moscou rejette "bien évidemment", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"L'opération militaire continue", a-t-il insisté.

Jeudi, M. Biden s'est dit "prêt" à parler avec M. Poutine si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine. Il a fixé comme première condition un retrait des troupes russes.

"Si tel était le cas, alors en consultation avec mes amis français et l'Otan, je serais heureux de m'asseoir avec Poutine pour voir ce qu'il a en tête. Il ne l'a pas encore fait", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron.

Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine "est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important", a affirmé le porte-parole du Kremlin.

Mais les Etats-Unis ne reconnaissent pas l'annexion de quatre territoires ukrainiens revendiquée par Moscou en septembre, ce qui "complique de manière significative la recherche d'un terrain (d'entente) pour une possible discussion", a ajouté M. Peskov.


Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente

Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente
Short Url
  • «Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente» survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla
  • Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain

MADRID: Un migrant est parvenu à rentrer jeudi dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin en parapente, a-t-on appris vendredi auprès des autorités espagnoles.

"Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente" survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la préfecture de l'enclave.

Ces deux personnes ont "prévenu la Garde civile" mais ce "migrant n'a pas pu être localisé" pour le moment, a-t-il ajouté.

Selon ce porte-parole, c'est "la première fois" qu'un migrant entre à Melilla en parapente.

Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain.

Les barrières grillagées de plusieurs mètres de haut, équipées de caméras et de miradors, qui marquent la frontière entre le Maroc et ces enclaves font régulièrement l'objet de tentatives de franchissement parfois mortelles.

Le 24 juin dernier, au moins 23 migrants ont péri en tentant de pénétrer à Melilla, le bilan humain le plus lourd jamais enregistré lors des tentatives d'intrusion de migrants dans l'une des deux enclaves espagnoles.

Cette tragédie avait provoqué l'indignation internationale, l'Onu dénonçant un "usage excessif de la force" de la part des autorités marocaines et espagnoles.

Des migrants tentent parfois aussi de rentrer à la nage dans ces enclaves depuis les localités marocaines voisines.