Aziza Nait Sibaha: «Nous voulons mettre en avant les exploits sportifs féminins dans la région Mena»

Aziza Nait Sibaha (Photo, Fournie)
Aziza Nait Sibaha (Photo, Fournie)
Short Url
Publié le Mardi 11 mai 2021

Aziza Nait Sibaha: «Nous voulons mettre en avant les exploits sportifs féminins dans la région Mena»

  • «Il existait un manque flagrant de modèles auxquels les petites filles qui rêvent de sport pouvaient s’identifier»
  • Taja a pour ambition de s’adresser aujourd’hui à près de 220 millions de femmes et de jeunes filles de la région Mena

Journaliste, présentatrice et rédactrice en chef à France 24, enseignante à Sciences Po Paris et fondatrice du cabinet de conseil Lead up, Aziza Nait Sibaha multiplie les projets, avec succès. Le dernier en date, Taja, est le premier magazine qui se consacre à la pratique sportive féminine dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena). En ligne et gratuit, il a pour objectif de promouvoir le sport auprès des jeunes filles et des femmes de la région. 

Arab News en français a rencontré à Paris cette journaliste qui milite depuis de longues années pour la cause féminine, le women empowerment («autonomisation des femmes»), notamment dans le monde arabe. 

D’où vient le nom du magazine et de la plate-forme en ligne Taja

Taja veut dire «la couronne» en langue arabe. Le mot existe également au masculin: Taj. Toutefois, si le masculin du mot est familier à beaucoup de gens, son féminin est largement ignoré. C’est un peu comme le sport: que sa pratique soit masculine ou féminine, cela reste du sport. Pourtant, le public connaît davantage le sport masculin que le sport féminin. La plate-forme Taja est là pour rétablir l’équilibre et rappeler que le sport n’a pas de genre. Le choix du mot «Taja» pour son titre est donc approprié, car il représente ce pour quoi nous nous battons aujourd’hui. 

1
Hend Sabri marraine du 1er numéro (Photo, Fournie)

Journaliste, présentatrice et rédactrice en chef à France 24, vous êtes également à la tête du cabinet de conseil Lead up, et vous venez de lancer Taja, un nouveau projet de média bilingue exclusivement consacré au sport féminin dans le monde arabe. Comment est-il né? 

Taja est né de plusieurs facteurs. Depuis quelques années, je discutais avec une amie journaliste de l’idée qui consistait à lancer un magazine féminin différent de l’offre qui existe actuellement sur les marchés, et qui casse les idées reçues selon lesquelles les femmes ne s’intéressent qu’à la mode et aux voyages. Puis est arrivée la pandémie de Covid-19 et le confinement, et ma réflexion s’est accélérée. L’une des idées sur la table était le sport; j’étais confortée dans ce choix par le fait que, dans l’émission Daif wa massira [un magazine politique créé en 2017, NDLR], j’avais reçu beaucoup de sportives qui parlaient des mêmes difficultés: leurs exploits étaient peu médiatisés, même lorsqu’ils étaient reconnus au niveau international, et les sponsors leur manifestaient peu d’intérêt. Surtout, il existait un manque flagrant de modèles auxquels les petites filles qui rêvent de sport pouvaient s’identifier. En discutant avec des amis, devenus ensuite mes premiers associés, l’idée de la plate-forme Taja s’est donc imposée à nous. Cela a été l’occasion pour moi de mettre à profit mes vingt-cinq années d’expérience journalistique ainsi que de solliciter mon réseau et mes contacts dans la région Mena. 

Pourquoi lancer un média exclusivement consacré au sport féminin dans la région Mena? 

La problématique du peu de médiatisation du sport au féminin est mondiale, mais les mentalités ont commencé à bouger sérieusement depuis la Coupe du monde de football féminin organisée en France en 2019. Or, les pays arabes étaient totalement absents de cette compétition. 

Étant d’origine marocaine, et travaillant sur l’antenne arabophone de France 24, je connais bien cette région du monde et je savais qu’il n’y avait aucune offre médiatique sur la thématique du sport et des femmes. 

Pourtant, un bon nombre d’initiatives de ce genre existaient déjà ailleurs dans le monde. Taja a pour ambition de s’adresser aujourd’hui à près de 220 millions de femmes et de jeunes filles de cette région. Par ailleurs, étant donné qu’une partie d’entre elles n’a pas accès à l’éducation, notre offre éditoriale écrite se trouve complétée par une offre vidéo et par des podcasts qui s’adressent à toutes. 

1
Portrait de Ray Bassil (Photo, Fournie)

À votre avis, dans quelle mesure ce magazine contribuera-t-il à favoriser et à encourager l’épanouissement des femmes arabes à travers le sport? 

Le magazine Taja n’a pas la prétention de palier à lui seul le manque que l’on constate aujourd’hui, mais il a pour objectif de jouer un rôle afin de mettre en avant dans la région les exploits sportifs féminin, qui méritent autant d’attention que la pratique sportive. C’est une première action destinée à reconnaître ces championnes, à faire découvrir leurs parcours et à donner aux jeunes filles l’occasion de rêver et de se projeter en découvrant des carrières sportives féminines. 

En outre, notre ambition est de mettre en lumière des initiatives d’autonomisation économique de femmes par le sport, de présenter des exemples de réussite de femmes d’affaires dans le secteur sportif, car le sport peut être également un outil de développement.  

En faisant la promotion du sport auprès des femmes en général, nous voulons par ailleurs que ces dernières se réapproprient leurs corps et qu’elles s’imposent, à travers la pratique sportive, dans l’espace public. Les femmes doivent quitter le banc de touche pour jouer pleinement leur rôle sur le terrain. Et, si elles arrivent à le faire grâce au sport, elles y parviendront dans d’autres domaines. 

Enfin, nous mettons en avant des profils de femmes qui sont journalistes dans le domaine du sport, car c’est un domaine où l’expertise féminine existe depuis des décennies et qui, pourtant, reste majoritairement masculin. Il est donc grand temps de mettre en évidence cette expertise. 

C’est à travers ces actions que Taja pourra faire évoluer les mentalités et promouvoir l’épanouissement comme l’autonomisation des femmes par le sport. 

1
Portrait de Najwa Awan (Photo, Fournie)

Aujourd’hui, le magazine est bisannuel. Comptez-vous accélérer sa fréquence de publication? 

En effet, si le site tajasport.com est actualisé à un rythme hebdomadaire, le magazine, pour sa première année, est bisannuel. Mais nous avons pour projet de changer sa périodicité chaque année et de passer à un rythme trimestriel dès l’année prochaine. Il devrait ensuite devenir bimestriel pour devenir mensuel à l’horizon 2025. 

1
Portrait de Hiba Yousifi (Photo, Fournie)

Quel message aimeriez-vous transmettre aujourd’hui? 

Le message que nous voulons transmettre à travers Taja est que le sport n’a pas de genre et que, si sa pratique revêt pour les femmes une importance primordiale au niveau de la santé, elle est encore plus importante pour l’affirmation de soi et pour notre place dans l’espace public. Dans la région Mena, des sportives ont réalisé des exploits incroyables dans toutes les disciplines. Des particuliers proposent également des initiatives très intéressantes pour promouvoir le sport auprès des femmes, qui méritent toute notre attention. 

J’invite vos lecteurs à se rendre sur tajasport.com afin de découvrir ces portraits de femmes inspirantes et de constater à quel point nos pays gagneraient aujourd’hui à miser sur le sport au féminin. J’adresse le même message aux sponsors et aux médias, qui se battent encore sur un marché saturé lorsqu’il s’agit des sportifs. Il y a des sportives incroyables, dont les parcours méritent vraiment d’être médiatisés: vous pouvez leur donner un coup de pouce, alors à vous de jouer! 


Pierre Bourdieu, la grande figure de la sociologie française

Le sociologue Pierre Bourdieu s'adresse au public du forum organisé par une FNAC parisienne, quelques semaines après la sortie de son ouvrage «La domination masculine».  (Pierre Verdy/AFP)
Le sociologue Pierre Bourdieu s'adresse au public du forum organisé par une FNAC parisienne, quelques semaines après la sortie de son ouvrage «La domination masculine». (Pierre Verdy/AFP)
Short Url
  • Pierre Bourdieu, né le 1er août 1930 à Denguin, près de Pau, est resté toute sa vie du côté de ceux qu'il appelait «les dominés»
  • Il crée en 1975 et dirige jusqu'à sa mort le 23 janvier 2002 la revue Actes de la recherche en sciences sociales

 

PARIS : Pierre Bourdieu, né dans un modeste village du sud-ouest de la France, a gravi tous les échelons pour s'imposer comme la grande figure de la sociologie au XXe siècle, et un intellectuel influent à la fin de sa vie.

Il avait acquis la renommée avec «Les Héritiers» (1964, éditions de Minuit), en collaboration avec Jean-Claude Passeron, qui dénonçait l'illusion du système éducatif français d'une égalité des chances.

Au terme d'un parcours scientifique très riche dans lequel il se méfiait de tout dogmatisme, il était entré dans l'arène du débat intellectuel dans les années 1990.

L'un des moments marquants de sa vie est l'engagement aux côtés des grévistes de décembre 1995 contre un projet de réforme de la sécurité sociale du président français Jacques Chirac.

Dans un discours, prononcé devant des cheminots à Paris, il dénonçait «la destruction d'une civilisation associée à l'existence du service public, celle de l'égalité républicaine des droits, droits à l'éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l'art et, par-dessus tout, au travail».

- Vocation trouvée en Algérie -

Pierre Bourdieu, né le 1er août 1930 à Denguin, près de Pau, est resté toute sa vie du côté de ceux qu'il appelait «les dominés».

Fils d'un facteur-receveur des Postes, il connaîtra une ascension qui rappelle d'autres trajectoires brillantes, comme celle de Charles Péguy ou Albert Camus.

S'il est doué pour l'école, à mesure qu'il avance dans ses études vers les temples de l'élite intellectuelle, il ressent durement le décalage avec ses camarades issus de milieux aisés. Il abandonne résolument, par exemple, son accent béarnais.

Ce produit de l'École normale supérieure est d'abord agrégé de philosophie. Il enseignera au lycée de Moulins (centre), puis comme assistant à la Faculté des lettres d'Alger où il découvrira sa vocation de sociologue, à la fin des années 1950.

«Sociologie de l'Algérie» (1958), «Travail et travailleurs en Algérie» (1963), «Le Déracinement» (1964) en témoignent.

Devenu universitaire en France, à Paris et plus brièvement à Lille (nord), il s'intéresse à la formation des élites culturelles et à la fabrique des inégalités sociales, d'où «Les Héritiers», et plus tard «La Reproduction» (1970), «La Distinction» (1979), «Questions de sociologie» (1980) ou encore «Ce que parler veut dire» (1982).

- Critique du néo-libéralisme -

Sa carrière se fait essentiellement à l'École pratique des hautes études (EPHE), rebaptisée École des hautes études en sciences sociales (Ehess). Poursuivie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui lui attribue sa médaille d'or en 1993, elle s'achèvera au Collège de France où il apprécie sa liberté de ton.

Il crée en 1975 et dirige jusqu'à sa mort le 23 janvier 2002 la revue Actes de la recherche en sciences sociales.

«Il sera resté profondément un intellectuel de service public, qui évitait la proximité avec le pouvoir», témoigne Jean-Louis Fabiani qui a longtemps travaillé avec lui.

Politiquement, il se sentait proche d'un Michel Rocard, Premier ministre entre 1988 et 1991 du socialiste François Mitterrand, mais a refusé d'être assimilé à quelque parti que ce soit. Il avait aussi soutenu en 1980 la candidature éphémère de l'humoriste et comédien Coluche à la présidentielle en France.

Il était en effet très critique des dysfonctionnements de ce qu'il appelait le «champ politique» et de son indispensable compagnon, le «champ médiatique», gagnés selon lui par des préoccupations d'efficacité économique et un néo-libéralisme ravageur pour les classes populaires.

Sa postérité scientifique le place aujourd'hui aux côtés de figures tutélaires de la discipline, le Français Émile Durkheim, l'Allemand Max Weber ou l'Américano-Canadien Erving Goffman.


Rêve et larmes pour la dernière collection de Virgil Abloh pour Vuitton

Un mannequin présente une création dans le cadre du défilé Louis Vuitton lors du défilé de la collection Homme Automne/Hiver 2022 à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Un mannequin présente une création dans le cadre du défilé Louis Vuitton lors du défilé de la collection Homme Automne/Hiver 2022 à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Des mannequins en tenues blanches avec des ailes d'ange ont clôturé le défilé Louis Vuitton sous les verrières du Carreau du temple
  • Une tenue évoquant une robe de mariée avec une traîne et une voilette sur une casquette est portée par un homme

PARIS : C'est dans une "maison de rêve" couleur bleu ciel que Louis Vuitton a dévoilé jeudi à Paris la dernière collection de Virgil Abloh, décédé en novembre à 41 ans, qui a été applaudie debout par un public en larmes.

Des mannequins en tenues blanches avec des ailes d'ange ont clôturé le défilé Louis Vuitton sous les verrières du Carreau du temple, le temps fort de la semaine du prêt-à-porter homme à Paris.

Au moment où le créateur vient traditionnellement saluer le public après le défilé, ce sont quelque 30 membres de l'équipe de Virgil Abloh, portant des T-shirts aux couleurs du soleil couchant, violet et orange, qui ont marché sur le podium déclenchant larmes et ovation debout.

Le défilé-performance dont Virgil Abloh, designer, architecte et DJ, était friand s'est déroulé dans une mise en scène représentant "une maison de rêve" spacieuse et décloisonnée.

Jupes, dentelles et bottes à talons sont omniprésentes dans la collection, mêlant streetwear et coupe classique, ainsi que kaftans et djellabas, ces silhouettes unisexes. Une tenue évoquant une robe de mariée avec une traîne et une voilette sur une casquette est portée par un homme.

«Il a tout planifié»

"Je ne crois aux aux genres, je crois au design", disait Virgil Abloh, emporté à 41 ans par un cancer qu'il n'avait pas révélé au grand public.

Dans la chambre, les meubles bougent au même rythme que les artistes exécutant des pas de danse et des acrobaties. A la table du salon, sont installés les musiciens de Chineke! , premier orchestre professionnel de musique classique célébrant la diversité qui accompagnent le défilé de musique live, choisie par le styliste.

"Il a tout planifié si parfaitement jusqu'à la dernière minute", témoigne à l'AFP Kim Jones, directeur artistique des collections homme de Dior, ancien de Vuitton. "Virgil et moi, nous avons parcouru le monde ensemble. Je me sens très chanceux de l'avoir connu. Quel gâchis quand on pense ce qu'il aurait pu faire!"

La collection dévoilée jeudi était "prête à 95%" avant la mort de Virgil Abloh, a précisé Michael Burke, le PDG de la marque, dans un entretien à WWD.

C'est probablement la raison pour laquelle la maison n'a pas encore évoqué publiquement la question de sa succession.

"C'est un choix qui demandera de l'audace tout comme le choix de Virgil a été audacieux", analyse Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po. "Il y a une dynamique de Virgil Abloh qui est encore là, il n'y a pas d'urgence".

«Honorer l'héritage»

Seul créateur noir à un poste de ce niveau dans une maison de luxe avec Olivier Rousteing chez Balmain, il "a incarné une nouvelle façon d'appréhender la mode qui inclut aussi la culture, la société, les grands mouvements et mixe tout", souligne Serge Carreira.

Auteur de multiples collaborations allant de Nike à Evian et Ikea en passant par des expositions avec le plasticien japonais Takashi Murakami, "il prenait les références moins élitistes et avec un champ d'expression qui parlait vraiment à des catégories très larges", ajoute-t-il.

"Virgil a montré comment être multidisciplinaire et ne pas avoir peur de créer ce que l'on veut. C'était vraiment puissant. Il a eu un impact sur la vie de tant de gens", confie à l'AFP Bianca Saunders, styliste londonienne aux racines afro-caribéennes qui a débuté mercredi avec un défilé à la Fashion Week de Paris.

Vente caritative de baskets

Le choix du successeur, devra-t-il respecter l'héritage de Abloh qui dénonçait le racisme et avait milité pour une société plus inclusive?

Parmi les potentiels candidats noirs, ont été cités ses anciens collaborateurs Samuel Ross et Heron Preston, le directeur artistique de Reebok, Kerby Jean-Raymond, la Britannique Grace Wales Bonner et même le rappeur et designer Kanye West, ami d'Abloh.

Les noms des créateurs "au chômage" Kris van Assche après son départ de Berluti et Daniel Lee qui a quitté Bottega Veneta, mais aussi Riccardo Tisci (Burberry, ex-Givenchy) sont également mentionnés.

Autre évènement fort en hommage au créateur, Louis Vuitton s'est associé à Sotheby’s pour la vente aux enchères caritative des 200 paires de baskets Louis Vuitton et Nike "Air Force 1" dessinées par Virgil Abloh, à 2 000 dollars minimum.

Les bénéfices seront reversés à sa fondation "Post-Modern", une bourse d’étude soutenant la formation d’étudiants prometteurs d’origine afro-américaine et africaine.


Pour l’année du Tigre, «statuettes de l’espoir» au Vietnam

Cette photo prise le 19 janvier 2022 montre une femme posant avec un modèle de tigre plaqué or à Hanoï, avant le Nouvel An lunaire qui célébrera l'Année du Tigre. (Nhac Nguyen / AFP)
Cette photo prise le 19 janvier 2022 montre une femme posant avec un modèle de tigre plaqué or à Hanoï, avant le Nouvel An lunaire qui célébrera l'Année du Tigre. (Nhac Nguyen / AFP)
Short Url
  • Le Nouvel an lunaire, célébré dans de larges parts de l'Asie, appelé Têt au Vietnam, est la fête la plus importante du calendrier
  • L'année du tigre est censée apporter puissance et prospérité, et les artisans qui confectionnent les objets précieux tentent de refléter cela dans leur travail

HANOÏ, Vietnam : Plusieurs centaines de dollars, parfois beaucoup plus. Certains Vietnamiens ne reculent devant aucun sacrifice pour s'offrir un tigre plaqué or à l'approche de l'année du tigre qui débute le 1er février.

Le Nouvel an lunaire, célébré dans de larges parts de l'Asie, comme en Chine, et appelé Têt au Vietnam, est la fête la plus importante du calendrier.

Dans les nombreuses boutiques de souvenirs de Hanoï, des milliers de tigres occupent les étagères à quelques jours de l'événement, l'occasion d'offrir des cadeaux à sa famille, ses amis ou ses clients.

Suivant la taille, la matière et la posture du félin, les figurines se vendent entre 300 et 3.000 dollars la pièce.

«Le modèle de tigre plaqué or m'apportera le sentiment d'appartenir à une classe supérieure», déclare Pham Quang Duc, un architecte qui s'est offert un tigre ailé pour décorer sa maison.

L'année du tigre est censée apporter puissance et prospérité, et les artisans qui confectionnent les objets précieux tentent de refléter cela dans leur travail. 

«Le tigre dans mon modèle ne montre pas seulement la férocité de l'animal, mais aussi la puissance, l'objectif d'aller de l'avant et de conquérir», explique l'artisan Vu Dung à propos de son tigre aux ailes d'aigle.

«Posséder un modèle de tigre plaqué or signifie que son propriétaire fait partie de la haute classe de la société et qu'il a du succès économique», ajoute M. Dung. 

Il faut plusieurs jours de travail minutieux aux artisans pour fabriquer les étincelantes figurines plaquées or.

D'un bloc d'argile, ils sculptent l'animal puis le peignent, le polissent, le recouvrent de cuivre et appliquent les feuilles d'or minutieusement. 

«Nous devons veiller à ce que la couche de dorure soit répartie uniformément sur le modèle, y compris dans chaque petite plissure», explique Lai Huy Nam dans son atelier de Hanoï.

Le Vietnam a souffert économiquement de la pandémie de Covid-19, avec une croissance économique au plus bas depuis 30 ans l'an dernier et plus de 1,4 million d'emplois perdus. 

«Le modèle du tigre avec des ailes montre mon espoir de voir mes travaux décoller et de faire des percées dans la nouvelle année», confie M. Duc.