Comment la pandémie a aidé à généraliser l'impression 3D

L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
L'impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits (Médias sociaux)
Short Url
Publié le Jeudi 13 mai 2021

Comment la pandémie a aidé à généraliser l'impression 3D

  • La demande dans le royaume provient de secteurs critiques, tels que le pétrole, le gaz, la défense et les services publics
  • «La pandémie a probablement été l’un des plus grands catalyseurs de cette technologie», a déclaré à Arab News le PDG et fondateur d’Immensa, Fahmi al-Shawwa

DJEDDAH: L’incertitude mondiale créée par la pandémie de Covid-19 a été une période difficile pour de nombreuses industries. Cependant, pour certaines, comme Zoom ou Amazon, ce fut une bénédiction déguisée et un catalyseur de croissance. 

Le secteur de l’impression 3D a également connu une augmentation rapide de la demande. 

Immensa Technology Labs, basée à Dubaï, rapporte que son activité a augmenté de près de 400 % en 2020, alors que les chaînes d’approvisionnement mondiales étaient perturbées et que les opérateurs se démenaient pour trouver une alternative. 

«La pandémie a probablement été l’un des plus grands catalyseurs de cette technologie, l’année de la Covid-19 est celle durant laquelle l’impression 3D s’est développée et s’est généralisée», a déclaré à Arab News le PDG et fondateur d’Immensa, Fahmi al-Shawwa. 

«L’impression 3D a été d’un grand secours. Que ce soit dans le secteur médical, où nous avons commencé à produire des composants pour les hôpitaux, voire dans d’anciennes raffineries où des composants étaient tombés en panne par manque de pièces de rechange que nous avons pu produire», explique-t-il. 

Étant l’un des plus grands marchés de la région, l’Arabie saoudite était une cible évidente d’expansion. En avril, Immensa a été la première entreprise du Royaume à obtenir une licence de fabrication additive – ou impression 3D – du ministère saoudien de l’Investissement. 

Immensa s’est lancée sur le marché saoudien en novembre, grâce à l’acquisition de deux start-up saoudiennes d’impression 3D, Shakl3D et LayLabs. Shakl3D a été créée en 2016 et LayLabs deux ans plus tard. En s’associant à Immensa, la plus grande entité a pour objectif de se développer à l’échelle mondiale et de cibler des opportunités en Europe et en Amérique du Nord. 

«En acquérant les entreprises existantes et en investissant dans leurs projets en cours, nous pouvons accélérer le développement du secteur de l’impression 3D industrielle dans le Royaume et fournir aux deux équipes la plate-forme internationale d’Immensa», a déclaré Al-Shawwa. 

1
Fahmi al-Shawwa, PDG et fondateur d'Immensa

 

EN BREF

  • En avril, Immensa a été la première entreprise du royaume à obtenir une licence de fabrication additive – ou impression 3D – du ministère saoudien de l’Investissement. 
  • Immensa s’est lancée sur le marché saoudien en novembre grâce à l’acquisition de deux start-up saoudiennes d’impression 3D, Shakl3D et LayLabs 
  • La société a également acquis une installation industrielle de 929 mètres carrés à Dammam et elle prévoit d’établir un réseau d’autres centres d’impression 3D en Arabie saoudite. 

La société a également acquis une installation industrielle de 929 mètres carrés à Dammam et elle prévoit d’établir un réseau d’autres centres d’impression 3D en Arabie saoudite. 

L’impression 3D est une méthode de production dans laquelle des matériaux tels que le plastique ou le métal sont empilés en couches pour créer des produits. Elle est également connue dans l’industrie sous le nom de «fabrication additive» ou de «prototypage rapide». 

Immensa se concentre sur l’impression 3D industrielle, et fabrique des pièces mécaniques et fonctionnelles pour les secteurs du pétrole et du gaz, des services publics, de l’énergie et du traitement de l’eau.  

M. Al-Shawwa prévoit d’étendre l’activité de l’entreprise à d’autres secteurs et industries. «Nos machines pour les plastiques et les polymères sont déjà en service. Notre usine métallurgique fonctionnera dans les semaines à venir», se réjouit-il. 

Dans le cadre de sa stratégie globale, le PDG déclaré qu’il prévoit une grande campagne d’investissement dans le royaume. «Au cours des trois prochaines années, je pense que nous réaliserons des investissements considérables.» 

Selon Statista, le marché mondial de l’impression 3D était évalué à environ 13 milliards de dollars en 2020 et devrait croître à un taux de 26 % par an entre 2022 et 2024. 

Dans le même temps, dans son dernier rapport publié à la fin de l’année dernière, le cabinet de recherche UnivDatos Market Insights a déclaré que l’industrie de l’impression 3D au Moyen-Orient et en Afrique du Nord était évaluée à 521,4 millions de dollars en 2018, et devrait atteindre 1,374 milliard de dollars d’ici à 2025. 

«À l’échelle mondiale, l’adoption de l’impression 3D augmente d’environ 30 % par an. Je pense qu’en Arabie saoudite la croissance de cette technologie est plus de quatre fois supérieure, de 150 à 200 % par an», a déclaré Al-Shawwa. 

La demande dans le Royaume provient de secteurs critiques tels que le pétrole, le gaz, la défense et les services publics. Ces secteurs ouvrent la voie à d’autres, alors que certaines industries adoptent lentement la technologie dans des domaines comme l’outillage et le moulage par injection, explique-t-il. 

La société compte huit ingénieurs à plein temps en Arabie saoudite, et elle prévoit d’augmenter ce chiffre à plus de vingt cette année. M. Al-Shawwa déclare que l’une des raisons de leur concentration sur l’Arabie saoudite est la disponibilité d’ingénieurs locaux. 

«Le vivier de compétences en Arabie saoudite est phénoménal», a déclaré Al-Shawwa. «Une des raisons pour lesquelles nous nous déplaçons vers l’Arabie saoudite est que nous n’avons pas à compter sur les talents expatriés. Vous pouvez réellement compter sur les talents locaux.» 

M. Al-Shawwa envisage la possibilité pour Immensa de devenir une société saoudo-américaine dans les cinq prochaines années. Elle sera basée dans le Royaume, et desservira le reste du Golfe, qui a été le principal marché cible de la société au cours des deux dernières années. Cependant, elle s’est récemment étendue aux États-Unis, où elle se concentrera sur des clients en Asie et en Europe du Nord. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Bitcoin ou dollars: la diaspora salvadorienne face à la volatilité des cryptomonnaies

Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Short Url
  • Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale
  • Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie

MONTEVIDEO : Les Salvadoriens de l'extérieur peuvent désormais transférer des fonds en bitcoin à leurs familles restées dans le pays. Mais se risqueront-ils à utiliser la cryptomonnaie au cours hautement volatile ?

Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale. Il a affirmé que son adoption évitera de perdre des "millions de dollars" en taux de change interbancaire lors des envois d'argent depuis l'extérieur.

Le Salvador, 6,4 millions d'habitants, est très dépendant de ces "remesas", qui représentent 24,1% de son Produit intérieur brut (PIB). Selon les données de la Banque mondiale (BM), en 2020, il a reçu plus de 5,9 milliards de dollars de ses ressortissants vivant hors du pays.

Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie.

Avec une contraction de 7,9% du PIB en 2020 en raison de la pandémie, le Salvador parie sur la croissance de ces transferts de fonds (+4,8 % l'an dernier) comme un soutien important pour son économie dollarisée.

"En mai, les expéditions de bitcoins vers le Salvador ont quadruplé et pourraient encore s'accroître si le cours (des cryptomonnaies) continue d'augmenter", constate Edward Moya, analyste de marché chez Oanda.

"Il s'agit d'une expérience en cours qui pourrait être couronnée de succès si la volatilité du bitcoin continue de baisser et que son prix évolue à la hausse", ajoute-t-il.

Mais M. Moya estime que dans un premier temps les "méthodes traditionnelles" d'envoi de dollars perdureront "jusqu'à ce que le bitcoin devienne un actif stable".

Manuel Orozco, directeur du Centre pour la migration et la stabilisation économique à Washington, prévient cependant qu'"il est faux de supposer qu'il n'y aura pas de frais de transaction" pour l'envoi de fonds en bitcoins "car le traitement lui-même et le sceau réglementaire entraînent des coûts".

«Lacunes»

Le bitcoin est régulièrement critiqué par les régulateurs pour ses usages illégaux, notamment le blanchiment d'argent provenant d'activités criminelles, le financement du terrorisme et le manque de protection de ses utilisateurs.

D'autres pointent du doigt son empreinte carbone.

La Banque mondiale a rejeté jeudi la demande d'assistance du Salvador dans sa tentative d'adopter le bitcoin comme devise légale et devenir le premier pays au monde à l'utiliser à partir de septembre pour toutes les transactions.

"Ce n'est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d'environnement et de transparence", a expliqué  un responsable de la BM.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) avait, lui, avait fait part de ses inquiétudes."L'adoption du bitcoin comme monnaie légale soulève un certain nombre de problèmes macroéconomiques, financiers et juridiques qui nécessitent une analyse très minutieuse", avait déclaré un porte-parole, notant les "risques importants".

Le FMI a cependant accepté de rencontrer cette semaine des représentants du gouvernement salvadorien. La Banque centraméricaine d'intégration économique (BCIE) a annoncé qu'elle fournirait son assistance technique.

Volatilité

L'extrême volatilité du prix du bitcoin, qui peut faire varier la valeur d'un envoi entre son point de départ et son arrivée au Salvador, est l'un des problèmes les plus généralement pointés.

"Pour qu'une monnaie remplisse la fonction de réserve de valeur (...) elle ne devrait pas être aussi volatile", juge Oscar Cabrera, ancien président de la Banque centrale de réserve du Salvador.

Une enquête de la Chambre de commerce et d'industrie du Salvador, publiée la semaine dernière, dévoile que 96,4% des hommes d'affaires du pays préfèrent que l'utilisation du bitcoin soit facultative, que 93,2% des salariés préfèrent conserver le dollar pour percevoir leurs salaires, et 82,5 % choisiraient la monnaie américaine plutôt que le bitcoin pour recevoir des transferts de fonds.

Pour M. Orozco, la circulation du bitcoin aurait cependant un côté positif : la génération d'"une importante liquidité qui générerait un surplus pour le crédit et l'investissement", en plus de la modernisation du système bancaire.

"À court terme, sur le plan stratégique, c'est une opportunité pour le système financier salvadorien", juge-t-il.


Un nouveau fonds saoudien rivalise avec la plus grande caisse au monde

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement
  • Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025

RIYAD : L'Arabie saoudite s’apprête à faire concurrence aux plus grands investisseurs mondiaux dans le secteur des assurances, après la fusion de deux de ses plus grands fonds.

Le cabinet saoudien a approuvé la semaine dernière la fusion de l'Agence des pensions publiques avec l'Organisation générale de l'assurance sociale (GOSI) afin de consolider le parapluie de protection des assurances publiques et privées.

La nouvelle entité va disposer d'actifs de plus de 250 milliards de dollars, rapporte Bloomberg d’après Saad Al-Fadly, le PDG de Hassana Investment Co, la branche de gestion des investissements de l'Organisation générale des assurances sociales du Royaume (GOSI).

Ce chiffre la place parmi les dix premiers fonds mondiaux, et qui sont mesurés par rapport aux actifs sous gestion.

La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement, explique Al-Fadly dans l’interview.

«La fusion va renforcer la position du fonds, améliorer les performances et positionner GOSI parmi les dix meilleurs investisseurs dans les régimes de retraite au monde», affirme-t-il.

«L’ampleur d’un fonds constitue un avantage dans la gestion des relations, des coûts et des négociations. Elle est utile à bien des égards, ce qui améliore les rendements», explique-t-il.

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole.

Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Croissance fulgurante de Tesla et TikTok parmi les marques les plus puissantes

Tesla est la marque qui a enregistré la croissance la plus forte (Photo, AFP).
Tesla est la marque qui a enregistré la croissance la plus forte (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon les experts du cabinet Kantar, «ces marques ont su réagir et profiter des nouvelles attentes générées par la crise COVID»
  • Tesla est la marque qui a enregistré la croissance la plus forte : +275% par rapport à 2020, à 42,6 milliards de dollars

PARIS: Le constructeur de véhicules électriques Tesla et l'application chinoise TikTok font partie des entreprises ayant connu les plus fortes croissances au cours de l'année écoulée, selon le classement Kantar des marques les plus puissantes publié lundi.

Le logiciel Zoom, un des symboles de la généralisation du télétravail et des confinements, la plateforme audio Spotify ou encore les fabricants de puces Nvidia et AMD font par ailleurs leur entrée dans l'édition 2021 de ce classement Brandz Top 100 réalisé par le cabinet Kantar, qui prend en compte la performance financière et l'avis des consommateurs.

La valeur cumulée de ces 100 marques a progressé « de 42%, ce qui constitue une performance historique (soit plus de quatre fois la croissance moyenne observée depuis 15 ans) », souligne Kantar dans un communiqué. 

Selon les experts du cabinet, « ces marques ont su réagir et profiter des nouvelles attentes générées par la crise COVID ».

« 2020-2021 a été une année record pour la croissance des marques, et ce, malgré le fait que beaucoup d'entre elles ont connu une année difficile. Notre étude a de nouveau démontré que les marques fortes offrent des rendements supérieurs pour les actionnaires, sont plus résilientes et se rétablissent plus rapidement », estime Marie-Agathe Nicoli, de Kantar, citée dans le communiqué.

En tête du classement, les mastodontes Amazon et Apple, tous les deux avec une valeur bien au-dessus du demi-milliard de dollars, conservent leur place et scellent l'hégémonie américaine au sein de ce classement (56 des 100 premières marques).

« La valeur totale du classement atteint 7 100 milliards de dollars, soit l'équivalent du PIB combiné de la France et de l'Allemagne », relève Kantar.

Dans le sillage d'Amazon, Alibaba, 7e au classement, a consolidé sa deuxième place parmi les distributeurs.

Tesla est la marque qui a enregistré la croissance la plus forte : +275% par rapport à 2020, à 42,6 milliards de dollars. C'est l'une des cinq marques qui a plus que doublé sa valeur, aux côtés de TikTok et de trois autres entreprises chinoises (Pinduoduo, Meituan, Moutai).

Les experts de Kantar notent également la forte croissance des entreprises proposant des solutions d'abonnement, comme Spotify, Xbox, Disney ou Netflix.