Hélène Le Gal: «Le Maroc est un pays fiable, qui prend la lutte contre la migration clandestine très au sérieux»

Hélène le Gal, ambassadrice de France au Maroc, a aussi porté la voix de la France en Israël après avoir notamment été conseillère Afrique du président François Hollande, ce qui lui a valu le surnom de «Madame Afrique» (Photo fournie)
Hélène le Gal, ambassadrice de France au Maroc, a aussi porté la voix de la France en Israël après avoir notamment été conseillère Afrique du président François Hollande, ce qui lui a valu le surnom de «Madame Afrique» (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 21 mai 2021

Hélène Le Gal: «Le Maroc est un pays fiable, qui prend la lutte contre la migration clandestine très au sérieux»

  • «Sécuriser une frontière maritime comme celle du Maroc, en plus des frontières terrestres, c’est quelque chose d’énorme à l’échelle du pays.»
  • «La normalisation entre les pays arabes et Israël peut contribuer à la paix. Cela ne veut pas dire pour autant que ces nations renoncent à leurs positions»

Elle est la première femme ambassadeur de France au Maroc, poste qu'elle occupe depuis septembre 2019. Avant cela, Hélène le Gal a porté la voix de la France en Israël après avoir notamment été conseillère Afrique du président François Hollande, ce qui lui a valu le surnom de «Madame Afrique».

De nature discrète mais connue pour son franc-parler, la diplomate accorde une interview exclusive à Arab News en français.

Le Maroc joue depuis de nombreuses années le rôle de gendarme de l’Europe, mais malgré cela, de nombreux migrants parviennent à rejoindre le vieux continent, bien trop souvent au péril de leur vie. Quel rôle peut jouer la France pour empêcher ces tragédies? [Interview réalisée juste avant les récents événements à Ceuta, NDLR]

Je pense que ces tragédies nous interpellent tous, et le bon cadre de réponse du côté français, c’est l’Union européenne. L’UE doit faire plus pour accompagner les pays qui sont en première ligne, autrement dit les pays en façade méditerranéenne, en particulier le Maroc. C’est ce que fait l’UE à travers un certain nombre de financements très importants, mais je pense qu’il faut encore accentuer ce soutien. Le Maroc est un pays fiable, qui prend la lutte contre la migration clandestine très au sérieux, et qui apporte des solutions qui lui coûtent cher. Sécuriser une frontière maritime comme celle du Maroc, en plus des frontières terrestres, c’est quelque chose d’énorme à l’échelle du pays. Il faut donc que toute l’Union européenne se mobilise à ses côtés.

 

Sécuriser une frontière maritime comme celle du Maroc, en plus des frontières terrestres, c’est quelque chose d’énorme à l’échelle du pays.

 

Vous avez été ambassadrice de France en Israël avant d’arriver au Maroc. Ces deux pays ont récemment normalisé leurs relations diplomatiques. Avec la recrudescence du conflit israélo-palestinien, des voix s’élèvent et remettent en question la politique de normalisation avec Israël de la part du Maroc ou d’autres États arabes. Comment, de votre côté, avez-vous accueilli cette normalisation?

Cette normalisation nous – l’ambassade et le gouvernement français – a réjouis. Nous considérons que, entre les pays arabes et Israël, elle peut contribuer à la paix. Cela ne veut pas dire pour autant que ces nations renoncent à leurs positions, et on le voit bien, ces derniers jours encore, sa Majesté le roi Mohammed VI a demandé qu’une aide soit apportée aux populations palestiniennes, aide qui est partie du Maroc. Le roi est par ailleurs le président du comité Al-Qods. Cette politique permet d’ouvrir des canaux pour contribuer à la paix dans la région.

 

 

Nous considérons que la normalisation entre les pays arabes et Israël peut contribuer à la paix.

C’est un conflit qui dure, celui du Sahara, qui a connu un regain de tensions ces derniers mois. L’ancien président américain Trump a reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara, au même titre que de nombreux autres pays. Dans l’Hexagone, des députés appellent la France à en faire de même. Récemment, une antenne du président Macron a été ouverte à Dakhla. Comment la France peut jouer un rôle pour faire enfin avancer ce dossier?

La France considère que ce dossier n’a que trop duré, qu’il faut trouver une solution. Une solution qui recueille l’agrément de tous. C’est pourquoi nous poussons pour que le secrétaire général de l’ONU nomme un envoyé personnel afin de trouver une solution. Pour nous, cette solution tourne autour du plan d’autonomie qui a été présenté il y a plus de dix ans par le Maroc, et qui offre des garanties aux populations sahraouies. Une relance de ce processus politique sous l’égide de l’ONU nous paraît essentielle, et nous nous activons, que ce soit au Conseil de sécurité des Nations unies ou à New-York. Nous jouons aussi un rôle en participant à des conférences, telle que celles qui se sont tenues au mois de janvier sous l’égide du Maroc et des États-Unis. Nous souhaitons que le dossier avance, et peut-être, justement, les derniers développements que vous venez d’évoquer ouvriront-ils la porte à ces avancées, afin de trouver une solution acceptable et pacifique par tous, qui permette le développement de ce territoire.

Est-il prévu d’ouvrir un consulat de France à Dakhla ou à Laâyoune?

Les consulats sont extrêmement liés à la question du nombre de Français, et assez peu de Français vivent au Sahara. Il y en a certes quelques centaines qui travaillent notamment dans le secteur du tourisme, mais cela ne justifie pas la création d’un consulat.

Que pensez-vous de la fuite des cerveaux qui s’accentue au Maroc, particulièrement dans le domaine de l’informatique. La France est d’ailleurs pointée du doigt, les responsables du secteur dénoncent les effets néfastes du visa French Tech…

Je pense que c’est un phénomène mondial, puisqu’en France également nos cerveaux sont extrêmement attirés par les États-Unis. La Silicon Valley est peuplée de Français formés dans l’Hexagone. On se trouve face à une sorte de marché mondial des cerveaux. Les personnes se déplacent d’un pays à l’autre en saisissant toutes les opportunités qui leur sont offertes. Je pense donc que chaque pays doit travailler sur sa propre attractivité pour garder ses cerveaux. Vous parliez des informaticiens… Il y a un besoin d’informaticiens au Maroc, mais aussi en Europe, en France en l’occurrence. Et c’est là que nous pouvons travailler ensemble, nous avons des universités, des grandes écoles… Les Marocains sont d’ailleurs la première nationalité parmi les étudiants étrangers en France. Sept universités et grandes écoles ont décidé de créer des campus au Maroc et de nombreuses universités marocaines travaillent avec des partenaires français. Il faut donc renforcer la formation, afin qu’il n’y ait plus de pénuries de ce genre de profils, que ce soit au Maroc ou en France. Mais je ne pense pas que l’on puisse parler vraiment de fuite des cerveaux, plutôt d’individus qui ont parfois tout simplement envie de mobilité, d’aller travailler à l’étranger, peut-être pour quelques années, avant de revenir en fonction des opportunités ou de leurs parcours personnels.

 

S’imposer dans un milieu masculin, une recette?

J’ai des centaines d’anecdotes tirées de ma carrière. Vous dirais-je le nombre de fois où mon mari a été pris pour l’ambassadeur et moi son épouse, le nombre de fois où je suis entrée dans une pièce, et où l’on m’a demandé «l’ambassadeur de France va venir, savez-vous quand il arrivera?». Je pense qu’il ne faut rien s’interdire lorsque l’on est une femme, c’est peut-être en effet plus difficile, on peut entendre un certain nombre de remarques, avoir parfois le sentiment de prendre la place de collègues masculins qui ne le voient pas d’un très bon œil. Mais il faut le faire, parce que renoncer c’est accepter l’inégalité. Donc, oui, je suis très fière d’avoir brisé beaucoup de plafonds de verre, en étant la première femme à occuper plusieurs postes importants. J’encourage évidemment les autres femmes à faire de même, et pas seulement elles, toutes les minorités également.

Je pense que la politique suivie au Maroc a été exemplaire, dans la mesure où les autorités ont su parfaitement anticiper

Quelques mois seulement après votre prise de poste, vous avez dû faire face à une situation inédite: la pandémie de Covid-19. Sur le plan de la gestion de la crise sanitaire et de l’accompagnement des Français au Maroc, quelles sont les réussites et les difficultés que vous avez rencontrées ?

Je dirais que les réussites et les difficultés sont un peu les mêmes. Il s’agit du nombre de ressortissants qu’il a fallu gérer. Quand on sait qu’en 2020, 350 000 Français ou résidents en France ont été rapatriés, et qu’ici au Maroc ce nombre a atteint 60 000 personnes, vous voyez tout de suite l’énorme proportion de Français ou de Marocains résidant en France concernés par ces rapatriements depuis le Maroc. 

Ce nombre important de ressortissants a été une difficulté, mais aussi une réussite, puisque, même s’ils n’ont pas forcement pu partir à la date voulue, ils ont quand même pu rentrer en France entre mars et juillet 2020. Nous avons affrété 280 avions et 22 ferrys sur cette période, et nous avons dû gérer des cas plus compliqués les uns que les autres.

Le Maroc a particulièrement bien géré la crise sanitaire. L’OMS a d’ailleurs félicité le Maroc, qui figure parmi les pays qui se sont le plus démarqués en termes de prévention et de vaccination. Peut-on en parler comme d’un modèle de gestion de la crise ?

Je pense que la politique suivie au Maroc a été exemplaire, dans la mesure où les autorités ont su parfaitement anticiper. Lorsqu’en mars 2020 le pays a été confiné, le nombre de décès était très faible, mais cela a justement permis d’éviter une flambée. On a pu voir une constante mobilisation des autorités pour doser les mesures qui ont été prises, et éviter toute flambée des cas, compte tenu des capacités hospitalières du pays. Sur la vaccination également, le Maroc s’est mis très tôt en quête de vaccins à acheter, et il a pu commencer sa campagne de vaccination en même temps que la plupart des autres pays occidentaux, à un rythme rapide. À lui tout seul, le pays concentre 95% des vaccinations en Afrique. C’est vraiment extraordinaire.

 

Vous avez récemment reçu votre première dose du vaccin Sinopharm.
Encouragez-vous les Français à faire de même? Sachant que pour l’instant Sinopharm n’est pas encore validé par les autorités sanitaires en France…

J’ai fait le choix de m’inscrire dans le système marocain. J’ai donc attendu que les moins de 60 ans puissent se faire vacciner pour aller dans un centre de vaccination comme n’importe quel Marocain. J’espère avoir montré ainsi aux Français que l’on peut faire confiance à notre pays d’accueil pour nous traiter de la même manière qu’il traite ses propres citoyens, d’une manière très responsable et très sérieuse.

La pandémie a renforcé l’intérêt stratégique du Maroc envers une industrie locale plus forte, et donc un frein des importations. Quel regard portez-vous sur cette stratégie et qu’en est-il des retours des investissements français en France?

Nous avons une trop grande dépendance par rapport à certains producteurs, c’est un constat fait par de nombreux pays. En France et au Maroc, nous avons eu la même réflexion sur la nécessité de relocaliser un certain nombre d’industries. Je pense que cette pandémie peut aussi nous permettre de nous rapprocher, de travailler davantage ensemble. Nous sommes en quelque sorte imbriqués. Par exemple, l’automobile est devenu le premier poste d’exportation du Maroc, grâce à Renault et à Peugeot. Nous avons des intérêts convergents. Nous travaillons ensemble depuis près d’un an sur un nouveau pacte économique franco-marocain, notamment sur les énergies vertes. On voit que le Maroc a beaucoup d’atouts pour devenir un grand producteur d’électricité verte à travers l’éolien, le solaire ou encore l’hydrogène. Les besoins d’électricité vont augmenter en Europe, puisque tout le secteur du transport est en cours d’électrification. Cela peut aussi constituer dans les années à venir un domaine de notre coopération.

Je pense que cette coopération en matière de lutte contre le terrorisme entre la France et le Maroc fonctionne extrêmement bien.

La France semble être en perte de vitesse en Afrique, alors que des pays comme le Maroc se positionnent de plus en plus. La France ne voit-elle pas le Maroc comme un concurrent sur le continent?

Le Maroc en Afrique n’est pas un concurrent, c’est un ami et un allié. La France est très présente en Afrique, elle porte ce continent dans son cœur. C’est d’ailleurs à Paris, et non ailleurs, que se tient la conférence internationale d’appui à la transition au Soudan ou le sommet sur le financement des économies africaines.  C’est la première fois en vingt-cinq ans qu’il y a une récession économique en Afrique. Le continent n’est pas très touché par la pandémie, mais il est très impacté par ses conséquences économiques. Nous nous sommes donc fait le porte-voix du continent auprès des instances internationales, notamment celles de Breton Woods ou de l’Union européenne, pour la mise en place d’un vrai plan de relance comme aux États-Unis ou en Europe. Aucun autre pays n’organise ce type de mobilisation en faveur de l’Afrique, c’est la meilleure preuve que la France est toujours là, aux côtés de l’Afrique.

Récemment, les services de renseignement marocains ont permis de déjouer de nouvelles attaques de grande ampleur sur le territoire français… Comment la France et le Maroc peuvent-ils davantage coopérer dans la lutte contre le terrorisme?

Je pense que cette coopération en matière de lutte contre le terrorisme entre la France et le Maroc fonctionne extrêmement bien. D’abord parce qu’elle est impulsée au plus haut niveau de nos deux pays, et ensuite parce qu’elle est pratiquée au quotidien par les services dont c’est le travail. Cela nécessite évidemment une certaine discrétion, mais les deux pays travaillent beaucoup ensemble, car ils ont les mêmes intérêts et les mêmes ennemis, ces groupes terroristes. Ce travail en commun ne concerne pas seulement le territoire français ou marocain, mais également d’autres théâtres, par exemple le Sahel. La France y est fortement engagée militairement, et nous y coopérons de manière extrêmement forte avec le Maroc dans la lutte antiterroriste. Notre collaboration se poursuit sur d’autres théâtres d’opération comme l’Irak ou la Syrie, où un certain nombre de nos ressortissants, Français, Marocains, ou Franco-Marocains, se sont déplacés dans le cadre de groupes terroristes comme Daech. Notre coopération fonctionne bien, même si bien sûr, on peut toujours faire mieux et cela doit passer par une multiplication des contacts entre les services spécialisés de façon à échanger un maximum d’informations et de renseignements.

Après les récents attentats en France, l’amalgame entre islam et terrorisme a particulièrement refait surface, comment l’éviter ?

En donnant le plus souvent possible la parole à des musulmans en France qui eux aussi condamnent de manière vigoureuse le terrorisme et ne sont pas en faveur d’idéologies radicales. Je pense que leur donner la parole, notamment dans les médias, est une manière de montrer que ce combat est commun à tous ceux qui vivent sur le territoire français, quelle que soit leur religion.


La Turquie suspend son offensive en Syrie après l'objection de la Russie

Des combattants rebelles syriens soutenus par la Turquie défilent dans la province d'Alep, le 2 juillet 2022. La Turquie a reporté sa nouvelle offensive prévue contre les forces kurdes en raison des objections de la Russie (Photo, AFP).
Des combattants rebelles syriens soutenus par la Turquie défilent dans la province d'Alep, le 2 juillet 2022. La Turquie a reporté sa nouvelle offensive prévue contre les forces kurdes en raison des objections de la Russie (Photo, AFP).
Short Url
  • Les acteurs régionaux s'inquiètent d'une éventuelle opération militaire à Tal Rifaat et Manbij
  • «Inutile de se presser. Nous n'avons pas besoin de faire cela», a déclaré le président turc Erdogan aux journalistes à Madrid

ANKARA: Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi que la Turquie n'était pas pressée de mettre en place une nouvelle opération militaire contre les militants kurdes armés.

Cependant, les acteurs régionaux ont exprimé leurs inquiétudes quant à une éventuelle offensive turque contre les villes de Tal Rifaat et Manbij.

«Inutile de se presser. Nous n'avons pas besoin de faire cela», a déclaré Erdogan aux journalistes à Madrid, où il a rencontré le président américain Joe Biden en marge du sommet de l'OTAN. Erdogan n'a proposé aucun délai pour l'opération prévue.

L'enjeu est de taille. Les experts estiment que la Turquie n'a toujours pas le soutien de la Russie pour une intervention militaire contre les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes de Syrie, qu'Ankara considère comme un groupe terroriste ayant des liens directs avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Oytun Orhan, coordinateur des études sur la Syrie au sein du think tank ORSAM à Ankara, a déclaré que le refus de la Russie de soutenir l'opération reste son principal obstacle.

«Ankara a décidé de lancer une offensive militaire sur la Syrie alors que l'attention du monde est concentrée sur la guerre en Ukraine – et après le retrait de milliers de soldats russes d'Ukraine. Cependant, la Russie ne peut pas risquer de paraître faible à la fois en Ukraine et en Syrie en donnant le feu vert à une opération turque à ce stade», a-t-il déclaré à Arab News.

Orhan a noté que la Turquie avait uniquement frappé des cibles le long de la frontière turco-syrienne en représailles aux attaques des YPG.

«Je ne m'attends pas à une opération de plus grande envergure dans laquelle l'armée nationale syrienne servirait de force terrestre et les militaires turcs apporteraient un soutien aérien», a-t-il ajouté.

Ankara a déjà mené trois opérations militaires dans la région: Bouclier de l'Euphrate en 2016, Rameau d'olivier en 2018 et Source de paix en 2019.

Les effectifs de la Russie et du régime syrien ont augmenté dans le nord de la Syrie depuis le début du mois de juin en prévision d'une éventuelle opération turque.

L'Iran s'est également montré ferme dans son opposition à toute opération militaire turque dans la région.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saaed Khatibzadeh, a récemment déclaré: «Le dossier syrien est une question de différend entre nous et la Turquie.»

Samedi, le ministre iranien des Affaires étrangères a effectué une visite à Damas à la suite des menaces de la Turquie de lancer la nouvelle offensive.

«D'un point de vue idéologique et stratégique, l'Iran accorde de l'importance à la protection des zones chiites – notamment les deux villes chiites de Nubl et Al-Zahra. Il y a également des milices chiites qui combattent aux côtés des YPG à Tal Rifaat», a déclaré Orhan.

«Toutefois, à ce stade, la position de la Russie est beaucoup plus importante pour la Turquie que les préoccupations de l'Iran, car la Russie contrôle l'espace aérien dans le nord de la Syrie et elle devrait retirer les forces russes avant d'approuver toute opération turque», a-t-il ajouté.

Certains experts ont suggéré que la Turquie avait utilisé son opération potentielle en Syrie comme monnaie d'échange lors de ses récentes négociations avec Washington. Au cours de leur rencontre du 29 juin, Erdogan et Biden ont discuté de l'importance de maintenir la stabilité en Syrie, selon le compte rendu de la Maison Blanche.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis et principalement dirigées par les YPG, tiennent toujours de vastes zones du nord-est de la Syrie. Les Kurdes syriens sont considérés par Washington comme un allié important contre Daech.

Par ailleurs, bien que l'administration Biden ait déclaré à plusieurs reprises qu'elle reconnaissait les préoccupations de la Turquie en matière de sécurité, elle a également averti que toute opération turque dans le nord de la Syrie pourrait mettre les troupes américaines en danger et compromettre la lutte contre Daech.

Hamidreza Azizi, chercheur du Centre d'études appliquées sur la Turquie à l'Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité, estime que l'opération turque est inévitable, compte tenu du cours des événements.

«Elle se déroulera tôt ou tard. Parce que les dirigeants turcs ont manœuvré sur ce qu'ils considèrent comme des menaces auxquelles la Turquie est confrontée depuis le nord de la Syrie, nous devons nous attendre à une sorte d'opération militaire», a-t-il déclaré à Arab News.

«Mais la portée de l'opération a fait l'objet de spéculations car au début, les responsables turcs parlaient d'une vaste zone allant de Tal Rifaat et Manbij à l'est de l'Euphrate, mais ils se sont ravisés après l'opposition américaine à l'expansion de l'opération à l'est de l'Euphrate», a indiqué Azizi.

M. Azizi s'attend à ce qu'une opération limitée ait lieu, dont l'objectif principal serait d'étendre la zone d'influence de la Turquie dans la région.

Le plan initial de la Turquie était d'établir une zone de sécurité de 30 kilomètres de profondeur le long de sa frontière sud, à la fois pour repousser les YPG et pour rapatrier environ un million de réfugiés syriens dans une zone de sécurité plus large.

Le président Erdogan a récemment annoncé un plan de reconstruction pour permettre aux Syriens de retourner dans leur patrie.

Azizi estime que «le principal point de friction» concernant cette opération potentielle serait entre l'Iran et la Turquie.

«L'Iran est inquiet car si la Turquie – ou les troupes soutenues par la Turquie – contrôlent Tal Rifaat, ils auront accès à Alep, où l'Iran est présent, ce qui leur donnera un accès supplémentaire au centre de la Syrie.»

L'Iran reste un allié clé du président syrien Bachar Assad, mais aussi un partenaire commercial important pour la Turquie.

À moins que la Turquie ne soit en mesure de présenter un nouveau plan permettant d’atténuer les préoccupations de l'Iran, Azizi s'attend à une réponse du côté iranien – bien qu'indirecte via des forces mandataires.

«Une telle réaction pourrait pousser la Turquie à renforcer davantage ses liens avec les États arabes et à coopérer davantage avec Israël», a-t-il déclaré.


Les ministres arabes des Affaires étrangères s'engagent à soutenir les négociations avec le FMI et le processus de réforme du Liban

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe s'est réuni à l'hôtel Al-Habtoor à Sin El-Fil, dans la capitale libanaise Beyrouth le 2 juillet 2022 (Photo, AFP).
Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe s'est réuni à l'hôtel Al-Habtoor à Sin El-Fil, dans la capitale libanaise Beyrouth le 2 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les représentants de la Ligue arabe ont également discuté de la guerre en Ukraine, de l'alimentation et de l'énergie
  • La réunion préparera le sommet arabe qui se tiendra en Algérie en novembre prochain

BEYROUTH: Les ministres arabes des Affaires étrangères ont promis samedi leur soutien aux négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et au processus de réforme du Liban, à l'issue d'une réunion de la Ligue arabe tenue à Beyrouth.

Ils ont déclaré que leur présence au Liban dans une situation économique et politique «extrêmement difficile» montrait que les pays arabes étaient favorables à la stabilité et qu’ils soutenaient les négociations du pays avec le FMI et le processus de réforme.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a déclaré: «Nous sommes ici pour dire qu'il y a un problème et que vous devez chercher à le résoudre».

Il a indiqué lors d'une conférence de presse que la réunion avait abordé les préparatifs, le calendrier et les participants du prochain sommet de la Ligue arabe.

«Nous avons tenu quelques discussions et échangé des points de vue qui feront l'objet d'une décision à l'endroit approprié. Nous avons également abordé la guerre en Ukraine, la nourriture, l'énergie et la question de la Somalie, où des millions de Somaliens risquent de mourir de faim.»

«Nous avons, en outre, discuté de la cause palestinienne sur fond de mouvements américano-israéliens et de la manière dont nous réagissons à ces événements. Nous n'avons convenu de rien, car il s'agit de simples discussions que nous ne révélerons pas», a-t-il ajouté.

«Tous sont favorables à la fin de la pression exercée sur les réfugiés syriens. L'État libanais leur prodigue des soins mais, lorsque des décisions similaires à l'accord sur leur retour dans leur pays sont prises, il faut que des circonstances spécifiques soient réunies.»

Il a rappelé qu'une guerre civile était en cours en Syrie et que les destructions étaient «énormes».

«Au moins 500 millions de dollars sont nécessaires pour réhabiliter l'infrastructure syrienne», a-t-il ajouté. «Ce sont des questions très complexes qui ne peuvent être résolues par une simple décision. Mais la communauté internationale a la volonté de mettre fin à la guerre en Syrie et continue de faire pression concernant la question des réfugiés au Liban, en Jordanie et dans d'autres pays.»

Le Liban, représenté par le ministre des Affaires étrangères sortant, Abdallah Bou Habib, a présidé la réunion ministérielle.

L'Algérie accueillera le sommet de la Ligue arabe début novembre après son report en 2020 et 2021 en raison des confinements liés à la Covid-19.

Ont participé à la réunion de samedi les ministres des Affaires étrangères du Koweït, du Yémen, de la Jordanie, du Qatar, de la Tunisie, de l'Algérie, des Comores, du Soudan, de la Somalie et de la Palestine, le vice-ministre des Affaires étrangères de l'Égypte, ainsi que les représentants permanents de la Ligue arabe en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à Djibouti, en Irak, au Maroc, à Oman et en Libye, un représentant de la Mauritanie et l'ambassadeur de Bahreïn en Syrie.

La délégation ministérielle arabe a rencontré le président libanais Michel Aoun, qui a exprimé l'importance des relations régionales dans les «circonstances critiques que traverse le monde arabe, les défis auxquels il est confronté, et qui exigent la plus grande consultation et coopération».

Il a évoqué les crises auxquelles le Liban est confronté et le poids des réfugiés syriens dans le pays qui, selon lui, n'est «plus capable de gérer cette réalité».

«Nous cherchons à trouver un accord avec le FMI. Il y a une médiation américaine pour délimiter les frontières maritimes sud du Liban», a-t-il indiqué, ajoutant que le Liban conservait ses ressources en eau, en pétrole et en gaz.

Répondant aux questions des médias sur la révocation de la suspension de l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a déclaré: «Nous n'avons pas soutenu la suspension de son adhésion car la Syrie est un membre fondateur de la Ligue. Le ministre syrien des Affaires étrangères se rendra en Algérie et nous examinerons cette question avec le plus haut sens des responsabilités.»

La délégation ministérielle arabe a également rencontré le président du Parlement libanais, Nabih Berri, qui a déclaré que le Liban demandait désormais à ses «frères arabes de venir s'attaquer au cœur de ses souffrances».

Il a indiqué à ses invités que les négociations indirectes entre le Liban et Israël, avec la médiation des États-Unis, visant à délimiter les frontières maritimes en vue de l'extraction de gaz, progressaient.

Par ailleurs, le Premier ministre désigné, Najib Mikati, a rencontré les délégations vendredi soir.

Il a réitéré l'engagement du Liban à mettre en œuvre toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et de la Ligue arabe de manière à renforcer la politique de dissociation à l'égard de tout différend arabe, à étendre la souveraineté de l'État sur l'ensemble de son territoire et à prévenir toute offense à l'égard de tout État arabe et toute menace pour sa sécurité.

De son côté, Aboul Gheit a reçu une lettre politique du Front souverain pour le Liban s'opposant au Hezbollah et au rôle de l'Iran au Liban.

La lettre demande «l'activation du droit du Liban à être libre de la domination iranienne qui se sert du Liban et de ses territoires comme d'une plateforme pour mener des hostilités, mettant le pays en danger et l'exposant à des attaques de toutes parts».   

Elle souligne «la persistance de l'armement illégal représenté par la milice armée organisée du Hezbollah, qui reçoit le soutien, les ordres et le financement de l'Iran».


Les efforts de l'Arabie saoudite pour protéger le léopard d'Arabie mis en avant par la Princesse Rima bent Bandar

Les efforts déployés par l'Arabie saoudite pour protéger le léopard d'Arabie constituent l'un des modèles mondiaux les plus marquants, a déclaré la princesse Rima bent Bandar, ambassadrice du Royaume aux États-Unis, lors du lancement d'un nouveau livre intitulé «Le léopard d'Arabie» (Photo, SPA).
Les efforts déployés par l'Arabie saoudite pour protéger le léopard d'Arabie constituent l'un des modèles mondiaux les plus marquants, a déclaré la princesse Rima bent Bandar, ambassadrice du Royaume aux États-Unis, lors du lancement d'un nouveau livre intitulé «Le léopard d'Arabie» (Photo, SPA).
Short Url
  • Son livre The Arabian Leopard (Le léopard d'Arabie) témoigne des efforts nationaux déployés dans le cadre de la stratégie de la Commission royale d'AlUla pour préserver le léopard d'Arabie
  • Le recueil contient plus de 100 œuvres d'art et photos

LONDRES: Les efforts déployés par l'Arabie saoudite pour protéger le léopard d'Arabie constituent l'un des modèles mondiaux les plus marquants, a déclaré vendredi la princesse Rima bent Bandar, ambassadrice du Royaume aux États-Unis.

La princesse Rima a prononcé ces mots en présence du prince Khaled ben Bandar, ambassadeur saoudien au Royaume-Uni, lors du lancement d'un nouveau livre intitulé Le léopard d'Arabie, selon le journal Saudi Gazette.

Ce recueil documente les efforts nationaux déployés dans le cadre de la stratégie de la Commission royale d’AlUla afin de préserver le léopard d'Arabie et de le protéger de l'extinction, conformément aux objectifs de la Vision 2030 du Royaume.

La maison d'édition Assouline à Londres a accueilli la cérémonie de lancement du livre au cours de laquelle l'ambassadrice a mis en évidence les efforts du Royaume pour protéger le léopard et le replacer dans son habitat naturel.

Préparé et rédigé par un groupe d'experts dans les domaines de l'environnement et de la conservation de la nature, le recueil contient plus de 100 œuvres d'art et photos. Il contient également des analyses réalisées à travers différents rapports et l'histoire du tigre d'Arabie, qui existe depuis plus de 500 000 ans dans la péninsule arabique.

Le rapport ajoute que l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe le léopard d'Arabie parmi les animaux les plus menacés, avec seulement 200 individus vivants aujourd'hui, en raison de la chasse excessive et d'autres raisons liées au système de survie de l'animal.

Préparé et écrit par un groupe d'experts dans les domaines de l'environnement et de la conservation de la nature, le recueil contient plus de 100 œuvres d'art et photos. Il contient également des analyses réalisées à travers différents rapports et l'histoire du tigre d'Arabie, qui existe depuis plus de 500 000 ans dans la péninsule arabique.

Le rapport ajoute que l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe le léopard d'Arabie parmi les animaux les plus menacés, avec seulement 200 individus vivants aujourd'hui, en raison de la chasse excessive et d'autres raisons liées au système de survie de l'animal.

La stratégie de la Commission royale d'AlUla pour préserver l'animal comprend diverses initiatives, notamment l'expansion du programme d'élevage à travers l'ouverture d'un centre spécialisé dans la réserve naturelle de Sharaan et la création du Fonds pour le léopard d'Arabie, pour lequel la Commission royale a alloué 25 millions de dollars.

L'agence de presse saoudienne a également ajouté que, conformément à l'Initiative verte saoudienne, la Commission royale visait à convertir 80 % de la superficie d'AlUla en réserves naturelles, notamment pour la faune et la flore sauvages. La Commission royale du gouvernorat d'AlUla fait avancer ce dossier dont les initiatives visant à protéger le léopard d'Arabie prévoient la réinstallation d'espèces sauvages telles que le bouquetin des montagnes et le cerf.