A Gaza, le temple des livres réduit en poussière

Short Url
Publié le Dimanche 23 mai 2021

A Gaza, le temple des livres réduit en poussière

  • Le libraire et éditeur de Gaza, territoire palestinien plus connu à l'étranger pour ses guerres que ses maisons d'édition et sa littérature, s'est précipité sur place
  • «Il y a 100 000 livres sous ces ruines», lance-t-il, évoquant ces «best-sellers»

GAZA: C'était le temple des livres dans la bande de Gaza. Le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. 

Mais mardi dernier, la librairie al-Mansour s'en est allée. Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d'info arabes lorsqu'il a appris qu'un avertissement avait été donné par l'armée israélienne pour détruire l'immeuble.

Le libraire et éditeur de Gaza, territoire palestinien plus connu à l'étranger pour ses guerres que ses maisons d'édition et sa littérature, s'est précipité sur place. Mais Samir, cinquantenaire aux cheveux poivre et sel en brosse, s'est arrêté à environ 200 mètres. 

Adolescent, à 14 ans, au début des années 80, Samir avait commencé à travailler avec son père à la librairie, pour ensuite en prendre les rênes et mettre sur pied, en 2000, une maison d'édition. 

Mardi, il a vu la frappe israélienne foudroyer ce qu'il lui a pris une vie à construire. 

"Quarante années de ma vie se sont écroulées en une fraction de seconde", dit-il en marchant, sa cigarette coincée entre l'index et le majeur, au pied d'une montagne de blocs de ciments entremêlés de bout de papier et de chaises en plastique écrasées.

Et à l'heure où les secouristes cherchent encore des corps ou des miraculés dans les décombres d'une guerre éclair entre le Hamas et Israël qui a fait plus de 240 morts parmi les Palestiniens en à peine 11 jours, Samir al-Mansour devine une étrange fosse sous ses yeux.

"Il y a 100 000 livres sous ces ruines", lance-t-il, évoquant ces "best-sellers" comme le Coran, les manuels pour apprendre les langues étrangères comme le français, des livres pour enfants et des coups de coeur comme les Frères Karamazov de Dostoïevski, désormais ensevelis dans ce cimetière de livres. 

L'armée israélienne affirme de son côté avoir ciblé durant son intense campagne de bombardements, des infrastructures et maisons de commandants du mouvement islamiste palestinien.

Attaque contre la culture

Et Samir n'en démord pas: "je n'ai rien à voir avec un groupe armé, avec une faction politique, il s'agit d'une attaque contre la culture. J'ai traversé deux Intifadas et les trois guerres de Gaza (...) mais ça ne m'était jamais arrivé, jamais la librairie n'avait été détruite", dit-il.

Son beau-fils, Montasser Saleh, arrivé à Gaza de Norvège pour visiter la famille peu avant le début de l'escalade, était avec Samir lorsque sa vie a basculé. 

"Nous étions à la maison, nous regardions la télévision. Sur la chaîne al-Jazeera Mubasher, ils ont dit qu'il y avait eu un tir d'avertissement sur l'édifice abritant la librairie. On s'est précipité sur place. Samir voulait chercher des papiers à l'intérieur, son ordinateur, mais il avait peur de rentrer, d'être frappé par un missile. Alors nous sommes restés dehors", raconte-t-il. 

"Avec la destruction d'Al-Mansour, Gaza perd l'une de ses principales ressources culturelles", estime Mossab Abu Toha, poète et fondateur de la bibliothèque Edward Saïd, créée après la guerre de Gaza en 2014. 

"Al-Mansour c'est plus qu'une librairie, c'est aussi une maison d'édition qui publiait des auteurs de Gaza. Les manuscrits étaient imprimés en Egypte, des livres retournaient à Gaza mais d'autres restaient en Egypte et circulaient dans le monde arabe. Ca permettait de lever le siège de Gaza par la littérature".   

A Gaza, la littérature reste un marché de niche. Les tirages locaux tournent autour des 1.000 copies ce qui n'enlève rien aux oeuvres de Ghareeb Askalani ou Yousri al-Ghoul, auteurs entre autres publiés par les éditions de Samir Mansour.   

Al-Iqraa, une autre librairie de quartier rythmé par les milliers d'étudiants de l'université a été réduite en cendres pendant ces 11 jours de bombardement, et un peu plus loin, la "Makteba" al-Nahda, qui tenait plus de la papeterie que de la grande librairie, a été réduite à un tas de gravats. Mais pas au silence.

Devant les ruines de cette librairie, une large affiche vient d'être plantée avec la phrase suivante: "al-Fikra ma betmout" - La pensée ne meurt pas! Et un mot assure d'une future réouverture.


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.