La Turquie «a œuvré pour réduire les sanctions de l’OTAN contre le Bélarus»

Un agent de sécurité utilise un chien pour vérifier les bagages des passagers l’avion de la compagnie de Ryanair qui transportait Raman Pratasevich, la personnalité de l’opposition, voyageant d'Athènes à Vilnius, en Lituanie. (Photo, AP/Archives)
Un agent de sécurité utilise un chien pour vérifier les bagages des passagers l’avion de la compagnie de Ryanair qui transportait Raman Pratasevich, la personnalité de l’opposition, voyageant d'Athènes à Vilnius, en Lituanie. (Photo, AP/Archives)
Short Url
Publié le Samedi 29 mai 2021

La Turquie «a œuvré pour réduire les sanctions de l’OTAN contre le Bélarus»

  • Les touristes russes préfèrent la Turquie en tant que destination de vacances de premier choix, avec presque sept millions de visiteurs par an
  • «Les leaders turcs n’ont aucun problème à traiter avec un homme dont le régime a battu des manifestants pacifiques et qui vient de détourner un avion»

ANKARA: La Turquie a convaincu ses alliés de l'OTAN d'opter pour une position officielle plus modérée envers Minsk, après que la Biélorussie ait forcé un avion de ligne européen traversant son espace aérien d’atterrir pour pouvoir arrêter un journaliste dissident, a rapporté jeudi Reuters.

L'avion de Ryanair a décollé de la Grèce et se dirigeait vers la Lituanie, mais la Biélorussie a détourné sa route pour le forcer à atterrir à Minsk dimanche.

Dans une déclaration en deux paragraphes publiée par l'OTAN, l'alliance a condamné l'arrestation du journaliste Roman Protasevich après l'atterrissage forcé, mais elle n'a pas évoqué les sanctions punitives que la Pologne, la Lituanie et la Lettonie réclamaient.

La déclaration, qui n’a même pas exigé la libération des prisonniers politiques au Bélarus, contredit la déclaration du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, selon laquelle l’incident était «scandaleux» et «un détournement d’avion perpétré par l’État».

Des diplomates cités par Reuters ont affirmé qu'Ankara pourrait utiliser son influence à l'OTAN afin de consolider ses liens fragiles avec Moscou, un proche allié de la Biélorussie, pour convaincre la Russie de permettre aux touristes russes de venir en Turquie pendant la saison estivale malgré le risque élevé d'infections de la Covid-19.

Les touristes russes préfèrent la Turquie en tant que destination de vacances de choix, en particulier les provinces du Sud, plus que tout autre pays, avec 7 millions de visiteurs russes enregistrés en 2019.

Moscou devrait revoir l'interdiction d'un mois et demi sur les vols avec Ankara qui expirera le 1er juin.

Toutefois, sur le front diplomatique, la Turquie a récemment attiré la colère de la Russie pour son rapprochement avec l'Ukraine.

Le Kremlin a averti Ankara le 24 mai en signalant qu’encourager les actions ukrainiennes «agressives» envers la Crimée, est une violation directe de l’intégrité territoriale russe. Le ministre russe des Affaires étrangères a critiqué la coopération accrue de la Turquie avec Kiev, affirmant qu’elle ne fait qu’alimenter le «sentiment militariste» en Ukraine.

La décision diplomatique présumée de la Turquie à l'OTAN pour empêcher des sanctions sévères contre la Biélorussie, probablement une interdiction aux compagnies aériennes biélorusses de survoler l'espace aérien de l'UE ou d'empêcher les compagnies aériennes biélorusses d'utiliser les aéroports de l'UE,  pourrait également viser à renforcer la coopération économique avec Minsk au milieu des difficultés financières auxquelles la Turquie est confrontée pendant la pandémie.

Cependant, certains experts ont souligné que cette dernière initiative au sein de l’OTAN faisait allusion à une tentative de trouver un équilibre entre les objectifs géopolitiques d’Ankara et les nécessités économiques.

«La Turquie tente de préserver son 'équilibre' entre l'OTAN et la Russie après avoir signalé au cours des dernières semaines qu'elle était plus disposée à s'engager dans la politique de dissuasion envers la Russie, comme en témoigne sa sensibilisation envers l'Ukraine et la vente de drones à la Pologne et rejoindre ainsi la surveillance aérienne renforcée de l’OTAN », a déclaré à Arab News Karol Wasilewski, analyste à l’Institut polonais des affaires internationales de Varsovie.

Le ministère turc des Affaires étrangères est resté silencieux sur le rapport de Reuters.

Cependant, le Kremlin ne semble pas apaiser sa tension avec Ankara d'un aussi simple geste.

Selon Wasilewski, toute initiative diplomatique de la Turquie pour empêcher des sanctions contre la Biélorussie pourrait calmer un peu la Russie, mais elle ne suffira pas à apaiser complètement les tensions.

«La Russie est sur le point de signaler à la Turquie que ses actions auront des conséquences et cela pourrait continuer jusqu'à ce qu’Ankara montre plus clairement que son engagement dans l'OTAN n'interférera pas dans sa politique envers la Russie», a indiqué Wasilewski.

Il a de plus ajouté: «En fin de compte, la Turquie poursuit sa politique pour «avoir le beurre et l'argent du beurre» à l’égard de l’OTAN et de la Russie. Moscou a été assez tolérante envers cette politique, car pendant longtemps, cette politique a eu des conséquences plus négatives pour l'OTAN que pour la Russie».

Les critiques de la Turquie concernant l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014 et son soutien à l’intégrité territoriale de l’Ukraine sont une source de mécontentement pour le Kremlin.

Avec l'administration de Joe Biden maintenant à la Maison Blanche, Wasilewski pense que l'équation a changé et que Moscou souhaite démontrer à la Turquie que cette politique n'est plus valable, surtout si Ankara vise à modifier son équilibre d'une manière qui aurait des conséquences plus négatives pour la Russie.

Pour Amanda Paul, analyste politique principale au Centre politique européen (CPE) basé à Bruxelles, il est décevant qu'Ankara ait pris cette position, et cette décision a encore frustré de nombreux membres de l'Alliance.

«L'OTAN aurait dû réagir fermement à cet incident scandaleux. Bien évidemment, étant donné l'état de l'économie turque ces jours-ci, Ankara se concentre sur l'amélioration de la situation », a-t-elle déclaré à Arab News.

En ce qui concerne la Biélorussie, Paul croit que la Turquie s'est concentrée sur le renforcement des liens économiques ainsi que sur d’autres problèmes ces dernières années.

«En ce début mai, le président Recep Tayyip Erdogan a eu un appel téléphonique avec Alexander Loukachenko au cours duquel les deux ont réitéré leur intention de renforcer les relations de leurs deux pays. Cela indique clairement que les leaders turcs n’ont aucun problème à traiter avec un homme dont le régime a battu, et dans certains cas tué, des manifestants pacifiques et qui vient maintenant de détourner un avion», a ajouté Amanda Paul.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Face à l'hiver et au variant Omicron, Biden lance l'offensive sanitaire, et politique

Joe Biden a appelé les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19 à Bethesda, Maryland, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Joe Biden a appelé les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19 à Bethesda, Maryland, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Joe Biden tente déjà d'imposer la vaccination dans les entreprises publiques et privées, mais rencontre une vive opposition de nombreux républicains
  • A l'intérieur des frontières, l'administration Biden prolonge jusqu'au 18 mars l'obligation de porter le masque dans les transports en commun, qui devait expirer en janvier

WASHINGTON: Joe Biden a appelé jeudi les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19, au moment où l'arrivée de l'hiver et du nouveau variant Omicron menacent de relancer la pandémie, et de fragiliser un peu plus le président américain. 

"Je sais que la Covid-19 a été un sujet de division dans ce pays" et que c'est "devenu un sujet partisan, ce qui est un triste (...) constat. Cela ne devrait pas être le cas", a-t-il dit lors d'un discours devant la principale agence fédérale de recherche médicale, les National Institutes of Health (NIH). 

"Alors que nous entrons dans l'hiver et que nous sommes confrontés au défi de ce nouveau variant, c'est le moment, je l'espère, d'essayer de surmonter ces divisions", a dit le démocrate de 79 ans. 

"Nous sortons le grand jeu", a assuré jeudi sa porte-parole Jen Psaki. Mais dans les faits, la Maison Blanche n'a dévoilé aucune annonce spectaculaire, et surtout, s'est bien gardée de prendre des mesures contraignantes ou restrictives pour les citoyens américains. 

Joe Biden tente déjà d'imposer la vaccination dans les entreprises publiques et privées, mais rencontre une vive opposition de nombreux républicains, et bute sur les procédures judiciaires lancées contre ces mesures contraignantes. 

Le sujet menace jusqu'à la stabilité budgétaire de la première puissance mondiale. 

Une poignée de républicains, pour beaucoup souvent des proches de Donald Trump, menacent de bloquer une loi de finances permettant d'éviter la paralysie (shutdown) des services fédéraux américains. Leur argument: le texte contribuerait à financer la mise en place des obligations vaccinales, auxquelles ils s'opposent. 

Tests et vaccins 

Le point peut-être le plus saillant des mesures présentées jeudi est le renforcement des exigences pour les voyageurs internationaux. 

A partir "du début de semaine prochaine", il leur faudra, en plus d'être vaccinés, présenter un test négatif réalisé dans la journée précédant le départ au lieu de trois jours auparavant. 

A l'intérieur des frontières, l'administration Biden prolonge jusqu'au 18 mars l'obligation de porter le masque dans les transports en commun, qui devait expirer en janvier. 

La Maison Blanche annonce aussi que les tests réalisés à domicile seront remboursés par les assurances santé privées -- selon des modalités qui restent à définir -- et que le nombre de tests distribués gratuitement sera doublé, à 50 millions. 

Joe Biden veut aussi lancer "des centaines" de cliniques de vaccination "familiales".  

Alors que moins de 60% des Américains de tous âges sont pleinement vaccinés, il doit convaincre ceux qui ne le sont pas de sauter le pas, mais aussi persuader ceux qui le sont de recevoir une dose de rappel, tout en encourageant les parents à faire vacciner leurs enfants à partir de l'âge de 5 ans. 

L'enjeu politique est immense pour le démocrate, à un an environ d'élections législatives de mi-mandat. 

Joe Biden n'arrive pas à capitaliser sur le rebond économique aux Etats-Unis, pas plus qu'il ne parvient à susciter l'enthousiasme avec de gigantesques plans d'investissement. 

Ses adversaires républicains n'ont de cesse de lui rappeler que le coronavirus continue de tuer des centaines d'Américains chaque jour depuis son élection. 

Alors qu'avant l'été une large majorité d'Américains faisaient confiance au président démocrate pour affronter la pandémie lors de son élection, ils sont désormais moins de 50% dans ce cas, selon les derniers sondages. 

La Maison Blanche dispose d'un nombre limité de leviers en raison des compétences très étendues des Etats américains. 

Il en reste toutefois un, qu'il serait très risqué politiquement d'actionner: mettre en place des exigences de test ou de vaccins pour les trajets en avion à l'intérieur des Etats-Unis, sur le modèle de ce qui est exigé des voyageurs arrivant de l'étranger. 

"Rien n'est exclu, y compris pour les trajets domestiques", a toutefois assuré jeudi Jen Psaki. 


Nez qui coule, mal de tête: ça pourrait bien être Omicron ...

Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai cru qu'elles avaient un rhume», dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans
  • De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même «un risque très élevé», selon l'OMS

JOHANNESBURG: Un nez qui coule, un mal de tête, pas de quoi fouetter un chat. Pourtant ces habitants de Johannesburg se sont tous révélés positifs à la Covid-19 et font vraisemblablement partie des nouveaux malades du variant Omicron. 

Dans la plupart des cas, le virus a voyagé par le corps de leurs enfants, avant de s'attaquer au système immunitaire de parents souvent vaccinés. En Afrique du Sud, près des trois quarts des nouvelles contaminations sont désormais dues à la forme mutante du coronavirus.  

« J'ai cru qu'elles avaient un rhume », dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans.  

Elles sont tombées malades juste après l'annonce de la découverte d'Omicron par une équipe de chercheurs sud-africains, qui a déclenché une panique mondiale.  

Rapidement, Julia commence elle aussi à ressentir un petit mal de gorge, un léger vertige. « Les filles, ensuite moi: j'ai su que je l'avais », raconte la consultante en publicité. Et ce, malgré les deux doses de vaccin reçues en août.  

Les résultats du test en main, elle n'en revient toujours pas: « les symptômes sont si incroyablement faibles », dit-elle. « Je sens les odeurs normalement, je n'ai pas perdu le goût », deux symptômes jusqu'ici caractéristiques de la maladie.  

En deux jours, ses enfants ont été rétablies. Elle, de son côté, continue à prendre du paracétamol. Loin de l'interminable épreuve en dents de scie parfois décrite par les malades du Covid au cours des précédentes vagues de pandémie. 

Même scenario pour Jessica Willmore, 38 ans. Deux enfants apparemment grippés. En fait, une Covid.  

« On se sent déjà assez en forme pour plonger dans la piscine », dit cette Britannique, après seulement quelques jours de maladie.  

Déjà vu 

De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même « un risque très élevé », selon l'OMS. Les scientifiques planchent en priorité sur son potentiel de propagation et sa résistance aux vaccins.  

Mais les premiers cas observés par plusieurs médecins sur le terrain, semblent montrer une version relativement légère de la maladie. Officiellement pays africain le plus touché par le virus, l'Afrique du Sud compte près de trois millions de cas et plus de 89 800 décès. 

Donovan Rothner, 42 ans, est positif et ne présente aucun symptôme. S'il n'avait pas une opération chirurgicale prévue bientôt, nécéssitant un test préalable, il ignorerait même être contaminé. « J'aurais pu mettre beaucoup de gens en danger », dit-il à la fois surpris et soulagé.  

Devant un centre de tests d'un quartier d'affaires, la file s'allonge avec un air de déjà vu. Plus d'une cinquantaine de personnes attendent sous le soleil d'été austral. Certains sont cas contact, d'autres veulent juste se débarrasser d'un doute. Aucun n'a vraiment l'air mal en point. 

Darienne Hallas, 40 ans, ne s'est pas sentie au mieux de sa forme cette semaine. Et les tests positifs de quelques collègues de bureau l'ont convaincue d'en faire un à son tour.  

Mais elle n'est pas très inquiète: « Des personnes récemment positives, qui avaient déjà eu la Covid, m'ont raconté se sentir nettement moins mal que la première fois ». Selon les spécialistes, les cas de réinfections semblent être plus fréquents avec Omicron.  

Teagan Paxman, 33 ans, reste serein lui aussi. « Même si je l'ai, c'est pas trop grave, je suis vacciné ». 

« On n'en a pas encore fini avec ce virus, il y a des tas de variants », est convaincu Mohamed Maalin, un ingénieur de 42 ans. « La meilleure chose à faire est d'apprendre à vivre avec », dit-il avec philosophie.  

philosophie.  


Omicron: 2 000 personnes en quarantaine après deux cas dans une école suisse

Des personnes font la queue devant un centre de test Covid installé dans une rue de la capitale suisse Berne le 17 septembre 2021. (AFP)
Des personnes font la queue devant un centre de test Covid installé dans une rue de la capitale suisse Berne le 17 septembre 2021. (AFP)
Short Url
  • La quarantaine est de 10 jours et élèves comme enseignants du campus de la Châtaigneraie, situé près de Genève, devront faire un test PCR
  • Leurs familles devront elles aussi être dépistées pour rechercher le variant Omicron signalé pour la première fois en Afrique australe fin novembre et détecté depuis dans plusieurs dizaines de pays

GENEVE: Quelque 2 000 personnes dont 1 600 enfants ont été placées en quarantaine après la découverte de deux cas du variant Omicron sur l'un des campus de la très réputée Ecole internationale de Genève, ont indiqué les autorités sanitaires suisses jeudi.

"Ces deux cas sont en lien étroit intrafamilial avec une personne positive de retour de voyage d'Afrique du sud", ont indiqué les services de santé du canton de Vaud - où se trouve le campus - et celui de Genève dans un communiqué commun.

Selon les autorités, "il s'agit de la première mesure de cette ampleur" depuis la présence avérée d'Omicron - mais encore réduite à une poignée de cas - en Suisse cette semaine.

"Nous n'avons encore jamais observé de contamination sur les territoires genevois ou vaudois. Cet élément nous impose aujourd'hui, par principe de précaution, de décider de mesures fortes", précisent les autorités.

"Il est indispensable de freiner l'introduction du variant sur notre territoire. Lorsqu'identifié, il est également indispensable de réduire le plus possible la transmission en Suisse", ajoutent-elles.

La quarantaine est de 10 jours et élèves comme enseignants du campus de la Châtaigneraie, situé près de Genève, devront faire un test PCR. Ce campus accueille école primaire et secondaire.

Leurs familles devront elles aussi être dépistées pour rechercher le variant Omicron signalé pour la première fois en Afrique australe fin novembre et détecté depuis dans plusieurs dizaines de pays.

Les scientifiques savent encore peu de choses  sur ce variant, en termes de contagiosité ou de sévérité, mais un nombre inhabituellement élevé de mutations sur une partie cruciale du virus inquiète.

L'Ecole internationale de Genève (Ecolint) a été fondée en 1924 par des fonctionnaires du Bureau international du travail et de la Société des Nations.

C'est l'un des établissements les plus prestigieux de la région, qui se targue d'un enseignement taillé sur mesure et centré sur les valeurs humaines. Les frais scolaires s'y échelonnent d'un peu plus de 20.000 à plus de 35.000 francs (33.600 euros) par an.

Elle compte au total quelque 4.450 élèves, selon son site internet, notamment les enfants des fonctionnaires des nombreuses agences de l'ONU présentes à Genève.