Progression du virus, les enseignants inquiets, des syndicats appellent au report de la rentrée

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a précisé jeudi que le port du masque serait obligatoire à partir du collège y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire. (Photo AFP).
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a précisé jeudi que le port du masque serait obligatoire à partir du collège y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire. (Photo AFP).
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a précisé jeudi que le port du masque serait obligatoire à partir du collège y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire. (Photo AFP).
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a précisé jeudi que le port du masque serait obligatoire à partir du collège y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire. (Photo AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 27 août 2020

Progression du virus, les enseignants inquiets, des syndicats appellent au report de la rentrée

  • La rentrée scolaire risque d’être chaotique avec des fermetures de classes, voire d’écoles, non justifiées par des raisons sanitaires ou épidémiologiques et dans tous les cas fortement délétères pour les enfants et leurs apprentissages
  • Il faut que l’on discute des conditions dans lesquelles certaines écoles vont devoir reprendre, car il y a des endroits où le virus circule plus facilement

PARIS : Face à des indicateurs épidémiques qui se dégradent, la rentrée scolaire sera placée sous le signe de mesures strictes qui seront adaptées selon l’évolution de la crise sanitaire.

 
Le Premier ministre français Jean Castez tient une conférence de presse sur la situation sanitaire en France

À quelques jours de la rentrée, le Premier ministre français Jean Castex dresse le bilan de la Covid-19 en France.

Posted by Arab News en français on Thursday, August 27, 2020

À la veille de la rentrée scolaire, il règne une atmosphère d’inquiétude chez les enseignants, les parents d’élèves et les syndicats de l’Éducation nationale. Ils appellent tous, à la mise en place des mesures adaptées du protocole sanitaire pour contrôler la propagation du virus au sein des établissements scolaires.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a précisé jeudi que le port du masque serait obligatoire à partir du collège y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire.

"C'est ce qu'on a fixé comme règle", a-t-il dit sur France inter. Un protocole sanitaire actualisé publié jeudi sur le site du ministère souligne que "pour les collégiens et les lycéens, le port du masque grand public est obligatoire dans les espaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs".

Près de 12 millions d’élèves des écoles primaires et maternelles, collégiens et lycéens, qui regagneront le chemin de leurs établissements scolaires le 1er septembre prochain, devraient appliquer les consignes sanitaires émises par le ministère de tutelle.  

« À nous de rassurer 100 % des parents, a déclaré Jean-Michel Blanquer, le ministre français de l’Éducation nationale, sur l’antenne de la radio RMC. Nous avons l’un des protocoles sanitaires les plus stricts d’Europe, rassure le ministre. Toutes les mesures que nous prenons en matière de rattrapage scolaire et de suivi personnalisé doivent permettre de créer de bonnes conditions de rentrée pour tous. »

Le 20 août dernier, Jean-Michel Blanquer avait aussi annoncé sur le plateau du journal télévisé de France 2 : « Le port du masque sera systématique pour tous les élèves à partir de l'âge du collège, et non pas seulement lorsqu'il n'y a pas de distanciation physique possible. »

Le ministère de tutelle recommande aussi aux établissements de limiter « les regroupements et croisements importants ». En revanche, compte tenu de l’impossibilité de respecter la distanciation sociale dans les classes – certains locaux sont trop exigus – « la limitation du brassage entre classes et groupes d'élèves n'est plus obligatoire ».

Mesures adaptées

Dans une lettre ouverte datée du 19 août, publiée par sept sociétés savantes de pédiatrie, les professionnels de santé font part de leur inquiétude en raison de la hausse des cas de contamination enregistrés, Ils appellent les pouvoirs publics à la mise en œuvre de « mesures adaptées mais raisonnables et efficaces ».

Les pédiatres assurent que le dépistage par test PCR ne seraient pas le mieux adapté pour les enfants. Cette stratégie « s’avérerait probablement très peu rentable tout en représentant un coût humain et financier important pour la collectivité ». Ils recommandent la mise en place de tests salivaires de dépistage rapide, plus efficaces pour évaluer le risque de contagiosité.

« La rentrée scolaire risque d’être chaotique avec des fermetures de classes, voire d’écoles, non justifiées par des raisons sanitaires ou épidémiologiques et dans tous les cas fortement délétères pour les enfants et leurs apprentissages », s’inquiètent les pédiatres. Ces derniers précisent qu’ils sont disponibles pour collaborer avec « les autorités de santé » pour la gestion de la rentrée scolaire.

 « On est dans un équilibre fragile, le nombre de contaminations augmente depuis le début du mois d’août, confirme, de son côté, Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, le 24 août au micro de France Info. J’annonce d’emblée qu’il y aura des contaminations à l’école, des enfants vont se contaminer, probablement quelques enseignants aussi, mais on va le gérer. Il y aura des écoles clusters, peut-être des classes clusters. On peut fermer la classe, ou fermer l'école. »

« À moins d’une semaine de la rentrée, et avec la progression des contaminations, je ne suis pas très rassurée. J’entends des avis contraires au sujet de la progression des contaminations chez les jeunes. Pour certains, ce n’est pas grave car les jeunes n’auraient pas de risque de complication. Pour d’autres, ils peuvent développer des formes graves de la maladie, et également être vecteurs au sein de leurs familles, de leur entourage », nous confie Sarah, mère de trois enfants scolarisés du collège au lycée.

En effet, de nombreux parents d’élèves sont inquiets. Certains appellent à la généralisation du port du masque y compris dans les classes de primaire. Mais, l’achat du masque, considéré comme une fourniture scolaire par Jean- Michel Blanquer, a suscité la polémique. Pour de nombreuses familles, notamment les plus modestes, cela pourrait peser lourd sur le budget familial. Pour y remédier, le ministre de tutelle a indiqué que le masque pourrait être distribué gratuitement aux familles « en grande difficulté ».

Pour calmer la grogne, le ministre prévoit, par ailleurs, de consulter tous les syndicats d’enseignants et de chefs d’établissements, ces derniers également tourmentés par la situation actuelle de la crise sanitaire. « On sent beaucoup d'inquiétude, à la fois chez les parents d'élèves et chez les personnels », assure Frédérique Rollet, secrétaire générale du syndicat SNES-FSU au micro d'Europe 1.

« Nous souhaitons être guidés par le Conseil scientifique, mais il faut aussi que le ministère se positionne. Et il faut que l’on discute des conditions dans lesquelles certaines écoles vont devoir reprendre, car il y a des endroits où le virus circule plus facilement, et où il faudra prendre des mesures un peu plus strictes », précise de son côté, Guislaine David, porte-parole du syndicat d’enseignant SNUipp-FSU sur Europe 1.

Rodrigo Arenas, coprésident de l’association des parents d’élèves FCPE, dénonce, quant à lui, « le déni de réalité » dans lequel se trouve le ministère de tutelle et annonce l’ouverture d’une pétition pour demander la mise en œuvre de trois mesures essentielles : la prise en charge des masques par les pouvoirs publics, l’augmentation des recrutements de personnel enseignant et la mise à disposition de sanitaires mobiles dans les structures accueillant des élèves.

« Notre objectif est d’être capable de réagir dans les 48 heures à chaque fois que des symptômes sont signalés, rassure de son côté Jean-Michel Blanquer. Si fermeture il y a, elle sera actée en concertation avec les autorités sanitaires locales, la préfecture et l’agence régionale de santé. »

Dans un entretien accordé ce week-end au Journal du dimanche (JDD), Olivier Véran, ministre français de la Santé et des Solidarités, a prévenu : « Nous sommes dans une situation à risques face à la pandémie. » Il craint « une contamination des plus jeunes vers les personnes plus âgées et donc plus fragiles ». En cas de détérioration de la situation, le ministre de tutelle n’exclut pas l’éventualité de la mise en place « de mesures spécifiques, territorialisées, comme nous l’avons fait avec succès en Mayenne », a-t-il précisé.


Candidat ? Macron se prononcera «  en temps voulu »

Emmanuel Macron a fait un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février. (AFP).
Emmanuel Macron a fait un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février. (AFP).
Short Url
  • A 76 jours du premier tour, le chef de l'Etat occupe le terrain avec cette nouvelle étape de son tour de France présidentiel, qui le conduira aussi mardi en Haute-Vienne
  • Accompagné de quatre ministres, il a salué agriculteurs et élèves, avec un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture

AHUN: "J'annoncerai ma décision en temps voulu", "réponse au prochain épisode!": interrogé lundi en Creuse par l'élève d'un lycée agricole, Emmanuel Macron est resté évasif sur sa candidature à le présidentielle 2022, lors d'une visite consacrée au bilan de ses actions pour le monde rural.


"Je vais continuer à me battre jusqu'au bout car on a encore beaucoup de choses à faire. Si tout avait été réglé... Ce n'est pas le cas!", a-t-il lancé en souriant, en rencontrant les élèves du lycée agricole d'Ahun, près de Guéret.


A 76 jours du premier tour, le chef de l'Etat occupe le terrain avec cette nouvelle étape de son tour de France présidentiel, qui le conduira aussi mardi en Haute-Vienne, pour présenter son bilan sur les zones blanches, le retour des services publics ou les déserts médicaux.


Il a félicité l'élève, Tom, 19 ans, de s'être inscrit sur les listes électorales. "C'est un droit qui a été acquis, et qui une forme de devoir. Et donc s’intéresser au fond des programmes, des propositions des uns des autres, et faire votre choix de citoyens libres, je pense que c'est essentiel et je vous félicite", a-t-il ajouté dans l'étable de l'établissement.


Accompagné de quatre ministres, il a salué agriculteurs et élèves, avec un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février, avant d'expliquer que son gouvernement s'était battu pour rehausser les revenus agricoles.


"Le revenu, c'est la mère des batailles, la passion ne peut pas tout, la rémunération est la clé. On se bat pour cela avec la mise en œuvre de la loi Egalim 2 pour mieux s’armer dans la guerre des prix", a assuré le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. "On doit complètement revaloriser vos métiers. Depuis quinze ans, nourrir n'avait plus de valeur. On doit réhabituer tout le monde au fait que la nourriture est une valeur", a ajouté le chef de l'Etat, en estimant que l'impact de la loi allait se faire sentir.


Autre sujet sensible, la présence de loups, responsables d'attaques récentes en Creuse et Corrèze. Une question qui "sera abordée dans le cadre de la présidence française de l’UE", a répondu M. Denormandie, tous les pays n'ayant pas la même stratégie. 


Ces Français portés par l'espoir de changer de nom

Le député LREM Patrick Vignal, porteur d’une proposition de loi vise à permettre à toute personne majeure de changer de nom une fois dans sa vie. (Pascal Guyot / AFP)
Le député LREM Patrick Vignal, porteur d’une proposition de loi vise à permettre à toute personne majeure de changer de nom une fois dans sa vie. (Pascal Guyot / AFP)
Short Url
  • Une proposition de loi vise à permettre à toute personne majeure de changer de nom une fois dans sa vie, par simple déclaration en mairie
  • Le collectif «Porte mon nom» souhaite que la mère puisse ajouter son nom comme nom d'usage de l'enfant, sans autorisation du père

PARIS : «Je veux porter un nom qui a du sens, dans lequel je me retrouve»: tous les ans, plusieurs milliers de Français entament des démarches pour modifier leur nom de famille ou celui de leur enfant, une procédure complexe qui pourrait bientôt être simplifiée.

Pour Jessica, 32 ans, c'est une évidence: «je suis une Béraud», affirme-t-elle. Ses papiers affichent toutefois le nom de «Rodrigues», celui de son père.

«Il est parti quand j'avais 18 mois, j'ai grandi avec le poids de son absence», confie la jeune femme, qui souhaite porter le nom de sa mère. «J'aurais le sentiment de faire honneur à mes ancêtres et d'être enfin rattachée à mon clan».

Sa demande, refusée par le ministère de la Justice, pourrait finalement aboutir grâce à une nouvelle procédure envisagée par le gouvernement.

Une proposition de loi vise à permettre à toute personne majeure de changer de nom une fois dans sa vie, par simple déclaration en mairie. Portée par le député Patrick Vignal (LREM), elle sera examinée mercredi à l'Assemblée nationale.

L'ex-conjoint de Nadège (prénom d'emprunt) a déclaré la naissance de leur fille uniquement sous son nom, alors qu'elle souhaitait aussi transmettre le sien.

Depuis sa séparation, elle a la garde principale de leur enfant dont l'état civil n'a pas pu être modifié. Résultat: «je dois me justifier d'être sa maman tout le temps, je trouve ça honteux», témoigne Nadège qui se «balade avec le livret de famille».

Pour faciliter le quotidien des femmes dans cette situation, le collectif «Porte mon nom» souhaite que la mère puisse ajouter son nom comme nom d'usage de l'enfant, sans autorisation du père, difficile à obtenir lors d'une séparation. La proposition de loi prévoit toutefois que l'accord des deux parents sera nécessaire et qu'un juge tranchera, en l'absence d'entente.

«Cela n'enlèverait rien à l'acte de naissance, rien à la filiation, c'est du bon sens», défend la fondatrice du collectif, Marine Gatineau-Dupré, mère de deux enfants qui ne portent pas son nom, une situation à l'origine de «petites souffrances» au quotidien, notamment à l'école ou lors de voyages.

- Procédure «injuste» -

Valérie (prénom d'emprunt), 50 ans, a vécu la même situation, après avoir quitté son mari «maltraitant». «Avant, on ne se posait même pas la question du nom de l'enfant, c'était forcément celui du mari», souligne-t-elle. Elle se réjouit de voir le sujet émerger dans le débat public et qu'on entende la voix des femmes.

Ses enfants, aujourd'hui étudiants, voudraient profiter de la nouvelle loi pour accoler son nom à leur patronyme: «le schéma familial serait complet», décrit-elle, émue.

A l'heure actuelle, il faut invoquer un «motif légitime» pour changer de nom de famille (nom difficile à porter, qui risque l'extinction, etc.). En 2020, 4.293 demandes ont été déposées.

Publication payante de la demande au Journal officiel, lettre explicative à soumettre au ministère de la Justice: la procédure, qui dure «parfois plusieurs années», est critiquée par les intéressés.

«Je trouve ça injuste que ce soit payant, public et qu'on questionne la légitimité», commente Émilie (prénom d'emprunt). Découragée par la démarche, elle a «repris espoir» en découvrant la proposition de loi, qui s'appliquerait dès juillet, si elle était approuvée.

L'étudiante souhaite abandonner son patronyme car elle a coupé les ponts avec son père, condamné pour avoir violé sa belle-fille. «Cette histoire a engendré beaucoup de souffrance dans ma vie, aujourd'hui je vais mieux et ce que je construis, j'ai envie que ce soit sous le nom de ma mère», affirme-t-elle.

Ludovic est à l'aube des démarches, «contraignantes» à ses yeux, pour ajouter à ses papiers le nom de sa mère, Le Moignic.

Il l'utilise déjà depuis plusieurs années. »C'est le nom qui a une histoire et un sens pour moi», explique ce trentenaire, en décrivant ses liens avec sa famille maternelle et l'absence de contact avec celle de son père.

«Il faut se rendre compte de à quel point c'est important d'avoir un nom qui nous correspond», estime-t-il.


Nordahl Lelandais devant ses juges pour le meurtre de la petite Maëlys

La Cour d'Assise d'Isère où comparaîtra Lelandais. (AFP).
La Cour d'Assise d'Isère où comparaîtra Lelandais. (AFP).
Short Url
  • L'ancien maître-chien militaire de 38 ans doit être jugé à partir du 31 janvier devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre précédé de l’enlèvement de cette enfant de 8 ans
  • Nordahl Lelandais, jugé  devra aussi s’expliquer sur les agressions sexuelles de deux petites-cousines

GRENOBLE: Que s'est-il passé en cette nuit d'août 2017? Moins d'un an après sa condamnation pour le meurtre du caporal Noyer, Nordahl Lelandais va répondre de la mort de la petite Maëlys qu'il a longtemps niée, puis avouée.


L'ancien maître-chien militaire de 38 ans doit être jugé à partir du 31 janvier devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre précédé de l’enlèvement et de la séquestration de cette enfant de 8 ans. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.


La famille de Maëlys De Araujo voit ce procès comme une "terrible épreuve" et attend que la justice prenne "toute la mesure de la dangerosité de Nordahl Lelandais", selon Me Fabien Rajon qui défend notamment la mère et la soeur de la fillette.


L'accusé, détenu à l'isolement au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), lui, attend le procès "sûrement comme quelqu'un qui encourt la perpétuité", selon une source proche du dossier.


Nordahl Lelandais a longtemps nié avant d'être confondu en février 2018 par la découverte d'une tache de sang dans le coffre de sa voiture, désossée par les enquêteurs. Il déclare alors avoir tué Maëlys "involontairement" en lui portant des coups très violents au visage. 


Mais ni cet aveu ni l'autopsie du corps n'ont permis de faire la pleine lumière sur cette affaire, marquée dès les premiers jours par un énorme retentissement médiatique.