Semaine décisive en Israël avec une coalition hétéroclite aux portes du pouvoir

Des manifestants pro-Netanyahou ont investi les rues de Tel Aviv pour exprimer leur opposition à la formation de la nouvelle coalition gouvernementale. (Photo, AFP)
Des manifestants pro-Netanyahou ont investi les rues de Tel Aviv pour exprimer leur opposition à la formation de la nouvelle coalition gouvernementale. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 juin 2021

Semaine décisive en Israël avec une coalition hétéroclite aux portes du pouvoir

  • Le vote de confiance s’approche, mais Netanyahou commence à multiplier les tentatives de déstabilisation, espérant des défections de dernière minute
  • Bennett sera le premier chef du gouvernement, jusqu'en 2023, avant d'être remplacé par Lapid jusqu'en 2025, à moins que cette coalition contre nature n'éclate en vol

JERUSALEM : Israël s'approche de la fin d'une époque après la formation in extremis d'une coalition hétéroclite qui pourrait dès les prochains jours évincer du pouvoir Benjamin Netanyahou, Premier ministre le plus pérenne de l'histoire du pays.

Cette coalition inédite est composée de huit partis -- deux de gauche, deux du centre, trois de droite et une formation arabe -- que tout oppose si ce n'est la volonté d'écarter M. Netanyahou du pouvoir.

Le vote de confiance du Parlement à l'équipe gouvernementale doit intervenir dans un délai d'une semaine, mais M. Netanyahou a commencé dès jeudi à multiplier les tentatives de déstabilisation, espérant des défections de dernière minute.

« Tous les députés élus grâce au soutien de la droite doivent s'opposer à ce dangereux gouvernement de gauche », a-t-il tweeté dans la matinée, rompant son silence depuis la proclamation de l'accord de coalition.

Depuis son compte Twitter personnel, le chef du Likoud, parti de M. Netanyahou, a de son côté appelé ses anciens alliés de droite à « retirer maintenant » leurs signatures.

Le soutien du chef du parti de droite radicale Yamina et ancien allié du Premier ministre, Naftali Bennett, a été crucial à la formation de la coalition anti-Netanyahou.

Les tractations ayant conduit à cet accord ont duré plusieurs jours, sur fond de rumeurs, de pressions et de tensions. La nouvelle est tombée à 23H25 mercredi, quelques dizaines de minutes avant l'expiration du délai: Yaïr Lapid, chef de la formation centriste Yesh Atid, a annoncé avoir « réussi à former un gouvernement ».

Avec le soutien de 61 députés (sur 120), cet accord doit mettre un terme à deux ans de crise politique marquée par quatre élections et aucun gouvernement stable.

De cette crise, les Israéliens sont sortis polarisés, entre ceux qui voient dans cette alliance détonante une « trahison » des idées de la droite aussi bien que de la gauche, et ceux soulagés de voir l'indéboulonnable Premier ministre sur le départ après plus de 10 ans au pouvoir sans interruption.

« Nous avions presque perdu espoir et nous espérons qu'après ces deux années très difficiles, nous aurons enfin une nouvelle ère qui ramènera l'espoir en Israël », a déclaré Chen Kostukovsky, une habitante de Tel-Aviv rompue aux manifestations contre Benjamin Netanyahou.

Jugé pour « corruption » dans trois affaires, M. Netanyahou est devenu le premier chef de gouvernement israélien à faire face à des poursuites pénales en cours de mandat.

Il devrait redevenir simple député et ne pourra plus user de son influence pour tenter de faire passer une loi pour le protéger.

La soirée de mercredi, marquée par l'image de la signature de l'accord de coalition par Naftali Bennett coiffé d'une kippa, l'ex-vedette de la télévision devenu médiateur Yaïr Lapid et Mansour Abbas, chef d'un parti arabe, tout sourire, représente un tournant dans l'histoire politique d'Israël.

Les Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948 qui représentent 20% de la population, restent généralement (deux exceptions en 71 ans) en marge du jeu politique.

Si la formation arabe islamiste Raam, dirigée par Mansour Abbas, a signé l'accord, elle ne prévoit pas de participer à ce cabinet.

« Ce gouvernement sera au service de tous les citoyens d'Israël incluant ceux qui n'en sont pas membres, respectera ceux qui s'y opposent et fera tout ce qui est en son pouvoir pour unir les différentes composantes de la société israélienne », a assuré M. Lapid mercredi soir.

Naftali Bennett, ancien assistant de M. Netanyahou devenu son rival, sera le premier chef du gouvernement, jusqu'en 2023, avant d'être remplacé par Yaïr Lapid jusqu'en 2025, selon les médias israéliens.

A moins que cette coalition hétéroclite -- divisée sur des questions économiques, de sécurité et sur la question sensible de la relation entre Etat et religion -- n'éclate en vol. 

« La création (de ce gouvernement) est un événement de dimension historique. Mais on peut déjà lui prédire une fin amère, banale et douloureuse », cinglait le journal de gauche Haaretz dans son éditorial de jeudi.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères: le pouvoir du Hezbollah est la principale cause de la crise au Liban

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participant à une conférence internationale sur le Liban, le 4 août 2021. (Photo, SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participant à une conférence internationale sur le Liban, le 4 août 2021. (Photo, SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a réaffirmé la solidarité continue du Royaume avec le peuple libanais en temps de crise
  • Le ministre a déclaré que toute aide fournie au Liban par le Royaume dépendait de la mise en œuvre de réformes sérieuses

RIYAD: L'insistance du Hezbollah à imposer son hégémonie à l'État libanais est la principale cause des problèmes du Liban, a déclaré mercredi le ministre saoudien des Affaires étrangères.

S'exprimant lors d'une conférence internationale sur le Liban, marquant le premier anniversaire de l'explosion au port de Beyrouth, le prince Faisal ben Farhane a exhorté les politiciens libanais à faire face au comportement du Hezbollah en vue de concrétiser la volonté du peuple libanais de lutter contre la corruption et de mettre en œuvre les réformes nécessaires dans ce pays frappé par la crise.       

Le prince Faisal a ajouté que toute aide fournie au Liban par le Royaume dépendait de la mise en œuvre de réformes sérieuses, tout en garantissant que l'argent parvienne à ses bénéficiaires et qu'il ne soit pas détourné par des responsables corrompus.

«Nous sommes préoccupés par le fait que les enquêtes sur l'explosion du port de Beyrouth n'ont pas encore donné de résultats tangibles», a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Il a salué les efforts de la France et de la communauté internationale pour soutenir le Liban et son peuple, soulignant la nécessité que ces efforts soient accompagnés de véritables réformes pour surmonter les crises économiques et politiques qui ravagent le pays.

Le prince Faisal a réaffirmé la solidarité continue du Royaume avec le peuple libanais en temps de crises et de défis, et a souligné l'engagement de l'Arabie saoudite à contribuer à la reconstruction et au développement du Liban.

«Le Royaume a été l'un des premiers pays à répondre à la demande d'aide humanitaire pour le Liban après l'horrible explosion qui s'est produite il y a exactement un an au port de Beyrouth, à travers le Centre d'aide humanitaire et de secours du roi Salman (KSRelief).»


KSRelief continue aujourd’hui encore à mettre en œuvre ses programmes à Beyrouth», a affirmé le prince Faisal.

La conférence des donateurs pour lever une aide d'urgence à l'économie paralysée du Liban a permis de recueillir mercredi 370 millions de dollars (1 dollars = 0,84 euro), a annoncé le bureau du président français, Emmanuel Macron.

 

Ce texte est la traduction d’un article pari sur Arabnews.com


Oman confirme que le pétrolier Asphalt Princess a été détourné en mer d'Oman

Le pétrolier Asphalt Princess pour le transport d’asphalte et de bitume, et battant pavillon panaméen, naviguant sous un ancien nom. (pxfuel/HaloJim)
Le pétrolier Asphalt Princess pour le transport d’asphalte et de bitume, et battant pavillon panaméen, naviguant sous un ancien nom. (pxfuel/HaloJim)
Short Url
  • Des sources de sécurité britanniques ont déclaré qu'elles «opéraient sur la base de l'hypothèse que l'armée iranienne ou des groupes la représentant étaient montés à bord du navire»
  • Le prince Faisal ben Farhane: «L'Iran continue de s'enhardir partout dans la région»

DJEDDAH/FUJAÏRAH: Oman a fourni mercredi la première confirmation officielle sur le fait que le pétrolier Asphalt Princess a été sujet à un détournement dans la mer d'Oman, après que l'agence britannique du commerce maritime a annoncé que l'incident était clos.

Le Centre de sécurité maritime d'Oman a déclaré sur Twitter qu'il avait reçu des informations sur le fait que l'Asphalt Princess, battant pavillon panaméen, faisait l'objet d’un «détournement dans les eaux internationales du golfe d'Oman» et que la marine du sultanat avait déployé plusieurs navires pour aider à sécuriser les eaux internationales.

La marine britannique a déclaré que les attaquants qui étaient montés à bord d'un navire au large des côtes des Émirats arabes unis (EAU) dans le golfe d'Oman ont quitté le navire en question, sans plus de précisions.

La note de mercredi est intervenue après que le groupe de sécurité maritime United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO) de l'armée britannique a mis en garde contre un «détournement potentiel» en cours, dans des circonstances peu claires la nuit précédente.

L’agence a signalé que «l'incident (était) clos», sans fournir plus de détails.

Le pétrolier Asphalt Princess, pour le transport de l’asphalte et du bitume, et battant pavillon panaméen, aurait été saisi à 60 000 marins au large de Fujaïrah, sur la côte est des EAU, dans une zone maritime menant au détroit d'Ormuz.

Des sources de sécurité britanniques ont déclaré qu'elles «opéraient sur la base de l'hypothèse que l'armée iranienne ou des groupes la représentant étaient montés à bord du navire».

Le groupe UKMTO de l'armée britannique avait initialement averti mardi les navires qu'«un incident était actuellement en cours» au large des côtes de FujaÏrah. Quelques heures plus tard, elle déclarait que l'incident était un «détournement potentiel».

Mardi après-midi, au moins cinq navires se trouvant entre les Émirats arabes unis et l'Iran ont modifié leur statut de suivi automatique pour se déclarer «Pas sous commandement», un statut qui indique généralement qu'un navire est incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les informations qui font état d'incidents de sécurité concernant plusieurs navires près de la côte des EAU étaient «suspectes», et a mis en garde contre toute tentative visant à créer une «atmosphère mensongère» contre l'Iran.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a affirmé mardi que l'Iran agissait de manière négative au Moyen-Orient, mettant en danger la navigation, armant la milice houthie au Yémen et contribuant à l'impasse politique au Liban.

«L'Iran continue de s'enhardir partout dans la région», a-t-il poursuivi. Il est extrêmement actif dans la région et de manière négative.»

Les tensions se sont accrues dans le Golfe depuis une attaque la semaine dernière par des drones iraniens chargés d'explosifs contre le MT Mercer Street au large d'Oman, au cours de laquelle le capitaine roumain du pétrolier et un agent de sécurité britannique ont été tués.

Le navire est géré par une société israélienne. Israël, le Royaume-Uni et les États-Unis, ont déclaré qu'il y aurait une «réponse commune» à l'attaque.

Au cours des deux dernières années, les eaux au large de Fujairah ont été le théâtre d’une série d’explosions et de détournements. La marine américaine a accusé l’Iran d’avoir mené une série d’attaques de mines magnétiques qui ont endommagé des pétroliers.

Toujours en 2019, l'Iran a saisi le 19 juillet le Stena Impero battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz, alors qu'il se dirigeait vers Dubaï depuis le port iranien de Bandar Abbas. L’attaque a eu lieu après que les autorités de Gibraltar, territoire britannique d'outre-mer, ont saisi un superpétrolier iranien transportant 130 millions de dollars (1 dollar = 0,84 euro) de pétrole brut, soupçonné d'enfreindre les sanctions de l'Union européenne en transportant du pétrole vers la Syrie. Les deux navires ont ensuite été libérés.

En juillet de l'année dernière, un pétrolier recherché par les États-Unis pour avoir contourné les sanctions contre l'Iran a été détourné au large des côtes des Émirats arabes unis. Le navire et son équipage se sont retrouvés en Iran.

 

– avec Reuters

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Turquie: le feu aux portes d'une centrale thermique

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères
  • Les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution

MILAS: Le feu a atteint mercredi une centrale thermique qui a dû être évacuée dans le sud de la Turquie, alors que les incendies sans précédent auxquels fait face le pays depuis plus d'une semaine mettent à l'épreuve le pouvoir du président Erdogan.

Une équipe de l'AFP a pu voir des pompiers, la police et des habitants fuir la centrale thermique située près de la ville de Milas, tandis que les flammes s'approchaient.

Les autorités locales avaient auparavant indiqué que les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution.

Des images mises en ligne par le maire de Milas, Muhammet Tokat, montraient un feu violent aux portes de la centrale.

"La centrale est en cours d'évacuation totale", a tweeté M. Tokat.

Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères, qui avaient déversé de l'eau sur les sommets boisés et zones résidentielles proches. Mais les flammes sont reparties dans l'après-midi.

"On vous supplie et vous avertit depuis des jours. L'incendie a encerclé la centrale", avait tweeté dans la journée le maire de Milas, demandant "qu'un avion bombardier d'eau soit envoyé ici de manière urgente".

Erdogan

Critiqué sur sa gestion de ces incendies, qui ont déjà fait huit morts, le président Recep Tayyip Erdogan, qui donnait une interview à la télévision dans la soirée, a admis que la centrale "risquait d'être détruite par le feu".

Plus de 180 feux ont ravagé des forêts et des terres agricoles, ainsi que des zones habitées sur les côtes méditerranéennes de la Turquie depuis mercredi dernier.

Les incendies ont aussi gravement touché les sites touristiques qui avaient récemment pu reprendre leurs activités après des mois de restrictions liées à la pandémie de la Covid-19.

Selon le service de surveillance par satellite de l'Union européenne, la "puissance radiative" des incendies en Turquie a atteint une intensité "sans précédent" depuis 2003.

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. 

Le Haut Conseil turc de l'audiovisuel (RTUK en turc) a de son côté mis en garde les chaînes de télévision contre la diffusion d'informations sur les incendies qui pourraient "provoquer la peur et l'inquiétude" au sein de la population.

M. Erdogan, dans son interview à la télévision, a accusé l'opposition de tenter de tirer un bénéfice politique de la situation, alors que des pays voisins comme la Grèce sont aussi touchés par les incendies.

"Les feux de forêt sont une menace internationale tout comme la pandémie de Covid-19", s'est-il défendu.

"Comme partout dans le monde, il y a eu une forte augmentation des feux de forêt dans notre pays. Il ne devrait pas y avoir de place pour la politique dans cette question", a-t-il ajouté.

Une guerre

Lors des premiers jours des incendies, des chroniqueurs sur les médias pro-gouvernementaux avaient accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux, d'en être responsable.

Mais les autorités citent désormais la vague de chaleur extrême qui continue de frapper le sud de la Turquie.

Selon des experts, le changement climatique dans des pays comme la Turquie augmente la fréquence et l'intensité des incendies de forêt. 

Le ministre turc de l'Agriculture, Bekir Pakdemirli, a déclaré que les températures dans la ville égéenne de Marmaris avaient atteint un record historique de 45,5 degrés cette semaine.

"Nous menons une guerre", a déclaré le ministre aux journalistes. "Nous devons garder notre moral et notre motivation. J'exhorte tout le monde à être patient", a-t-il ajouté.