Le régime syrien détruit une école britannique dans un camp de réfugiés

L'école du camp d'Abrar, gérée par Syria Relief, la plus grande organisation caritative britannique consacrée à la Syrie, se composait de trois tentes aménagées en classes. (Photo fournie, Syria Relief)
L'école du camp d'Abrar, gérée par Syria Relief, la plus grande organisation caritative britannique consacrée à la Syrie, se composait de trois tentes aménagées en classes. (Photo fournie, Syria Relief)
Short Url
Publié le Vendredi 11 juin 2021

Le régime syrien détruit une école britannique dans un camp de réfugiés

  • Le camp d'Al-Abrar, situé non loin du village de Sawaghiyah à Idlib, abrite des centaines de réfugiés
  • Syria Relief gère 306 écoles en Syrie, ce qui en fait le plus grand éducateur non gouvernemental au pays

LONDRES : Une école gérée par une organisation caritative britannique dans un camp syrien pour personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI) a été détruite mercredi par des tirs d'artillerie.

L'école du camp d'Abrar, gérée par Syria Relief, la plus grande organisation caritative britannique consacrée à la Syrie, se composait de trois tentes aménagées en classes.

Elle a été réduite en poussière lors de violents bombardements qui ont secoué le camps une heure avant le début des cours.

Malgré la destruction de l'école et d'une mosquée, personne n'a été tué ou blessé, selon les rapports.

Le camp d'Abrar, situé non loin du village de Sawaghiyah à Idlib, abrite des centaines de réfugiés. Idlib a été durement frappée par les forces du régime du président Bachar Assad.

Syria Relief gère 306 écoles en Syrie, ce qui en fait le plus grand éducateur non gouvernemental au pays.

Le directeur général de l'organisation caritative, Othman Moqbel, trouve «odieuse» les attaques incessantes du régime contre les écoles syriennes. Il a appelé toutes forces belligérantes du conflit, qui dure depuis dix ans, de cesser de cibler les établissements scolaires.

«Une fois de plus, un établissement d'enseignement en Syrie est pris pour cible par des forces militaires», se désole Moqbel. «C'est la huitième école de Syria Relief à avoir été endommagée ou détruite par une action militaire au cours des deux dernières années», ajoute-t-il.

Moqbel rappelle que la guerre syrienne a souvent vu ce scénario se répéter, alors que «les enfants à leurs pupitres ne constituent une menace pour qui que ce soit».

 «Le plus dégoûtant, c'est qu'il s'agit d'une attaque contre une école dans un camp de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Ce ne sont que des enfants, ils vivent dans des tentes parce qu'ils ont fui leurs maisons par crainte pour leur vie. Trois grandes tentes aménagées en classe en guise d’école, est-ce trop demander ? Que des enfants, sans foyer, sans établissement scolaire, puissent apprendre ?» demande le directeur.

«Comme nous l'avons fait les sept dernières fois où nos écoles ont été attaquées, nous appelons les forces militaires dans ce conflit à cesser de prendre pour cibles les écoles et les civils. (Nous exhortons) la communauté internationale à traduire en justice ceux qui continuent de bombarder des enfants», tonne Moqbel. Il a tenu à faire part de sa gratitude pour les services d'urgence, les Casques blancs, pour leur assistance face à cette attaque.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Virus: le Liban vaccine plus de 40 000 personnes en un weekend

Un médecin reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech au Centre médical universitaire américain du Liban dans la capitale Beyrouth, le 14 février 2021 (Photo, AFP)
Un médecin reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech au Centre médical universitaire américain du Liban dans la capitale Beyrouth, le 14 février 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Au total, 41 785 doses du vaccin Pfizer-BioNTech ont été administrées durant le weekend
  • Pour Firas Abiad, directeur du principal hôpital mobilisé dans la lutte contre le coronavirus au Liban, la campagne du weekend a été «un succès à tous les niveaux»

BEYROUTH: Le Liban a annoncé avoir administré plus de 40 000 doses de vaccin contre le coronavirus dans le cadre d'une campagne de vaccination « marathon » organisée samedi et dimanche par le ministère de la Santé. 

Au total, 41 785 doses du vaccin Pfizer-BioNTech ont été administrées durant le weekend. Toute personne non vaccinée de plus de 55 ans pouvait se rendre, sans rendez-vous, dans l'un des quelque 50 centres de vaccination ouverts à travers le pays. 

Les personnes handicapées de plus de 16 ans pouvaient également bénéficier de cette opération « marathon », comme elle a été qualifiée par les autorités.  

A 18H00 (15H00 GMT) dimanche, 22 696 doses de vaccins avaient été administrées dans la journée, selon un tweet du ministère de la Santé. La veille, 19 089 personnes avaient reçu une dose.  

Pour Firas Abiad, directeur du principal hôpital mobilisé dans la lutte contre le coronavirus au Liban, la campagne du weekend a été « un succès à tous les niveaux ». 

Cette campagne de vaccination est la dernière en date d'une série d'opérations similaires organisées ces dernières semaines dans le pays. 

Le Liban, embourbé dans sa pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990), a officiellement enregistré plus de 542 000 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, dont plus de 7 700 décès. 

Les taux d'infection au coronavirus sont actuellement les plus bas depuis plusieurs mois. 

Le pays de plus de six millions d'habitants a administré au moins une dose de vaccin à plus de 927 000 personnes, selon le ministère de la Santé. 


Erdogan: la Turquie «seul pays fiable» en Afghanistan après le retrait américain

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Short Url
  • Les Etats-Unis sont dans la phase finale de leur retrait d'Afghanistan, tout comme les troupes de l'Otan, d'ici le 11 septembre
  • Erdogan a révélé que des responsables turcs avaient indiqué samedi à leurs homologues américains qu'Ankara était prêt à maintenir des troupes en Afghanis

ISTANBUL: Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche que la Turquie serait « le seul pays fiable » à avoir encore des troupes en Afghanistan après le retrait des Américains et de l'Otan, et a dit vouloir en discuter avec Joe Biden en marge du sommet de l'Otan lundi.

« L'Amérique se prépare à quitter l'Afghanistan prochainement et lorsqu'il seront partis, le seul pays fiable qui restera pour maintenir le processus là-bas sera évidemment la Turquie », a-t-il déclaré à l'aéroport d'Istanbul, avant son départ pour Bruxelles où va se tenir le sommet.

Les Etats-Unis sont dans la phase finale de leur retrait d'Afghanistan, tout comme les troupes de l'Otan, d'ici le 11 septembre - 20 ans jour pour jour après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Erdogan a révélé que des responsables turcs avaient indiqué samedi à leurs homologues américains qu'Ankara était prêt à maintenir des troupes en Afghanistan, sans donner plus de détails.

Ils en sont « ravis et heureux. Nous allons pouvoir discuter du processus pour l'Afghanistan avec eux », a-t-il ajouté.

Selon des informations de presse, la Turquie serait prête à maintenir des troupes pour protéger l'aéroport de Kaboul, la principale voie de sortie pour les diplomates occidentaux et les travailleurs humanitaires.  

Les talibans ont dit samedi que les forces étrangères ne devaient garder « aucun espoir » de maintenir une présence militaire en Afghanistan, et que la sécurité des ambassades et de l'aéroport serait de la responsabilité des Afghans.


Algérie: deux journalistes dénoncent leur arrestation «arbitraire»

La Cour Suprême algérienne, dans les environs d’Alger (Photo, AFP).
La Cour Suprême algérienne, dans les environs d’Alger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux journalistes algériens Khaled Drareni et Ihsane El Kadi, arrêtés à la veille des élections législatives avant d'être relâchés samedi, ont fait le récit de leur interrogatoire
  • L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2021 établi par RSF

ALGER: Les deux journalistes algériens Khaled Drareni et Ihsane El Kadi, arrêtés à la veille des élections législatives avant d'être relâchés samedi, ont fait le récit de leur interrogatoire, dénonçant des arrestations « arbitraires » et un « acharnement » judiciaire.

« J'estime que vous êtes en droit de savoir que deux journalistes et un homme politique (Karim Tabbou) ont été arbitrairement arrêtés et séquestrés sans raison apparente », a écrit samedi soir sur sa page Facebook Khaled Drareni, directeur du site d'information Casbah Tribune et correspondant en Algérie pour la chaîne francophone TV5 Monde et pour Reporters sans frontières (RSF).

Le journaliste, symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie, a été interpellé jeudi et conduit à la caserne Antar, dans la périphérie d'Alger, pour y être interrogé par les services de sécurité.

Condamné à deux ans de prison pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l'unité nationale » après avoir couvert une manifestation du mouvement de contestation du Hirak en mars 2020, il a été remis en liberté provisoire en février et attend depuis un nouveau procès, sous contrôle judiciaire.

« Durant la trentaine d'heures de garde à vue, j'ai été interrogé à trois reprises » sur « ma rencontre avec les journalistes français venus à Alger couvrir les élections législatives », « mes rapports avec les ‘organisations terroristes’ MAK et Rachad » ou encore « les financements dont je dispose », a détaillé le journaliste indépendant, dénonçant les méthodes employées.

Le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste) et Rachad, un mouvement islamo-conservateur, tous deux basés à l'étranger, ont été classés le 18 mai comme « organisations terroristes » par les autorités.

« L'acharnement doit cesser »

Le directeur de médias Ihsane El Kadi, proche du Hirak, et l'opposant Karim Tabbou ont été interpellés le même jour et détenus au même endroit.

El Kadi, directeur des sites d'information Radio M et Maghreb Emergent, a affirmé avoir été interrogé sur « le financement d'opérations précises », notamment le recours au financement participatif pour un prix de journalisme d'investigation, et sur la formation en 2015 de ses journalistes dans le cadre d'un projet de coopération avec l'Agence française de développement médias.

« L'acharnement sécuritaire et judiciaire que je subis depuis un an dans la continuité de l'emprisonnement de Khaled Drareni et de la censure de nos deux sites d'information doit cesser », a-t-il écrit dans un communiqué samedi.

Radio M et Maghreb Emergent ont été bloqués à plusieurs reprises par les autorités, les rendant inaccessibles pour les internautes en Algérie, sauf via connexion VPN.

Accusé de « diffusion de fausses informations à même de porter atteinte à l'unité nationale », de « perturbations des élections » et de « réouverture du dossier de la tragédie nationale » des années 1990 (guerre civile de la « décennie noire », 1992-2002), il se trouve sous contrôle judiciaire depuis le 18 mai.

L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2021 établi par RSF.

Au moins 222 personnes sont actuellement incarcérées en Algérie pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien.