Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l'enlisement

Dans cette photo d'archive prise le 26 mars 2019, un soldat français sécurise un périmètre lors d'une interruption du voyage du convoi militaire entre Gossi et Hombori avant le début de l'opération de la force française Barkhane dans la région du Gourma au Mali. (Daphné Benoit/AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 26 mars 2019, un soldat français sécurise un périmètre lors d'une interruption du voyage du convoi militaire entre Gossi et Hombori avant le début de l'opération de la force française Barkhane dans la région du Gourma au Mali. (Daphné Benoit/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 11 juin 2021

Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l'enlisement

Dans cette photo d'archive prise le 26 mars 2019, un soldat français sécurise un périmètre lors d'une interruption du voyage du convoi militaire entre Gossi et Hombori avant le début de l'opération de la force française Barkhane dans la région du Gourma au Mali. (Daphné Benoit/AFP)
  • Après huit ans de présence ininterrompue au Sahel où sont aujourd'hui déployés 5.100 de ses militaires, la France veut désormais passer d'une force en première ligne contre les jihadistes à une force d'accompagnement et d'appui
  • L'exécutif attend officiellement d'échanger fin juin avec ses partenaires européens, l'Algérie et l'ONU pour livrer des détails sur le nouveau dispositif

PARIS : Se transformer pour éviter l'enlisement: c'est le choix qu'a fait Emmanuel Macron en annonçant la fin de l'opération française Barkhane au Sahel au profit d'une coalition internationale. Un pari risqué, avec des armées sahéliennes fragiles et des Européens à mobiliser.

Décrue massive

Après huit ans de présence ininterrompue au Sahel où sont aujourd'hui déployés 5.100 de ses militaires, la France veut désormais passer d'une force en première ligne contre les jihadistes à une force d'accompagnement et d'appui (renseignement, drones, avions de chasse...). Une manière de réduire les risques et d'obliger les Etats de la région à prendre de plus en plus en main leur propre sécurité.

L'exécutif attend officiellement d'échanger fin juin avec ses partenaires européens, l'Algérie et l'ONU pour livrer des détails sur le nouveau dispositif.

Mais selon le projet étudié, la France prévoit de quitter des bases du nord du Mali -- Tessalit, Kidal et Tombouctou -- d'ici fin 2021 pour concentrer sa présence sur les emprises de Gao et Ménaka, plus proches de la zone dite des "trois frontières", aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, ainsi qu'à Niamey, la capitale du Niger.

La décroissance des effectifs militaires français s'opérera progressivement, avec un jalon à environ 3.500 hommes d'ici un an puis 2.500 personnes d'ici 2023, selon une source familière du dossier. Les commandos d'élite de la task force française "Sabre" devraient être maintenus pour poursuivre la traque des chefs jihadistes.

"L'engagement militaire de la France restera très significatif", a assuré vendredi la ministre française des Armées Florence Parly. "Il nous faut combattre les groupes terroristes, continuer ce travail qui permettra aux forces armées du Sahel d'être en situation de répondre et de riposter".

Coalition d'Européens à consolider

La mue de la présence militaire française au Sahel avait déjà été amorcée dès l'an dernier, avec le lancement, à l'initiative de Paris, du groupement de forces spéciales européennes Takuba, destiné à fournir des petites équipes de cadres pour accompagner les unités maliennes au combat. Un partenariat militaire semblable aux équipes de mentors occidentaux déployées à la fin des années 2000 auprès des troupes afghanes.

Etablie au Mali, à Gao et Ménaka, Takuba rassemble aujourd'hui 600 hommes dont une moitié de Français, ainsi que quelques dizaines d'Estoniens et de Tchèques et près de 140 Suédois. L'Italie a promis jusqu'à 200 soldats, le Danemark une centaine et plusieurs autres pays, dont la Grèce, la Hongrie ou encore la Serbie, ont exprimé leur intérêt.

Mais après le second coup d'Etat intervenu en mai au Mali, la France a pour l'heure gelé toutes ses opérations conjointes avec les forces maliennes, dont Takuba. Une suspension de nature à dissuader les pays européens de se mobiliser si elle devait trop durer.

La France veut croire qu'elle parviendra à réunir un nombre croissant de candidats. "Les Européens sont de plus en plus conscients des enjeux sécuritaires qui se jouent au Sahel, notamment sur le volet migratoire", assure un chef militaire.

Mais les interventions armées sont politiquement sensibles dans la plupart des pays européens, qui ont besoin du feu vert de leur Parlement pour s'engager et imposent parfois des restrictions aux tâches confiées à leurs troupes.

Autre question en suspens: la participation ou non des Britanniques, qui fournissaient jusqu'ici un précieux soutien à Barkhane avec un détachement d'hélicoptères lourds Chinook.

Les armées locales à l'épreuve

Mais avec ce nouveau dispositif sonne surtout l'heure de vérité pour les armées locales, qui vont se retrouver en première ligne de l'effort sécuritaire.

Or, malgré d'importants efforts de formation et d'entraînement ces dernières années, les forces armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso, qui figurent parmi les pays les plus pauvres du monde, demeurent notoirement sous-entraînées, sous-équipées et essuient de fréquentes attaques jihadistes. Elles sont aussi accusées d'exactions envers les populations locales.

"Le moment est venu car les forces armées sahéliennes désormais sont plus en mesure de faire face à leurs ennemis", a cependant assuré vendredi Florence Parly, en évoquant "de grandes opérations" en fin d'année dernière "pendant lesquelles les armées françaises et sahéliennes ont combattu ensemble".

Dans l'esprit de Paris, la balle est dans le camp africain. 

Désormais, "il va falloir que les Maliens, les Nigériens, les Burkinabè et la force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie,  Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) nous disent combien d'unités ils sont capables de mettre sur le terrain, pour que nous puissions définir les besoins d'accompagnement au combat", pointe un haut gradé français.

 


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.


Coquerel dénonce des «rumeurs infondées» sur son comportement envers les femmes

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette rumeur a été relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette
  • Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer

PARIS: Le député LFI Eric Coquerel, élu jeudi 30 juin président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonce dans une tribune au JDD dimanche des "rumeurs infondées" concernant son comportement envers les femmes.

"Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles", écrit M. Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant "obligé de prendre la parole pour la première fois".

Le comité contre les violences sexuelles de La France insoumise avait défendu jeudi le député Eric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, contre des "rumeurs sur son comportement avec les femmes", assurant n'avoir jamais reçu de signalement à son sujet.

"Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques", souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : "Rien n’est jamais sorti faute d’avoir trouvé un témoignage pouvant s’apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d’un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu’il me concernait, car il était visiblement bâclé".

Dès lors, écrit Eric Coquerel, "comment réagir à une rumeur qui n’est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d’enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l’expliquerait ?"

Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer, pour la première fois publiquement, par une intervention sur RTL cette semaine de l'auteure et militante Rokhaya Diallo. Cette dernière avait évoqué, sans plus de précisions, des "sources au sein de LFI" mettant en cause le comportement de M. Coquerel.


Militaire tué à Bitche: Ouverture d'une information judiciaire pour assassinat

Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte
  • Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime

METZ: Le parquet de Metz a ouvert samedi une information judiciaire pour "assassinat" après le décès d'un militaire de 25 ans jeudi à Bitche (Moselle), et le suspect, lui aussi militaire, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

"Il n'a pas fait de déclaration devant le juge d'instruction", a précisé le procureur de la République, Yves Badorc. Ce caporal-chef de 24 ans du 16e bataillon de chasseurs à pied avait néanmoins reconnu les faits lors de sa garde à vue, a ajouté le magistrat.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire "nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime", première classe de 25 ans, a indiqué M. Badorc.

Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte dans un premier temps pour "homicide volontaire" avant d'être requalifiée en assassinat.

Selon le parquet, "les premières constatations médico-légale confirment l'usage d'une arme à feu et d'un couteau". Une vingtaine de témoins ont déjà été entendus et une autopsie doit avoir lieu la semaine prochaine, a précisé le procureur.

L'enquête avait été confiée à la section de recherches de Metz et à la brigade de recherche de gendarmerie de Sarreguemines.