Syrie: Afrine et son hôpital visés par des tirs d'artillerie qui ont fait 18 morts

Des secouristes des casques blancs enjambant le sol jonché de décombres et entaché de sang pour évacuer des morts transportés sur des brancards. (Photo, AFP)
Des secouristes des casques blancs enjambant le sol jonché de décombres et entaché de sang pour évacuer des morts transportés sur des brancards. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 13 juin 2021

Syrie: Afrine et son hôpital visés par des tirs d'artillerie qui ont fait 18 morts

  • Les tirs proviennent des territoires au nord de la province d'Alep « où sont déployées des milices fidèles à l'Iran et au régime», indique l'OSDH
  • La région kurde d'Afrine avait été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs supplétifs syriens, qui en avaient délogé la principale milice des kurdes

BEYROUTH : Au moins 18 personnes, dont 14 civils, ont été tuées samedi en Syrie dans des tirs d'artillerie sur la ville d'Afrine, où un hôpital a notamment été touché par les bombardements dans ce secteur tenu par des rebelles proturcs, a rapporté une ONG.

Un médecin, trois employées du personnel hospitalier, deux femmes et deux enfants au moins, mais aussi un commandant rebelle, figurent parmi les victimes des bombardements ayant touché l'hôpital al-Chifaa, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans une cour de l'hôpital, un correspondant de l'AFP a filmé des secouristes des casques blancs enjambant le sol jonché de décombres et entaché de sang pour évacuer des morts transportés sur des brancards.

Un nouveau bilan de l'Observatoire en soirée fait état de 18 morts et 23 blessés, après un bilan initial de 16 morts.

« Les tirs ont visé plusieurs quartiers de la ville et ont touché l'hôpital », a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

« La majorité des victimes ont péri dans les bombardements sur l'hôpital », a précisé l'ONG dans un communiqué, soulignant que le bilan pourrait augmenter alors que parmi les blessés certains se trouvent dans un état critique.

Les tirs d'artillerie ont été effectués de territoires dans le nord de la province d'Alep « où sont déployées des milices fidèles à l'Iran et au régime, près de zones des forces kurdes », a indiqué l'OSDH.

Dans un communiqué, la principale coalition dominée par les Kurdes, les Forces démocratiques syriennes (FDS), a démenti toute implication dans ces tirs.

Située dans la province d'Alep, la région kurde d'Afrine avait été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs supplétifs syriens, qui en avaient délogé la principale milice des kurdes.

Le secteur, comme tous les territoires tenus par les rebelles proturcs, est également régulièrement secoué par des assassinats ciblés, des attentats ou des explosions.

Jeudi, dans le nord-ouest de la Syrie, au moins 12 personnes, dont des combattants, ont été tuées selon l'OSDH dans des bombardements du régime syrien sur la région d'Idleb, dernier grand bastion jihadiste et rebelle de Syrie.

Déclenchée en 2011 avec la répression de manifestations réclamant des réformes dans le sillage du printemps arabe, la guerre syrienne s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances étrangères, l'apparition de groupes jihadistes et la multiplication des belligérants sur le terrain.

Le conflit a fait près de 500000 morts selon l'OSDH et jeté sur la route de l'exil des millions de personnes.


La résidence d'art Al-Balad conclut son édition 2022 par une exposition d'art à Djeddah

Le programme de résidence d'art Al-Balad a conclu son édition 2022 par une exposition d'art organisée par le ministère de la Culture à Tamer House, dans le quartier d'Al Sharafiyah, le 25 janvier, à Djeddah. (Fourni)
Le programme de résidence d'art Al-Balad a conclu son édition 2022 par une exposition d'art organisée par le ministère de la Culture à Tamer House, dans le quartier d'Al Sharafiyah, le 25 janvier, à Djeddah. (Fourni)
Short Url
  • L'exposition, qui se tient jusqu'au 4 février, présente les œuvres de plus de 30 artistes qui ont participé aux quatre cycles de résidence organisés à Al-Balad de mars à octobre 2022
  • Elle comprendra une séance de lecture de poésie par l'auteur Bakr Al-Jaber, un atelier de sculpture sur argile avec l'artiste Maan Alabbadi et une projection en plein air signée de l'artiste Ahmed Al-Sindi

DJEDDAH : Le programme de résidence artistique Al-Balad a conclu son édition 2022 par une exposition d'art organisée par le ministère de la Culture à la Maison Tamer de Djeddah, dans le quartier Al-Sharafiyah, le 25 janvier.

L'exposition, qui se tient jusqu'au 4 février, présente les œuvres de plus de 30 artistes qui ont participé aux quatre cycles de résidence organisés à Al-Balad de mars à octobre 2022.

Lancée à la même période que la Biennale des arts islamiques, l'exposition vise à promouvoir Djeddah comme une destination de choix dans le monde de l'art et à encourager les échanges culturels sur la tradition, l'innovation, l'harmonie et les conflits, ainsi que les environnements urbains et naturels.

Un groupe d'artistes saoudiens, arabes et internationaux a présenté ses œuvres et discuté avec le public de ses visions de l'état de transition de Djeddah.

L'exposition présente les œuvres de plus de 30 participants qui ont pris part aux quatre cycles de résidence organisés à Al Balad de mars à octobre 2022. (Fourni)
L'exposition présente les œuvres de plus de 30 participants qui ont pris part aux quatre cycles de résidence organisés à Al Balad de mars à octobre 2022. (Fourni)

 

Mohamed Ali Ghomriani, directeur général de Hafez Projects, a déclaré : « La résidence d'art Al-Balad a été une expérience unique pour nous tous. Hafez Projects, en tant qu'opérateur du programme, a eu la chance de pouvoir assister à cette expérience merveilleusement créative et inspirante. Il a permis aux résidents, aux artistes, aux conservateurs et aux écrivains de partager ce qui se passe entre les murs du quartier historique de Djeddah avec un public plus large et vice-versa ».

« Maintenant, nous ne pouvons que célébrer le succès de ce processus important et nous engager en présentant les projets artistiques issus des résidences artistiques à travers une exposition finale », a-t-il ajouté.

Andrea Alkalay, une photographe argentine, a déclaré à Arab News: « C'est agréable de revoir les œuvres de mes amis dans une exposition et aussi de découvrir le travail des autres résidents. Cette exposition se compose assurément d'un éventail très riche et diversifié d'œuvres, toutes inspirées par le même lieu mais de manières très différentes. »

Alkaly expose son projet, « The Rock Cycle », avec trois de ses œuvres représentant les cycles du changement, l'idée de démolir pour transformer. Les vestiges des maisons d'Al-Balad lui ont servi d'inspiration, et pour son travail elle a utilisé des matériaux, des collages, des feuilles d'or et d'autres techniques.

 

'
L’Argentine Andrea Alkalay, expose son projet « The Rock Cycle », avec trois de ses œuvres représentant les cycles du changement, l'idée de démolir pour transformer. (Fourni)

 

Elle a déclaré : « Le programme de résidence artistique Al-Balad et le ministère de la Culture m'ont permis de découvrir le Royaume dans une atmosphère tout à fait stimulante. La possibilité de développer librement ma créativité et de la matérialiser sans frais m'a permis d'étendre mon imagination sans limites. J'ai pu commencer un nouveau projet que je suis impatiente d'étudier et de développer davantage. Se voir offrir cette incroyable opportunité d'avoir un studio pendant six semaines dans un endroit aussi unique a été un rêve ».

« Ce type de construction communautaire est fondamental pour mon propre développement dans le domaine des arts. J'ai rencontré de nombreux artistes qui ont changé ma façon de concevoir la création artistique et ce que je fais », a-t-elle ajouté.

Certaines des pièces créées pendant la résidence ont été exposées en Argentine et pendant la semaine de Miami Basel. Pour Alkaly, la résidence a été une expérience d'apprentissage intégrale et riche.

Nahla Khogeer, une artiste de Djeddah spécialisée dans la sculpture en bois, a déclaré : « J'ai découvert Al-Balad sous un angle différent, comme si je n'y avais jamais été. J'ai appris de nouvelles choses au contact de la communauté et des résidents. Je suis reconnaissante au ministère de la Culture et à Hafez Projects de m'avoir donné l'occasion de montrer mon talent. »

Avec son œuvre « Roads to Memory », Khogeer documente les quatre quartiers historiques d'Al-Balad à l'aide d'écrans en bois (Al-Mangour) qui présentent l'architecture de la région. Les pièces originales de mangour incarnent les chemins de ces quartiers.

Donia Al-Shetairy, une artiste multidisciplinaire du Yémen, a déclaré : « Pendant la résidence, j'ai bénéficié d'importantes opportunités éducatives. Mais surtout, d'un espace et d'un soutien pour me concentrer sur ma pratique artistique et développer un nouveau projet. »

Son œuvre, « Speech of the Stone », réimagine la ville d'Al-Balad à travers le son pour se concentrer sur l'importance de préserver les souvenirs auditifs de la ville et leur redonner vie. « Cette exposition m'a offert la possibilité de présenter mon travail dans un espace plus grand et d'attirer un public plus large, contrairement à l'atelier ouvert. La période précédente (entre la fin de ma résidence et l'exposition finale) a permis de poursuivre de mes recherches sur les enregistrements et le patrimoine verbal, ce qui a enrichi la discussion avec le public », a ajouté Al-Shetairy.

L'exposition comprendra une séance de lecture de poésie par l'auteur Bakr Al-Jaber, un atelier de sculpture sur argile avec l'artiste Maan Alabbadi et une projection en plein air signée de l'artiste Ahmed Al-Sindi.

Dans le cadre de l'initiative « Advancing Cultural Entrepreneurship » du ministère de la Culture et du programme « Saudi Vision 2030's Quality of Life », la deuxième édition du programme de résidence artistique Al-Balad 2022 gérée par Hafez Projects a offert des opportunités à plusieurs artistes émergents, conservateurs, écrivains (critiques et historiens de l'art) et personnes en milieu de carrière dans le domaine des arts, du Royaume et du monde entier.

L'exposition gratuite est ouverte aux visiteurs jusqu'au 4 février.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Victoire de Pascal Werhlein et Porsche lors de la première journée du Diriyah E-Prix

Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Short Url
  • Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant
  • Le retour de la Formule E à Diriyah marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport

DIRIYAH : Pascal Wehrlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix, suivi de Jake Dennis de l’Avalanche Andretti Formula E, arrivé en deuxième position après avoir débuté en 11e .

Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant.

Il a pris la tête au 30e  tour au virage 16, avec Sam Bird dans une Jaguar TCS Racing, incapable de retenir la 99X Electric Gen3 de Werhlein.

Le pilote et la voiture semblaient dominants pour une deuxième course consécutive. Ce fut en effet une victoire émouvante pour le jeune homme de 28 ans, qui a une fois de plus accordé des crédits à son équipe par la qualité monumentale du travail accompli.

Dans l’Avalanche Andretti à moteur Porsche, Jake Dennis s’est battu jusqu’à la dernière seconde mais n’a pas pu battre son homologue d’usine Porsche, qui lui, a fait de son 50e  départ en Formula E sa deuxième victoire.

Sam Bird était ravi de monter sur le podium pour la première fois depuis sa victoire à New York lors de la saison 7 – qualifiant cela de « mini-victoire » pour lui et Jaguar après une saison 8 difficile pour le Britannique - la seule saison durant laquelle il n’a pas réussi à réclamer de victoires « en argent ».

Sebastien Buemi est parti en pôle position et a terminé quatrième. Il s’agit de son meilleur résultat depuis la finale de la saison 6 à Berlin.

René Rast de NEOM McLaren Forumla E Team a commencé et termine cinquième après une longue bataille au milieu des positions qui reçoivent des points. Il a également l’auteur du tour le plus rapide.

Nick Cassidy a placé deux voitures Envision Racing dans le top six. Jean-Éric Vergne s’est battu de la 12e position pour DS PENSKE, terminant juste devant Jake Hughes dans une McLaren. André Lotterer et Mitch Evans complètent le top 10 – ce dernier chutant de la 6e position sur la grille.

Cela laisse donc Dennis en tête du classement à seulement un point sur Werhlein – 44 à 43 points – tandis qu’Avalanche Andretti a conservé l’avantage de ses équipes sur TAG Heuer Porsche, 58 à 49 points, avec Envision Racing en troisième.

Le retour de la Formule E à Diriyah, une destination historique et culturelle en Arabie Saoudite, marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maroc rouvre son ambassade en Irak après 18 ans d'absence

Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak
  • A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays

BAGDAD:Le ministre des Affaires étrangères du Maroc a rouvert samedi à Bagdad l'ambassade du royaume en Irak après 18 ans d'absence, un déplacement "historique" marquant le début d'une coopération accrue, ont espéré les chefs de la diplomatie des deux pays.

L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak, selon le ministère des Affaires étrangères marocain.

L'Irak a connu près de deux décennies de conflits et de violences meurtrières après l'invasion emmenée par les Etats-Unis qui renversa Saddam Hussein en 2003.

Reçu samedi par le chef de la diplomatie irakienne Fouad Hussein, son homologue Nasser Bourita a estimé en conférence de presse que la réouverture de l'ambassade était un "signal fort", venant illustrer "la confiance du Maroc dans le nouvel Irak".

A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays.

Mais après des années de violences confessionnelles et la montée en puissance des groupes jihadistes, l'Irak a renoué ces dernières années avec une relative normalité.

M. Bourita a salué une "visite historique", rappelant qu'il s'agissait de "la première d'un ministre des Affaires étrangères (marocain) depuis environ un quart de siècle".

Evoquant le début "d'une nouvelle ère" dans les relations entre les deux pays, M. Hussein a dit vouloir encourager "la coopération commerciale et économique dans tous les domaines", alors que les relations économiques sont actuellement "quasi-inexistantes".

Le ministre irakien a également apporté le "soutien" de l'Irak à "l'unité territoriale du royaume du Maroc et aux efforts onusiens pour arriver à une solution définitive concernant la question du Sahara" occidental, un territoire que se disputent le Maroc et le Front Polisario.