La Tunisie au bord de l’effondrement

La Tunisie a connu par le passé un grand nombre de crises politiques, économiques, sociales, sanitaires, etc. Mais elles ne furent jamais concomitantes comme c’est le cas en ce moment. (AFP).
La Tunisie a connu par le passé un grand nombre de crises politiques, économiques, sociales, sanitaires, etc. Mais elles ne furent jamais concomitantes comme c’est le cas en ce moment. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 18 juin 2021

La Tunisie au bord de l’effondrement

  • Le pays du Jasmin traverse actuellement une zone de très fortes turbulences qui constitue probablement la période plus sombre de son histoire contemporaine
  • La cartographie des manifestations est pratiquement immuable en Tunisie: c’est toujours dans le Sud qu’ont lieu la moitié des mouvements de colère

TUNIS: Avant les élections législatives et présidentielle de la fin de l’année 2019, les Tunisiens espéraient que ces scrutins auraient pour conséquence de sortir leur pays de l’impasse politique dans laquelle il se trouvait après cinq années d’un gouvernement dirigé conjointement par Nidaa Tounes, le parti du président décédé, Béji Caïd Essebsi, et le mouvement Ennahdha. Mais l’expérience a tourné court. Dix-mois plus tard, la Tunisie se trouve en plus mauvaise posture, car cette présidentielle et ces législatives ont fait naître un système politique bloqué.

tunisie
Un manifestant contre la violence policière arrêté le 12 juin dernier à Tunis. (AFP). 

Loin de l’espoir suscité par la «révolution» du 14 janvier 2011, qui a mis fin au régime autoritaire du président Ben Ali, le pays du Jasmin traverse actuellement une zone de très fortes turbulences qui constitue probablement la période plus sombre de son histoire contemporaine.

Le 7 juin, un jeune est mort dans un poste de police à Sidi Hassine, un quartier de la banlieue ouest de Tunis. Le lendemain, une brigade de police envoyée sur place pour contrôler les personnes qui manifestaient contre cette bavure a dévêtu et roué de coups un adolescent de quinze ans avant de l’arrêter. Circonstance aggravante, le ministère de l’Intérieur, dirigé par intérim par le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, a cherché à couvrir ce dérapage.

Certes, la Tunisie a connu par le passé un grand nombre de crises politiques, économiques, sociales, sanitaires, etc. Mais elles ne furent jamais concomitantes comme c’est le cas en ce moment. Le dernier rapport mensuel du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) sur les mouvements sociaux, publié le 10 juin dernier, montre que cette situation intensifie considérablement la colère des Tunisiens.

D’après les statistiques de ce think tank qui, depuis sa création, en 2011, sert en quelque sorte de baromètre social, 1 155 actions de protestation ont été enregistrées en mai 2021, soit plus du double (516) par rapport à l’année précédente.

Sur le plan social, l’hiver 2021 a été particulièrement tendu. Au mois de janvier, le nombre des mouvements sociaux a culminé à 1 492. Le printemps a été plus calme: la courbe des protestations est descendue à 1 235 dès février, et cette tendance s’est confirmée en mars (1 138), et surtout en avril (841) – avant le bond spectaculaire du mois de mai.

Au moment où ces bavures se sont produites, la colère des Tunisiens – dont le niveau de vie s’est érodé de 40% entre 2011 et 2018, selon l’Institut tunisien des études stratégiques – grondait déjà depuis une dizaine de jours.

Cet indicateur en dit beaucoup sur la détérioration de la situation dans le pays et sur le degré de colère des Tunisiens.

Cette exaspération est encore montée d’un cran au début de la deuxième semaine du mois de juin, principalement en raison de deux facteurs: d’abord, une énième bavure policière a ravivé les rancœurs de la population contre l’appareil sécuritaire – grâce auquel l’ancien président Ben Ali avait tenu le pays d’une main de fer pendant vingt-trois ans. Le 7 juin, un jeune est mort dans un poste de police à Sidi Hassine, un quartier de la banlieue ouest de Tunis. Le lendemain, une brigade de police envoyée sur place pour contrôler les personnes qui manifestaient contre cette bavure a dévêtu et roué de coups un adolescent de quinze ans avant de l’arrêter. Circonstance aggravante, le ministère de l’Intérieur, dirigé par intérim par le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, a cherché à couvrir ce dérapage: il a prétendu que c’était le jeune homme qui s’était dénudé pour provoquer les policiers. Mais, confondu par une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux, le ministère de l’Intérieur a rétropédalé: il a condamné cet acte et a suspendu les agents qui en étaient responsables.

La cartographie des manifestations est pratiquement immuable en Tunisie: c’est toujours dans le Sud qu’ont lieu la moitié des mouvements de colère.

Au moment où ces bavures se sont produites, la colère des Tunisiens – dont le niveau de vie s’est érodé de 40% entre 2011 et 2018, selon l’Institut tunisien des études stratégiques – grondait déjà depuis une dizaine de jours: en effet, le 29 mai, le gouvernement a décidé d’augmenter le prix du sucre – de plus de 21% – ainsi que celui des transports publics. Ces mesures, en vigueur depuis le 1er juin, venaient s’ajouter à une nouvelle hausse des prix des hydrocarbures, la troisième depuis le mois de février, décidée le 21 avril dernier.

tunisie
"Police terroriste" peut-on lire sur cette banderole tenue par les manifestants le 12 juin dernier à Tunis. (AFP). 

La cartographie des manifestations est pratiquement immuable en Tunisie: c’est toujours dans le Sud qu’ont lieu la moitié des mouvements de colère. On recense par ailleurs 284 manifestations dans l’Ouest, le long de la frontière avec l’Algérie; un chiffre légèrement plus élevé que dans l’Est, près de la Libye. Le Nord-Est n’est pas en reste (305), suivi par le Centre-Est (138), le Centre-Ouest (116) et le Nord-Ouest (95).

En réalité, les Tunisiens sont aujourd’hui plus près du suicide collectif que de la sortie de la crise.

La question de la baisse – à défaut d’annulation – des subventions accordées aux hydrocarbures et aux denrées de base est à l’ordre du jour depuis de nombreuses années. Mais aucun des gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 n’a eu le courage de passer à l’action. Si l’actuel gouvernement, dirigé par M. Mechichi, l’a fait, c’est parce qu’il n’avait plus le choix. La pandémie de Covid-19, qui a éclaté six mois après l’arrivée au pouvoir de M. Mechichi, le 26 juillet 2020, a mis au bord de la faillite un pays qui, depuis dix ans, vit au-dessus de ses moyens.

Aujourd’hui, ce qui inquiète le plus les observateurs, et en particulier les observateurs étrangers, ce n’est pas tant la situation dans laquelle se trouve le pays que le fait qu’aucune solution ne se profile à l’horizon. Depuis le remaniement ministériel du mois de janvier dernier – un épisode dans la guerre qui oppose le président Kaïs Saïed et la majorité parlementaire, dirigée par Ennahdha –, la classe dirigeante se trouve embourbée dans une guerre intestine qui l’empêche de se consacrer pleinement au règlement des problèmes du pays.

En réalité, les Tunisiens sont aujourd’hui plus près du suicide collectif que de la sortie de la crise. Gouvernants et gouvernés font de leur mieux pour hâter l’arrivée de la catastrophe économique et financière que les amis de la Tunisie craignent de plus en plus: les premiers parce qu’il leur manque la compétence, le courage et la volonté d’assumer le coût politique de la mise en œuvre des douloureuses réformes nécessaires au redressement du pays; les seconds – comme les magistrats, qui ont fait grève pendant près d’un mois en 2020 – parce qu’ils refusent d’accepter une partie des sacrifices qu’exige le sauvetage du pays, font preuve d’égoïsme et se montrent déterminés à obtenir des augmentations ainsi que différents avantages catégoriels, alors que les caisses de l’État sont vides.


Le Moyen-Orient fait face à une vague de menaces de cybersécurité depuis le début de la pandémie

La région a toujours été le foyer de ce type d’attaques en raison de facteurs géopolitiques. (Fichier/Shutterstock)
La région a toujours été le foyer de ce type d’attaques en raison de facteurs géopolitiques. (Fichier/Shutterstock)
Fatemah Alharbi, chercheuse et consultante en cybersécurité (Photo fournie)
Fatemah Alharbi, chercheuse et consultante en cybersécurité (Photo fournie)
Short Url
  • Les chercheurs ont publié 49 rapports de renseignements sur les menaces après des enquêtes associées à des cyberattaques contre les Émirats arabes unis
  • Dans le rapport VMWare, une enquête menée auprès de 252 Saoudiens montre que 84 % d'entre eux ont déclaré que les cyberattaques avaient augmenté en raison du travail à domicile.

RIYAD : Depuis le début de la pandémie, une vague de campagnes de menaces sophistiquées ciblant le Moyen-Orient a été découverte par Kaspersky, une entreprise mondiale de cybersécurité. 

Un APT est une campagne d'attaque dans laquelle des intrus établissent une présence illicite à long terme sur un réseau pour extraire des données hautement sensibles. Les cibles, qui sont soigneusement choisies et étudiées, comprennent généralement de grandes entreprises ou des réseaux gouvernementaux. 

La région a toujours été le foyer de telles attaques en raison de facteurs géopolitiques. 

Les chercheurs de Kaspersky, surveillant de près la région pour les APT, ont travaillé sur 68 rapports d'enquête liés à 29 cyber-gangs ciblant activement le Moyen-Orient depuis le début de la pandémie. 

Les chercheurs ont publié 49 rapports de renseignements sur les menaces après des enquêtes associées à des cyberattaques contre les Émirats arabes unis, qui ont fait l’objet du plus grand nombre de rapports de tous les pays du Moyen-Orient. 

Le deuxième plus élevé était l'Arabie saoudite avec 39 rapports, suivie de l'Égypte avec 30. Le Koweït et Oman en avaient 21 chacun, tandis que la Jordanie en avait 20. L'Irak, le Qatar et Bahreïn avaient moins de 20 rapports chacun. 

Les attaques de l'APT visaient principalement les agences gouvernementales, suivies des institutions diplomatiques, du secteur de l'éducation et des institutions de télécommunications. Les autres secteurs ciblés comprenaient la finance, l'informatique, la santé, le juridique, l'armée et la défense. 

Certains des groupes APT étudiés sont Oilrig, WIRTE, Lazarus et Sofacy. 

Fatemah Alharbi, experte en cybersécurité et professeure adjointe à l'Université de Taibah, déclare à Arab News : « Les logiciels malveillants basés sur PowerShell sont utilisés par des cyberattaques sophistiquées ciblant des infrastructures critiques en Arabie saoudite. 

Elle précise que ces cybercriminels envoient des e-mails de phishing contenant des fichiers Microsoft Office malveillants se faisant passer pour des entités légitimes. 

Pour passer le pare-feu et les techniques de protection des e-mails, explique-t-elle, ces fichiers truqués sont protégés par des mots de passe et compressés sous forme de fichiers zip. 

« Cette méthode facilite la mission de ces cybercriminels pour prendre le contrôle total du système de fichiers et compromettre chaque fichier qui s'y trouve. Cela signifie qu'ils sont en mesure de contrôler le système d'exploitation, les applications et les données. En supposant que l'attaque soit détectée, une analyse et une enquête approfondies sur le système de fichiers sont fortement recommandées pour rapidement récupérer le système et arrêter l'attaque. 

Se référant à un rapport de Bitdefender, une entreprise de technologie de cybersécurité, Alharbi déclare : « Les chercheurs ont fait la lumière sur une campagne de cyber espionnage APT bien connue qui cible principalement les infrastructures critiques en Arabie saoudite. Ce groupe de menaces s'appelle Chafer APT (également connu sous le nom d'APT39 ou Remix Chaton). Le rapport montre que ces cybercriminels s'appuient sur l'ingénierie sociale pour compromettre les victimes en Arabie saoudite. 

« Techniquement, l'attaque a incité les victimes à exécuter un outil d'administration à distance situé dans le dossier de téléchargement, similaire aux composants RAT utilisés contre la Turquie et le Koweït en 2014 et 2018, respectivement. » 

Malgré ces menaces, Alharbi indique que les ressources de cybersécurité du Royaume ont prouvé leur capacité à faire face à de tels dangers. 

« L'Arabie saoudite est classée n°1 dans la région MENA et en Asie et n°2 dans le monde selon l'indice mondial de cybersécurité publié par l'agence spécialisée des Nations Unies dans les technologies de l'information et des communications, l'Union internationale des télécommunications en 2021. » 

Cette indexation évalue périodiquement les pays selon cinq axes principaux : juridique, technique, réglementaire, renforcement des capacités et coopération. Le Royaume a marqué des points avancés dans tous ces axes, dit-elle. 

Amin Hasbini, responsable de l'équipe mondiale de recherche et d'analyse pour le Moyen-Orient, la Turquie et l'Afrique chez Kaspersky, déclare : « Nos experts en cybersécurité ont toujours été à l'avant-garde de la détection et du signalement des dernières menaces APT. Nos rapports sont le produit de leur visibilité en matière de cybersécurité et identifient rapidement ce qui constitue une menace. » 

« Nous utilisons ces informations pour, bien sûr, alerter les organisations concernées à temps et leur fournir la protection ainsi que les informations nécessaires contre les menaces connues et inconnues. Alors que les entreprises se dirigent vers la numérisation, en particulier en raison de la pandémie, il est plus important que jamais de connaître les menaces qui évoluent constamment. » Selon un récent rapport de Kaspersky et VMWare, le travail à distance pendant la pandémie a rendu les employés saoudiens vulnérables aux cyberattaques. » 

Dans le rapport VMWare, une enquête menée auprès de 252 Saoudiens montre que 84 % d'entre eux ont signalé que les cyberattaques avaient augmenté en raison du travail à domicile. 

Alharbi évoque des méthodes pour protéger les utilisateurs contre les menaces d'ingénierie sociale. « Nous assistons depuis un moment à une augmentation du nombre de cyberattaques basées sur l'ingénierie sociale. Selon un récent rapport de PurpleSec, 98% des cyberattaques reposent sur l'ingénierie sociale. Les cybercriminels préfèrent utiliser des techniques d'ingénierie sociale qui exposent la tendance naturelle d'une victime à faire confiance facilement par rapport à la mise en œuvre de logiciels malveillants ou de tout autre outil pour pirater des systèmes. » 

« Pour cela, les organisations doivent renforcer et diversifier leurs tactiques de sensibilisation à la cybersécurité, telles que la publication de contenu de sensibilisation à la cybersécurité, des formations en classe, des vidéos, des simulations et des tests », dit-elle. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Israël annonce la construction de 1 355 nouveaux logements pour les colons

Des manifestants brandissent des drapeaux palestiniens alors que des membres des forces israéliennes montent la garde lors d'une manifestation contre les colonies israéliennes à Masafer Yatta, en Cisjordanie occupée, le 23 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Des manifestants brandissent des drapeaux palestiniens alors que des membres des forces israéliennes montent la garde lors d'une manifestation contre les colonies israéliennes à Masafer Yatta, en Cisjordanie occupée, le 23 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Ces nouveaux logements s'ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2 000
  • Cette annonce survient à peine deux jours après qu’Israel ait émis un ordre désignant six groupes palestiniens de défense des droits humains comme «organisations terroristes»

RABAT: Israël va construire 1 355 nouveaux logements pour des colons juifs en Cisjordanie occupée, a annoncé dimanche le ministère de la Construction, dans un communiqué.

"Des appels d'offre pour 1 355 logements dans des localités de Judée-Samarie (nom donné par Israël à la Cisjordanie, ndlr) ont été publiés sous la direction du ministre de la Construction Zeev Elkin", affirme ce communiqué.

Ces nouveaux logements s'ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2 000, qui doivent obtenir cette semaine un feu vert définitif du ministère de la Défense.

"Le renforcement de la présence juive (en Cisjordanie) est essentiel dans la vision sioniste", a déclaré M. Elkin, membre du parti de droite Nouvel Espoir.

Ces nouveaux logements doivent être construits dans sept colonies juives, notamment 729 à Ariel (nord de la Cisjordanie), 346 à Beit-El (près de Ramallah) et 102 à Elkana (nord-ouest de la Cisjordanie), selon le communiqué.

Réagissant à l'annonce, le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a affirmé que la communauté internationale "doit faire payer à Israël le prix de ses agressions contre notre peuple, particulièrement après cette vague de construction dans les colonies". Pour sa part, la Jordanie a dénoncé "une violation du droit international", d'après un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Vendredi, le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a déclaré que les États-Unis étaient “préoccupés” par les projets de logement. Il a appelé Israël et les Palestiniens à “s'abstenir de mesures unilatérales qui exacerbent les tensions et sapent les efforts visant à faire avancer une solution négociée à deux États” au conflit.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est annexée, illégale au regard du droit international, s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

Les Palestiniens réclament la Cisjordanie, ainsi que la bande de Gaza et Jérusalem-Est pour leur futur État. Ils considèrent les colonies, qui abritent quelque 700 000 colons, comme le principal obstacle à la paix.

Israël considère la Cisjordanie comme le cœur biblique et historique du peuple juif.

La colonisation s'est accélérée ces dernières années sous l'impulsion de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Son successeur Naftali Bennett est depuis mi-juin à la tête d'une coalition hétéroclite allant de la droite radicale à des partis de gauche.

Cette annonce intervient deux jours après qu’Israel ait émis un ordre désignant six groupes palestiniens de défense des droits humains comme “organisations terroristes”. Une désignation condamnée par l’Autorité palestinienne, ainsi que par l’ONU.

(Avec agences)


La dépouille d'un soldat saoudien mort dans une prison irakienne enfin rapatriée

Cette guerre de 42 jours a surtout fait des victimes dans les rangs des troupes irakiennes. On estime à 35 000 le nombre de morts parmi ces troupes. (Photo Getty)
Cette guerre de 42 jours a surtout fait des victimes dans les rangs des troupes irakiennes. On estime à 35 000 le nombre de morts parmi ces troupes. (Photo Getty)
Short Url
  • Les circonstances précises qui ont conduit à la détention du capitaine Al-Qarni restent inconnues
  • Il était détenu dans une prison irakienne où il serait décédé dans les dix années qui ont suivi, sans plus de précisions

LA MECQUE : Cette semaine, le capitaine Abdallah Al-Qarn a été rapatrié en Arabie saoudite, après 30 ans d’absence. Capturé par les forces irakiennes durant l'opération « Desert Storm » (Tempête du désert), il est décédé dans une prison irakienne.

Le 21 octobre, sa dépouille est arrivée à l'aéroport du roi Abdelaziz avant d'être transportée à La Mecque pour les prières funéraires. Elle a été inhumée au cimetière des martyrs de la ville.

C'est le 2 août 1990 que les événements qui ont conduit à sa mort ont commencé. Ce jour-là, les forces irakiennes envahissent le Koweït et s’emparent de sa capitale en quelques heures. Cette attaque inattendue a été le point de départ d'une occupation qui va durer 7 mois. En réponse, plus de 40 pays de l'Alliance, dirigés par les États-Unis, mobilisent troupes, chars, artillerie, navires et avions et les rassemblent dans la Province orientale et à Riyad, la capitale de l'Arabie saoudite. Ils lancent conjointement l'opération Tempête du désert, dont l'objectif est de chasser les envahisseurs du Koweit.

Le 17 janvier 1991 est une autre date importante. Les alliés rassemblent plus de 600 000 soldats des armées de terre et de l’air ainsi que des forces navales et procèdent à des raids aériens et navals. Une semaine plus tard, une offensive terrestre est lancée. Le capitaine Al-Qarni est parmi les soldats engagés dans cette opération.

Cette guerre de 42 jours a surtout fait des victimes dans les rangs des troupes irakiennes. On estime à 35 000 le nombre de morts parmi ces troupes. Des dizaines de soldats alliés ont également péri. Du côté des forces saoudiennes, 18 soldats ont été tués et 32 autres ont été blessés. 11 prisonniers de guerre saoudiens ont été ramenés sains et saufs au Royaume.

Les circonstances précises qui ont conduit à la détention du capitaine Al-Qarni restent inconnues. Mais une chose est sûre : il était détenu dans une prison irakienne où il serait décédé dans les dix années qui ont suivi, sans plus de précisions. Les autorités saoudiennes se sont employées pendant des années à remettre sa dépouille à sa famille. Ces efforts ont été couronnés de succès cette semaine.

« Il est mort noblement et a défendu sa nation jusqu'au dernier jour de sa vie ». C'est ce qu'ont confié à Arab News le frère du martyr, Saleem Al-Qarni, vétéran de la marine saoudienne à la retraite, et son cousin, Saleh Salman Al-Qarni.

Ils racontent qu'avant d'aller à la guerre, il avait fait ses adieux à ses 3 filles et à sa femme. Il a quitté leur village natal d'Ash-e Shaaf, situé dans la province d'Asir et a rejoint Riyad où il a suivi une formation militaire.

 

« En 1990, quelques mois avant la guerre du Golfe, on a choisi mon frère pour s'entraîner avec d'autres à Al-Muzahimiyah (à l'ouest de Riyad) », raconte Saleem. « Un mois plus tard, le Koweït a été brutalement attaqué et mon frère a reçu l'ordre de s'y rendre pour effectuer des opérations militaires avec les autres soldats engagés dans cette mission».

 

Selon lui, son frère s'est engagé dans les combats sans hésiter, mais il a été capturé et emmené en Irak au bout de 5 jours. Sa famille a été prévenue et le gouvernement saoudien a continué à suivre la condition des détenus. « En 2002, lorsque les forces dirigées par les États-Unis ont envahi l’Irak, on savait que mon frère était détenu dans le pays », affirme Saleem.

 

Après la mort de l'ancien président irakien Saddam Hussein et la chute de son régime, on n'a trouvé aucune trace d'Al-Qarni ou de ses compagnons dans les prisons. Sa dépouille a été identifiée par la suite et la famille s'est lancée dans une nouvelle bataille pour la récupérer sans jamais baisser les bras et a poursuivi sa quête avec le concours du gouvernement saoudien.

 

« Le gouvernement a suivi de près les démarches entreprises, ce qui a permis d'identifier sa dépouille et de la rapatrier en Arabie saoudite », affirme M. Saleem.

 

« Mon frère a sacrifié sa vie pour défendre courageusement notre pays. Dieu lui a accordé l'honneur de mourir en martyr pendant qu'il défendait la région avec ses compagnons. Eux aussi étaient conscients des sacrifices qu'ils consentaient. Ils sont restés loyaux, intrépides et ont défendu leur pays jusqu'au dernier souffle ».

 

En 2004, la famille obtient un certificat de décès ; l'année suivante, Saleem épouse la veuve de son frère pour prendre soin d'elle et de ses 3 nièces. En effet, Abdallah était parti à la guerre un jour seulement après la naissance de sa 3e  fille. Saleem a eu 2 autres filles avec la veuve de son frère ; ils sont restés ensemble jusqu'à la mort de celle-ci en 2019.

 

Saleem évoque les souffrances endurées par ses parents à la suite de la disparition de son frère : « On ignorait où il se trouvait avant que sa mort ne soit confirmée, mais ils ont gardé l'espoir de le revoir ». Son père est mort en 2000 et sa mère en 2015.

 

Pour Saleh, la mort de son cousin en défendant son pays est une véritable source de fierté, de dignité et d'honneur. Son cousin était un homme croyant et dévoué à sa patrie et à son roi ; il a accompli son devoir sans hésiter pour défendre son pays et la région, affirme-t-il.

« Nous faisons nos adieux à son corps et à son âme et accueillons fièrement sa dépouille », déclare Saleh. « Des émotions contradictoires nous animent: douleur, deuil et fierté. Ce qui nous console, c'est qu'il a accompli son devoir. Nous avons perdu cette âme pure et ce bel esprit dans les ténèbres des prisons irakiennes ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com.