Que représente l'élection d'Ebrahim Raïssi pour l'Iran et le monde ?

Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Short Url
Publié le Lundi 21 juin 2021

Que représente l'élection d'Ebrahim Raïssi pour l'Iran et le monde ?

Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
  • Un juge sanctionné par les États-Unis devient le nouveau président après des élections considérées comme truquées en sa faveur
  • Le point déterminant du mandat de Raïssi sera sa capacité à améliorer la vie quotidienne des Iraniens

​​​​​​MISSOURI, États-Unis / IRBIL, Kurdistan irakien : Dans un clip populaire en Iran datant de plusieurs années, on voit une longue file de personnes, au visage renfrogné, qui attendent leur tour dans une cafétéria. Quand leur tour arrive de faire leur choix, on voit le chef, au visage sinistre, qui leur propose de la viande étrange remplie de vers et de la bave remplie de mouches.

Nombreux sont les artistes iraniens qui attaquent de cette manière indirecte les dirigeants religieux. En effet, il est toujours interdit de critiquer ouvertement les principaux fondements du système politique. La victoire du religieux ultra-conservateur Ebrahim Raïssi lors de la présidentielle de vendredi a souligné, plus que jamais, le peu de choix dont disposent les Iraniens lorsqu'il s'agit d'elire leurs dirigeants.

Si les électeurs dans de nombreux pays se plaignent souvent de ne pas pouvoir faire de choix judicieux dans les élections, l'Iran porte ce phénomène à son paroxysme. C'est le Conseil des gardiens, un organisme non élu constitué de religieux et de juristes (dont trois ont été nommés par Raïssi), qui sélectionne les candidats potentiels aux postes vacants en politique.

La participation au scrutin présidentiel en Iran a été la plus basse depuis des décennies. (AFP)
La participation au scrutin présidentiel en Iran a été la plus basse depuis des décennies. (AFP)

De nombreuses estimations affirment que le conseil des gardiens écarte plus de 90 % des candidats qui prennent la peine de postuler à une fonction politique. Il a rejeté cette année la candidature des candidats réformateurs populaires alliés au président sortant Hassan Rouhani, mais aussi celle des partisans de la ligne dure populiste.

Ainsi, parmi les candidats exclus des élections figuraient l'actuel vice-président Eshaq Jahingiri, le président du Parlement Ali Larijani (tous deux alliés de Rouhani) et l'ancien président populiste de droite Mahmoud Ahmedinejad. Ces anciens acteurs politiques iraniens sont parmi les rares à avoir été autorisés à se présenter aux élections précédentes et leur adhésion aux principes fondamentaux de la République islamique ne fait pas de doute.

Pourtant, le Conseil des gardiens les a jugés trop menaçants. Il a donc disqualifié leur candidature (ainsi que celle de toutes les femmes, qui ne peuvent en aucun cas se présenter à de telles élections). Dans un tel climat, la participation électorale semble être la plus basse depuis des décennies. Or c’est une chose peu étonnante.

Comment évaluer alors la légitimité de la présidentielle iranienne ?

Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)

« Cela dépend de votre définition du terme ‘légitime’ », explique à Arab News Barbara Slavin, directrice de l'initiative Future of Iran au Conseil atlantique. " De tout temps, le Conseil des gardiens a passé au crible tous les candidats jugés insuffisamment loyaux envers le système, bien que la définition de 'loyal' ne se soit jamais aussi fortement sous-traitée que lors de cette élection. "

Arash Azizi , auteur de l’ouvrage «The Shadow Commander : Soleimani, the US, and Iran's Global Ambitions» (Le Commandant de l'Ombre : Soleimani, les États-Unis et les ambitions de l'Iran dans le monde), se montre moins indulgent que Mme Slavin.  « En 2021, Raïssi a remporté à peu près le même nombre de voix qu'il a obtenues en 2017 lorsqu'il a perdu les élections. Sauf qu'il a gagné cette fois-ci parce que la majorité des gens ont boycotté les élections », déclare Azizi à Arab News.

« Même si nous nous fions aux chiffres officiels, cette participation est la plus basse de l'histoire de la République islamique, et c'est la première fois que la majeure partie des gens ne votent pas à une élection présidentielle. Sans oublier que près de quatre millions d'électeurs ont invalidé leur bulletin de vote ».

Outre le peu de choix en matière de candidats politiques, les postes décisionnels les plus importants du pays ne sont de toute façon pas soumis à l'élection. Le chef suprême - actuellement l'ayatollah Khamenei, successeur de l'ayatollah Khomeini depuis 1988 - est choisi par le Conseil des gardiens. Les dirigeants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) ne sont pas non plus élus, et pourtant, ils prennent un grand nombre des décisions politiques les plus déterminantes pour le pays.

Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. (AFP)
Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. (AFP)

« Les Iraniens étaient exaspérés par le manque de choix et pessimistes quant à la possibilité de mener une vie meilleure sous ce régime », explique Barbara Slavin à Arab News. « Cela fait 25 ans qu'ils participent en grand nombre aux élections présidentielles en espérant parvenir à un changement évolutif et pacifique ».

« Mais au fur et à mesure que la société iranienne progresse, le système devient plus répressif et moins représentatif. De surcroît, s'abstenir de voter représente une certaine manière de protester dans un système qui conçoit le vote comme un devoir patriotique ».

L'ÉCONOMIE POLITIQUE DE L'IRAN EN CHIFFRES

40 % - Le taux d'inflation en Iran en 2019.

 

5 % - Hausse du taux de pauvreté ces deux dernières années.

 

3,7 millions - Nombre de personnes qui ont rejoint le registre de la pauvreté au cours de cette période.

 

83 millions - Nombre d'habitants en Iran en 2019.

Par le passé, Khamenei, tout comme les commandants du CGRI, préféraient autoriser un nombre limité de candidats aux élections présidentielles et s'abstenaient d'intervenir de manière trop directe ou évidente dans le processus politique.

Ils se servaient du système électoral extrêmement restrictif pour tâter l'humeur du peuple, tentaient de se donner une certaine légitimité en revendiquant un mandat démocratique, et guettaient les cartes politiques que les différentes élites de la société iranienne allaient brandir.

Khamenei n'intervenait publiquement pour redresser la barre que lorsqu'il jugeait que l'Iran s'éloignait trop de son cap.

En coulisses, ces dirigeants non élus jouent bien entendu un rôle actif dans quasiment tous les domaines, depuis la politique économique et les directives sur l'exécution des prisonniers politiques jusqu'à la stratégie des négociations sur le nucléaire iranien et d'autres questions telles que les opérations secrètes à l'étranger et le financement de diverses forces mandataires de l'Iran dans la région.

La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)

Ces dernières années, l’économie en crise conjuguées aux protestations populaires de plus en plus nombreuses semblent avoir secouée le régime. Dans ces circonstances, les dirigeants effectifs craignent de laisser aux Iraniens un semblant de choix lors des élections de cette année.

Sur cette toile de fond, la nomination de M. Raïssi à la présidence enverrait, selon toute vraisemblance, un message au peuple iranien. Protégé de Khamenei, Raïssi est responsable des exécutions en masse de dizaines de milliers de dissidents iraniens au cours des 30 dernières années. En 1988, il a été à la tête de « comités de la mort » qui ont enterré dans des fosses communes les prisonniers politiques tués.

Selon le Centre pour les droits de l'homme en Iran, l'ayatollah Hossein Ali Montazeri, alors héritier présomptif de l'ayatollah Khomeini, a lui-même dénoncé les comités de la mort lorsqu'il a déclaré : « A mon avis, c'est le plus grand crime commis dans la République islamique depuis la révolution de 1979 et l'histoire nous condamnera pour cela [...]. Vous serez condamnés comme des criminels dans les annales de l'histoire ».

Le président iranien Hassan Rouhani est vivement critiqué par les conservateurs pour la mauvaise exécution d'un programme de distribution de nourriture aux familles à faibles revenus dans la république islamique frappée par les sanctions (photo d'archive AFP).
Le président iranien Hassan Rouhani est vivement critiqué par les conservateurs pour la mauvaise exécution d'un programme de distribution de nourriture aux familles à faibles revenus dans la république islamique frappée par les sanctions (photo d'archive AFP).

À ce jour, l'Iran se classe juste derrière la Chine - un pays beaucoup plus étendu - pour ce qui est du nombre d'exécutions qu'il mène chaque année. Celles-ci sont menées au terme de simulacres de procès à huis clos, au cours desquels les accusés ne sont pas autorisés à consulter les preuves à charge ni à confronter leurs accusateurs, et un nombre disproportionné d'accusés sont issus des minorités ethniques et religieuses d'Iran. Près de la moitié des personnes exécutées sont des Kurdes iraniens, qui ne représentent cependant que la moitié de la population iranienne, voire moins.

Aujourd'hui président, Raïssi a occupé la fonction de chef du pouvoir judiciaire qui supervisait ce système ainsi que les exécutions massives de dissidents. Avant de devenir chef de la justice en 2019, il a rempli les fonctions de procureur général (de 2014 à 2016), de chef adjoint de la justice (de 2004 à 2014), ainsi que de procureur et de procureur adjoint de Téhéran dans les années 1980 et 1990.

En effet, il est le premier responsable iranien à accéder à la présidence tout en étant soumis aux sanctions américaines et européennes pour son implication antérieure dans des violations des droits de l'homme.

Le message adressé au peuple iranien semble donc tout à fait évident : vous devez rester sage et obéir aux règles, sinon gare à vous.

« Cela fait bien longtemps que Khamenei et l'establishment religieux ont délibérément choisi de bannir toute forme de concurrence politique. Les réformistes se sont noyés dans le sang à la suite de l'écrasement du mouvement vert iranien en 2009. Ainsi, bon nombre de ses dirigeants ont été incarcérés pendant de longues années et ses principaux partis politiques ont été bannis", confie M. Azizi à Arab News.

« L'aile centriste du régime, représentée par Rouhani, a elle aussi été écartée de la scène politique par la suite. Les conservateurs favorables à Khamenei détiennent désormais le pouvoir judiciaire, le parlement et la présidence. Ces deux derniers postes ont été acquis lorsque tous les principaux rivaux électoraux ont été écartés par le Conseil des gardiens ».

La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC). (Photo d'archive AF)

La situation à laquelle nous assistons aujourd’hui est comparable à l'abolition en 1975 du système multipartite par le shah d'Iran, selon M. Azizi pour qui « la situation actuelle ressemble énormément à celle de la République islamique de 1975, comme le soulignent certains historiens. Le régime risque de regretter le jour où il est devenu une entité de plus en plus monolithique ».

Se tournant vers l'avenir, Barbara Slavin, de l'Atlantic Council, affirme qu'il convient aujourd'hui de voir si l'administration Raïssi sera à même d'améliorer la vie des Iraniens ordinaires, car « c'est ce qui déterminera son héritage », plutôt que de discuter de la légitimité de l'élection présidentielle.

« Les Iraniens pourront probablement aspirer à une économie légèrement améliorée à condition que  Téhéran se conforme à nouveau à l'accord sur le nucléaire de 2015 et que les sanctions sont à nouveau levées », dit-elle.

« Mais cela dépendra en grande partie de la compétence ou de la défaillance de l'équipe de Raïssi mais aussi de la volonté ou du manque de volonté des entreprises étrangères d'investir en Iran. Je prévois que la répression des opposants se poursuivra, voire s'accélérera ».

Aux yeux de Arash Azizi, l'élection de Raïssi n'entraînera aucun changement brusque dans la vie des Iraniens ni de changement radical dans les politiques. « Il se montrera prudent car son objectif principal est de se préparer pour la crise de succession qu'entraînera la mort de Khamenei un jour où il pourra être sur la liste des candidats au poste de guide suprême », déclare-t-il à Arab News.

« Fait intéressant, le chef de Cabinet de Rouhani, Mahmod Vaezi, a récemment spéculé que la vie des citoyens pourrait s'améliorer sous la présidence de Raïssi dans la mesure où des négociations, voire un accord, avec l'Occident seront engagées avant la prise de fonction de Raïssi, ce qui devrait alléger la pression qui pèse sur l'économie ».

Cela dit, quelles seront les conséquences de l'accession de M. Raïssi à la présidence sur les relations de l'Iran avec les autres pays ?

Si l'on compare avec Rouhani, plus affable et modéré, Raïssi semble moins enclin, capable ou désireux de mener une offensive de séduction à l'étranger. La diplomatie iranienne pourrait donc changer quelque peu de style, mais la substance de la politique iranienne ne sera probablement pas si différente de celle de l'administration précédente.

De toute manière, ce n'est pas Rouhani qui a pris les décisions les plus importantes en matière de politique étrangère de l'Iran. Il n'était, avec son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, que de simples messagers.

« Ce n’est pas l'administration Rouhani qui a élaboré ou mis en œuvre la politique de l'Iran vis-à-vis du monde arabe. Ainsi, un nouveau président n'apportera pas de changement immédiat à cet égard », explique M. Azizi à Arab News. « Mais le CGRI accédera plus librement aux structures de l'État qu'il ne contrôlait pas jusqu'à présent et aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région ».

Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)

La vision de Barbara Slavin sur les ambitions iraniennes sous la présidence de Raïssi est plus nuancée. « Je pense qu'il sera réticent à prendre des risques en matière d'affaires étrangères, en partie parce qu'il espère succéder à Khamenei », confie-t-elle à Arab News.

« À mon avis, il va se focaliser sur la stabilisation de l'économie et essayer d'alléger les tensions qui l'opposent à ses voisins. En revanche, il ne gère pas les relations avec les diverses milices. Ce volet continuera à être géré par la Force al-Qods ».

Fait révélateur, M. Raïssi a tenu par le passé des propos dénotant sa volonté d'accepter les sanctions internationales contre l'Iran. Il voit dans ces sanctions une occasion pour l'Iran de développer davantage une économie indépendante, une économie « de résistance ».

Pour les ultraconservateurs comme Raïssi, une intégration trop poussée dans l'économie mondiale risque d'entraîner une certaine perversion culturelle et politique en Iran. Par conséquent, Raïssi et son maître, Khamenei, accepteront aisément toute mesure pourvu que ce ne soit pas une invasion militaire américaine.

L'administration Biden, qui maintient un vif intérêt pour la reprise de l'accord nucléaire, peut donc éprouver des difficultés à négocier avec une personne peu préoccupée par les sanctions et un certain isolement.

Toutefois, M. Azizi estime que le régime cherchera à conclure un accord pour que Washington réintègre l'accord sur le nucléaire avant que Raïssi ne prenne ses fonctions en août. « M. Raïssi héritera donc de cet accord et le préservera », explique-t-il, même si certains membres du CGRI le pousseront à autoriser « des actions plus aventureuses dans la région » et à refuser les propositions de réconciliation et de pourparlers émanant des pays du Golfe.

« Dans quelle mesure Raïssi sera-t-il réceptif à ces pressions ? C'est une question qui attend des réponses », confie Arash Azizi à Arab News.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 

 


L'Arabie saoudite, les USA et l'UE promettent une aide supplémentaire de $600 millions au Yémen

Un bureau de change fermé à Aden alors que les conditions économiques se détériorent. (Photo, AFP/Archives)
Un bureau de change fermé à Aden alors que les conditions économiques se détériorent. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • L'Arabie saoudite demeure le premier donateur d'aide humanitaire à son voisin déchiré par la guerre
  • Riyad et Sanaa appellent à pousser les Houthis vers une solution politique sous l’égide de l’ONU

NEW YORK : L'Arabie saoudite, les États-Unis, l'UE et d'autres pays ont annoncé mercredi des centaines de millions de dollars d'aide humanitaire et de développement supplémentaire pour le Yémen lors d'une réunion de haut niveau à l'ONU.

Abdellah ben Abdelaziz Al-Rabeeah, superviseur général du Centre d'aide humanitaire et de secours Roi Salmane, a annoncé que l'Arabie saoudite fournira $90 millions supplémentaires d'aide humanitaire au Yémen, déchiré par la guerre.

«Au cours des six dernières années, le Royaume d'Arabie saoudite a fourni plus de $18 milliards pour soutenir le Yémen », a-t-il révélé. «Cette année seulement, l'Arabie saoudite a soutenu le Yémen avec plus de $848 millions».

La dernière promesse de don signifie que l'Arabie saoudite est à nouveau le plus grand donateur d'aide au Yémen. Mais «les dons en argent à eux seuls n'atténueront certainement pas la crise au Yémen , a averti Al-Rabeeah.

«À moins que nous ne travaillions ensemble pour mettre fin au conflit et réduire les obstacles à l'acheminement de l'aide, la situation continuera de s'aggraver», a-t-il ajouté.

«L'agressivité en cours par les milices houthies contre l'ONU et les ONG internationales ne fait qu'ajouter plus de misère au peuple yéménite».

Al-Rabeeah a exprimé le souhait du Royaume que la communauté internationale soutienne son plan politique «pour mettre fin au conflit et apporter une paix durable à tous les Yéménites».

Les États-Unis ont promis $290 millions supplémentaires de dons pour 2021, tandis que l'UE a annoncé qu'elle ferait un don supplémentaire de €119 millions d'euros ($139,65 millions), ce qui, selon la commissaire aux partenariats internationaux du bloc, Jutta Urpilainen, est un «engagement conjoint d'aide humanitaire et de développement».

Elle a ajouté que «dans l'immédiat, notre soutien aidera les familles à accéder à la nourriture et aux produits de base» et qu’«à long terme, l'UE vise à aider le Yémen à combler l'écart entre la crise et la reprise économique». À cet égard, a-t-elle assuré, «investir dans les jeunes et les femmes jouera un rôle essentiel».

Le Canada, le Qatar, la Suède et le Brésil ont promis ensemble des dons supplémentaires d'une valeur de plus de $120 millions, dont plusieurs millions seront versés à des organismes des Nations Unies tels que le Programme alimentaire mondial afin de soutenir leurs opérations au Yémen.

Au total, environ $600 millions consacrés à l'aide humanitaire supplémentaire ont été annoncés lors de la réunion des Nations Unies.

Cet argent sera utilisé pour garantir que la sécurité alimentaire, l'assainissement, les soins de santé et l'éducation continuent d'être fournis au plus grand nombre de Yéménites possible.

Alors que l'aide fournie par la communauté internationale allégera plusieurs difficultés auxquelles sont confrontées les 29 millions d'habitants du pays, les leaders mondiaux ont clairement indiqué à maintes reprises qu'une solution politique au conflit est le seul moyen, pour mettre effectivement fin à la crise humanitaire au Yémen.

Le Yémen est le pays le plus pauvre du Moyen-Orient et il a été plongé dans la guerre civile lorsque les Houthis soutenus par l'Iran ont renversé le gouvernement reconnu par l'ONU en 2015. Depuis lors, la famine et les conflits ont causé la mort de dizaines de milliers de civils.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères et des expatriés, Ahmed Awad ben Moubarak, a averti mercredi que «malgré les généreuses contributions de la communauté internationale, notamment le plan de réponse humanitaire dirigé par l'ONU, la crise humanitaire que connaît le Yémen reste la plus grande et la plus urgente au monde».

Ben Moubarak a blâmé les Houthis pour la crise humanitaire au Yémen, citant leur assaut contre la ville de Marib comme exemple de la façon dont ils perpétuent les souffrances des Yéménites, dans ce cas en empêchant l'approvisionnement en combustible domestique à travers le pays.

«Marib est la principale source de gaz domestique au Yémen… Les attaques brutales et continues des milices houthies contre Marib ne font qu’aggraver les souffrances humaines», a souligné ben Moubarak.

Il a averti qu'une poursuite de tel offensive sur Marib pourrait forcer des milliers de Yéménites déplacés à l'intérieur du pays qui avaient cherché refuge dans la ville à s’exiler à l'étranger.

«Tous les efforts humanitaires fournis par les différentes agences de l'ONU ne mettront pas fin aux souffrances des Yéménites à moins que cette guerre ne s'arrête à jamais», a-t-il soutenu.

«Je voudrais donc, appeler la communauté internationale à faire davantage d'efforts pour que les milices houthies et leurs partisans abandonnent l'option de la guerre et s'engagent dans un processus de paix dirigé par l'ONU».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Téhéran prêt à reprendre les discussions à une date proche, affirme Bruxelles

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian. (Photo, AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a eu un entretien avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian à New York
  • Mardi à l’ONU, les Occidentaux ont fait pression sur le président Raïssi pour une reprise au plus vite des négociations sur le nucléaire

BRUXELLES : L'Iran est prêt à reprendre à "une date proche" les négociations sur le nucléaire suspendues depuis juin, a annoncé mercredi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell après un entretien à New York avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian.

"Le ministre iranien des Affaires étrangères a assuré de sa volonté de reprendre les négociations à une date proche", a indiqué M. Borrell dans un communiqué publié par ses services à Bruxelles.

Le chef de la diplomatie de l'UE précise avoir insisté auprès de son interlocuteur sur la nécessité pour l'Iran de "coopérer pleinement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour résoudre les questions en suspens". Il a par ailleurs "réitéré son inquiétude quant à la trajectoire générale du programme nucléaire iranien".

Les Occidentaux ont fait pression mardi à l'ONU sur le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi pour une reprise au plus vite des négociations sur le nucléaire iranien. Mais ils n'ont pas obtenu d'engagement précis.

Des discussions sont menées depuis avril à Vienne entre l'Iran et les cinq puissances encore parties à l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie).

Ces pourparlers visent à réintégrer les États-Unis dans l'accord, dénoncé en mai 2018 par l'ex-président américain Donald Trump, et à ramener l'Iran au respect intégral de ses engagements internationaux concernant son programme nucléaire. Ils ont été suspendus en juin après les élections en Iran.

Téhéran a depuis démis de ses fonctions Abbas Araghchi, qui représentait l'Iran depuis 2013. Il a été remplacé par Ali Baghéri, un proche du nouveau président ultra-conservateur Ebrahim Raïssi.

L'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 offrait à Téhéran un allègement des sanctions occidentales et onusiennes en échange de son engagement à ne jamais se doter de l'arme atomique et d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU.

Mais après le retrait unilatéral des Américains, l'Iran a progressivement abandonné la plupart de ses engagements.


Le Hamas refuse de participer aux municipales palestiniennes sans les autres scrutins

Des partisans du mouvement Hamas brandissent des banderoles alors qu'ils participent à un rassemblement contre la décision du président Abbas de reporter les élections législatives et présidentielle qui étaient prévues respectivement les 22 mai et 31 juillet, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Des partisans du mouvement Hamas brandissent des banderoles alors qu'ils participent à un rassemblement contre la décision du président Abbas de reporter les élections législatives et présidentielle qui étaient prévues respectivement les 22 mai et 31 juillet, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'annonce par l'Autorité palestinienne de la tenue d'élections municipales tient du mépris à l'égard de la situation générale, et nous n'y participerons pas»
  • En avril, le mouvement islamiste avait vivement dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle, qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans

GAZA : Le mouvement islamiste armé Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé mercredi son refus de participer aux municipales palestiniennes de décembre si le président Mahmoud Abbas ne convoquait pas aussi des élections législatives et présidentielle.


La commission électorale palestinienne a annoncé le weekend dernier la tenue de municipales en décembre en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, sous réserve que le Hamas permette la tenue du scrutin dans l'enclave. 


Or mercredi, dans sa première réaction à cette annonce, le Hamas a conditionné sa participation aux municipales à la tenue des législatives et de la présidentielle qui étaient prévues respectivement en mai et en juillet mais avaient été annulées par le président palestinien Mahmoud Abbas.


"L'annonce par l'Autorité (palestinienne) de la tenue d'élections municipales tient du mépris à l'égard de la situation générale, et nous n'y participerons pas", a déclaré le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, lors d'une conférence de presse à Gaza.


"La bonne solution est de tenir des élections générales --pour le Conseil national (OLP), le Parlement, la présidence, les mairies et les syndicats-- simultanément ou selon un calendrier convenu entre les parties", a ajouté ce cadre du Hamas. "Si tel est le projet, nous sommes prêts à y participer", a-t-il affirmé.


En avril, le mouvement islamiste armé avait vivement dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle, qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans.


Pour justifier sa décision, M. Abbas, dont le mandat devait s'achever en 2009, avait argué que la tenue du scrutin n'était pas "garantie" à Jérusalem-Est, portion palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël.


Selon des analystes, le Hamas, mouvement considéré comme terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne, cherche à forcer sa reconnaissance internationale en participant à des élections, notamment celles à la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), regroupement de factions palestiniennes reconnues par la communauté internationale mais dont le Hamas ne fait pas partie.