Que représente l'élection d'Ebrahim Raïssi pour l'Iran et le monde ?

Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Short Url
Publié le Lundi 21 juin 2021

Que représente l'élection d'Ebrahim Raïssi pour l'Iran et le monde ?

Le président iranien Hassan Rouhani, (g), se joint au président élu Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse pour féliciter ce dernier pour sa victoire dans une élection dans laquelle la plupart des rivaux importants ont été exclus. (AFP)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Des partisans du président iranien élu Ebrahim Raïssi célèbrent sa victoire aux élections présidentielles à Téhéran, le 19 juin 2021. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI). (Photo d'archive AF)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Le taux de participation aux élections présidentielles en Iran a été le plus bas depuis des décennies. (AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
  • Un juge sanctionné par les États-Unis devient le nouveau président après des élections considérées comme truquées en sa faveur
  • Le point déterminant du mandat de Raïssi sera sa capacité à améliorer la vie quotidienne des Iraniens

​​​​​​MISSOURI, États-Unis / IRBIL, Kurdistan irakien : Dans un clip populaire en Iran datant de plusieurs années, on voit une longue file de personnes, au visage renfrogné, qui attendent leur tour dans une cafétéria. Quand leur tour arrive de faire leur choix, on voit le chef, au visage sinistre, qui leur propose de la viande étrange remplie de vers et de la bave remplie de mouches.

Nombreux sont les artistes iraniens qui attaquent de cette manière indirecte les dirigeants religieux. En effet, il est toujours interdit de critiquer ouvertement les principaux fondements du système politique. La victoire du religieux ultra-conservateur Ebrahim Raïssi lors de la présidentielle de vendredi a souligné, plus que jamais, le peu de choix dont disposent les Iraniens lorsqu'il s'agit d'elire leurs dirigeants.

Si les électeurs dans de nombreux pays se plaignent souvent de ne pas pouvoir faire de choix judicieux dans les élections, l'Iran porte ce phénomène à son paroxysme. C'est le Conseil des gardiens, un organisme non élu constitué de religieux et de juristes (dont trois ont été nommés par Raïssi), qui sélectionne les candidats potentiels aux postes vacants en politique.

La participation au scrutin présidentiel en Iran a été la plus basse depuis des décennies. (AFP)
La participation au scrutin présidentiel en Iran a été la plus basse depuis des décennies. (AFP)

De nombreuses estimations affirment que le conseil des gardiens écarte plus de 90 % des candidats qui prennent la peine de postuler à une fonction politique. Il a rejeté cette année la candidature des candidats réformateurs populaires alliés au président sortant Hassan Rouhani, mais aussi celle des partisans de la ligne dure populiste.

Ainsi, parmi les candidats exclus des élections figuraient l'actuel vice-président Eshaq Jahingiri, le président du Parlement Ali Larijani (tous deux alliés de Rouhani) et l'ancien président populiste de droite Mahmoud Ahmedinejad. Ces anciens acteurs politiques iraniens sont parmi les rares à avoir été autorisés à se présenter aux élections précédentes et leur adhésion aux principes fondamentaux de la République islamique ne fait pas de doute.

Pourtant, le Conseil des gardiens les a jugés trop menaçants. Il a donc disqualifié leur candidature (ainsi que celle de toutes les femmes, qui ne peuvent en aucun cas se présenter à de telles élections). Dans un tel climat, la participation électorale semble être la plus basse depuis des décennies. Or c’est une chose peu étonnante.

Comment évaluer alors la légitimité de la présidentielle iranienne ?

Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)
Une affiche de campagne électorale recouvre la façade d'un bâtiment sur la place Valiasr à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 19 juin 2021, un jour après l'élection présidentielle. (AFP / Atta Kenare)

« Cela dépend de votre définition du terme ‘légitime’ », explique à Arab News Barbara Slavin, directrice de l'initiative Future of Iran au Conseil atlantique. " De tout temps, le Conseil des gardiens a passé au crible tous les candidats jugés insuffisamment loyaux envers le système, bien que la définition de 'loyal' ne se soit jamais aussi fortement sous-traitée que lors de cette élection. "

Arash Azizi , auteur de l’ouvrage «The Shadow Commander : Soleimani, the US, and Iran's Global Ambitions» (Le Commandant de l'Ombre : Soleimani, les États-Unis et les ambitions de l'Iran dans le monde), se montre moins indulgent que Mme Slavin.  « En 2021, Raïssi a remporté à peu près le même nombre de voix qu'il a obtenues en 2017 lorsqu'il a perdu les élections. Sauf qu'il a gagné cette fois-ci parce que la majorité des gens ont boycotté les élections », déclare Azizi à Arab News.

« Même si nous nous fions aux chiffres officiels, cette participation est la plus basse de l'histoire de la République islamique, et c'est la première fois que la majeure partie des gens ne votent pas à une élection présidentielle. Sans oublier que près de quatre millions d'électeurs ont invalidé leur bulletin de vote ».

Outre le peu de choix en matière de candidats politiques, les postes décisionnels les plus importants du pays ne sont de toute façon pas soumis à l'élection. Le chef suprême - actuellement l'ayatollah Khamenei, successeur de l'ayatollah Khomeini depuis 1988 - est choisi par le Conseil des gardiens. Les dirigeants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) ne sont pas non plus élus, et pourtant, ils prennent un grand nombre des décisions politiques les plus déterminantes pour le pays.

Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. (AFP)
Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. (AFP)

« Les Iraniens étaient exaspérés par le manque de choix et pessimistes quant à la possibilité de mener une vie meilleure sous ce régime », explique Barbara Slavin à Arab News. « Cela fait 25 ans qu'ils participent en grand nombre aux élections présidentielles en espérant parvenir à un changement évolutif et pacifique ».

« Mais au fur et à mesure que la société iranienne progresse, le système devient plus répressif et moins représentatif. De surcroît, s'abstenir de voter représente une certaine manière de protester dans un système qui conçoit le vote comme un devoir patriotique ».

L'ÉCONOMIE POLITIQUE DE L'IRAN EN CHIFFRES

40 % - Le taux d'inflation en Iran en 2019.

 

5 % - Hausse du taux de pauvreté ces deux dernières années.

 

3,7 millions - Nombre de personnes qui ont rejoint le registre de la pauvreté au cours de cette période.

 

83 millions - Nombre d'habitants en Iran en 2019.

Par le passé, Khamenei, tout comme les commandants du CGRI, préféraient autoriser un nombre limité de candidats aux élections présidentielles et s'abstenaient d'intervenir de manière trop directe ou évidente dans le processus politique.

Ils se servaient du système électoral extrêmement restrictif pour tâter l'humeur du peuple, tentaient de se donner une certaine légitimité en revendiquant un mandat démocratique, et guettaient les cartes politiques que les différentes élites de la société iranienne allaient brandir.

Khamenei n'intervenait publiquement pour redresser la barre que lorsqu'il jugeait que l'Iran s'éloignait trop de son cap.

En coulisses, ces dirigeants non élus jouent bien entendu un rôle actif dans quasiment tous les domaines, depuis la politique économique et les directives sur l'exécution des prisonniers politiques jusqu'à la stratégie des négociations sur le nucléaire iranien et d'autres questions telles que les opérations secrètes à l'étranger et le financement de diverses forces mandataires de l'Iran dans la région.

La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)
La montée de la pauvreté, les perturbations grandissantes et la crise économique secouent le régime de Téhéran. (AFP)

Ces dernières années, l’économie en crise conjuguées aux protestations populaires de plus en plus nombreuses semblent avoir secouée le régime. Dans ces circonstances, les dirigeants effectifs craignent de laisser aux Iraniens un semblant de choix lors des élections de cette année.

Sur cette toile de fond, la nomination de M. Raïssi à la présidence enverrait, selon toute vraisemblance, un message au peuple iranien. Protégé de Khamenei, Raïssi est responsable des exécutions en masse de dizaines de milliers de dissidents iraniens au cours des 30 dernières années. En 1988, il a été à la tête de « comités de la mort » qui ont enterré dans des fosses communes les prisonniers politiques tués.

Selon le Centre pour les droits de l'homme en Iran, l'ayatollah Hossein Ali Montazeri, alors héritier présomptif de l'ayatollah Khomeini, a lui-même dénoncé les comités de la mort lorsqu'il a déclaré : « A mon avis, c'est le plus grand crime commis dans la République islamique depuis la révolution de 1979 et l'histoire nous condamnera pour cela [...]. Vous serez condamnés comme des criminels dans les annales de l'histoire ».

Le président iranien Hassan Rouhani est vivement critiqué par les conservateurs pour la mauvaise exécution d'un programme de distribution de nourriture aux familles à faibles revenus dans la république islamique frappée par les sanctions (photo d'archive AFP).
Le président iranien Hassan Rouhani est vivement critiqué par les conservateurs pour la mauvaise exécution d'un programme de distribution de nourriture aux familles à faibles revenus dans la république islamique frappée par les sanctions (photo d'archive AFP).

À ce jour, l'Iran se classe juste derrière la Chine - un pays beaucoup plus étendu - pour ce qui est du nombre d'exécutions qu'il mène chaque année. Celles-ci sont menées au terme de simulacres de procès à huis clos, au cours desquels les accusés ne sont pas autorisés à consulter les preuves à charge ni à confronter leurs accusateurs, et un nombre disproportionné d'accusés sont issus des minorités ethniques et religieuses d'Iran. Près de la moitié des personnes exécutées sont des Kurdes iraniens, qui ne représentent cependant que la moitié de la population iranienne, voire moins.

Aujourd'hui président, Raïssi a occupé la fonction de chef du pouvoir judiciaire qui supervisait ce système ainsi que les exécutions massives de dissidents. Avant de devenir chef de la justice en 2019, il a rempli les fonctions de procureur général (de 2014 à 2016), de chef adjoint de la justice (de 2004 à 2014), ainsi que de procureur et de procureur adjoint de Téhéran dans les années 1980 et 1990.

En effet, il est le premier responsable iranien à accéder à la présidence tout en étant soumis aux sanctions américaines et européennes pour son implication antérieure dans des violations des droits de l'homme.

Le message adressé au peuple iranien semble donc tout à fait évident : vous devez rester sage et obéir aux règles, sinon gare à vous.

« Cela fait bien longtemps que Khamenei et l'establishment religieux ont délibérément choisi de bannir toute forme de concurrence politique. Les réformistes se sont noyés dans le sang à la suite de l'écrasement du mouvement vert iranien en 2009. Ainsi, bon nombre de ses dirigeants ont été incarcérés pendant de longues années et ses principaux partis politiques ont été bannis", confie M. Azizi à Arab News.

« L'aile centriste du régime, représentée par Rouhani, a elle aussi été écartée de la scène politique par la suite. Les conservateurs favorables à Khamenei détiennent désormais le pouvoir judiciaire, le parlement et la présidence. Ces deux derniers postes ont été acquis lorsque tous les principaux rivaux électoraux ont été écartés par le Conseil des gardiens ».

La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC). (Photo d'archive AF)
La direction modérée d'Hassan Rouhani a été, semble-t-il, mise sur la touche pour la politique étrangère belliciste du Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC). (Photo d'archive AF)

La situation à laquelle nous assistons aujourd’hui est comparable à l'abolition en 1975 du système multipartite par le shah d'Iran, selon M. Azizi pour qui « la situation actuelle ressemble énormément à celle de la République islamique de 1975, comme le soulignent certains historiens. Le régime risque de regretter le jour où il est devenu une entité de plus en plus monolithique ».

Se tournant vers l'avenir, Barbara Slavin, de l'Atlantic Council, affirme qu'il convient aujourd'hui de voir si l'administration Raïssi sera à même d'améliorer la vie des Iraniens ordinaires, car « c'est ce qui déterminera son héritage », plutôt que de discuter de la légitimité de l'élection présidentielle.

« Les Iraniens pourront probablement aspirer à une économie légèrement améliorée à condition que  Téhéran se conforme à nouveau à l'accord sur le nucléaire de 2015 et que les sanctions sont à nouveau levées », dit-elle.

« Mais cela dépendra en grande partie de la compétence ou de la défaillance de l'équipe de Raïssi mais aussi de la volonté ou du manque de volonté des entreprises étrangères d'investir en Iran. Je prévois que la répression des opposants se poursuivra, voire s'accélérera ».

Aux yeux de Arash Azizi, l'élection de Raïssi n'entraînera aucun changement brusque dans la vie des Iraniens ni de changement radical dans les politiques. « Il se montrera prudent car son objectif principal est de se préparer pour la crise de succession qu'entraînera la mort de Khamenei un jour où il pourra être sur la liste des candidats au poste de guide suprême », déclare-t-il à Arab News.

« Fait intéressant, le chef de Cabinet de Rouhani, Mahmod Vaezi, a récemment spéculé que la vie des citoyens pourrait s'améliorer sous la présidence de Raïssi dans la mesure où des négociations, voire un accord, avec l'Occident seront engagées avant la prise de fonction de Raïssi, ce qui devrait alléger la pression qui pèse sur l'économie ».

Cela dit, quelles seront les conséquences de l'accession de M. Raïssi à la présidence sur les relations de l'Iran avec les autres pays ?

Si l'on compare avec Rouhani, plus affable et modéré, Raïssi semble moins enclin, capable ou désireux de mener une offensive de séduction à l'étranger. La diplomatie iranienne pourrait donc changer quelque peu de style, mais la substance de la politique iranienne ne sera probablement pas si différente de celle de l'administration précédente.

De toute manière, ce n'est pas Rouhani qui a pris les décisions les plus importantes en matière de politique étrangère de l'Iran. Il n'était, avec son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, que de simples messagers.

« Ce n’est pas l'administration Rouhani qui a élaboré ou mis en œuvre la politique de l'Iran vis-à-vis du monde arabe. Ainsi, un nouveau président n'apportera pas de changement immédiat à cet égard », explique M. Azizi à Arab News. « Mais le CGRI accédera plus librement aux structures de l'État qu'il ne contrôlait pas jusqu'à présent et aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région ».

Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)
Avec un ultraconservateur à la présidence, le CGRI aura les coudées plus franches pour s’aventurer dans la région de manière qui engendrerait des troubles, préviennent les critiques. (Photo du bureau de l'armée iranienne via AFP)

La vision de Barbara Slavin sur les ambitions iraniennes sous la présidence de Raïssi est plus nuancée. « Je pense qu'il sera réticent à prendre des risques en matière d'affaires étrangères, en partie parce qu'il espère succéder à Khamenei », confie-t-elle à Arab News.

« À mon avis, il va se focaliser sur la stabilisation de l'économie et essayer d'alléger les tensions qui l'opposent à ses voisins. En revanche, il ne gère pas les relations avec les diverses milices. Ce volet continuera à être géré par la Force al-Qods ».

Fait révélateur, M. Raïssi a tenu par le passé des propos dénotant sa volonté d'accepter les sanctions internationales contre l'Iran. Il voit dans ces sanctions une occasion pour l'Iran de développer davantage une économie indépendante, une économie « de résistance ».

Pour les ultraconservateurs comme Raïssi, une intégration trop poussée dans l'économie mondiale risque d'entraîner une certaine perversion culturelle et politique en Iran. Par conséquent, Raïssi et son maître, Khamenei, accepteront aisément toute mesure pourvu que ce ne soit pas une invasion militaire américaine.

L'administration Biden, qui maintient un vif intérêt pour la reprise de l'accord nucléaire, peut donc éprouver des difficultés à négocier avec une personne peu préoccupée par les sanctions et un certain isolement.

Toutefois, M. Azizi estime que le régime cherchera à conclure un accord pour que Washington réintègre l'accord sur le nucléaire avant que Raïssi ne prenne ses fonctions en août. « M. Raïssi héritera donc de cet accord et le préservera », explique-t-il, même si certains membres du CGRI le pousseront à autoriser « des actions plus aventureuses dans la région » et à refuser les propositions de réconciliation et de pourparlers émanant des pays du Golfe.

« Dans quelle mesure Raïssi sera-t-il réceptif à ces pressions ? C'est une question qui attend des réponses », confie Arash Azizi à Arab News.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 

 


Soudan: Burhane limoge les civils, les anti-putsch restent dans la rue

Le principal bloc civil du Soudan rejette la proposition du général putschiste Abdel Fattah al-Burhane de laisser la place à un gouvernement civil, dénonçant un « discours est vague, chargé de double sens » destiné à maintenir l'influence de l'armée dans le pays. (Photo, AFP)
Le principal bloc civil du Soudan rejette la proposition du général putschiste Abdel Fattah al-Burhane de laisser la place à un gouvernement civil, dénonçant un « discours est vague, chargé de double sens » destiné à maintenir l'influence de l'armée dans le pays. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le général Burhane a commencé par limoger mercredi, dans un communiqué officiel, les cinq membres civils du Conseil souverain qu'il préside
  • Depuis son coup d'Etat, 114 manifestants ont été tués et des milliers blessés dans la répression des rassemblements pro-démocratie, selon des médecins

KHARTOUM: Le général putschiste Abdel Fattah al-Burhane a limogé mercredi les membres civils du pouvoir soudanais, au septième jour d'une nouvelle vague de mobilisation dans la rue des pro-démocratie, qui entendent durcir leur bras de fer avec une armée quasiment toujours au pouvoir depuis l'indépendance.

Mardi, le principal bloc civil avait rejeté la proposition du leader de facto du Soudan de laisser la place à un gouvernement civil en remplaçant le Conseil souverain, actuellement la plus haute autorité du pays, par un Conseil suprême des forces armées. 

Si les civils ne veulent pas former de gouvernement tant que le général Burhane ne s'est pas retiré, ce dernier semble mettre en place les premières étapes du plan qu'il a proposé à la surprise générale lundi soir. 

Il a commencé par limoger mercredi, dans un communiqué officiel, les cinq membres civils du Conseil souverain qu'il préside. Certains d'entre eux avaient affirmé la veille à la presse locale n'avoir reçu aucune notification officielle, découvrant, surpris, ne plus avoir leurs véhicules de fonction. 

« Une trahison » 

Le général Burhane avait choisi ces cinq personnalités apolitiques et peu connues du public peu après son coup d'Etat. Elles passaient pour ne jouer qu'un rôle mineur au sein du Conseil souverain. 

Lors de son putsch le 25 octobre 2021, il avait confisqué le pouvoir aux civils, en limogeant l'ensemble des civils du gouvernement et du Conseil souverain, mettant fin à la transition initiée après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019. 

Depuis son coup d'Etat, 114 manifestants ont été tués et des milliers blessés dans la répression des rassemblements pro-démocratie, selon des médecins. 

Aujourd'hui, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), colonne vertébrale du gouvernement civil limogé lors du putsch, appellent à « maintenir la pression populaire », dénonçant la proposition de Burhane comme une « trahison » et une « tactique » pour maintenir la mainmise de l'armée sur la politique et l'économie. 

Malgré la mort il y a une semaine de neuf personnes dans des défilés anti-putsch, les manifestants restent mobilisés pour la septième journée d'affilée, maintenant barricades et campements dans Khartoum et ses banlieues. 

Ils ont même déclaré mardi un nouveau sit-in illimité à Wad Madani, à 200km au sud de Khartoum. Et mercredi après-midi, ils appellent à un « défilé des femmes » à Khartoum alors que ces dernières ont joué un rôle majeur en 2019. 

Lors de la « révolution » qui a renversé le général Béchir, les manifestants avaient maintenu leurs sit-in huit mois. Ils avaient alors obtenu que l'armée partage le pouvoir avec les civils pour mener le pays vers ses premières élections démocratiques. 

« Nous ne partirons pas d'ici avant d'obtenir un gouvernement civil », déclarait mardi un des manifestants depuis Wad Madani, Mahmoud Mirghani. 

« Loup déguisé en mouton »  

« On a lancé ce sit-in en réponse au discours de Burhane le putschiste, on veut la liberté, la paix, la justice et un gouvernement civil », renchérissait une autre manifestante, Safa Abderrahim. 

L'ONU a dit mardi espérer que l'annonce du général Burhane « crée une opportunité pour obtenir un accord ». 

Les Etats-Unis ont pour leur part jugé qu'il était « trop tôt » pour en évaluer l'impact, appelant toutes les parties à chercher un accord vers « un gouvernement dirigé par des civils » avec des « élections libres ». 

Mais pour Yasser Arman, cadre des FLC, »le discours de Burhane s'adresse surtout à la communauté internationale dont certains membres veulent des solutions rapides (...) privilégiant la stabilité à la démocratie ». 

Pour ce dirigeant civil, Burhane veut « choisir un Premier ministre qui sera un loup déguisé en mouton et prendra ses ordres auprès du Conseil suprême des forces armées, ainsi l'armée gardera les pouvoirs souverains et exécutifs sous prétexte d'une solution politique ». 

Pour la rue aussi, le nerf de la guerre se trouve dans les caisses vides de l'Etat, alors que le pays est privé de  son aide internationale depuis le putsch et pris entre dévaluation exponentielle et inflation à plus de 200%. 

« Tout le peuple soudanais a vu l'économie s'écrouler depuis le coup d'Etat », lançait mardi un manifestant à Khartoum alors qu'aujourd'hui encore 80% des ressources échappent au contrôle du ministère des Finances. 

On ignore quelle est la part des militaires dans l'économie, mais ils tiennent de nombreuses entreprises allant de l'élevage de volailles au BTP. 

« Burhane doit remettre à la justice tous ceux qui ont tué (des manifestants) et il est le premier d'entre eux », affirmait mardi un manifestant à Khartoum sous couvert d'anonymat. 


Tunisie, la Constitution de la discorde

On reproche au président tunisien, Kaïs Saïed, auteur du projet de nouvelle Constitution, de vouloir instaurer un régime islamiste dictatorial. (AFP)
On reproche au président tunisien, Kaïs Saïed, auteur du projet de nouvelle Constitution, de vouloir instaurer un régime islamiste dictatorial. (AFP)
Short Url
  • On reproche au président tunisien de vouloir instaurer un régime islamiste dictatorial
  • Sadok Belaïd précise dans sa lettre que «le droit du président à décider du sort du projet a des limites connues, qui font l’objet d’un consensus»

TUNIS : On reproche au président tunisien, Kaïs Saïed, auteur du projet de nouvelle Constitution, de vouloir instaurer un régime islamiste dictatorial. À la surprise générale, le président a adressé une lettre aux Tunisiens pour défendre ce projet dévoilé par la présidence le 30 juillet, qui, depuis, fait l’objet de nombreuses critiques. 

Le premier qui est monté au créneau est Brahim Bouderbala, bâtonnier de l’Ordre des avocats et président du comité des Affaires économiques et sociales au sein de la Commission nationale consultative. Il a jeté un pavé dans la mare en déclarant que le texte dévoilé par Kaïs Saïed est différent de celui qui lui avait été remis.

Le juriste Amine Mahfoudh a déclaré à peu près la même chose, mais de manière plus poétique. Pour dévoiler le fond de sa pensée, cet ancien étudiant du président a repris ce couplet d’Agatha, la chanson de Francis Bebey: «Agatha, […] / Ce n'est pas mon fils / Même si c'est le tien.»

Sadok Belaïd, président de la Commission nationale consultative – qui fut autrefois le professeur de Kaïs Saïed – a provoqué un véritable séisme dimanche dernier. Il a déclaré via le quotidien de langue arabe Assabah – le premier à publier le texte du projet présidentiel – que le projet de Constitution publié le 30 juin au Journal officiel n’avait «rien à voir avec celui qui a été remis au président». Il a ajouté que «le comité consultatif n’est pas du tout responsable du texte que le président va soumettre à référendum».

Politiques, spécialistes du droit constitutionnel et acteurs de la société civile vont rivaliser d’analyses pour mettre en exergue les faiblesses et les dangers du projet présidentiel: concentration de tous les pouvoirs entre les mains du président; absence de tout contre-pouvoir et de toute responsabilité politique du chef de l’État; marginalisation et affaiblissement du rôle du Parlement; menaces qui pèsent sur les droits et les libertés en raison de l’introduction de l’obligation de respecter les préceptes de l’Islam dans leur exercice; prémices d’une mise en place d’une «construction démocratique par la base» que Sadok Belaïd trouve «suspecte, abstraite, mystérieuse, laissant présager de mauvaises surprises à l’avenir».

Pour toutes ces raisons, le risque de l’instauration d’une dictature aux relents religieux n’est pas à exclure.

Le camp présidentiel a choisi d’ignorer ces critiques. Intervenant dans le débat avant le président, son frère, l’avocat et juriste Naoufel Saïed, répond à Sadok Belaïd et à ses alliés qu’ils «savaient dès le début» que la commission dont ils ont fait partie était consultative et que «le dernier mot à propos de la Constitution appartiendrait au président».

Sadok Belaïd en convient, mais il précise dans sa lettre que «le droit du président à décider du sort du projet a des limites connues, qui font l’objet d’un consensus». Ce dernier impose à la Commission nationale consultative «le respect du cadre de sa mission» et au chef de l’État de «respecter ses efforts et ses recommandations en revenant vers elle pour la consulter au sujet des amendements».

Deux jours plus tard, Kaïs Saïed, évitant de trop polémiquer, a écrit sa lettre pour lancer un appel aux Tunisiens à voter massivement en faveur de la nouvelle Constitution.

Une question s’impose: qui vont-ils écouter le 25 juillet, le président ou ses détracteurs qui l’appellent à reporter le référendum, à retirer son projet et à engager un véritable dialogue national pour élaborer un nouveau projet de Constitution plus consensuel?


Le hip-hop arabe connaît un très grand succès au BeatRoots de Riyad

BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)
Short Url
  • «Nous avions déjà une culture hip-hop au Royaume, mais nous n’avions pas assez de lieux pour nous produire»
  • L’objectif des événements culturels comme BeatRoots est d’ouvrir la porte aux discussions, aux échanges culturels et artistiques et à la promotion d’entreprises créatrices dans la région arabe

RIYAD: La musique hip-hop saoudienne était à l’honneur ce week-end. Des talents locaux sont montés sur scène lors du BeatRoots, un événement musical qui a eu lieu vendredi à Al-Mashtal Creative Space à Riyad, en collaboration avec la maison de disques bahreïnie Museland.

L’événement, inspiré des fêtes de quartier à la new-yorkaise, a proposé des performances en direct de six artistes saoudiens et bahreïnis. Il y avait aussi des graffeurs, des adeptes de breakdance et un marché qui vend des baskets, de la mode de rue et des disques vinyle.

Al-Mashtal, un incubateur créatif, accueille régulièrement des collaborations avec des créateurs de toutes sortes, dont des musiciens, des artistes visuels et des designers de mode. Son objectif est de fournir une plate-forme pour aider les talents à développer leur artisanat et à présenter leur travail.

«Nous aimons vraiment mettre l’accent sur ces talents locaux, ces artistes émergents qui ont besoin d’un espace pour s’exprimer. Ils désirent avoir leur propre public, et surtout de se mettre en valeur devant un public concerné. C’est le type de public qu’il faut à l’endroit adéquat», déclare Elham Ghanimah, conservatrice des laboratoires créatifs d’Al-Mashtal, dans un entretien accordé à Arab News.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

La soirée a commencé par une douce performance du musicien et graffeur bahreïni Du$t. Sa musique s’inspire de divers éléments comme le breakdance, le graffiti et l’art surréaliste. Il explique qu’il est important, dans son métier, de sortir des sentiers battus en créant sa musique et il déclare qu’il est ravi de constater que son style de musique a des fans en Arabie saoudite.

«C’est incroyable de voir le public se développer ici aussi», déclare-t-il à Arab News. «Au royaume de Bahreïn, nous avons présenté le même événement. Le reproduire ici et voir que tout le monde y prend plaisir procure une sensation très agréable.»

BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. C’est un événement qui se tient régulièrement ici à Bahreïn. Désormais, le label organise des événements dans d’autres parties de la région.

«Tout le monde est content, l’énergie est vraiment bonne, tout semble se dérouler à merveille et la foule en profite vraiment», déclare Mme Ghanimah. «C’est finalement tout ce qui compte!»

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

De nombreuses personnes présument que le hip-hop est relativement nouveau en Arabie saoudite, mais ses origines remontent au moins au début des années 2000. L’intérêt pour ce genre de musique a certes été renforcé par l’expansion d’Internet.

«En général, tout le monde se concentre sur le hip-hop en anglais… c’est bien de s’inspirer de l’Occident, mais c’est tout aussi bien de voir les talents que vous avez ici, de vous connecter avec votre propre culture, avec vos racines», ajoute-t-elle.

L’artiste hip-hop et rappeur Dattune déclare à Arab News: «Nous avions déjà une culture hip-hop au Royaume, mais nous n’avions pas assez de lieux pour nous produire ou nous rencontrer. C’est ce que j’aime dans ce genre d’événements. J’ai discuté avec énormément de gens que je n’aurais pas rencontrés si nous n’avions pas eu ces espaces. Le talent est déjà là; tout ce dont nous avons besoin, c’est d’avoir la chance de nous produire sur scène.»

En plus de Dattune et de Du$t, la programmation BeatRoots comprenait: Fizzy, Septemba, Str8tup Rkls et l’artiste hip-hop, rappeur et chouchou du public, Albakri, qui a livré une performance vibrante avec deux chansons inédites.

M. Albakri déclare que son inspiration vient de l’intérieur, affirmant que sa culture et son identité personnelle ont une énorme influence sur son travail.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

«Je suis un homme à l’identité mixte: jordanienne, palestinienne et saoudienne. Je suis tout cela. Il s’agit donc simplement de savoir comment je peux me connecter avec ces trois cultures », confie-t-il à Arab News.

En ce qui concerne le son unique qu’il propose, il souligne que ses principales inspirations viennent de Riyad, en particulier ses producteurs Léo, Mufasa et Dice, ainsi que des DJ. et des amis comme Bucky Grooves, Vinylmode et Baloo. Le rappeur espère créer un jour sa propre maison de disques.

«Je suis très heureux que quelqu’un de Bahreïn se soit intéressé à Riyad en y cherchant des artistes. Voir des gens s’ouvrir au genre, être témoin de collaborations entre le hip-hop et la dance/house/musique minimaliste, avoir un espace, être un collectif… tout cela compte pour le genre et la musique en général», soutient-il.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

L’objectif déclaré d’Al-Mashtal à travers des événements culturels tels que BeatRoots est d’ouvrir la porte aux discussions, aux échanges culturels et artistiques et à la promotion d’entreprises créatrices dans la région arabe.

«Nous voulons favoriser plus de collaborations afin de tout mettre en avant de manière positive», précise Elham Ghanimah.

«Tout le monde n’a pas la chance de faire ses preuves et quand les gens ont cette chance, ils n’arrivent pas tous à saisir l’occasion ou à recevoir le soutien adéquat. Vous n’allez donc pas vous retrouver dans n’importe quel espace, mais dans un incubateur créatif où l’objectif est de nourrir ces talents et de les aider à atteindre leurs objectifs.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com