Les talibans se considèrent «plus qualifiés» que Kaboul pour gouverner l'Afghanistan

Le porte-parole des talibans Souhail Chahine, à gauche, avec d'autres membres de la délégation politique du mouvement des talibans afghans, lors d'une conférence de presse à Moscou. (Photo, AFP)
Le porte-parole des talibans Souhail Chahine, à gauche, avec d'autres membres de la délégation politique du mouvement des talibans afghans, lors d'une conférence de presse à Moscou. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 16 juillet 2021

Les talibans se considèrent «plus qualifiés» que Kaboul pour gouverner l'Afghanistan

  • «Nous devons d'abord parvenir à une solution concernant la feuille de route politique, puis nous allons opter pour un cessez-le-feu»
  • «L'Afghanistan ne sera jamais un centre de rivalités pour les pays voisins»

DUBAÏ : Les talibans sont plus qualifiés pour diriger une future organisation politique en Afghanistan que le gouvernement actuel de Kaboul, a déclaré mercredi un porte-parole du groupe à Arab News dans une interview exclusive, au milieu d'une flambée de violence et de doutes croissants sur l'avenir des négociations de paix soutenues par les États-Unis.

Des responsables talibans ont affirmé la semaine dernière que le groupe a pris le contrôle de 85% du territoire afghan. Une affirmation que Kaboul rejette comme une campagne de propagande acharnée, au moment où les forces étrangères, notamment des États-Unis, se retirent de l’Afghanistan après près de vingt ans de combats.

Le porte-parole des talibans, Souhail Chahine, a révélé que «des dizaines de secteurs» se rendent quotidiennement aux insurgés, malgré les «armes et les armements» disponibles avec les forces de sécurité afghanes.

Au cours des deux dernières semaines, les talibans ont envahi des zones frontalières de cinq pays : l'Iran, le Tadjikistan, le Turkménistan, la Chine et le Pakistan.

Lorsqu'on lui a demandé si les talibans disposent de l'expertise et du budget nécessaires pour gérer les affaires quotidiennes des zones qu'ils prennent, Chahine a répondu : «Nous sommes le peuple d'Afghanistan. Nous vivons parmi les gens. Nous avons de l'expérience non seulement depuis un an mais depuis 25 ans. Nos gouverneurs, chefs de sécurité, chefs de sécurité provinciaux, les juges... et tous les comités, qui effectuent le travail d’un ministère, existent déjà depuis 25 ans. Donc, tous nos gens ont de l'expérience. Ils sont plus expérimentés que ceux de l'administration de Kaboul».

Il a signalé qu'il n'y a eu aucun changement dans la circulation des personnes et des marchandises aux postes frontaliers contrôlés par les talibans, et que les commerçants poursuivent leurs activités «normalement».

«À présent, sous le contrôle de l'Émirat islamique d'Afghanistan, ils le font normalement, sans la moindre corruption ou entrave. Ils en sont très contents», poursuit-il.

Chahine explique que les écoles, les bureaux et tous les autres établissements des territoires expropriés par les talibans restent ouverts et opérationnels.

Néanmoins, il a appelé l'ONU et d'autres organisations internationales ainsi que d’autres pays à aider financièrement les talibans.

«C'est important pour que les services soient fournis aux civils», ajoute-t-il. «Nous avons maintenant 85% du territoire afghan sous notre contrôle. Donc, afin de garder tous ces fonctions intactes, opérationnelles et actives, nous avons besoin d'une aide financière».

Une partie de l'accord du retrait américain signé par les talibans et Washington en février de l'année dernière prévoit l'engagement du groupe à accomplir un cessez-le-feu et un accord de partage du pouvoir avec le gouvernement de Kaboul.

Mais peu de progrès ont été réalisés sur ce front, même les nombreux cycles de négociations depuis septembre.

«Nous devons d'abord parvenir à une solution concernant la feuille de route politique, puis nous allons opter pour un cessez-le-feu», précise Chahine lorsqu'on lui a demandé quelles sont les conditions des talibans pour accepter un cessez-le-feu. «C’est un processus ordonné».

Chahine assure par ailleurs qu'aucun individu ou groupe ne serait autorisé à utiliser le sol afghan pour attaquer un autre État. Il cite en particulier Al-Qaïda et les talibans de Tehrik Pakistan (TTP), responsables de dizaines d'attaques très médiatisées au pays voisin, et dont les leaders et les combattants seraient cachés en Afghanistan.

«En ce moment... nous n'avons pas l’ensemble du territoire de l'Afghanistan sous notre contrôle. Quand un nouveau gouvernement islamique sera en place, cette politique (de ne laisser personne utiliser le sol afghan) sera réellement mise en œuvre», dit-il.

«Nous nous sommes engagés de ne pas permettre à qui que ce soit d'utiliser le sol afghan pour mener des attaques contre les États-Unis, leurs alliés ou d'autres pays», maintient Chahine. Il affirme que les talibans ont déjà «envoyé leur message» à Al-Qaïda.

On lui a également demandé comment un nouveau gouvernement des talibans ferait l’équilibre dans ses relations entre le Pakistan et l'Inde, qui ont tous deux des intérêts en Afghanistan.

«Nous ne voulons pas que l'Afghanistan soit un terrain de rivalités d'aucun pays… Une fois un gouvernement islamique en place, je crois que nous consacrerons notre temps à reconstruire le pays. Par conséquent, nous aimerions avoir une coopération avec d'autres pays, ce qui profite à notre peuple, mais, en même temps, nous ne voulons jamais que l'Afghanistan soit un centre de rivalités», affirme Chahine.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

A Spin Boldak, les talibans se vengent sur les biens des officiels en fuite

d
Des talibans en liesse hissant le drapeau blanc du mouvement dans la ville afghane de Spin Boldak non loin de la frontière pakistanaise. (Photo, AFP)

Peu après s'être emparés d'une zone frontalière clé avec le Pakistan, des combattants talibans ont envahi la ville afghane de Spin Boldak, pillant les domiciles des responsables gouvernementaux et fonctionnaires en fuite, ont raconté à l'AFP des habitants, joints par téléphone depuis Kandahar.

Les insurgés se sont emparés mercredi du principal poste-frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan et de la localité-clé de Spin Boldak, chef-lieu du district du même nom, située sur la route reliant Kandahar, la grande ville du Sud afghan, à la frontière pakistanaise.

"Les talibans rôdent sur des motos et dans des voitures à travers le marché" de Spin Boldak, à une trentaine de km de la frontière, raconte jeudi Sanaullah, un habitant. "Les maisons des responsables gouvernementaux sont pillées (...) on dirait que les insurgés ont attendu leur revanche durant deux décennies", depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 par une coalition internationale menée par les Etats-Unis.

Des photos postées sur les réseaux sociaux - dont l'authenticité n'a pu être vérifiée - montrent des talibans hissant le drapeau blanc du mouvement sur des bâtiments officiels. D'autres montrent des combattants se reposant dans des maisons abandonnées, au milieu de meubles et de vêtements éparpillés.

"Les combattants talibans ont pillé quasiment toutes les maisons des responsables locaux et, après, certains habitants sont même venus à leur tour les piller", a confirmé Jawed, un mécanicien de Spin Boldak.

Des habitants et commerçants de la zone ont indiqué à l'AFP que les talibans les avaient appelés à ne pas fuir, assurant qu'ils étaient en sécurité.

"Par haut-parleur, les talibans ont assuré aux gens qu'ils n'auraient aucun problème avec eux et qu'ils n'avaient aucune raison d'abandonner leurs domiciles", a déclaré Abdul Wali, un commerçant.

Des dizaines de pick-up appartenant aux talibans étaient garés jeudi sur le principal marché de Spin Boldak, alors que des groupes d'insurgés se déplaçaient alentour, a raconté Wali, un des rares commerçants ayant ouvert sa boutique.

La plupart des autres ont gardé le rideau fermé. "Les commerçants ont peur que la situation tourne mal", a expliqué à l'AFP l'un d'eux, Mohammad Rasoul. "Ils ont peur des pillages".

Le poste-frontière du district de Spin Boldak, plus important point de passage entre l'Afghanistan et le Pakistan et importante zone d'échange commercial entre les deux pays, a été rapidement fermé par les autorités pakistanaises mercredi dès que les talibans s'en sont emparés.

"Les talibans ont dit aux commerçants qu'ils étaient en contact avec les autorités pakistanaises pour trouver un accord et rouvrir le point de passage", a déclaré un commerçant Haji Hasti Mohammad, coincé du côté afghan de la frontière, où jeudi le drapeau blanc des "étudiants en religion" flottait toujours sur le poste-frontière.

"Il s'agit de la seule route commerciale dans le Sud afghan", en pleine saison des fruits, "on attend", dit-il.

A partir de vendredi, le passage entre les deux pays sera rouvert aux piétons, dont certains ont commencé à franchir la frontière sous "haute surveillance", a indiqué jeudi soir un responsable des gardes-frontières pakistanais.


Face à l'hiver et au variant Omicron, Biden lance l'offensive sanitaire, et politique

Joe Biden a appelé les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19 à Bethesda, Maryland, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Joe Biden a appelé les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19 à Bethesda, Maryland, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Joe Biden tente déjà d'imposer la vaccination dans les entreprises publiques et privées, mais rencontre une vive opposition de nombreux républicains
  • A l'intérieur des frontières, l'administration Biden prolonge jusqu'au 18 mars l'obligation de porter le masque dans les transports en commun, qui devait expirer en janvier

WASHINGTON: Joe Biden a appelé jeudi les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre la Covid-19, au moment où l'arrivée de l'hiver et du nouveau variant Omicron menacent de relancer la pandémie, et de fragiliser un peu plus le président américain. 

"Je sais que la Covid-19 a été un sujet de division dans ce pays" et que c'est "devenu un sujet partisan, ce qui est un triste (...) constat. Cela ne devrait pas être le cas", a-t-il dit lors d'un discours devant la principale agence fédérale de recherche médicale, les National Institutes of Health (NIH). 

"Alors que nous entrons dans l'hiver et que nous sommes confrontés au défi de ce nouveau variant, c'est le moment, je l'espère, d'essayer de surmonter ces divisions", a dit le démocrate de 79 ans. 

"Nous sortons le grand jeu", a assuré jeudi sa porte-parole Jen Psaki. Mais dans les faits, la Maison Blanche n'a dévoilé aucune annonce spectaculaire, et surtout, s'est bien gardée de prendre des mesures contraignantes ou restrictives pour les citoyens américains. 

Joe Biden tente déjà d'imposer la vaccination dans les entreprises publiques et privées, mais rencontre une vive opposition de nombreux républicains, et bute sur les procédures judiciaires lancées contre ces mesures contraignantes. 

Le sujet menace jusqu'à la stabilité budgétaire de la première puissance mondiale. 

Une poignée de républicains, pour beaucoup souvent des proches de Donald Trump, menacent de bloquer une loi de finances permettant d'éviter la paralysie (shutdown) des services fédéraux américains. Leur argument: le texte contribuerait à financer la mise en place des obligations vaccinales, auxquelles ils s'opposent. 

Tests et vaccins 

Le point peut-être le plus saillant des mesures présentées jeudi est le renforcement des exigences pour les voyageurs internationaux. 

A partir "du début de semaine prochaine", il leur faudra, en plus d'être vaccinés, présenter un test négatif réalisé dans la journée précédant le départ au lieu de trois jours auparavant. 

A l'intérieur des frontières, l'administration Biden prolonge jusqu'au 18 mars l'obligation de porter le masque dans les transports en commun, qui devait expirer en janvier. 

La Maison Blanche annonce aussi que les tests réalisés à domicile seront remboursés par les assurances santé privées -- selon des modalités qui restent à définir -- et que le nombre de tests distribués gratuitement sera doublé, à 50 millions. 

Joe Biden veut aussi lancer "des centaines" de cliniques de vaccination "familiales".  

Alors que moins de 60% des Américains de tous âges sont pleinement vaccinés, il doit convaincre ceux qui ne le sont pas de sauter le pas, mais aussi persuader ceux qui le sont de recevoir une dose de rappel, tout en encourageant les parents à faire vacciner leurs enfants à partir de l'âge de 5 ans. 

L'enjeu politique est immense pour le démocrate, à un an environ d'élections législatives de mi-mandat. 

Joe Biden n'arrive pas à capitaliser sur le rebond économique aux Etats-Unis, pas plus qu'il ne parvient à susciter l'enthousiasme avec de gigantesques plans d'investissement. 

Ses adversaires républicains n'ont de cesse de lui rappeler que le coronavirus continue de tuer des centaines d'Américains chaque jour depuis son élection. 

Alors qu'avant l'été une large majorité d'Américains faisaient confiance au président démocrate pour affronter la pandémie lors de son élection, ils sont désormais moins de 50% dans ce cas, selon les derniers sondages. 

La Maison Blanche dispose d'un nombre limité de leviers en raison des compétences très étendues des Etats américains. 

Il en reste toutefois un, qu'il serait très risqué politiquement d'actionner: mettre en place des exigences de test ou de vaccins pour les trajets en avion à l'intérieur des Etats-Unis, sur le modèle de ce qui est exigé des voyageurs arrivant de l'étranger. 

"Rien n'est exclu, y compris pour les trajets domestiques", a toutefois assuré jeudi Jen Psaki. 


Nez qui coule, mal de tête: ça pourrait bien être Omicron ...

Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai cru qu'elles avaient un rhume», dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans
  • De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même «un risque très élevé», selon l'OMS

JOHANNESBURG: Un nez qui coule, un mal de tête, pas de quoi fouetter un chat. Pourtant ces habitants de Johannesburg se sont tous révélés positifs à la Covid-19 et font vraisemblablement partie des nouveaux malades du variant Omicron. 

Dans la plupart des cas, le virus a voyagé par le corps de leurs enfants, avant de s'attaquer au système immunitaire de parents souvent vaccinés. En Afrique du Sud, près des trois quarts des nouvelles contaminations sont désormais dues à la forme mutante du coronavirus.  

« J'ai cru qu'elles avaient un rhume », dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans.  

Elles sont tombées malades juste après l'annonce de la découverte d'Omicron par une équipe de chercheurs sud-africains, qui a déclenché une panique mondiale.  

Rapidement, Julia commence elle aussi à ressentir un petit mal de gorge, un léger vertige. « Les filles, ensuite moi: j'ai su que je l'avais », raconte la consultante en publicité. Et ce, malgré les deux doses de vaccin reçues en août.  

Les résultats du test en main, elle n'en revient toujours pas: « les symptômes sont si incroyablement faibles », dit-elle. « Je sens les odeurs normalement, je n'ai pas perdu le goût », deux symptômes jusqu'ici caractéristiques de la maladie.  

En deux jours, ses enfants ont été rétablies. Elle, de son côté, continue à prendre du paracétamol. Loin de l'interminable épreuve en dents de scie parfois décrite par les malades du Covid au cours des précédentes vagues de pandémie. 

Même scenario pour Jessica Willmore, 38 ans. Deux enfants apparemment grippés. En fait, une Covid.  

« On se sent déjà assez en forme pour plonger dans la piscine », dit cette Britannique, après seulement quelques jours de maladie.  

Déjà vu 

De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même « un risque très élevé », selon l'OMS. Les scientifiques planchent en priorité sur son potentiel de propagation et sa résistance aux vaccins.  

Mais les premiers cas observés par plusieurs médecins sur le terrain, semblent montrer une version relativement légère de la maladie. Officiellement pays africain le plus touché par le virus, l'Afrique du Sud compte près de trois millions de cas et plus de 89 800 décès. 

Donovan Rothner, 42 ans, est positif et ne présente aucun symptôme. S'il n'avait pas une opération chirurgicale prévue bientôt, nécéssitant un test préalable, il ignorerait même être contaminé. « J'aurais pu mettre beaucoup de gens en danger », dit-il à la fois surpris et soulagé.  

Devant un centre de tests d'un quartier d'affaires, la file s'allonge avec un air de déjà vu. Plus d'une cinquantaine de personnes attendent sous le soleil d'été austral. Certains sont cas contact, d'autres veulent juste se débarrasser d'un doute. Aucun n'a vraiment l'air mal en point. 

Darienne Hallas, 40 ans, ne s'est pas sentie au mieux de sa forme cette semaine. Et les tests positifs de quelques collègues de bureau l'ont convaincue d'en faire un à son tour.  

Mais elle n'est pas très inquiète: « Des personnes récemment positives, qui avaient déjà eu la Covid, m'ont raconté se sentir nettement moins mal que la première fois ». Selon les spécialistes, les cas de réinfections semblent être plus fréquents avec Omicron.  

Teagan Paxman, 33 ans, reste serein lui aussi. « Même si je l'ai, c'est pas trop grave, je suis vacciné ». 

« On n'en a pas encore fini avec ce virus, il y a des tas de variants », est convaincu Mohamed Maalin, un ingénieur de 42 ans. « La meilleure chose à faire est d'apprendre à vivre avec », dit-il avec philosophie.  

philosophie.  


Omicron: 2 000 personnes en quarantaine après deux cas dans une école suisse

Des personnes font la queue devant un centre de test Covid installé dans une rue de la capitale suisse Berne le 17 septembre 2021. (AFP)
Des personnes font la queue devant un centre de test Covid installé dans une rue de la capitale suisse Berne le 17 septembre 2021. (AFP)
Short Url
  • La quarantaine est de 10 jours et élèves comme enseignants du campus de la Châtaigneraie, situé près de Genève, devront faire un test PCR
  • Leurs familles devront elles aussi être dépistées pour rechercher le variant Omicron signalé pour la première fois en Afrique australe fin novembre et détecté depuis dans plusieurs dizaines de pays

GENEVE: Quelque 2 000 personnes dont 1 600 enfants ont été placées en quarantaine après la découverte de deux cas du variant Omicron sur l'un des campus de la très réputée Ecole internationale de Genève, ont indiqué les autorités sanitaires suisses jeudi.

"Ces deux cas sont en lien étroit intrafamilial avec une personne positive de retour de voyage d'Afrique du sud", ont indiqué les services de santé du canton de Vaud - où se trouve le campus - et celui de Genève dans un communiqué commun.

Selon les autorités, "il s'agit de la première mesure de cette ampleur" depuis la présence avérée d'Omicron - mais encore réduite à une poignée de cas - en Suisse cette semaine.

"Nous n'avons encore jamais observé de contamination sur les territoires genevois ou vaudois. Cet élément nous impose aujourd'hui, par principe de précaution, de décider de mesures fortes", précisent les autorités.

"Il est indispensable de freiner l'introduction du variant sur notre territoire. Lorsqu'identifié, il est également indispensable de réduire le plus possible la transmission en Suisse", ajoutent-elles.

La quarantaine est de 10 jours et élèves comme enseignants du campus de la Châtaigneraie, situé près de Genève, devront faire un test PCR. Ce campus accueille école primaire et secondaire.

Leurs familles devront elles aussi être dépistées pour rechercher le variant Omicron signalé pour la première fois en Afrique australe fin novembre et détecté depuis dans plusieurs dizaines de pays.

Les scientifiques savent encore peu de choses  sur ce variant, en termes de contagiosité ou de sévérité, mais un nombre inhabituellement élevé de mutations sur une partie cruciale du virus inquiète.

L'Ecole internationale de Genève (Ecolint) a été fondée en 1924 par des fonctionnaires du Bureau international du travail et de la Société des Nations.

C'est l'un des établissements les plus prestigieux de la région, qui se targue d'un enseignement taillé sur mesure et centré sur les valeurs humaines. Les frais scolaires s'y échelonnent d'un peu plus de 20.000 à plus de 35.000 francs (33.600 euros) par an.

Elle compte au total quelque 4.450 élèves, selon son site internet, notamment les enfants des fonctionnaires des nombreuses agences de l'ONU présentes à Genève.