La technologie est désormais le compagnon de voyage idéal au Moyen-Orient

Des passagers saoudiens arrivent à l’aéroport international du roi Khaled à Riyad le 17 mai, au moment où les autorités lèvent les restrictions de voyage pour les citoyens vaccinés contre la Covid-19 (photo AFP)
Des passagers saoudiens arrivent à l’aéroport international du roi Khaled à Riyad le 17 mai, au moment où les autorités lèvent les restrictions de voyage pour les citoyens vaccinés contre la Covid-19 (photo AFP)
Short Url
Publié le Samedi 17 juillet 2021

La technologie est désormais le compagnon de voyage idéal au Moyen-Orient

  • Le secteur des technologies du voyage s’adapte déjà aux besoins changeants des voyageurs et certaines entreprises connaissent une véritable prospérité dans cette nouvelle
  • Trift, une plate-forme qui favorise l’écotourisme, a lancé des visites guidées virtuelles pendant la pandémie pour donner aux voyageurs un avant-goût de leur destination depuis chez eux.

LE CAIRE: Le secteur des voyages est l’un des plus affectés par la pandémie de Covid-19. Avec la fermeture des frontières et la mise en place du confinement obligatoire dans plusieurs pays pour limiter la propagation du virus, le secteur enregistre les pires résultats depuis des décennies.

Entre janvier et mars 2021, le monde a accueilli 180 millions de voyageurs internationaux de moins que l’année dernière au même premier trimestre. L’Asie et le Pacifique continuent d’enregistrer les niveaux d’activité les plus faibles avec une baisse de 94%, suivis par l’Europe (83%), l’Afrique (81%), le Moyen-Orient (78%) et les Amériques (71%).

Cela fait suite à la diminution de 73% des arrivées de touristes internationaux dans le monde en 2020, faisant de cette dernière la pire année de l’histoire du secteur, selon les données de l’Organisation mondiale du tourisme, une agence spécialisée de l’ONU.

Il existe cependant quelques signes de reprise. Le secteur des technologies du voyage s’adapte déjà aux besoins changeants des voyageurs et certaines entreprises connaissent une véritable prospérité dans cette nouvelle réalité.

d
Fundok, une nouvelle plate-forme de solutions numériques dans le secteur de l’hôtellerie, a diversifié ses produits pour répondre aux besoins changeants du voyageur contemporain. (Photo fournie)

La pandémie a entraîné des changements considérables au niveau du déplacement des voyageurs. Selon Rana Dababneh, fondatrice de Pomalo Travel, ceux qui voyagent veulent se rendre dans des endroits sûrs et éloignés, même si le nombre de voyageurs est nettement plus réduit aujourd’hui.

«On pouvait déjà deviner que la donne allait changer, même au tout début de la pandémie», explique-t-elle. «On s’est alors mis à la recherche de destinations qui proposent un isolement naturel et des expériences en pleine nature, loin des villes.»

Pour cette agence de voyages basée à Amman et à Dubaï, les Maldives étaient la première destination de vacances en 2020, compte tenu de son éloignement géographique et de son attrait naturel. Les pays mettent continuellement à jour leurs restrictions de voyage, ce qui dissuade souvent les gens de voyager.

«C’est aussi une question de confiance», affirme Dababneh. «Quand je voyage, je veux être sûre que je peux retourner. Il ne s’agit pas uniquement de Covid-19. Il faut également qu’il n’y ait pas de complications.»

Selon une enquête récente menée dans 12 pays, les personnes interrogées aux Émirats arabes unis ont fait part de leur inquiétude concernant la fermeture des frontières et la mise en quarantaine à l’arrivée. Le sondage montre qu’elles sont plus préoccupées par le fait de devoir s’isoler que par le risque de contamination lors du voyage ou du séjour à l’étranger.

Il est vrai que la pandémie a gravement touché le secteur, mais elle a également permis aux entreprises innovantes de recourir à la technologie pour s’adapter à cette nouvelle ère du voyage.

Trift, une plate-forme qui favorise l’écotourisme, a lancé des visites guidées virtuelles pendant la pandémie pour donner aux voyageurs un avant-goût de leur destination depuis chez eux.

«Nous avons tiré profit de ce temps d’arrêt pour permettre aux gens de mieux planifier leurs prochaines vacances après la pandémie», affirme le fondateur Tarun Krishna.

«Nous avons également voulu soutenir notre communauté de guides locaux et de créateurs de contenu voyage en lançant le produit “Expériences virtuelles”, pour une planification de voyage interactive, disponible en format live ou sur demande.»

Krishna a récemment mis sur pied un projet pilote en partenariat avec l’Institut pour le développement de Bonito au Brésil, dans le but de soutenir le tourisme dans le pays. L’entreprise met les expériences naturelles à la disposition de tous, tout en proposant également des expériences virtuelles payantes, accessibles sur demande, en vue de soutenir les guides touristiques locaux.

e
Nous vivons une époque où les interactions sans contact sont privilégiées et où les gens veulent le moins de contact possible avec les autres. (Photo fournie)

Pendant ce temps, Fundok, une nouvelle plate-forme de solutions numériques dans le secteur de l’hôtellerie, a diversifié ses produits pour répondre aux besoins changeants du voyageur actuel. En plus de fournir des informations sur la destination, elle a mis en place un grand nombre de services numériques, y compris les enregistrements et les départs, les visites des chambres et les services de conciergerie.

Tous ces services sont disponibles dans les chambres et les appartements, ainsi que sur les téléphones portables des clients. «Nous sommes passés de solutions basées sur les services à des expériences holistiques», précise Mohammed Nassar, cofondateur de la plate-forme.

Nous vivons une époque où les interactions sans contact sont privilégiées et où les gens veulent le moins de contact possible avec les autres. Ces solutions numériques s’avèrent donc précieuses. La startup a augmenté son portefeuille de 300% environ et a étendu ses activités jusqu’au Caire.

Nassar regarde l’avenir avec optimisme. «La période apocalyptique a beaucoup été évoquée, mais nous sommes toujours là. Les entreprises sont résilientes et capables de s’adapter à l’environnement actuel. Ce ne sera pas une promenade de santé, mais nous gardons espoir pour 2021», conclut-il.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Algérie: la justice annule des poursuites contre une figure du Hirak

Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Short Url
  • Karim Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour «atteinte à la sûreté nationale»
  • «Cette décision mérite d'être saluée», a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme

ALGER: Un tribunal algérien a annulé lundi une condamnation à un an de prison avec sursis à l'encontre de Karim Tabbou, figure du mouvement pro-démocratie Hirak, faisant valoir qu'il avait déjà été jugé par une autre Cour pour la même accusation.

"La Cour de Tipaza (ouest d'Alger) a décidé l'extinction des poursuites contre Karim Tabbou", car l'affaire a déjà été jugée pour le même chef d'accusation "d'atteinte à la sûreté nationale" par la Cour d'Alger, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

"Cette décision mérite d'être saluée", a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

M. Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour "atteinte à la sûreté nationale". Lors du procès en appel le 27 septembre devant la Cour de Tipaza, le procureur avait requis trois ans de prison ferme.

Mais les avocats de M. Tabbou ont dénoncé une "violation de la loi", arguant que leur client avait été condamné à la même peine et pour le même chef d'inculpation lors d'un précédent procès et ne pouvait donc pas, selon la loi algérienne, être jugé de nouveau sous la même accusation.

M. Tabbou, 47 ans, avait en effet été condamné en appel par la Cour d'Alger le 24 mars 2020 à un an de prison ferme pour le même chef d'"atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques, peine qu'il a déjà purgée. 

Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, mouvement antisystème inédit né en février 2019.

Par ailleurs, Karim Tabbou a été placé le 29 avril sous contrôle judiciaire à la suite d'une altercation avec Bouzid Lazhari, le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Plus de 200 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec la contestation et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées, pour beaucoup, sur des publications sur Facebook critiquant les autorités, d'après le CNLD.


Incendie à Djebel Ali à Dubaï, rapidement maîtrisé

Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Short Url
  • Aucune victime n’a été signalée
  • Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali

DUBAÏ: Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination de déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali, située loin des usines de la zone, a indiqué le bureau des médias de Dubaï.

Sur le site, une forte fumée due à la combustion de déchets pétroliers a été observée dans une partie déserte de la zone industrielle.

Aucune victime n’a été signalée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï accueille 23 000 visiteurs en une journée

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Short Url
  • Le nombre total de visites du pavillon saoudien est à plus de 200 000
  • Le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati

DUBAÏ: Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï a accueilli 23 000 visiteurs en une journée, ce qui porte le nombre total de visites à plus de 200 000, a rapporté l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le commissaire général du pavillon saoudien, l’ingénieur Hussein Hanbaza, a remarqué que le pavillon a attiré l’attention des visiteurs grâce à ses sections et activités qui reflètent la richesse humanitaire ainsi que les composantes civiles et de développement du Royaume. 

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. Des spectacles de folklore populaire ont également eu lieu dans le deuxième plus grand pavillon du site de l’exposition.

Par ailleurs, le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati. Il a été reçu par l’ambassadeur saoudien aux Émirats arabes unis, Turki ben Abdallah al-Dakhil, et le chef du pavillon saoudien, M. Hanbaza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com