Pass sanitaire: la SNCF s'élève contre des accusations de contrôle au faciès

Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée, a écrit jeudi «"Nous contrôlerons de façon plus vigilante et accrue les arabes et les noirs"». (Photo, AFP)
Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée, a écrit jeudi «"Nous contrôlerons de façon plus vigilante et accrue les arabes et les noirs"». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Pass sanitaire: la SNCF s'élève contre des accusations de contrôle au faciès

  • Le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, a dit vendredi «s'associe(r) à tous les cheminots qui sont offensés par (le) tweet» de Mme Panot
  • L'Unsa ferroviaire a jugé pour sa part que «ce propos de la part d'une députée est absolument scandaleux»

PARIS: Un dirigeant de la SNCF s'est élevé vendredi contre des accusations formulées par une députée insoumise sur des contrôles au faciès liés à l'obligation du pass sanitaire dans les trains longue distance.

Relayant sur Twitter une information sur la possibilité de voir la SNCF mettre en place des contrôles aléatoires du pass sanitaire, Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée, a écrit jeudi "'Nous contrôlerons de façon plus vigilante et accrue les arabes et les noirs'", suivi du mot-dièse "#TraduisonsLes".

Ce tweet a provoqué de nombreuses réactions sur la plateforme, dont celle de l'utilisateur "Cheminot" qui a invité Mme Panot à "supprimer ce tweet, s'excuser et s'expliquer", en faisant valoir que "la SNCF c'est les cheminots qui la font (...) qui continuent de subir comme d'autres", tandis que "les fachos, on ne les aime pas bien chez nous, depuis toujours".

En réponse, Mme Panot, élue du Val-de-Marne (sud-est de Paris), a assuré qu'elle ne mettait "pas en cause les cheminots avec qui" elle a "partagé et partage tant de combats, mais bien la direction de la SNCF" et le gouvernement. Citant le Défenseur des droits, elle a affirmé que "les personnes perçues comme noires ou arabes ont 20 fois plus de risque de se faire contrôler".

Répondant également sur Twitter à la députée, le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, a dit vendredi "s'associe(r) à tous les cheminots qui sont offensés par (le) tweet" de Mme Panot. "Nous sommes au service de tous et profondément attachés aux valeurs républicaines. Je suis à votre disposition pour vous présenter notre travail sur le pass sanitaire", a ajouté M. Fanichet.

L'Unsa ferroviaire a jugé pour sa part que "ce propos de la part d'une députée est absolument scandaleux". "C'est une insulte envers les cheminots qui exercent leur métier chaque jour dans le respect strict de la déontologie et de l'éthique", a poursuivi le deuxième syndicat représentatif à la SNCF, qui "condamne fermement ces propos et demande à la SNCF d'intervenir".

Certains trains ciblés

De son côté, un des secrétaires fédéraux de SUD-Rail (troisième syndicat) a estimé qu'il s'agissait "sans doute (d')un dérapage" de la députée. Des contrôles des pass sanitaires des voyageurs "aléatoires mais massifs, ça veut dire que c'est juste certains trains qui seront ciblés mais contrôlés entièrement avant l'embarquement ou contrôlés entièrement à bord s'il y a une équipe prévue à bord", a expliqué Erik Meyer.

"Les contrôles aléatoires individuels ne sont pas prévus. Les cheminots ne participeraient pas à des contrôles au faciès", a-t-il assuré.

La CGT-Cheminots a indiqué qu'elle ne réagirait pas: "Nous ne commentons jamais les commentaires", a déclaré son secrétaire général, Laurent Brun.

Dès la publication du tweet initial de Mme Panot, en plein débat sur l'adoption d'un nouveau projet de loi anti-Covid avec à la clef l'extension du pass sanitaire, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, avait répondu sur Twitter en publiant une photo du chef de file de LFI, Jean-Luc Mélenchon, la main sur le front et les yeux dans une gestuelle d'incrédulité.


Val-de-Marne: un homme mort poignardé en pleine rue

Un homme est mort après avoir été poignardé à plusieurs reprises dans une rue de Villeneuve-Saint-Georges. (Photo, AFP)
Un homme est mort après avoir été poignardé à plusieurs reprises dans une rue de Villeneuve-Saint-Georges. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon le quotidien, un habitant a découvert vers jeudi 6H30 l'homme d'une quarantaine d'années, allongé sur un trottoir
  • La brigade criminelle de Paris a été saisie de cette enquête

CRÉTEIL: Un homme est mort après avoir été poignardé à plusieurs reprises dans une rue de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), où une paire de ciseaux a été retrouvée près de lui, a indiqué jeudi une source policière à l'AFP, confirmant une information du Parisien. 

Selon le quotidien, un habitant a découvert vers jeudi 6H30 l'homme d'une quarantaine d'années, allongé sur un trottoir. 

Arrivés sur place, les pompiers n’ont pu que déclarer le décès de la victime, dont les jambes portaient des traces de lacération, a précisé une autre source policière à l'AFP. 

La brigade criminelle de Paris a été saisie de cette enquête. 

 


Allocations et immigration: Le Pen détaille les 16 milliards d'euros par an qu'elle entend économiser

Marine Le Pen tient une conférence de presse sur l'immigration dans le cadre de sa campagne à Paris, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Marine Le Pen tient une conférence de presse sur l'immigration dans le cadre de sa campagne à Paris, le 2 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Tout est fait pour dissimuler l'impact financier» de l'immigration, a affirmé Mme Le Pen
  • Le parti considère que la restriction de «l'immigration familiale», avec une «baisse de 75% des flux annuels» signifierait 2,4 milliards d'euros d'économies de 2022 à 2027

PARIS: Marine Le Pen, candidate du RN à la présidentielle, a détaillé jeudi les 16 milliards d'euros par an qu'elle entend économiser en supprimant ou réduisant les aides sociales pour les étrangers si elle arrive au pouvoir, un chiffrage contesté par des économistes.  

« Tout est fait pour dissimuler l'impact financier » de l'immigration, a affirmé Mme Le Pen lors d'un point presse dans son QG parisien, aux côtés de son directeur de cabinet Renaud Labaye, passé par Bercy. 

En appliquant sa « priorité nationale », la candidate d'extrême droite considère pouvoir économiser  « 80,5 milliards d'euros » durant un quinquennat, « 16,1 milliards » par an, grâce à « six mesures chiffrées ».  

Le parti veut « réserver les prestations familiales aux foyers dont au moins un des parents est Français » pour un « gain » de 15,6 milliards durant le quinquennat. Il table sur 21,9 milliards d'économies en réservant le RSA, la prime d'activité, l'allocation adultes handicapés ou les allocations logement aux « étrangers ayant travaillé au moins cinq ans à temps plein ».  

Pour le RN, « renvoyer les étrangers qui n'ont pas eu d'emploi pendant un an » serait synonyme d'une économie de 5,4 milliards d'euros à l'échelle du quinquennat. 

Le parti considère que la restriction de « l'immigration familiale », avec une « baisse de 75% des flux annuels » signifierait 2,4 milliards d'euros d'économies de 2022 à 2027.  

Marine Le Pen estime encore à 30,7 milliards d'économies sa réforme de l'asile, dont la « fin de l'accueil des mineurs non accompagnés ». Enfin, la dirigeante d'extrême droite entend faire 4,5 milliards d'euros d'économies durant son éventuel quinquennat en remplaçant l'aide médicale d’État (la couverture santé des étrangers en situation irrégulière) par une « aide d'urgence vitale ». 

Avant de réduire ces allocations, Marine Le Pen compte, si elle est élue, laisser un « délai de huit mois à un an » pour « permettre aux gens de se retourner ». 

Un cadre du RN a indiqué à l'AFP que ce point presse était une réponse directe à un article du Monde, qui calculait à seulement quelque 6,3 milliards d'euros d'économies par an les propositions de Marine Le Pen en la matière. 

Contactée, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) indique que la totalité des allocations qu'elle verse aux étrangers -prestations familiales, logement, handicapés, RSA, prime d'activité- correspond à « neuf milliards d'euros » par an (chiffre 2019), sans le minimum vieillesse gérée par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). 

Plus globalement, l'économiste Lionel Ragot (Paris-Nanterre), spécialiste de l'immigration, juge son impact budgétaire « quasi nul ». Car même si les immigrés « sont plus au chômage » et « perçoivent plus d'allocations », ces chiffres sont « compensés » par la « structure d'âge des immigrés qui sont souvent dans la population active et qui cotisent beaucoup », estime-t-il. Un récent rapport de l'OCDE va dans ce sens. 


Migrants: la France rejette les patrouilles conjointes avec la Grande-Bretagne

Une migrante porte ses enfants après avoir été aidée depuis un canot de sauvetage de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021, après avoir été secourue lors de la traversée de la Manche. (AFP)
Une migrante porte ses enfants après avoir été aidée depuis un canot de sauvetage de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021, après avoir été secourue lors de la traversée de la Manche. (AFP)
Short Url
  • Boris Johnson avait fait cette proposition lors d'une conversation téléphonique avec le président français Emmanuel Macron le 25 novembre, au lendemain d'un naufrage dans la Manche qui a fait 27 morts
  • «Nous ne pouvons pas accepter, par exemple, que des policiers ou des militaires britanniques patrouillent sur nos côtes; il en va de notre souveraineté»

PARIS: Le Premier ministre français Jean Castex a rejeté dans une lettre à son homologue britannique Boris Johnson sa proposition de "patrouilles conjointes" sur le sol français afin d'empêcher le départ de migrants vers la Grande-Bretagne.

"Nous avons toujours accepté d'examiner et de discuter de bonne foi des propositions britanniques de renforcement de la coopération. Nous en avons accepté certaines, nous en avons décliné d'autres", écrit M. Castex dans ce texte dont l'AFP a eu copie. 

"Nous ne pouvons pas accepter, par exemple, que des policiers ou des militaires britanniques patrouillent sur nos côtes; il en va de notre souveraineté", souligne-t-il.

Boris Johnson avait fait cette proposition lors d'une conversation téléphonique avec le président français Emmanuel Macron le 25 novembre, au lendemain d'un naufrage dans la Manche qui a fait 27 morts.

Elle figurait également dans une lettre de M. Johnson à M. Macron, dont la publication par le gouvernement britannique a ulcéré Paris et provoqué une nouvelle crise entre les deux pays. Dans sa lettre M. Johnson proposait également à la France "un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche".

"Renvoyer les migrants, pour nous ce n'est pas une option, ce n'est pas une manière sérieuse ou responsable d'aborder la question", a affirmé à l'AFP une source à Matignon sous le couvert de l'anonymat.

"Plus de 700 policiers et gendarmes arpentent chaque jour la côte d'Opale (nord), pour empêcher des embarcations de fortune de prendre la mer" vers l'Angleterre, indique M. Castex dans sa lettre.

"Une partie de ces opérations est réalisée avec la contribution financière de votre gouvernement, conformément à nos accords de coopération", rappelle-t-il.

"Cependant, ces efforts ne permettent que de contenir le phénomène, non d'y apporter une réponse durable", estime le Premier ministre français, appelant la Grande-Bretagne à mener "une politique de retour plus efficace" et à ouvrir "des voies d'immigration légale à ceux qui ont des raisons légitimes de vouloir se rendre" dans ce pays.