Emeutes en Iran: l'eau est le déclencheur, la discrimination antiarabe en est la raison

Les manifestants, les groupes de défense des droits humains et les militants affirment que la demande en eau des Arabes ahwazis s’inscrit dans un mécontentement plus large, face à la discrimination raciale historique et systématique. (Captures d'écran, réseaux sociaux)
Les manifestants, les groupes de défense des droits humains et les militants affirment que la demande en eau des Arabes ahwazis s’inscrit dans un mécontentement plus large, face à la discrimination raciale historique et systématique. (Captures d'écran, réseaux sociaux)
Short Url
Publié le Samedi 24 juillet 2021

Emeutes en Iran: l'eau est le déclencheur, la discrimination antiarabe en est la raison

  • «Il y a une accumulation d'injustices, de persécutions et de comportements racistes contre les Arabes», a affirmé un manifestant à Arab News
  • Malgré leur richesse en pétrole, les Arabes de la province constituent l'une des communautés les plus démunies du pays

LONDRES: La population arabe d'Iran était aux premières lignes des manifestations contre la pénurie d'eau dans les villes de la province du Khouzestan cette semaine.

Les manifestants, les groupes de défense des droits de l’homme et les militants affirment que la demande en eau des Arabes ahwazis s’inscrit dans un mécontentement plus large face à une discrimination raciale historique et systématique.

«Les raisons des manifestations sont nombreuses. En fait, il y a une accumulation d'injustices, de persécutions et de comportements racistes contre les Arabes» a affirmé, sous couvert d’anonymat, un manifestant à Arab News.

Parmi ces raisons figurent «le pétrole et le gaz, et maintenant le régime a volé les eaux des rivières et asséché leurs terres», a soutenu le manifestant, ajoutant que les Arabes ahwazis «faisaient face à de nombreux problèmes, celui du chômage et celui de l’effacement de leur identité arabe».

Le manifestant a précisé: «Les demandes sont claires et légitimes: fournir de l'eau pour l’agriculture, rétablir les cours des rivières, construire des barrages, employer des Arabes dans les compagnies pétrolières et gazières, donner la liberté d'expression, et nommer les responsables de notre gouvernorat pour que ces derniers soient à même de comprendre notre douleur et nos préoccupations.»

«Ahwaz n'a pas vu un responsable arabe depuis 1925. Tous les responsables sont choisis dans le centre. Ils drainent l'argent du gouvernorat puis partent après avoir volé ses richesses.»

Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent des buffles d'eau et des poissons sans vie sur le sol en raison de la sécheresse dans les marais et les villages ahwazi-arabes.

Les Arabes de ces régions comptent sur l'élevage de leur bétail pour s’en sortir, et l'approvisionnement en eau est essentiel pour qu'ils puissent vivre de l'agriculture.

Le député du Khouzestan, Abdollah Izadpanah, a imputé les pénuries d'eau à «des erreurs et des décisions injustifiées», parmi lesquelles le prélèvement de l'eau des rivières du Khouzestan au profit d'autres provinces.

Au sein de la communauté arabe d'Iran, on pense que l'assèchement des marais et le détournement de l'eau font partie d'un effort mené par l'État pour déplacer la communauté et modifier la démographie de la province.

Dans une vidéo virale publiée au courant du mois, un cheikh arabe local a déclaré aux autorités: «Nous n'allons pas quitter cette terre. Vous nous avez apporté des inondations et des sécheresses pour nous faire migrer. Nous ne partirons pas. C'est la terre de nos ancestres.»

Rahim Hamid, défenseur des droits de l’homme basé aux États-Unis, a déclaré à Arab News: «De nombreux militants ahwazis ont affirmé que les projets actuels de barrage et de détournement de rivières par l’État font partie d’une politique de changement démographique visant à forcer les populations arabes autochtones à quitter leurs terres.»

Il a ajouté: «Les manifestants se sont fortement opposés à un tel changement démographique, scandant “non, non au déplacement” et “nous protégeons Ahwaz avec notre sang et notre âme”.»

Dans son rapport du printemps 2021, le rapporteur spécial sur l’Iran du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Javid Rehman, a indiqué «des informations faisant état d'expulsions forcées dans des zones de minorités ethniques» touchant les Arabes ahwazis.

Amnesty International a jusqu'à présent signalé huit personnes tuées par les forces de sécurité lors des manifestations.

Parmi elles se trouvait l'adolescent Hadi Bahmani, un Bakhtiari sans doute qui, comme d'autres membres de cette communauté, s’est joint aux manifestations du Khouzestan en solidarité avec les Arabes ahwazis.

Hamid a déclaré que Téhéran «calomniait les manifestants, les qualifiant d'extrémistes séparatistes, les responsables du régime et les médias ajoutant l'insulte à l'injure en utilisant leur langage raciste anti-arabe coutumier dans des efforts désespérés de délégitimer les appels des manifestants pour des droits humains fondamentaux.»

Les manifestants ont constamment assuré à Téhéran que les manifestations étaient pacifiques et que leurs revendications n'étaient pas liées au séparatisme.

Ils veulent en revanche que le régime s'attaque à la fois à la crise de l'eau et à la discrimination à plusieurs niveaux à laquelle les Arabes du pays sont confrontés.

Bien que la province riche en pétrole, lequel constitue la plus grande source de devises étrangères de l'Iran, soit la patrie des Arabes ahwazis, ceux-ci sont l'une des communautés les plus démunies du pays et font face à une extrême pauvreté.

En janvier, Mohsen Haidari, un haut responsable religieux représentant le Khouzestan à l'Assemblée des experts – l'organisme de délibération habilité à nommer le chef suprême de l'Iran – a publiquement parlé de la discrimination antiarabe qui sévit dans l'emploi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…