Joie et manifestations dans les rues de Tunis après les annonces faites par Saïd

Un bras de fer en cours depuis six mois entre le chef du Parlement Rached Ghannouchi – aussi chef de file du principal parti, Ennahdha – et le président Kais Saïd, paralyse le gouvernement et désorganise les pouvoirs publics. (Photo, AFP)
Un bras de fer en cours depuis six mois entre le chef du Parlement Rached Ghannouchi – aussi chef de file du principal parti, Ennahdha – et le président Kais Saïd, paralyse le gouvernement et désorganise les pouvoirs publics. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 26 juillet 2021

Joie et manifestations dans les rues de Tunis après les annonces faites par Saïd

  • Klaxons, feux d'artifice, you-you: des centaines de personnes ont bravé le couvre-feu et se sont rassemblées sur l'avenue Bourguiba, la principale artère de Tunis
  • Des scènes similaires ont également eu lieu dans d'autrs villes du pays

TUNIS: "C'est ça le président qu'on aime", lance Nahla, une trentenaire brandissant le drapeau tunisien au milieu d'une foule compacte descendue dans la rue pour manifester sa joie après la décision nocturne du président tunisien de suspendre les travaux du Parlement.

"Ce sont des décisions courageuses, Saïd débloque la Tunisie, c'est ça le président qu'on aime", assure-t-elle, sa fille sur ses épaules.

Un bras de fer en cours depuis six mois entre le chef du Parlement Rached Ghannouchi – aussi chef de file du principal parti, Ennahdha – et le président Kais Saïd, paralyse le gouvernement et désorganise les pouvoirs publics.

Dimanche soir, le président Saïd a annoncé "le gel" des activités du Parlement pour 30 jours, "une décision qui aurait dû être prise depuis des mois" selon lui.

1
(Photo, AFP)

Il a aussi décidé de démettre de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi. 

Il se chargera lui-même du pouvoir exécutif "avec l'aide d'un gouvernement dont le président sera désigné par le chef de l'État", a-t-il dit à l'issue d'une réunion d'urgence au Palais de Carthage avec des responsables des forces de sécurité.

"Enfin les bonnes décisions arrivent! On se débarrasse enfin des principaux maux de la Tunisie: le Parlement et Mechichi!", lance joyeusement Maher à Menzah 9, un quartier du nord-ouest de Tunis.

1
(Photo, AFP)

L'opinion publique tunisienne est exaspérée par les conflits entre partis au sein d'un Parlement balkanisé, d'autant que le pays, face à un mur de dettes, traverse une profonde crise économique, sociale, et depuis début juillet, sanitaire.

«Débloque»

Klaxons, feux d'artifice, you-you: des centaines de personnes ont bravé le couvre-feu et se sont rassemblées sur l'avenue Bourguiba, la principale artère de Tunis, mais aussi dans de nombreux quartiers de la capitale.

Des scènes similaires ont également eu lieu dans d'autrs villes du pays. Ainsi à Gafsa (centre), des centaines de personnes sont sorties dans les rues.

"Saïd a montré qu'il était un vrai homme d'État! Il a compris ce que le peuple voulait: le dissolution du Parlement et le limogeage de Mechichi", estime à Tunis Farhat, 49 ans, enveloppé dans le drapeau tunisien.

1
(Photo, AFP)

Dans les cortèges de voitures emplissant les rues, hommes et femmes, notamment des jeunes, hurlent, chantent et dansent, d'autres filment avec leurs portables "des moments historiques" selon eux.

Des habitantes lancent des youyous depuis leurs fenêtres, criant "vive la Tunisie".

Des jeunes sautent au milieu de la foule, scandant des slogans hostiles au parti d'inspiration islamiste Ennahdha, principal parti parlementaire.

"Notre patience a atteint sa limite, il n'y plus de place pour les perdants! Ça suffit, game is over!", crie Ibrahim, 24 ans, reprenant un slogan des manifestations monstres qui avaient fait tomber le régime de Ben Ali en quelques jours début 2011.

1
(Photo, AFP)

«Naissance d'un dictateur»

Ces habitants sont sortis peu après les annonces faites vers 22h locale (21H GMT), en dépit du couvre-feu nocturne imposé de 20H00 à 05H00 pour limiter la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Quelques heures auparavant, des milliers de Tunisiens avaient manifesté dans plusieurs villes du pays, malgré un important déploiement policier pour limiter les déplacements.

Les protestataires avaient notamment réclamé la "dissolution du Parlement".

"Tout ce qui se passe depuis ce matin est bien orchestré, ce qu'a fait Saïd est un coup d'État contre la Constitution", a accusé un haut responsable d'Ennhadha, s'exprimant sous couvert d'anonymat.

"Nous sommes aussi capables d'organiser de grandes manifestations pour montrer le nombre de Tunisiens qui sont opposés à ces décisions", a-t-il assuré.

"Ces ignorants fêtent la naissance d'un nouveau dictateur", souffle un quadragénaire regardant les festivités sans enthousiasme.


L’adoption de l’IA peut contribuer à hauteur de 150 milliards de dollars aux économies du CCG, selon un rapport

Alors que la quatrième révolution industrielle est en marche, les gouvernements et les entreprises du Moyen-Orient sont de plus en plus conscients de l’évolution mondiale vers l’IA et les technologies de pointe. (Photo, AFP)
Alors que la quatrième révolution industrielle est en marche, les gouvernements et les entreprises du Moyen-Orient sont de plus en plus conscients de l’évolution mondiale vers l’IA et les technologies de pointe. (Photo, AFP)
Short Url
  • Si les résultats montrent que l’adoption de l’IA reste relativement faible dans la région MENA, elle est néanmoins plus élevée que dans d’autres régions, selon l’étude
  • Les entreprises doivent se concentrer sur le renforcement de leurs capacités en matière d’IA dans quatre domaines cruciaux afin d’exploiter pleinement leur potentiel

LONDRES: L’adoption de l’intelligence artificielle (IA) pourrait contribuer aux économies des pays du Golfe à hauteur de 150 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro), soit l’équivalent d’environ 9% de leur PIB combiné, selon un récent rapport du cabinet international de conseil McKinsey.

L’étude indique que cette estimation pourrait être rapidement dépassée, compte tenu des progrès rapides de technologies telles que l’IA générative.

Vinay Chandran, associé chez McKinsey, a mis l’accent sur le pouvoir de transformation de l’IA en déclarant: «Avec le rythme rapide de l’innovation technologique, l’IA est devenue une force transformatrice qui remodèle les industries et les sociétés.»

«Nous pensons qu’elle a le potentiel d’apporter une valeur ajoutée considérable dans les pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe) du Moyen-Orient.»

Le cabinet de conseil a mené une enquête en ligne, en collaboration avec le GCC Board Directors Institute, auprès de 119 cadres supérieurs et membres de conseils d’administration de six pays du Golfe dans divers secteurs d’activité.

Parmi ces secteurs figurent le commerce de détail, les services professionnels, l’énergie, les projets d’investissement et les services financiers.

Si les résultats montrent que l’adoption de l’IA reste relativement faible dans le Golfe, elle est néanmoins plus élevée que dans d’autres régions.

En fait, 62% des personnes interrogées ont rapporté que leur organisation utilisait l’IA pour au moins une fonction de l’entreprise, devançant l’Amérique du Nord (59%), l’Europe (48%) et la région Asie-Pacifique (55%).

Alors que la quatrième révolution industrielle est en marche, les gouvernements et les entreprises du Moyen-Orient sont de plus en plus conscients de l’évolution mondiale vers l’IA et les technologies de pointe.

Toutefois, l’enquête suggère que les entreprises qui utilisent actuellement l’IA commencent tout juste à explorer le plein potentiel de cette technologie.

Le cabinet de conseil international PwC estime que d’ici 2030, l’IA pourrait apporter 320 milliards de dollars aux économies du Moyen-Orient, soit 2% du total des bénéfices mondiaux de l’IA.

La croissance annuelle de la contribution de l’IA dans la région devrait se situer entre 20 et 34%, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite étant en tête de file.

M. Chandran a fait remarquer qu’au cours des cinq dernières années, les recherches de McKinsey ont révélé une différence frappante entre les entreprises les plus performantes et leurs concurrents, les premières tirant 20% ou plus de leurs bénéfices de l’IA.

Selon lui, pour que les entreprises du CCG suivent cet exemple, elles doivent se concentrer sur le renforcement de leurs capacités en matière d’IA dans quatre domaines cruciaux: la stratégie, l’organisation et les talents, les données et la technologie ainsi que l’adoption et la mise à l’échelle.

Toutefois, plusieurs répondants ont attiré l’attention sur les difficultés considérables qu’ils rencontrent pour développer leurs capacités en matière d’IA en raison de diverses préoccupations.

Pour surmonter ces obstacles, le rapport conseille aux entreprises d’aligner leur stratégie d’IA sur les objectifs de l’entreprise, de cultiver les talents dans le domaine de l’IA, de traiter les données comme un produit et de mettre en œuvre des programmes efficaces de gestion du changement.

Les Émirats arabes unis, par exemple, ont réalisé d’importants investissements dans le domaine de l’IA et ont même créé l’université Mohammed ben Zayed pour l’intelligence artificielle afin de soutenir le développement de leur écosystème de l’IA et promouvoir la recherche.

Mais si l’adoption de l’IA dans le CCG est «relativement encourageante», l’étude de McKinsey laisse entendre qu’il existe encore une valeur inexploitée «considérable» à laquelle les entreprises peuvent accéder.

Les différents secteurs du CCG adoptent l’IA à des vitesses variables, le commerce de détail étant en tête, sachant que 75% des personnes interrogées dans ce secteur indiquent avoir utilisé l’IA pour au moins une fonction de l’entreprise.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: pour se passer du FMI, Saied veut taxer les riches

Le président tunisien Kais Saied a proposé jeudi l'introduction de taxes supplémentaires ciblant les plus riches pour permettre à l'Etat de se passer d'un prêt du Fonds monétaire international (FMI) (Photo, AFP)
Le président tunisien Kais Saied a proposé jeudi l'introduction de taxes supplémentaires ciblant les plus riches pour permettre à l'Etat de se passer d'un prêt du Fonds monétaire international (FMI) (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Saied avait déjà rejeté en avril les «diktats» du FMI qui conditionne l'octroi d'un prêt à la Tunisie à des réformes économiques et à la levée de certaines subventions étatiques
  • La Tunisie, endettée à environ 80% de son PIB, a obtenu un accord de principe du FMI à la mi-octobre pour un nouveau prêt de près de 2 milliards de dollars pour l'aider à surmonter la grave crise financière qu'elle traverse

TUNIS: Le président tunisien Kais Saied a proposé jeudi l'introduction de taxes supplémentaires ciblant les plus riches pour permettre à l'Etat de se passer d'un prêt du Fonds monétaire international (FMI), dont il rejette les "diktats".

M. Saied a expliqué en recevant la cheffe du gouvernement Najla Bouden que le système de subventions aux produits de base actuellement en place bénéficiait à tous les Tunisiens, y compris les plus aisés, selon un communiqué de la présidence.

Face à cette situation, il a jugé pertinente l'idée de "prendre l'excédent d'argent des riches pour le donner aux pauvres" en reprenant une citation attribuée à l'un des premiers califes de l'islam, Omar Ibn Al-Khattab.

"Au lieu de lever les subventions au nom de la rationalisation, il serait possible d'introduire des taxes supplémentaires à ceux qui en bénéficient sans qu'ils en aient besoin", a-t-il ajouté, estimant qu'un tel mécanisme permettrait à l'Etat de ne pas se soumettre aux "diktats étrangers".

M. Saied avait déjà rejeté en avril les "diktats" du FMI qui conditionne l'octroi d'un prêt à la Tunisie à des réformes économiques et à la levée de certaines subventions étatiques.

Il n'a pas précisé dans ses déclarations de jeudi comment d'éventuelles nouvelles taxes pourraient être introduites dans un  pays où les impôts des salariés sont prélevés à la source mais où une grande partie de Tunisiens exerçant des professions libérales dans le privé ne déclarent pas leurs revenus à l'administration fiscale.

La Tunisie, endettée à environ 80% de son PIB, a obtenu un accord de principe du FMI à la mi-octobre pour un nouveau prêt de près de 2 milliards de dollars pour l'aider à surmonter la grave crise financière qu'elle traverse.

Mais les discussions sont dans l'impasse, faute d'engagement ferme du pays à mettre en œuvre un programme de réformes pour restructurer les plus de 100 entreprises publiques tunisiennes lourdement endettées et lever les subventions sur certains produits de base.

La crise économique et financière se traduit notamment par des pénuries chroniques de produits alimentaires de base sur fond de vives tensions politiques depuis que le président Saied s'est emparé des pleins pouvoir en juillet 2021, faisant vaciller la démocratie née de la première révolte du Printemps arabe en 2011.


Emmanuel Macron aurait «manqué de respect au roi du Maroc» assure Tahar ben Jelloun

Le roi du Maroc Mohammed VI s'entretient avec le président français Emmanuel Macron après l'inauguration d'une ligne à grande vitesse à la gare de Rabat le 15 novembre 2018. (Photo, AFP)
Le roi du Maroc Mohammed VI s'entretient avec le président français Emmanuel Macron après l'inauguration d'une ligne à grande vitesse à la gare de Rabat le 15 novembre 2018. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Macron a répondu de façon très maladroite et le roi n’a pas aimé, parce qu’il lui avait donné sa parole d’honneur mais il ne l’a pas cru»
  • Le prix Goncourt 1987 accuse Macron d’«avoir abandonné la grammaire de la diplomatie»

CASABLANCA: «Macron a été très maladroit, il a manqué de respect au roi du Maroc, ce que je sais de source très sûre.» C’est en ces termes qu’a répondu l'écrivain marocain Tahar ben Jelloun à une question que lui a adressée la journaliste Anna Cabana, lors d’une émission sur la chaîne i24NEWS le 31 mai.

Cette séquence largement reprise par les médias marocains revisite les coulisses des tensions diplomatiques entre la France et le Maroc. «Macron s’est plaint après l’affaire Pegasus, mais le roi lui a donné sa parole d’honneur lui disant que ce n’était pas son genre», poursuit-il.

«Macron a répondu de façon très maladroite et le roi n’a pas aimé, parce qu’il lui avait donné sa parole d’honneur mais il ne l’a pas cru», explique Ben Jelloun, qui se dit convaincu qu'à partir de ce moment-là, les relations diplomatiques ont été rompues.

Le prix Goncourt 1987 accuse Macron d’«avoir abandonné la grammaire de la diplomatie», reprenant le lexique qu’il avait employé dans une tribune publiée dans le magazine français Le Point, dans laquelle il invitait le président français à mieux comprendre le Royaume, tout en lui rappelant l'historique des relations franco-marocaines.

S’exprimant sur le voisin et adversaire régional du Maroc, l'Algérie, Ben Jelloun a expliqué que Macron «a déjà voulu donner de l’importance à l’Algérie (…). À mon avis, il a fait une erreur stratégique pour la France», souligne-t-il. 

«Les Algériens ne donneront jamais rien. Ils ont ce qu’il a lui-même appelé la rente mémorielle et ils ne vont pas la lâcher.»