Israël prévoit 16.000 permis de travail supplémentaires pour des Palestiniens

Un palestinien portant un keffieh, étoffe palestinienne traditionnelle, sur un chantier de travail. Derrière lui une peinture murale de la mosquée el-Aqsa à Jérusalem. Photo AFP/Archives
Un palestinien portant un keffieh, étoffe palestinienne traditionnelle, sur un chantier de travail. Derrière lui une peinture murale de la mosquée el-Aqsa à Jérusalem. Photo AFP/Archives
Short Url
Publié le Mercredi 28 juillet 2021

Israël prévoit 16.000 permis de travail supplémentaires pour des Palestiniens

  • Cette annonce fait suite à des discussions entre le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas
  • Avec cette hausse, 106.000 Palestiniens au total auront le droit de travailler en Israël, et 30.000 autres dans les colonies en Cisjordanie

TEL-AVIV : Israël prévoit de délivrer 16.000 permis de travail supplémentaires à des Palestiniens travaillant dans le secteur hôtelier et de la construction, ont déclaré mercredi plusieurs sources concordantes.

"Israël a l'intention d'ajouter 15.000 travailleurs au quota des Palestiniens résidant en Judée-Samarie (nom donné par Israël à la Cisjordanie occupée, NDLR) et travaillant dans le secteur de la construction", a annoncé dans un communiqué le Cogat, un organe militaire coordonnant les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens.

Mille permis de travail supplémentaires seront octroyés à des Palestiniens travaillant dans des hôtels israéliens, a-t-il précisé. Cette annonce fait suite à des discussions entre le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Le gouvernement doit entériner cette décision début août, a indiqué à l'AFP un responsable sécuritaire, ajoutant: "Nous voulons la mettre en oeuvre aussi vite que possible. C'est dans l'intérêt des deux parties", israélienne comme palestinienne.

Avec cette hausse, 106.000 Palestiniens au total auront le droit de travailler en Israël, et 30.000 autres dans les colonies en Cisjordanie, a précisé cette source, sous couvert d'anonymat.

A la tête du Cogat, le général Rassan Alian a estimé que l'augmentation du nombre de permis "renforcerait les économies israéliennes et palestiniennes et contribuerait largement à la stabilité et la sécurité de la zone de Judée-Samarie".

Les Palestiniens vivant en Cisjordanie optent souvent pour des emplois en Israël ou dans des colonies en raison d'un meilleur salaire, bien qu'ils décrient le fait d'être moins bien payés que leurs collègues israéliens et de ne pas bénéficier des mêmes protections.

Aucun Palestinien vivant dans la bande de Gaza, sous blocus israélien depuis 2007 après l'arrivée au pouvoir du mouvement armé Hamas, ne recevra de permis de travail malgré la hausse, selon la source sécuritaire contactée par l'AFP.

Avant la pandémie de Covid-19, près de 7.000 Gazaouis -- sur les deux millions d'habitants de l'enclave -- étaient autorisés à venir travailler en Israël. Leurs permis ont été suspendus en raison du virus.


L'Égypte et le Soudan effectuent un exercice militaire conjoint

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
Short Url
  • Des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière
  • Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties

LE CAIRE: Un exercice d’entraînement militaire égypto-soudanais a débuté au complexe des champs d’entraînement des garde-frontières en Égypte.

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations.

Selon le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel-Hafez, des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière.

Dans un discours accueillant le contingent soudanais, le commandant des garde-frontières égyptiens a déclaré que l’exercice contribuerait à renforcer les capacités des forces des deux pays.

La première phase de la formation comprenait une exposition des armes et équipements les plus récents utilisés pour la sécurité des frontières et la lutte contre la contrebande et l’infiltration, ainsi qu’une présentation des efforts déployés pour promouvoir l’intégration entre les forces.

Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties, améliorer la coopération militaire et développer les opérations conjointes.

Le premier exercice militaire conjoint de l’Égypte et du Soudan, Guardian of the South-1, a eu lieu en octobre 2021 dans la base militaire égyptienne Mohammed Naguib, la plus grande du Moyen-Orient, située dans la région d’Al-Hamam à l’ouest d’Alexandrie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com