L'inquiétante agitation politique en Tunisie s'aggrave

La Tunisie a d'abord été félicitée pour sa gestion de la pandémie à son commencement, en janvier 2020. La direction laïque du pays ayant laissé la place au parti Ennahdha, la Tunisie connaît désormais l'un des taux d'infection les plus élevés du monde arabe
La Tunisie a d'abord été félicitée pour sa gestion de la pandémie à son commencement, en janvier 2020. La direction laïque du pays ayant laissé la place au parti Ennahdha, la Tunisie connaît désormais l'un des taux d'infection les plus élevés du monde arabe
Short Url
Publié le Jeudi 29 juillet 2021

L'inquiétante agitation politique en Tunisie s'aggrave

  • Le passage du taux d'infection à la Covid-19 le plus bas à l'un des plus élevés est directement lié au parti islamiste Ennahdha
  • Les bouleversements politiques causés par la prise de pouvoir d'Ennahdha ont laissé le pays sans préparation pour faire face à la montée en puissance du variant Delta

CHICAGO: Les troubles politiques et la montée en puissance du parti islamiste Ennahdha en Tunisie ont sapé la stabilité du pays et paralysé sa capacité à contrôler la propagation de la pandémie de Covid-19, a déclaré mercredi un analyste et auteur de premier plan.

La Tunisie a d'abord été félicitée pour sa gestion de la pandémie à son commencement, en janvier 2020. La direction laïque du pays ayant laissé la place au parti Ennahdha, la Tunisie connaît désormais l'un des taux d'infection les plus élevés du monde arabe.

Selon Ammar ben Aziz, journaliste tunisien de longue date, le passage du taux d'infection à la Covid-19 le plus bas à l'un des plus élevés est directement lié à l'expansion d'Ennahdha et à sa mauvaise gestion des services de santé publics.

«En Afrique du Nord, je pense que la politique a affecté la lutte contre le coronavirus et non l'inverse. Si l'on remonte au premier stade de la pandémie, on se souvient que la Tunisie a été le premier pays au monde à maîtriser la propagation du virus. Il n'y avait aucun cas en mai 2020», a déclaré mercredi Ammar ben Aziz lors d'une interview sur The Ray Hanania Radio Show.

«Ce fut un très grand succès pour le gouvernement, qui était alors dirigé par Elyes Fakhfakh, nommé par le président, Kaïs Saïed, et non par le parti Ennahdha. Gardons cela à l'esprit. Et puis quand il y a eu le changement de Premier ministre, tout s'est effondré car Ennahdha a utilisé la pandémie afin d’en tirer profit politiquement.»

M. Ben Aziz souligne que le président Saïed a nommé M. Fakhfakh au poste de Premier ministre en février 2020. Mais Elyes Fakhfakh a été démis de ses fonctions par Ennahdha sept mois plus tard tandis qu'il consolidait ses pouvoirs au gouvernement.

«C'est la principale raison pour laquelle nous assistons à ces événements ayant récemment eu lieu en Tunisie. Le gouvernement, contrôlé par Ennahdha, essaie simplement de tirer profit de tout», déclare Ammar ben Aziz, rédacteur en chef de la chaîne d'information Al-Arabiya basée à Dubaï.

«Pour rappel, en Algérie, dans les premiers jours de la pandémie, le président, Abdelmadjid Tebboune, a contracté la Covid-19 et a quitté l'Algérie. Il a passé des mois en Allemagne en convalescence. Cet incident a également affecté la situation en Algérie et retardé le plan de gestion de la pandémie.»

Les troubles politiques causés par la prise de pouvoir d'Ennahdha ont laissé le pays sans préparation pour faire face à l'apparition du variant Delta, une version beaucoup plus virulente et dangereuse du virus.

«Ils estimaient en avoir suffisamment fait. Ils pensaient être le premier pays à avoir réussi à contrôler la pandémie au lieu de passer à l'étape suivante et d'écouter les experts qui les ont avertis d'autres vagues à venir. Ils ont alors décidé de s'ouvrir au monde», indique le journaliste. «C'est le premier pays à avoir ouvert ses frontières, notamment à l'Europe et aux émigrés tunisiens.»

Ennahdha n'a pas su anticiper l'évolution de la pandémie au fur et à mesure de sa propagation, ni l'apparition du variant Delta.

Ammar ben Aziz qualifie la décision politique d'Ennahdha de vouloir placer quelqu’un de leur propre parti à la tête du département de la santé de «décision stupide».

«Ils ont commencé à évoquer la destitution de Hisham Machichi, l'actuel ministre de la Santé, et son remplacement par leur ministre afin de montrer aux opposants qu'ils en avaient les moyens. Ils voulaient exploiter les succès de Kaïs Saïed», déclare M. Ben Aziz. M. Saïed a répondu en accusant Ennahdha de «faire de la politique avec la vie du peuple tunisien».

M. Ben Aziz note que les efforts d'Ennahdha pour se rapprocher des Russes ont également joué un rôle majeur dans la flambée de la pandémie en Tunisie. Le gouvernement Ennahdha a choisi d'utiliser le vaccin russe, considéré comme moins efficace que les vaccins développés en Occident, tels que Pfizer et Moderna.

De nombreux pays arabes ont promis leur soutien afin d’aider la Tunisie à reprendre le contrôle de la pandémie. Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s'est engagé à envoyer des vaccins et du matériel médical tandis que la Libye a également promis une aide médicale, indique le cabinet du président cette semaine.

Le Koweït, la Turquie et l'Algérie ont également promis de l'aide tandis que le Qatar a envoyé un avion médicalisé avec 200 médecins et 100 respirateurs.

Ammar ben Aziz a tenu ces propos lors d'une apparition mercredi sur The Ray Hanania Radio Show, diffusé en direct sur WNZK AM 690 Radio à Detroit et WDMV AM 700 Radio à Washington D.C. sur l’US Arab Radio Network. L'émission a été diffusée en direct sur la page Facebook d'Arab News et en podcast sur ArabNews.com/RayRadioshow.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a reçu jeudi à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Au cours de cette réception, le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines.

Les développements régionaux, y compris la situation dans la bande de Gaza et les efforts déployés à cet égard, ont également été abordés au cours de la réunion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com