Le Venezuela en proie à l'hyperinflation va supprimer six zéros à sa monnaie

Les pouvoirs publics qui espèrent à terme revenir à une économie se servant du bolivar assurent que l'utilisation du dollar est «temporaire». (Photo, AFP)
Les pouvoirs publics qui espèrent à terme revenir à une économie se servant du bolivar assurent que l'utilisation du dollar est «temporaire». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 06 août 2021

Le Venezuela en proie à l'hyperinflation va supprimer six zéros à sa monnaie

  • Bien avant la mesure, la rue a déjà «adopté» partiellement la nouvelle suppression de zéros puisque les prix étaient souvent annoncés ou écrit en milliers et non en millions pour des raisons pratiques
  • Jadis acteur majeur du marché pétrolier mondial, le Venezuela, qui a produit jusqu'à 3,3 millions de barils par jour, en est aujourd'hui à un peu plus de 500 000 b/j

CARACAS : Le Venezuela va supprimer le 1er octobre six zéros à sa monnaie, le bolivar, en raison de l'hyperinflation qui l'a dépouillé de sa valeur et conduit à une dollarisation de l'économie, a annoncé jeudi la Banque centrale.

En 13 ans, le bolivar aura perdu 14 zéros, signe des dévaluations successives imposées au gouvernement.

L'ancien président Hugo Chavez (1999-2013) avait supprimé trois zéros en 2008. Son successeur et actuel président, Nicolas Maduro, avait fait de même en août 2018 en supprimant cinq zéros.

"A partir du 1er octobre, entrera en vigueur le bolivar digital lors de l'application d'une nouvelle échelle monétaire qui supprime six zéros à la monnaie nationale", indique un communiqué de la Banque centrale dans un pays où l'économie s'est presque totalement dollarisée ces derniers mois. 

La plupart des transactions se font en monnaie américaine alors que l'inflation a été de plus de 250% entre janvier et mai. L'hyper-inflation a atteint 400 000% en 2018, près de 10 000% en 2019 et 3 000% en 2020. 

Jadis riche pays pétrolier, le Venezuela a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013 et 65% des ménages vivent dans la pauvreté.

Le pays va imprimer de nouveaux billets pour accompagner la  mesure alors que ceux-ci ont presque disparu de la circulation dans le pays. La plupart des échanges qui ne se font pas en dollars se font de manière numérique (paiements par carte, virement ou transfert bancaire).

Cette décision vise à "faciliter" l'utilisation de la monnaie, en la ramenant à "une échelle monétaire plus simple", poursuit le texte.

Selon la Banque centrale, "ce changement d'échelle monétaire qui s'appuie sur l'approfondissement et le développement de l'économie numérique constitue un fait historique au moment où le pays entame un redressement économique après une crise provoquée par l'attaque brutale de notre économie, de notre monnaie et le blocus économique criminel et financier".

Mesure «nécessaire» mais pas miraculeuse

Le gouvernement invoque régulièrement les sanctions internationales imposées depuis 2019, notamment par les Etats-Unis, pour tenter d'évincer le président Maduro du pouvoir, même si la crise dure depuis plus de 8 ans. 

"C'était une décision attendue. C'était nécessaire", a indiqué l'économiste César Aristimuño. 

"Les facturations et les processus comptables des entreprises étaient presque impossibles" avec autant de zéros, souligne-t-il. 

Bien avant la mesure, la rue a déjà "adopté" partiellement la nouvelle suppression de zéros puisque les prix étaient souvent annoncés ou écrit en milliers et non en millions pour des raisons pratiques. 

Si la mesure est "pratique (...) on ne peut pas attendre des miracles économiques étant donné" que cette opération "arrive sans mesures économiques de fond" qui pourraient enrayer l'inflation, estime M. Aristimuño. 

"Plus de zéros, moins de zéros, c'est du pareil au même", soupire Marisela Lopez, 34 ans, vendeuse de légumes au marché municipal de Catia, quartier populaire du ouest de Caracas "L'activité reste la même, ça ne change rien".

"On a tiré de nouveaux billets, et encore des billets. Maintenant, on les voit par-terre, on les brûle, on ne sait plus quoi en faire!", dit-elle à propos des anciens billets.

Alors que les échanges numériques (cartes ou transferts) avaient pris le pas sur les paiements en liquide, elle souligne que désormais tout le monde "cherche à se débarrasser de ses billets. Nous aussi d'ailleurs parce que si on se retrouve avec beaucoup de billets... qu'est ce qu'on en fera ensuite? On ne sait pas"  

Jadis acteur majeur du marché pétrolier mondial, le Venezuela, qui a produit jusqu'à 3,3 millions de barils par jour, en est aujourd'hui à un peu plus de 500 000 b/j.

L'utilisation du dollar, la monnaie du principal adversaire du Venezuela, "est très paradoxale", avait reconnu en avril le ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, alors que les autorités nationales avaient longtemps tenté d'empêcher sa circulation.

Les pouvoirs publics qui espèrent à terme revenir à une économie se servant du bolivar assurent que l'utilisation du dollar est "temporaire". 


Au-delà du succès de Nvidia, comment exploiter le filon de l'IA

Aidan Gomez, PDG et co-fondateur de Cohere, pose pour un portrait lors de la conférence technologique Collision 2024 à Toronto, Ontario, Canada, le 18 juin 2024 (Photo, AFP).
Aidan Gomez, PDG et co-fondateur de Cohere, pose pour un portrait lors de la conférence technologique Collision 2024 à Toronto, Ontario, Canada, le 18 juin 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le champ de l'IA, restera-t-il une place pour d'autres que les grands modélistes existants qui dominent le secteur, c'est-à-dire OpenAI, Google (Gemini) et Anthropic ?
  • L'un des domaines à explorer est celui de la spécialisation des puces, affirme Vinod Khosla, car l'IA exige des processeurs de plus en plus spécifiques

 

TORONTO: Face au succès retentissant de Nvidia, parvenu en peu de temps au top des entreprises mondiales grâce à ses puces indispensables pour l'intelligence artificielle, les start-ups se demandent sur quels créneaux elles peuvent, elles aussi, profiter de la manne de l'IA.

Nvidia, concepteur des processeurs qui entraînent les grands modèles de langage de l'IA générative, vient de se hisser brièvement au premier rang des plus grandes capitalisations à Wall Street.

Son décollage boursier a stimulé l'ensemble du secteur, entraînant également à la hausse des groupes comme Oracle, Broadcom ou HP et une série d'autres qui ont vu leurs valorisations boursières gonfler malgré des bénéfices parfois fragiles.

Au milieu de cette ébullition, les start-ups, qui recherchent l'attention des investisseurs en capital-risque de la Silicon Valley, sont invitées à innover mais sans indication claire sur comment va s'écrire le prochain chapitre de l'IA.

Dans le champ de l'IA, restera-t-il une place pour d'autres que les grands modélistes existants qui dominent le secteur, c'est-à-dire OpenAI, Google (Gemini) et Anthropic ?

Concurrencer ces protagonistes de front ne semble pas la bonne approche, conviennent des professionnels interrogés par l'AFP à la conférence technologique Collision de Toronto, au Canada.

"Je ne pense pas que ce soit le bon moment de démarrer une entreprise fondamentale (de création) d'IA", estime Mike Myer, fondateur et PDG de la société technologique Quiq.

D'autres ont développé des applications qui utilisent ou imitent les puissances des grands modèles existants, mais cette idée est rejetée par les grands acteurs de la Silicon Valley.

«Réelle valeur ajoutée»

"Ce qui est étonnant, c'est que les gens ne font pas la différence entre les applications qui vont être cannibalisées par les modèles eux-mêmes à mesure que ceux-ci progressent dans leurs capacités; et celles qui apportent réellement de la valeur ajoutée et qui seront encore là dans dix ans", assène Vinod Khosla, vétéran du capital-risque.

Cet investisseur, un des premiers à avoir misé sur OpenAI, ne mâche pas ses mots. L'application "Grammarly ne tiendra pas le coup", prédit-il par exemple à propos du service de vérification orthographique et grammatical.

Selon lui, les start-up qui ne font qu'"emballer" les services de l'IA sont condamnées.

L'un des domaines à explorer est celui de la spécialisation des puces, affirme Vinod Khosla, car l'IA exige des processeurs de plus en plus spécifiques.

Fournir un traitement plus spécialisé pour les nombreuses demandes de l'IA est une opportunité saisie par Groq, une start-up en vogue.

Elle a conçu des puces pour le déploiement de l'IA plutôt que pour son entraînement ou ses capacités de déduction (inference). Ces dernières fonctions sont typiquement la spécialité des cartes graphiques ou GPU (graphics processing unit) de Nvidia.

Pour le PDG de Groq, Jonathan Ross, Nvidia ne pourra pas être le meilleur dans tous les domaines, même s'il est incontesté pour l'entraînement de l'IA générative.

«Gagner la confiance»

Une autre opportunité va se présenter pour une IA hautement spécialisée qui fournira une expertise et un savoir-faire fondés sur des données exclusives qui ne seront pas récupérées par les grands modèles.

"OpenAI et Google ne vont pas créer un ingénieur en structure. Ils ne vont pas créer des médecins de premier recours ni un thérapeute en santé mentale", fait remarquer M. Khosla.

Profiter de données hautement spécialisées est le coeur d'activité de Cohere, une autre des start-ups en vogue de la Silicon Valley.

Elle propose des modèles exclusifs à des entreprises qui hésitent, à l'idée que l'IA et leurs données échappent à leur contrôle.

"Les entreprises sont sceptiques à l'égard de la technologie et elles ont une aversion pour le risque. Nous devons donc gagner leur confiance et leur prouver qu'il existe un moyen d'adopter cette technologie qui soit fiable, digne de confiance et sécurisé", dit à l'AFP Aidan Gomez, PDG de Cohere.

A 20 ans, travaillant alors chez Google, Aidan Gomez a co-écrit l'article fondateur "L'Attention est tout ce dont vous avez besoin", qui a présenté le Transformer, l'architecture derrière les grands modèles de langage et le T de ChatGPT d'OpenAI.

Soutenu par des financements de Nvidia et de Salesforce Ventures, la société est maintenant évaluée à plusieurs milliards de dollars.

 


USA: Boeing va échapper à un procès pénal mais devra se doter d'un superviseur

Des personnes brandissent des portraits de victimes alors que le président-directeur général de Boeing, Dave Calhoun, témoigne lors d'une audition de la sous-commission des enquêtes de la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat pour examiner "la culture de sécurité brisée de Boeing" au Capitole à Washington, DC, le 18 juin 2024. (Photo par Samuel Corum  AFP)
Des personnes brandissent des portraits de victimes alors que le président-directeur général de Boeing, Dave Calhoun, témoigne lors d'une audition de la sous-commission des enquêtes de la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat pour examiner "la culture de sécurité brisée de Boeing" au Capitole à Washington, DC, le 18 juin 2024. (Photo par Samuel Corum AFP)
Short Url
  • Le ministère a prévenu mi-mai d'un risque de poursuites pénales contre l'avionneur pour non-respect d'un accord conclu le 7 janvier 2021 après le crash de deux 737 MAX 8, ayant fait 346 morts
  • Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX -son avion vedette-, Boeing avait accepté en 2021 de payer 2,5 milliards de dollars et s'était engagé, entre autres, à renforcer son programme de conformité

NEW YORK : Le ministère américain de la Justice compte proposer à Boeing un nouvel accord de poursuites différées (DPA), mais avec nomination d'un superviseur indépendant, jugeant un procès trop risqué pour la survie de l'avionneur, a écrit vendredi le New York Times (NYT).

Un responsable du ministère a néanmoins démenti, auprès d'un avocat de parties civiles, avoir pris une décision.

Le quotidien new-yorkais, faisant référence à des sources proches des discussions, a rapporté qu'après un «intense débat interne, de hauts responsables du ministère paraissent avoir conclu que poursuivre Boeing serait trop risqué juridiquement».

Ils «considèrent que la nomination d'un superviseur indépendant est une façon plus rapide et plus efficace de s'assurer» que Boeing améliore ses processus de production et de contrôle de qualité, a poursuivi le journal.

Le ministère a prévenu mi-mai d'un risque de poursuites pénales contre l'avionneur pour non-respect d'un accord conclu le 7 janvier 2021 après le crash de deux 737 MAX 8, ayant fait 346 morts.

Boeing a officiellement contesté ces conclusions mi-juin.

Le ministère doit désormais se positionner. Il s'est engagé à faire connaître, au plus tard le 7 juillet, sa décision au juge fédéral du Texas chargé de cette affaire.

Sollicités par l'AFP au sujet des informations du NYT, Boeing et les avocats des familles dans le volet civil n'ont pas réagi. Le ministère s'est refusé à tout commentaire.

«Cet article est tout simplement incorrect», a fait savoir un responsable du ministère à Paul Cassell, professeur de droit à l'université de l'Utah et avocat des familles pour le volet pénal, dans un courriel que ce dernier a relayé auprès de médias.

- Aucune décision -

«Le ministère n'a pas pris de décision sur la façon de procéder ni sur l'opportunité de poursuivre Boeing», lui a assuré Glenn Leon, chef de la section fraude du service pénal au ministère, s'engageant à l'informer de «toutes décisions majeures» dans cette affaire.

«Nous espérons que le démenti du ministère (...) n'est pas un stratagème pour gagner du temps afin de parvenir à un autre DPA avec Boeing», a réagi M. Cassell. «Le premier DPA a échoué. Il n'y a pas de raison de penser qu'un second ferait mieux».

«Il est temps de mettre un terme à cette affaire en allant au procès et en obtenant un verdict de culpabilité contre Boeing», a-t-il poursuivi.

Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX -son avion vedette-, Boeing avait accepté en 2021 de payer 2,5 milliards de dollars et s'était engagé, entre autres, à renforcer son programme de conformité.

Il prévoyait une mise à l'épreuve de trois ans.

Mais l'avionneur multiplie, surtout depuis début 2023, les problèmes de production et de contrôle de qualité sur trois de ses quatre avions commerciaux (737 MAX, 787 Dreamliner et 777).

L'incident en vol sur un 737 MAX 9 d'Alaska Airlines le 5 janvier, dont une porte-bouchon -opercule condamnant une issue de secours redondante- s'est détachée, a été de trop.

- Crucial pour l'économie américaine -

Des enquêtes ont été ouvertes par les régulateurs, la justice et des commissions parlementaires, dont certains membres plaident pour des poursuites.

Des familles de victimes des crashes réclament également un procès pénal contre le groupe et ses dirigeants, ainsi qu'une amende de près de 25 milliards de dollars.

Dave Calhoun, patron de Boeing depuis début 2020 et qui doit partir d'ici la fin de l'année en retraite anticipée à cause des problèmes de l'avionneur, a reconnu mardi devant une commission d'enquête sénatoriale la «gravité» de la situation. Il a affirmé que des progrès avaient déjà été effectués.

Mais, selon le NYT, un procès pénal entraîne souvent le dépôt de bilan de l'entreprise visée. Or Boeing est un groupe crucial pour l'économie américaine et pour la sécurité nationale.

D'après le quotidien, une condamnation pénale pourrait l'exclure des contrats gouvernementaux et militaires américains.

Sa branche Défense, Espace et Sécurité (BDS) a généré quasiment 25 milliards de dollars en 2023, soit près d'un tiers du chiffre d'affaires du groupe.


Comment le dessalement solaire permet à l'Arabie saoudite de produire de l'eau potable de manière durable

L’usine de dessalement d'Al-Khafji, la plus grande au monde. (Photo Vision 2030)
L’usine de dessalement d'Al-Khafji, la plus grande au monde. (Photo Vision 2030)
Short Url
  • Le dessalement de l'eau de mer permet aux pays desséchés du Golfe d'accéder à une eau abondante pour l'agriculture et la consommation humaine
  • Pour réduire les émissions, le Royaume adopte des sources d'énergie renouvelables pour alimenter ses usines de filtration et de traitement

RIYAD : Dans les régions où les précipitations sont limitées, le dessalement est un moyen pratique d'obtenir de l'eau en abondance pour l'agriculture et la consommation humaine. Cependant, le processus de transformation de l'eau de mer en eau douce est notoirement gourmand en énergie.

En effet, le dessalement contribue de manière significative aux émissions de carbone dans la péninsule arabique, qui manque d'eau. C'est pourquoi l'Arabie saoudite a investi dans des sources d'énergie verte pour alimenter ses usines de dessalement.

« L'utilisation d'énergies renouvelables pour le dessalement est essentielle car elle contribue à réduire l'empreinte carbone de l'opération et les coûts de production de l'eau », a déclaré à Arab News Sultan Al-Rajhi, porte-parole de l'Autorité saoudienne de l'eau.

En raison de la rareté des ressources en eau douce dans une région où la population augmente rapidement, le dessalement de l'eau de mer est essentiel pour répondre à la demande, a-t-il ajouté.

« L'Arabie saoudite dépend du dessalement de l'eau de mer en raison de la nature du climat désertique, dans lequel la présence d'eau de surface et de rivières naturelles est rare », a déclaré Al-Rajhi.

En fait, le dessalement représente environ 75 % de l'approvisionnement en eau du Royaume.

« Le dessalement de l'eau de mer attire de nombreux investissements afin de répondre à la demande liée à la croissance démographique et économique observée dans l'ensemble de la région du Golfe ».

Chaque année, le Royaume a besoin d'une moyenne de 5,5 milliards de mètres cubes d'eau douce. Le besoin en eau est particulièrement élevé pendant les saisons du Hajj et de la Omra, lorsque bien plus d'un million de pèlerins arrivent du monde entier.

Le Royaume, qui compte plus de 37 millions d'habitants, est le troisième plus grand consommateur d'eau au monde par habitant. L'agriculture représente à elle seule environ 84 % de la consommation totale d'eau.

Une ferme de production de luzerne dans le gouvernorat de Wadi Ad-Dawasir, dans la région de Riyad. (Fourni)
Une ferme de production de luzerne (alfalfa) dans le gouvernorat de Wadi Ad-Dawasir, dans la région de Riyad. (Fourni)

Le dessalement est un processus complexe qui consiste à éliminer le sel et d'autres impuretés de l'eau de mer. Ce processus nécessitant une quantité importante d'énergie, l'adoption d'énergies renouvelables telles que l'énergie solaire pour alimenter ces installations est devenue une priorité absolue.

« Pour développer une infrastructure résistante au climat pour un dessalement durable, l'Arabie saoudite devrait donner la priorité aux technologies innovantes et renouvelables », a déclaré à Arab News Abdulaziz Daghestani, directeur des ventes de la zone des services d'eau et directeur national chez Grundfos.

Grundfos est une entreprise danoise qui travaille avec les États de la région pour fournir des solutions de pompage innovantes pour l'approvisionnement en eau, la gestion des eaux usées, le chauffage et le refroidissement, ainsi que les processus industriels.

Selon  Daghestani, l'intégration de systèmes de surveillance avancés peut contribuer à optimiser les opérations de dessalement et à améliorer l'efficacité.

« En utilisant des données et des analyses en temps réel, nous pouvons améliorer les pratiques de gestion de l'eau et procéder à des ajustements en temps voulu pour répondre à la demande croissante de la consommation humaine et de l'agriculture », a-t-il expliqué.

Le programme Qatrah, qui signifie « gouttelette » en arabe, a été lancé par le ministère de l'Environnement, de l`Eau et de l`Agriculture en 2020 et vise à réduire la consommation excessive d`eau en éliminant le gaspillage et en encourageant la conservation et la réutilisation de l`eau douce existante.

Son objectif est de réduire la consommation quotidienne d'eau par habitant de 263 litres à 150 litres d'ici 2030. Pour ce faire, le ministère a créé un cadre unifié, connu sous le nom de Stratégie nationale de l'eau, pour le pays.

Cependant, malgré ces efforts pour améliorer la durabilité des systèmes d'approvisionnement en eau, le dessalement reste un moyen crucial de répondre à la demande en eau, ce qui fait de l'adoption de sources d'énergie propres et de techniques de production efficaces une priorité essentielle.