De la Somalie en guerre au magazine Vogue, le parcours remarquable d’un mannequin qui porte le voile

Rawdah Mohammed puise son inspiration dans ses origines somaliennes dans le cadre de son activité de rédactrice en chef de la nouvelle édition scandinave du magazine Vogue. (Photo fournie)
Rawdah Mohammed puise son inspiration dans ses origines somaliennes dans le cadre de son activité de rédactrice en chef de la nouvelle édition scandinave du magazine Vogue. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 20 août 2021

De la Somalie en guerre au magazine Vogue, le parcours remarquable d’un mannequin qui porte le voile

  • Rawdah Mohamed est la seule rédactrice en chef de couleur qui porte le voile au sein d’un magazine occidental
  • La famille du mannequin somalo-norvégien a fui la guerre civile en Somalie pour le Kenya quand elle était encore bébé

LONDRES: Rawdah Mohammed a vécu dans un camp de réfugiés après que sa famille a obtenu l’asile politique en Norvège. À l’école, elle se faisait souvent intimider parce qu’elle portait le voile.

Le mannequin de 29 ans puise son inspiration dans ses origines somaliennes. Elle vient d’être nommée rédactrice en chef de la nouvelle édition scandinave du magazine Vogue.

En plus d’être la seule rédactrice en chef de couleur qui porte le voile au sein d’un magazine occidental, Rawdah Mohammed a également dû suivre un chemin parsemé d’embûches pour décrocher le job de ses rêves.

La famille du mannequin somalo-norvégien a fui la guerre civile en Somalie pour le Kenya quand elle était encore bébé. Accompagnée de ses parents et de ses neufs frères et sœurs – dont une adoptive –, elle a grandi dans camp de réfugiés au Kenya avant que la famille ne s'installe en Norvège, Rawadh avait alors 8 ans.

«Dès notre arrivée en Norvège, nous avons vécu pendant deux ans dans un camp de réfugiés situé dans une toute petite ville. C’était difficile parce que les habitants étaient extrêmement racistes. Ils ne voulaient pas que des réfugiés s’installent chez eux, pensant que nous étions dangereux et que nous avions l’intention de prendre leur travail», se souvient-elle, pour Arab News.

Au cours de ces deux années, elle se faisait intimider à l’école parce qu’elle portait le voile. Les autres petites filles du camp le retiraient en classe.

Ses professeurs ont évoqué la possibilité de lui interdire le port du voile à l’école, ce qui l’a «traumatisée et bouleversée».

«En route vers la Norvège, ma maman ne cessait de répéter que la sécurité régnait dans ce pays, qu’il n’y avait pas de guerre et que nous pourrons faire ce que nous voudrons parce que nous y serons complètement libres», raconte-t-elle.

Le mannequin admet avoir ressenti que, dans cet endroit où elle espérait pouvoir être libre, tout le monde l’était sauf elle.

Rawdah Mohamed est la première rédactrice en chef de couleur qui porte le voile au sein d’un magazine occidental. (Photo fournie)
Rawdah Mohamed est la première rédactrice en chef de couleur qui porte le voile au sein d’un magazine occidental. (Photo fournie)

«On me disait que quelque chose ne tournait pas rond chez moi, que j’étais à l’origine du problème et que je devais changer. Je n’ai pas du tout apprécié cela. Je n’ai pas fait tout ce trajet pour qu’on me dise que je ne suis toujours pas libre», explique-t-elle.

«J’ai décidé de continuer à porter le voile. C’était comme une prise de position.»

Sa vie a commencé à s’améliorer à l’âge de 10 ans, lorsque sa famille a quitté le camp et obtenu l’autorisation de rester en Norvège.

«C’est à ce moment-là que j’ai vraiment pu vivre mon enfance. Nous étions dans un lieu sûr et avions une adresse permanente, que nous considérions notre foyer. Je n’avais jamais connu ce sentiment. Ma mère était heureuse parce que tous ses enfants étaient en sécurité. Nous avions de quoi manger et ne manquions de rien», poursuit-elle.

Bien qu’elle n’ait pas vécu longtemps en Somalie, Rawdah Mohammed affirme que son amour pour la mode provient de ses origines somaliennes.

«Nos vêtements sont hauts en couleur», insiste-t-elle.

Petite, elle adorait regarder les femmes se préparer pour un mariage dans le camp de réfugiés au Kenya, ou accompagner sa mère au marché pour «voir ce que les autres portaient».

«Au camp de réfugiés, je faisais partie des rares enfants autorisés à assister aux mariages simplement parce ce que j’étais passionnée par ce qu’ils faisaient. Je m’asseyais dans la rue et regardais passer ces dames», déclare-t-elle.

Le vendredi, les adolescentes suivaient des cours d’instruction religieuse sur le Coran et l’islam. Les jeunes filles s’habillaient pendant que Rawdah les observait avec envie. Elle trouvait leurs voiles attrayants. C’est d’ailleurs ce qui l’a inspirée et incitée à en porter.

«Dans le camp de réfugiés au Kenya, seules les adolescentes portaient le voile. J’aimais imiter leurs tenues ou même la manière dont elles parlaient et marchaient. Elles ornaient leur hijab d’accessoires. C’était très stylé. Je voulais à tout prix leur ressembler», ajoute-t-elle.

Rawdah Mohammed décrit à quel point la confection de vêtements traditionnels pour l’Aïd était «spéciale» dans le camp. C’était la seule occasion où ses parents pouvaient se permettre de lui acheter de nouveaux habits.

«Il fallait acheter du tissu et l’apporter au couturier, qui était toujours un homme. On lui disait exactement ce qu’on voulait et il confectionnait la robe. C’était pour moi un moment unique», renchérit-elle.

Elle affirme être «tombée par hasard sur le mannequinat» après qu’une amie l’a mise en contact avec son manager alors qu’elle suivait des études en analyse comportementale et soins de santé à l’université.

«J’ai assisté à un défilé de mode à Oslo à la fin de 2018. C’est là-bas que j’ai rencontré mon manager. Il m’a exposé un peu leur travail avant qu’on ne se réunisse dans son bureau. Je lui ai dit que je n’étais pas sûre de vouloir devenir mannequin, mais que je tenais absolument à travailler dans la mode», souligne-t-elle.

Cependant, après quelques séances photos qui lui ont plu, Rawdah Mohammed décide de devenir mannequin en 2019.

Au début de sa carrière, elle jongle entre le mannequinat et le travail avec des autistes et d’autres personnes souffrant de handicaps mentaux.

À ce jour, elle continue de faire du bénévolat dans les soins de santé mentale et travaille auprès des patients dans les hôpitaux surchargés durant la pandémie de Covid-19.

Elle est choquée de constater que le voile est perçu différemment dans le monde de la mode par rapport aux professions de la santé.

«C’est si étrange. Vous ne vous imaginez même pas ce que les gens peuvent dire à ce sujet. Après tout, ce n’est qu’un bout de tissu sur ma tête», s’étonne-t-elle.

«On s’attend à ce que tous les adultes soient suffisamment intelligents pour comprendre que ce n’est rien de plus qu’un choix religieux qui ne prête pas à débat. Lorsque vous entrez dans le monde de la mode, vous vous rendez compte qu’il y a nettement moins d’ouverture. C’est comme si j’étais toujours au camp de réfugiés, où je devais justifier mon apparence et défendre mes droits», explique-t-elle.

Au contraire, «lorsqu’on est infirmière, le voile fait partie de l’uniforme. Personne ne remet cela en question. Tout le monde en a tellement l’habitude. Ce n’est jamais un problème», soutient-elle.

Son indignation s’est d’abord manifestée lorsque certains lui ont demandé quelle quantité de cheveux elle avait le droit de montrer et si elle pouvait exhiber son cou.

 «Au début, j’étais extrêmement choquée par l’attitude des gens à l’égard de tout ce qui est différent ou des choses auxquelles ils ne sont pas habitués», énonce-t-elle.

«Il y a même eu certaines situations où ils demandaient à me voir avant une séance photos pour tenter de me persuader de montrer un peu de cheveux, alors qu’ils sont parfaitement au courant que je ne peux pas le faire. Parfois même, ils me demandent quelle quantité de cheveux je suis prête à montrer parce qu’ils aimeraient en voir un petit peu. Je trouve cela scandaleux», dit-elle.

Cependant, le mannequin affirme que ceux qui font appel à ses services sont ouverts d’esprit quand il est question de voile. «C’est pour cela qu’ils travaillent avec moi.»

«Les gens avec qui je travaille en valent la peine et sont ouverts au dialogue. 99% des personnes que je rencontre et avec qui je coopère sont différentes. Je ne travaille pas avec des gens qui ne me comprennent pas», insiste-t-elle.

Selon elle, les mannequins doivent parfois apporter leurs propres voiles pour le tournage et montrer au styliste comment les mettre. C’est un stress supplémentaire. Cependant, elle considère que c’est à elle de faire en sorte que le monde de la mode puisse se familiariser avec le voile et ce qu’il représente.

«Nous sommes la première génération de mannequins qui portent le voile, et c’est à nous de le leur montrer. Si nous ne le faisons pas correctement, l’industrie de la mode pourra faire ce que bon lui semble. Il y aura donc des mannequins qui soi-disant portent le voile, mais ce dernier ne sera pas perçu de la même manière que le mannequin et la communauté musulmane le perçoivent.»

 «C’est donc à nous qu’incombe la responsabilité de montrer à l’industrie de la mode le fonctionnement de nos communautés, la manière dont nous nous voyons et notre interprétation du port du voile.»

«Lorsque je suis en tournage et que je dois expliquer au styliste ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, je le fais de bon cœur. Parfois, j’y vais un jour à l’avance pour en discuter. Cela ne me dérange pas, c’est quelque chose que j’aime faire», insiste-t-elle.

La famille du mannequin somalo-norvégien a fui la guerre civile en Somalie pour le Kenya quand elle était encore bébé. Accompagnée de ses parents et de ses neufs frères et sœurs – dont une adoptive –, elle a grandi dans un camp de réfugiés au Kenya avant que la famille ne s’installe en Norvège, Rawdah avait alors 8 ans. (Photo fournie)
La famille du mannequin somalo-norvégien a fui la guerre civile en Somalie pour le Kenya quand elle était encore bébé. Accompagnée de ses parents et de ses neufs frères et sœurs – dont une adoptive –, elle a grandi dans un camp de réfugiés au Kenya avant que la famille ne s’installe en Norvège, Rawdah avait alors 8 ans. (Photo fournie)

Elle ajoute que les mannequins qui portent le voile doivent s’assurer que le photographe comprend bien leurs «intégrité et points de vue religieux».

«Si le photographe vous demande de prendre une certaine pose qui ne vous convient pas ou qui pourrait avoir un caractère sexuel, vous devez lui dire que vous ne pouvez pas le faire parce que cela vous met mal à l’aise. Bien sûr, en tant que mannequin portant le voile, on a une responsabilité supplémentaire. Si ces photos sont publiées, on subit le retour de bâton», affirme-t-elle.

Rawdah Mohammed a décroché le poste de rédactrice en chef de l’édition scandinave de Vogue très récemment.

La première édition du magazine a été publiée la semaine dernière avec, en couverture, la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg.

«J’écris des articles sur la mode et m’occupe du style du magazine. J’assiste à des défilés de mode et en fait la critique. Je fais des vidéos et m’occupe des réseaux sociaux», précise-t-elle.

Elle est particulièrement fan des stylistes libanais et porte souvent leurs créations pour les grands événements.

«Je pense que leur haute couture est exceptionnelle. J’aime beaucoup Nicolas Jebran et Georges Chakra. Ce sont mes préférés.»

Le mannequin ajoute que les stylistes arabes sont très familiers avec le concept du voile. C’est beaucoup plus facile de porter leurs créations.

«Certaines de leurs tenues ne sont pas très pudiques. Ils ajoutent donc du tissu pour que je puisse porter un voile ainsi que des morceaux de vêtements assortis à la robe pour que je n’aie pas à me soucier des fentes ou des tissus transparents.»

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle prévoit pour l’avenir, Rawdah Mohammed déclare qu’elle ne s’en inquiète pas beaucoup. Elle aime être un esprit libre.

«J’aime ma vie comme elle est. Quand on se laisse porter, on passe toujours de très bons moments», conclut-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des designers saoudiens se distinguent au Tanween Challenge

Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en se basant sur l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet, Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi. (Fournie)
Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en se basant sur l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet, Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi. (Fournie)
Short Url
  • Tanween, le programme phare d'Ithra depuis 2019, est devenu une partie intégrante de la promotion de la communauté créative florissante dans la région.
  • Selon Sultan Al-Badran, développeur de programmes créatifs au laboratoire d'idées d'Ithra, « les projets gagnants aujourd'hui seront soutenus pendant les deux prochains mois par les partenaires de production de Tanween Challenges

DHAHRAN : Trois projets saoudiens et un projet bahreïni ont été récemment sélectionnés comme lauréats du concours annuel Tanween, organisé par le Centre du roi Abdulaziz pour la culture mondiale (Ithra).

Lors de cette compétition créative de six jours qui s'est déroulée la semaine dernière, les concurrents ont présenté leurs projets de groupe finaux au siège de Dhahran devant un jury. Chaque projet tentait de résoudre un problème lié à la nature, dans quatre catégories : conception de pavillon, conception graphique, conception de mobilier et conception de mode. Les quatre projets primés seront développés en vue d'une production commerciale.

Les gagnants ont été sélectionnés parmi 80 participants qui ont répondu à un appel ouvert aux designers du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Tanween, le programme phare d'Ithra depuis 2019, est devenu une partie intégrante de la promotion de la communauté créative florissante dans la région.

Selon Sultan Al-Badran, développeur de programmes créatifs au laboratoire d'idées d'Ithra, « les projets gagnants aujourd'hui seront soutenus pendant les deux prochains mois par les partenaires de production de Tanween Challenges

« Les projets gagnants d'aujourd'hui recevront le soutien des partenaires de production de Tanween Challenges pendant les deux prochains mois afin de transformer les idées innovantes des gagnants en solutions réelles. Les projets gagnants sont le reflet des capacités individuelles et du talent de chacun des gagnants, qui vont maintenant commercialiser leurs projets », a déclaré M. Al-Badran. « Guidés par les partenaires de connaissance Vanina, NYXO, LEAD et Data is Beautiful, qui ont apporté leur soutien tout au long des six jours de l'événement, tous les participants sont des créatifs dotés d'un immense potentiel qui peuvent poursuivre leur chemin d'apprentissage et se mettre au défi de développer davantage leurs projets. »

Projets gagnants

Défi de conception graphique : le projet « Eyes Wide Open » a gagné dans cette catégorie. L'équipe a recueilli les chiffres des décès liés à la pollution de l'air entre 1990 et 2021, et a utilisé deux yeux numériques pour illustrer les données - l'un représentant le passé et l'autre le présent.

« Les yeux ont été assemblés de manière à se faire face, soulignant l'influence continue des connaissances, des valeurs et des actions générationnelles sur les générations futures. Le projet vise à montrer que la contribution de chacun a des effets sur l'environnement », ont déclaré Zahra Mansour, Deema Albuolayan et Fatima Bukhamseen à propos de leur projet primé.

Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en appliquant l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi.

Les participants gagnants ont rassemblé différentes trajectoires de mouvement qui ont lieu simultanément dans les aéroports - y compris les mouvements de personnes et d'avions - dans le but de montrer l'expérience du mouvement qui se produit dans les aéroports.

Centré sur le concept de l'air en tant que ligne de vie commune, le défi « City Breathe » pose la question suivante : Comment pouvons-nous réutiliser les déchets industriels pour construire un pavillon qui purifie l'air urbain afin de revitaliser les communautés locales et les écosystèmes ?

« Ce pavillon est envisagé comme une structure nomade, conçue pour être facilement montée et démontée dans diverses zones urbaines. Au-delà de sa fonction première de purificateur d'air, le pavillon vise à activer l'espace public et à favoriser l'interaction entre les citadins - humains et non-humains. Construit à partir de déchets industriels, il nous incite à repenser notre relation avec les matériaux et l'environnement », ont-ils déclaré dans un communiqué. 

Défi de conception de mobilier : Le banc « Bloom » a été créé en pensant à la nature, qui en est la muse. Le design utilise une forme organique et comprend une zone d'assise ombragée et un espace dans lequel les oiseaux et les chats peuvent boire et se nourrir. Abdullah Nasser Al-Battat, Ahmed Al-Arqan, Nader Al-Metairi, Nawaf Al-Ghamdi et Mohammed Al-Bayyabi ont remporté le concours.

« En utilisant la technologie de fabrication additive et des matériaux à base de déchets d'origine locale, les participants sont invités à concevoir des solutions provocantes qui activent les espaces publics, tout en favorisant la cohabitation entre les habitants humains et non-humains de la ville. Grâce au pouvoir du design et de l'innovation, nous souhaitons créer des interventions publiques qui enrichissent la vie de toutes les espèces qui vivent dans nos villes », c'est ainsi qu'Ithra a décrit les critères du concours. 

Défi de la création de mode : inspiré par la côte du golfe Persique, le projet « MRG » a remporté cette catégorie en utilisant du sel de mer et des écailles de poisson comme matériaux. Le sac biodégradable « reflète la clarté de la mer, qui est appréciée non seulement pour sa beauté, mais aussi pour les histoires qu'elle véhicule, nous rappelant le lien profond que nous avons avec la mer et l'importance de la protéger », ont déclaré les lauréats Ghayda Al-Nasser, Ebaa Al-Taweel et Rawan Al-Salem à propos de leur projet.

« Notre objectif est de transformer ces projets en solutions susceptibles d'avoir un impact positif sur notre relation avec la nature, et de les présenter lors de la conférence Tanween d'Ithra en novembre », a conclu M. Al-Badran.

La conférence Tanween se tiendra au siège d'Ithra du 1er au 4 novembre 2024.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


À Bahreïn, des archéologues découvrent la plus ancienne structure chrétienne du Golfe

Short Url
  • Située à Samahij, dans la ville bahreïnienne de Muharraq, la structure mise au jour est considérée comme « la première preuve matérielle de cette ancienne communauté »
  • Les fouilles ont commencé sur un monticule du cimetière de Samahij, où les archéologues ont découvert les vestiges d'une mosquée

DUBAI : Des archéologues bahreïniens et britanniques affirment avoir découvert ce qui serait la première structure chrétienne du golfe Persique, datant du IVe siècle.

Située à Samahij, dans la ville bahreïnienne de Muharraq, la structure mise au jour est considérée comme « la première preuve matérielle de cette ancienne communauté », selon le Centre national de communication de Bahreïn.

« Alors que le christianisme n'est pas principalement associé aux États du Golfe aujourd'hui, l'Église d'Orient, également connue sous le nom d'Église nestorienne, a prospéré dans la région pendant des siècles jusqu'au VIIe siècle de notre ère, coïncidant avec la généralisation de l'islam au sein des communautés en 610 de notre ère », a déclaré le NCC dans un communiqué.

Les archéologues ont déclaré que la datation au radiocarbone du site de Samahij a confirmé que « le bâtiment a été occupé entre le milieu du IVe et le milieu du VIIIe siècle de notre ère, probablement abandonné lorsque l'islam s'est répandu parmi la population locale ».

Les fouilles ont commencé sur un monticule situé dans le cimetière de Samahij, où les archéologues ont découvert les vestiges d'une mosquée.

Des fouilles plus approfondies ont révélé un grand bâtiment comprenant huit pièces, dont une cuisine, une salle à manger, un atelier et trois pièces d'habitation. On pense que la construction de la mosquée sur le site a contribué à la préservation du bâtiment situé en dessous, a ajouté la CCN.

Les découvertes suggèrent que le bâtiment pourrait avoir été la résidence de l'évêque du diocèse local, qui comprenait Samahij. Les sources historiques font référence à cette région sous les noms de « Mishmahig » ou « Mashmahig », probablement des variantes de Samahij.

Les archives indiquent également un lien entre la région et les autorités ecclésiastiques centrales, un évêque ayant été démis de ses fonctions en 410 et un autre condamné pour avoir remis en cause l'unité de l'Église au VIIe siècle.

Le projet de fouilles, fruit d'une collaboration entre l'Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités et une équipe britannique dirigée par le professeur Timothy Insoll, de l'Institut d'études arabes et islamiques de l'université d'Exeter, et le Dr Salman Al-Mahari, de l'Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités, a débuté en 2019 et a abouti à ces importantes découvertes en 2023.

Cette découverte est unique en raison de son emplacement au cœur d'une ville moderne et densément peuplée, contrairement aux structures chrétiennes précédentes trouvées dans des zones éloignées le long de la côte du Golfe.

Parmi les découvertes les plus remarquables figurent trois croix en plâtre, dont deux ornent l'extérieur du bâtiment et une autre a peut-être été conservée comme souvenir personnel, ainsi que des gravures murales représentant un symbole de poisson et une partie du symbole « Chi Rho », qui représente le « Christ ».

M. Al-Mahari a expliqué que les fouilles, qui en sont actuellement à leur phase finale, constituent un élément important de l'histoire de Bahreïn, car elles fournissent des informations précieuses sur la présence chrétienne dans la région.

Les premières études ont suggéré que le site datait du sixième au huitième siècle, mais la datation au radiocarbone a confirmé son origine du quatrième siècle, ce qui en fait l'un des plus anciens bâtiments chrétiens du golfe Arabo-Persique. Parmi les découvertes récentes, on trouve une croix orientale claire sur une dalle de plâtre.

Les fouilles ont également révélé des détails sur le bâtiment et la vie de ses habitants. Construit avec des murs en pierre recouverts de plâtre et des sols en plâtre, le bâtiment comportait des prises de courant et des trous indiquant l'emplacement des portes et des sièges. La cuisine contenait des fours encastrés avec des bases et des espaces de stockage. Les artefacts suggèrent que les habitants jouissaient d'un bon niveau de vie, consommant de la viande, du poisson, des crustacés et diverses cultures. La découverte de perles d'agate semi-précieuses et de poteries indiennes brisées indique que les occupants pratiquaient le commerce, en particulier avec l'Inde. De petits verres à boire et 12 pièces de monnaie en cuivre suggèrent l'utilisation de la monnaie de l'Empire sassanide. En outre, des fuseaux et des aiguilles en cuivre laissent entrevoir la possibilité d'une production de tissus à des fins religieuses.

M. Insoll a déclaré : « Nous soulignons l'importance de ce site : « Nous insistons sur l'importance de ce site et sur la nécessité de le préserver, en soulignant sa valeur historique et archéologique ».

Il a ajouté : « Nous avons été amusés de constater que quelqu'un avait dessiné une partie d'un visage sur une coquille de perle à l'aide de bitume, peut-être pour un enfant qui vivait dans le bâtiment. Il s'agit de la première preuve matérielle de l'existence de l'église nestorienne à Bahreïn, qui nous donne un aperçu fascinant de la façon dont les gens vivaient, travaillaient et pratiquaient leur culte.


Les Palais Al-Asabila d'Asir… un pont entre patrimoine et modernité

Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Short Url
  • Ces sites contribuent à la création d'emplois durant l'été
  • Selon l'Agence de presse saoudienne (SPA), ces sites contribuent également à l’essor économique en générant des emplois pendant la saison estivale

RIYAD: Les célèbres palais historiques de la région d'Asir sont devenus de véritables joyaux touristiques, alliant richesse historique et culturelle.

Selon l'Agence de presse saoudienne (SPA), ces sites contribuent également à l’essor économique en générant des emplois pendant la saison estivale.

asir
 Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)

Les Palais Al-Asabila, situés dans le gouvernorat d’Al-Namas à 150 km au sud d’Abha, attirent quotidiennement des centaines de visiteurs depuis leur inauguration par le Prince Turki bin Talal bin Abdulaziz, président de l'Autorité de développement d'Asir. 

Les visiteurs entament leur découverte des palais par une incursion dans des espaces dédiés au shopping, où l'artisanat local est à l'honneur. Ces boutiques proposent un éventail de produits traditionnels, d'antiquités et de souvenirs, offrant ainsi un aperçu vivant du patrimoine et des arts de la région d'Asir.

Après cette escapade shopping, les visiteurs ont l'opportunité de faire une pause détente autour d'un café ou d'une boisson chaude. Ce moment de répit leur permet de se préparer à la visite du Palais Abs, joyau architectural récemment restauré pour accueillir le public.

Le guide touristique Saleh Al-Shehri a déclaré à la SPA: « Au début de l'ère saoudienne, les palais servaient de siège à diverses agences gouvernementales, y compris le tribunal, et de lieux pour les événements nationaux. »