Au Liban, le « Base Camp » n’a qu’une mission: reconstruire Beyrouth et soigner ses plaies

Une peinture murale sur une barrière érigée devant l'hôtel Le Gray, dans le quartier du centre-ville de Beyrouth, représentant la ville avec le mot «HOPE» inscrit dessus, le 4 septembre 2020, un mois après l'explosion massive du 4 août. (Joseph EID/AFP)
Une peinture murale sur une barrière érigée devant l'hôtel Le Gray, dans le quartier du centre-ville de Beyrouth, représentant la ville avec le mot «HOPE» inscrit dessus, le 4 septembre 2020, un mois après l'explosion massive du 4 août. (Joseph EID/AFP)
L'entrée du "Base Camp". (Mia EL KHAZEN)
L'entrée du "Base Camp". (Mia EL KHAZEN)
Short Url
Publié le Jeudi 10 septembre 2020

Au Liban, le « Base Camp » n’a qu’une mission: reconstruire Beyrouth et soigner ses plaies

  • Le « Base camp » de Beyrouth se compose de quatre organisations divisées en plusieurs entités interdépendantes, avec une gestion « horizontale »
  • « Je me suis rendu à Beyrouth le lendemain de l’explosion afin de voir comment je pouvais aider car je ne faisais partie d’aucune organisation ou association ; même dans nos pires cauchemars, aucun ne pouvait s’attendre à voir ce que nous avons vu »

PARIS: Vivre au Liban n’est pas chose facile. Vivre au Liban, ça s’apprend, par la force des choses. C’est une expérience douce et amère, dit-on, et l’amertume a malheureusement pris le dessus ces dernières années. « On ne naît pas Libanais, on le devient » sont-ils nombreux à scander, au pays du Cèdre, avec un mélange de fierté et de fatalisme. Parce que vivre au Liban, c’est prendre le risque d’y mourir d’une mort injuste et brutale. Et depuis l’explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth, vivre au Liban relève pour beaucoup de l’héroïsme. Poussés par la rage et la frustration mais aussi la colère éclatante qui les tient encore debout, les Libanais se sont vite mobilisés afin de répondre à l’urgence de la situation post-apocalyptique dans laquelle ils se sont retrouvés, tant physiquement que mentalement.

Avec l’espoir inoxydable de bâtir un Liban juste, et la fougue de leur jeunesse,  des bénévoles ont éprouvé le besoin de venir en aide à la capitale et à ses habitants, dès le lendemain de l’explosion, en se réunissant spontanément dans un « Base Camp ». En grande partie des jeunes, âgés de 18 à 35 ans, ils pallient depuis ce jour maudit, à l’absence de l’Etat. Conscients que vivre au Liban, c’est voguer entre un passé trop lourd à porter, et (sur)vivre dans l’attente d’un futur d’une incertitude consternante, éprouvante, voire révoltante. Pour Arab News en français, ces jeunes ont accepté de se confier sur l’expérience de leur bénévolat, qui a touché le monde entier.

Réagir face à la léthargie de l’Etat

« Au départ, nous n’étions pas organisés, confie Jacques Matta, bénévole en charge de la reconstruction des maisons et immeubles détruits. Je me suis rendu à Beyrouth le lendemain de l’explosion afin de voir comment je pouvais aider. Je ne faisais partie d’aucune organisation ou association. Je suis simplement arrivé avec des amis et ma voiture. Même dans nos pires cauchemars, aucun de nous ne pouvait s’attendre à voir ce que nous avons vu. »

Une équipe de de jeunes volontaire (Joseph Eid/AFP)
Une équipe de jeunes volontaires (Joseph Eid/AFP)

Si de nombreux jeunes se sont portés volontaires pour aider, beaucoup, comme Jacques, ne savaient pas comment faire, ni par où commencer. Samer El-Khoury, co-fondateur de « Minteshreen » explique ainsi que le « Base Camp » est « né de l’incompétence d’un état failli, incapable d’assurer le minimum de services requis aux citoyens ». « Nous avons appris à travailler ensemble sur le tas. Cette initiative nous a beaucoup rapprochés en tant que volontaires. Nous pouvons dire aujourd’hui que nous formons une vraie communauté d’entraide, capable de suppléer au pouvoir actuel. »

Ce qui à l’origine était un simple groupe WhatsApp, réunissant des partisans et les cercles de réflexion de la révolution, s’est transformé en un noyau solide d’activistes. « Minteshreen », fait référence au mois d’octobre, pendant lequel a éclos la révolution libanaise. [Min] signifie « de » et [Tishreen] « octobre », et l’expression « Minteshreen » veut également dire « répandu », à l’image du soulèvement populaire. Le parti politique en devenir joue aujourd’hui un rôle clef sur le camp, puisqu’il est chargé de la section alimentation. Les cofondateurs de ce parti, ainsi que toute leur équipe ont été parmi les premiers à se retrousser les manches et à se jeter dans le grand bain de ce chantier titanesque.

En effet, le « Base Camp » se compose aujourd’hui de quatre organisations divisées en plusieurs entités interdépendantes, avec une gestion « horizontale ». Chacun occupe un poste en fonction des demandes, mais aussi de l’expertise et de l’expérience qu’il a. Des responsables de pôles qui pilotent les actions se concertent avec les partenaires et donateurs.

« Embrace Lebanon », une ONG qui a initialement pour mission de sensibiliser le public à la santé mentale au Liban, se charge quant à elle de l’antenne médicale du camp. En plus des services d’écoute téléphonique, « Embrace Lebanon » assure un soutien psychologique sous  forme de thérapie de groupe. « Nous sommes 60 opérateurs bénévoles tous les jours sur écoute de 12h, à 5h du matin, et nous aspirons à être disponibles 24 h/ 24. Nous sommes formés à l'évaluation du risque de suicide, à l'écoute active, et à l'intervention en cas de crise. Avec l’explosion, les appels ont nettement augmenté », détaille sur ce plan une bénévole.

Tous les jours sur le camp, sont également présents un médecin et une infirmière chargés de soigner les blessés. « Ce qui au départ était destiné à être une clinique d’appoint pour les cas urgents, s’est transformé en dispensaire à ciel ouvert avec environ vingt patients par jour » témoigne une infirmière de garde. « En plus des blessés, aujourd’hui certaines personnes viennent consulter pour des maux de tête ou d’autres problèmes de santé qui ne sont pas directement liés à l’explosion. »

La tente des premiers soins (Mia El-Khazen)
La tente des premiers soins. (Mia EL-KHAZEN)

En effet, suite à l’explosion et aux dommages matériels qu’elle a entraînés, quatre hôpitaux et plusieurs cliniques de la capitale sont devenus hors service, ou partiellement opérationnels. En plus de cela, face à la recrudescence de la Covid-19, les places en soin sont devenues limitées, et les médecins et les infirmières débordés. Sans oublier que sans assurance médicale, se soigner reste très coûteux au Liban. Avec la crise économique inédite qui sévit, et plus de 50% de la population qui vit sous le seuil de la pauvreté, l’argent est un réel obstacle.

« Nous redoutons l’hiver avec beaucoup d’angoisse »

« Nous voulons nous assurer qu’il y aura des portes et des fenêtres dans toutes les maisons sinistrées avant l’hiver », affirme pour sa part Maroun Karam, fondateur de « Baytna Baytak » [Notre maison est la tienne].

Initialement fondée pour loger le personnel médical en première ligne au début de la pandémie, « Baytna Baytak » s’assure aujourd’hui de trouver un toit à chaque individu qui a perdu son habitat. Grâce à la générosité des Libanais, et à une culture qui prône la solidarité mécanique, les 300 000 personnes qui se sont retrouvées sans domicile après l’explosion sont désormais logées. « Les débris de verre, ont été triés et envoyés dans des centres de refonte spécialisés, précise Maroun. Nous avons construit et installé des portes et des fenêtres d’appoint pour empêcher les vols, et permettre aux personnes de rester chez elles malgré les différents dégâts matériels. Aujourd’hui, nous sommes dans une course contre la montre, et nous redoutons l’hiver avec beaucoup d’angoisse. Il faudra des constructions plus solides et une véritable isolation. »

Des bénévoles chargés de la reconstruction des bâtisses endommagées (Joseph Eid/AFP)
Des bénévoles chargés de la reconstruction des bâtisses endommagées. (Joseph EID/AFP)

Pour sa part, un bénévole sur le camp crie sa détresse : « Avez-vous vu déjà vu des gens morts de soifs ? Assoiffés à en crever ? Ça vous fend le cœur. Ils étaient nombreux à faire la queue devant le « Base Camp » afin de recevoir des bouteilles d’eau potable. Oui. Nous en sommes arrivés là. Ce n’est pas seulement la faim qui nous guette, mais aussi la soif. »

Au Liban, l’eau potable n’est en effet pas en libre-service. Il n’est donc pas possible de boire l’eau du robinet. En finissant à la rue, les sinistrés se sont retrouvés, les mains ballantes, le corps blessé, et l’âme mutilée, sans avoir de quoi se nourrir, mais aussi sans pouvoir s’hydrater. Aujourd’hui, grâce aux dons financiers et matériels, l’aile chargée de la distribution des denrées alimentaires nourrit heureusement plus de 200 familles. Si certaines victimes n’ont plus de cuisine, ni même de quoi cuire ou réchauffer leurs aliments, des plats cuisinés par une équipe de citoyens au grand cœur, ainsi que des conserves sont distribués.

« Oui. Il y a évidemment des gens qui profitent de la structure d’entraide que nous avons mise en place, explique Jacques Matta. Par exemple, il est déjà arrivé qu’une seule et même famille, par le biais de différentes personnes du ménage, nous demande de l’aide. Il y a même des personnes qui habitent très loin de Beyrouth qui nous interpellent. Cela illustre le malaise économique persistant, mais nous faisons en sorte d’aider au maximum. »

Afin d’éviter des situations inéquitables, et d’aider de la façon la plus utile, un questionnaire en ligne permettant de détailler les besoins des foyers nécessiteux est automatiquement utilisé. Une carte précise les différentes régions touchées par l’explosion (« Open Map Lebanon »), permettant également aux volontaires de cibler leurs actions. Grâce au travail des éclaireurs bénévoles, les quartiers ont été divisés en plusieurs zones : les zones rouge, orange, jaune et vert, dépendamment de l’ampleur des dégâts.

Une dimension politico-sociale et civique

De leur côté, les bénévoles de « Muwatin Lebnene », [citoyen libanais] qui depuis les prémices de la révolution d’octobre veillent au respect de l’espace public, et au maintien de sa propreté en promouvant le recyclage et la responsabilité civique, n’ont pas hésité une seule seconde à se retrousser les manches, et à venir en renfort au « Base Camp ».

« Notre objectif est d’être des citoyens modèles. Au lendemain de la première protestation populaire, en octobre 2019, plusieurs personnes se sont rendues dans les rues de la capitale pour la nettoyer, confie Peter Mouracade, fondateur de l’organisation, à Arab News. Ces manifestations étaient en fait un cri de haine, de rage, de trop-plein tout à fait compréhensible. Nous voulions tout nettoyer afin de montrer une image civique et constructive de cette révolution dont nous soutenons la cause, sachant que le gouvernement libanais n’allait pas le faire. »

Au départ, Peter déblayait seul les rues de Beyrouth. Petit à petit, deux, puis trois, puis une centaine de personnes se sont jointes à lui. Ce mouvement qui avait commencé Place Riad el-Solh dans la capitale s’est alors propagé dans diverses régions du Liban, jusqu'à devenir une organisation communautaire à part entière. « Faire partie du ‘Base Camp’ était une évidence. Nous devions faire quelque chose ! C’est notre peuple qui se meurt. C’est notre devoir civique. Je garde toujours en mémoire cette illustre citation de Gebran Khalil Gebran et reprise par Kennedy ‘Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays’. J’en ai fait mon mantra. Au lieu de chercher à blâmer le gouvernement, en tant que citoyen libanais, je suis devenu acteur de l’alternative, sans pour autant vouloir prendre une dimension politique, ajoute Mr. Mouracade. J’estime que parler d’équilibre, ou de confort personnel est déplacé au vu des circonstances. Il faut que l’on s’active, pour notre terre et notre peuple. »

Membre de l'équipe de "Muwatin Lebnene" (Instagram/Muwatin Lebnene)
Un membre de l'équipe "Muwatin Lebnene". (Instagram/Muwatin Lebnene)

Si la révolution d’octobre 2019 a été le déclic, l’étincelle qu’ils attendaient, les volontaires savent que le chemin est semé d’embûches et que la route sera longue. Ils ne perdent pas espoir pour autant. Tous n’ont qu’un mot à la bouche : Liban. « Aujourd’hui, c’est mon ‘travail’ à temps plein. Depuis le début de la révolution, je me dédie entièrement au Liban et aux libanais » assure Samer El-Khoury.

« J’aimerais au moins que l’on installe de vraies portes et fenêtres avant de reprendre ma vie professionnelle. J’ai tout laissé en plan. Je crois qu’il y a des priorités dans la vie. Venir en aide à mon peuple en est une », affirme pour sa part Jacques.

Alors que les associations « Embrace Lebanon », « Muwatin Lebnene » et « Baytna Baytak » œuvrent pour avoir des locaux et des bureaux communs à partir desquels ils organiseront différents projets, le groupe « Minteshreen » a quant à lui la vocation à devenir un parti politique à part entière, avec un agenda politique et un programme précis qui seront dévoilés au public à travers un manifeste pensé par des experts. Une manière de survivre dans un pays où l’ethos et le thanatos flirtent incessamment. Un pays qui n’en finit pas d’enterrer ses morts, et de panser ses blessés.


Impasse politique : l'ONU prévient que l'avenir du Soudan est en suspens

Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités (Photo, MINUATS).
Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités (Photo, MINUATS).
Short Url
  • Le représentant spécial de l'organisation pour le Soudan a souligné la nécessité d'un dialogue entre les civils et les autorités militaires
  • Volker Perthes a également mis en garde contre les «perturbateurs», qui ne souhaitent pas une transition pacifique vers la démocratie et refusent les efforts visant à trouver une solution négociée

NEW YORK: L'ONU a exhorté mardi les autorités au pouvoir au Soudan à rassurer le public en affirmant qu'elles sont favorables au dialogue, seul moyen de parvenir à une solution politique aux troubles qui secouent le pays.

Volker Perthes, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Soudan, a affirmé que pour remettre la transition politique dans le pays sur les rails, les autorités doivent d'abord libérer les détenus restants, mettre fin aux arrestations arbitraires et lever l'état d'urgence.

Le temps presse pour trouver une solution politique qui permette de sortir de la situation actuelle, a-t-il ajouté, qui reste précaire et dont les enjeux sont considérables, notamment la stabilité politique, sociale et économique du pays.

Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités. Le nombre de manifestants tués depuis le coup d'État militaire du 25 octobre dernier s'élève désormais à 96.

«Si les autorités veulent instaurer la confiance, il est essentiel que les responsables des violences contre les manifestants soient tenus de rendre des comptes», a assuré Perthes.

Le dernier rapport du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, sur le Soudan, indique que l'absence d'accord politique et de gouvernement «pleinement crédible» affecte la situation en matière de sécurité.

La réunion du Conseil de sécurité s'est également tenue à la suite d'affrontements armés entre les communautés arabe et masalit à Kereneik, dans le Darfour occidental, en avril, au cours desquels, selon les premières informations, 150 personnes ont été tuées, de nombreuses autres blessées, des milliers déplacées, et des maisons, un poste de police, un hôpital et un marché ont été incendiés.

Perthes s'est félicité de la décision des groupes armés et des forces régulières d'accepter le comité permanent de cessez-le-feu, présidé par la mission des Nations unies dans le pays, en tant qu'institution conjointe chargée d'aider à maîtriser le conflit, mais a averti que, malgré cela, «le risque d'une nouvelle flambée de violence reste élevé».

Bien qu'il ait salué la récente libération de 86 détenus comme un pas important vers la création de conditions propices au rétablissement de la confiance, il a souligné qu'au moins 111 personnes sont toujours détenues à Khartoum, à Port Soudan et dans d'autres villes.

Les manifestations pacifiques se poursuivent au Soudan au milieu des demandes publiques de changement et de rétablissement du processus de transition démocratique, alors même que plusieurs partis politiques et coalitions forment de nouvelles alliances et présentent des propositions de pourparlers avec leurs rivaux.

Perthes a déclaré aux membres du Conseil de sécurité: «Alors que le Soudan continue de faire face à de nouvelles incertitudes, le sentiment d'urgence partagé, associé à leur vision d'un avenir meilleur, pousse de nombreuses parties à rechercher un terrain d'entente et à s'ouvrir davantage au dialogue.»

«Il y a également une reconnaissance croissante de la nécessité d'un dialogue entre civils et militaires.»

Il a toutefois ajouté que certaines parties prenantes clés continuent de rejeter les appels à des discussions en face à face avec leurs homologues et préfèrent y participer indirectement. C'est pourquoi, le 12 mai, les Nations unies ont lancé des pourparlers indirects afin d'aborder plusieurs questions fondamentales, notamment «le mandat et la composition des principaux organes constitutionnels, la future relation entre les composantes militaire et civile, ainsi que le mécanisme et les critères de sélection d'un premier ministre».

Une fois qu'un accord sera atteint sur ces questions, Perthes a souligné qu'un mécanisme trilatéral comprenant les Nations unies, l'Union africaine et l'Autorité intergouvernementale pour le développement, un bloc commercial africain composé de huit pays, se réunira pour des négociations.

Il a toutefois mis en garde contre les «“provocateurs”, qui ne veulent pas d'une transition pacifique vers la démocratie ou refusent une solution par le dialogue. Les parties soudanaises ne doivent pas permettre à ces provocateurs de compromettre la possibilité de trouver une sortie négociée à la crise».

L'envoyé a également souligné que la protection des civils exige que l'on s'attaque aux causes profondes du conflit, notamment des décennies de marginalisation, les problèmes fonciers et le retour des personnes déplacées et des réfugiés.

L'impasse politique, combinée à une crise économique, à de mauvaises récoltes et à des chocs d'approvisionnement mondiaux, continue de faire payer un lourd tribut socio-économique au Soudan, où les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter dans un contexte de hausse de 250% des prix des denrées alimentaires. Selon les Nations unies, le nombre de personnes souffrant de faim aiguë dans le pays devrait doubler, pour atteindre environ 18 millions d'ici septembre de cette année.

Perthes a déploré le fait que le plan d'intervention humanitaire 2022 pour le Soudan n'ait reçu qu'un financement «lamentable» de 13%, les donateurs internationaux et les institutions financières hésitant à fournir une assistance qui passe par les systèmes étatiques en l'absence d'un accord politique visant à rétablir la légitimité constitutionnelle.

«Bien que la responsabilité première de ces changements incombe aux parties prenantes soudanaises elles-mêmes, je m'inquiète des conséquences à long terme, car nous assistons à une nouvelle érosion des capacités de l’état et du capital humain déjà fragiles du Soudan», a-t-il avisé.

Perthes a également prévenu qu'une partie de l'aide cruciale de l'Association internationale de développement (IDA) du Groupe de la Banque mondiale allouée au Soudan ira à d'autres pays d'ici la fin juin si un accord politique ne peut être conclu dans le pays d'ici là.

«Si une solution à l'impasse actuelle n'est pas trouvée, les conséquences se feront sentir au-delà des frontières du Soudan et pendant une génération», a averti Perthes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington met en garde Ankara contre toute nouvelle offensive en Syrie

Le porte-parole du département d'État américain Ned Price s'exprime lors d'une conférence de presse au département d'État, le 10 mars 2022, à Washington (Photo, AFP).
Le porte-parole du département d'État américain Ned Price s'exprime lors d'une conférence de presse au département d'État, le 10 mars 2022, à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara a lancé sa dernière offensive en Syrie en octobre 2019
  • La Russie et la Turquie ont ensuite négocié un cessez-le-feu qui a tenu jusqu'ici en grande parti

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont mis en garde mardi la Turquie contre tout lancement d'une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie, affirmant que cet allié turbulent de l'Otan mettrait des soldats américains en danger.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé lundi que la Turquie lancerait bientôt une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie, afin de créer une "zone de sécurité" de 30 kilomètres le long de la frontière.

Les Etats-Unis, par la voix du porte-parole du département d'Etat américain Ned Price, se sont dits "profondément préoccupés".

"Nous condamnons toute escalade. Nous soutenons le maintien des lignes de cessez-le-feu actuelles", a-t-il souligné.

A New York, le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a également marqué l'opposition de l'Organisation à une éventuelle nouvelle action militaire de la Turquie en Syrie. 

"Nous défendons l'intégrité territoriale de la Syrie, et ce dont la Syrie a besoin, ce n'est pas de plus d'opérations militaires d'où qu'elles viennent", a-t-il dit, interrogé sur la volonté turque d'agir à nouveau militairement en Syrie.

"Ce dont la Syrie a besoin, c'est d'une solution politique. Ce dont la Syrie a besoin, c'est de plus d'aide humanitaire, et ce sont les deux choses sur lesquelles nous travaillons", a ajouté le porte-parole.

La Turquie a lancé trois offensives en Syrie depuis 2016, avec pour objectif d'éliminer les combattants kurdes syriens qui ont soutenu la campagne menée par Washington contre le groupe Etat islamique (EI).

Ankara a lancé sa dernière offensive en Syrie en octobre 2019, quand le président américain d'alors, Donald Trump, avait affirmé que les soldats américains avaient accompli leur mission en Syrie et se retireraient.

Face à un vif tollé jusque chez des alliés du président républicain, le vice-président Mike Pence s'était déplacé en Turquie et avait conclu un accord avec Recep Tayyip Erdogan pour une pause aux combats.

"Nous attendons de la Turquie qu'elle respecte le communiqué commun d'octobre 2019", a déclaré Ned Price.

"Nous reconnaissons les inquiétudes de sécurité légitimes de la Turquie sur sa frontière sud. Mais toute nouvelle offensive saperait davantage la stabilité régionale et mettrait en danger les forces américaines dans la campagne de la coalition contre l'EI", a-t-il ajouté.

Les déclarations du président turc sur une nouvelle offensive interviennent au moment où il menace de faire barrage à l'adhésion à l'Otan de la Finlande et de la Suède.

La Turquie a longtemps accusé les pays nordiques d'abriter des militants du mouvement séparatiste kurde PKK, interdit en Turquie.

Après la décision abrupte de retrait des troupes de Donald Trump en 2019, les combattants kurdes ont cherché protection auprès du président syrien Bachar al-Assad et de la Russie, principal soutien du régime en Syrie.

La Russie et la Turquie ont ensuite négocié un cessez-le-feu qui a tenu jusqu'ici en grande partie.

Donald Trump était rapidement revenu sur sa décision de retrait, et quelque 900 soldats américains demeurent officiellement en Syrie, en tant que membres de la coalition contre l'EI.

Le président Joe Biden n'a montré aucune volonté de retirer ces soldats, malgré la sortie des Etats-Unis d'Afghanistan en 2021, après deux décennies de guerre.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères réitère la position du Royaume envers Israël

Le prince Faisal ben Farḥane, ministre des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, a réitéré la position du Royaume concernant la normalisation avec Israël (Photo, AN).
Le prince Faisal ben Farḥane, ministre des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, a réitéré la position du Royaume concernant la normalisation avec Israël (Photo, AN).
Short Url
  • La normalisation est le résultat final d'un parcours, déclare le Prince Faisal aux participants de Davos
  • Le ministre des Affaires étrangères de Jordanie a averti que «cette absence d’horizon tue l'espoir, permet l'enrichissement du désespoir et donne du pouvoir à la radicalisation de tous les côtés et c'est quelque chose qu’on doit aborder»

DAVOS: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faiṣal ben Farḥane, a réaffirmé mardi au Forum économique mondial la position du Royaume concernant la normalisation avec Israël, à savoir qu'il n'y a pas de changement, malgré les récents rapports médiatiques non confirmés suggérant le contraire.

«J'ai abordé cette question à plusieurs reprises dans le passé et rien n'a changé dans notre façon de voir le sujet. Je pense que nous avons toujours considéré la normalisation comme le résultat final, mais le résultat final d’un chemin», a déclaré le prince Faisal lors d'un forum à Davos intitulé «Une nouvelle architecture de sécurité au Moyen-Orient».

«Nous avons toujours envisagé une normalisation complète avec Israël, et j'ai déjà dit qu'une normalisation complète entre nous et Israël, entre la région et Israël, apporterait d'immenses avantages. Nous ne pourrons pas récolter ces avantages tant que nous n'aurons pas réglé la question de la Palestine», a-t-il ajouté en réponse à une question sur les récents rapports médiatiques non confirmés impliquant un accord négocié par les États-Unis entre l'Égypte et Israël. 

Pour sa part, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman al-Safadi, est également intervenu et a déclaré: «La question clé que nous devrions examiner ici est l'absence absolue d'horizon politique pour résoudre le conflit palestino-israélien.»

«Cette absence d’horizon tue l'espoir, permet l'enrichissement du désespoir et donne du pouvoir à la radicalisation de tous les côtés et c'est quelque chose qui doit être  abordé.»

1
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farḥane, s'exprime lors du Forum économique mondial de Davos. (Photo, AN)

Le meurtre de la journaliste chevronnée d'Al Jazeera, Shireen Abou Akleh, en Palestine, aux mains des forces de défense israéliennes, a également été évoqué et le panel a exigé l’ouverture d’une enquête approfondie.

«C'est un cas parmi tant d'autres, depuis le début de l'année, plus de 42 Palestiniens ont été tués dans les affrontements qui ont éclaté dans les territoires palestiniens occupés», a prévenu Safadi.

Interrogé sur les relations avec le président syrien, Bachar al-Assad, le prince Faisal a révélé qu'ils devaient trouver un moyen de faire avancer le processus politique qui est bloqué depuis longtemps, et qu'ils devaient trouver aussi un moyen de résoudre la crise des réfugiés.

Le ministre des Affaires étrangères de Jordanie a expliqué: «Il est facile pour quelqu'un qui parle à 10 000, 4 000 ou 5 000 miles (1 mile = 1,609 km) de distance, de voir les choses d'un point de vue différent de celui de la région.»

«La question n'est pas de “normaliser ou ne pas normaliser”, la question est “continuons-nous avec la politique du statu quo?” Ce qui signifie que la crise continue de s'aggraver, que les souffrances qu'elle provoque continuent également d'affecter davantage de personnes», a-t-il ajouté.

«Nous pensons que nous devons considérer l'interconnexion de tout dans la région, avec la Syrie nous devons accepter le fait que la crise ne peut pas continuer et que nous devons la résoudre.»

En ce qui concerne la normalisation des liens avec les points de crise et les menaces régionales, le sujet du dialogue avec l'Iran a également été évoqué.

Safadi a signalé lors d'un panel du Forum économique mondial: «Nos mains sont tendues, nous essayons de faire passer le message qu’entrer dans une nouvelle ère de coopération dans la région peut être bénéfique pour nous tous», ajoutant que «cela nécessite une décision en Iran pour adhérer à cette vision d'un avenir beaucoup plus prospère et coopératif».

«Nous continuons d'encourager nos voisins iraniens à se pencher sur ce qui peut être un changement très, très important... voir des changements dans notre région», a-t-il estimé.

Alors que le CCG est en pourparlers avec l'Iran, le gouvernement a revendiqué il y a deux mois une attaque au missile sur la capitale kurde Erbil en Irak, confirmant qu'elle visait un «centre stratégique israélien de conspiration».

Le Premier ministre kurde, Masrour Barzani, a déclaré que «nous devons considérer la sécurité de la région dans son ensemble».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com