Le monde musulman a fait d'énormes progrès dans le débat et la discussion sur l'islam depuis le 11-Septembre

Le rapport «L'état du débat sur l'islam: développements théologiques dans le monde musulman depuis le 11-Septembre» fait partie d'une série du TBI qui marque le 20e anniversaire des attentats terroristes survenus le 11 septembre 2001 aux États-Unis. (capture d'écran/Shutterstock)
Le rapport «L'état du débat sur l'islam: développements théologiques dans le monde musulman depuis le 11-Septembre» fait partie d'une série du TBI qui marque le 20e anniversaire des attentats terroristes survenus le 11 septembre 2001 aux États-Unis. (capture d'écran/Shutterstock)
Short Url
Publié le Jeudi 09 septembre 2021

Le monde musulman a fait d'énormes progrès dans le débat et la discussion sur l'islam depuis le 11-Septembre

  • Le rapport fait partie d'une série du TBI qui marque le 20e anniversaire des attentats terroristes survenus le 11 septembre 2001 aux États-Unis
  • «Bien qu’ils soient rarement relayés, des progrès significatifs ont été réalisés pour faire face aux dirigeants extrémistes aux cours des vingt dernières années»

LONDRES: Selon un rapport publié aujourd'hui par le Tony Blair Institute for Global Change (TBI), les gouvernements des pays musulmans et les hauts dignitaires religieux islamiques ont fait de grands progrès par rapport aux extrémistes dans la reconquête de l'islam.

Intitulé «L'état du débat sur l'islam: développements théologiques dans le monde musulman depuis le 11-Septembre», le rapport fait partie d'une série du TBI qui marque le 20e anniversaire des attentats terroristes survenus le 11 septembre 2001 aux États-Unis. Il analyse les effets que ce drame a eus sur le paysage politique mondial et sur les débats autour de l'islam.

Le rapport, rédigé par Usama Hasan, analyste principal pour l'unité de politique sur l'extrémisme du TBI et imam en exercice, met en lumière plus de cent vingt déclarations, fatwas et édits émis par des érudits islamiques au cours des vingt dernières années pour tenter de faire face à la menace extrémiste. On trouve notamment parmi ces documents la Déclaration de La Mecque de 2002.

Le rapport évoque également le débat animé qui a cours dans le monde musulman depuis le 11-Septembre et il conclut que la discussion dominée par les fondamentalistes sur l'islam du XXe siècle a été remplacée par un récit du XXIe siècle plus progressiste et davantage tourné sur monde et sur les autres religions.

«Bien qu’ils soient rarement relayés, des progrès significatifs ont été réalisés pour faire face aux dirigeants extrémistes et à leurs perversions destructrices de l'islam au cours des vingt dernières années», écrit Hasan.

«Les gouvernements et les décideurs devraient prendre connaissance des débats intenses qui se déroulent à l’heure actuelle dans le monde musulman, car ces derniers devraient permettre de soutenir les voix et les forces qui sont plus ouvertes, inclusives et universalistes. De telles forces représentent un soutien durable aux actions qui sont entreprises pour offrir à l’humanité un avenir partagé et équitable.»

Hasan déclare à Arab News qu'il se félicite des réformes sociétales en cours en Arabie saoudite, qu’il décrit comme «très importantes et bienvenues». Il confie s’être adressé à un certain nombre de Saoudiens, en particulier à des femmes, qui sont «ravis» des réformes menées sous les directives du prince héritier, Mohammed ben Salmane.

Toutefois, malgré les progrès enregistrés, il estime qu'il est possible de faire davantage, non seulement en termes de dialogue et de débat entre musulmans, mais aussi du côté des non-musulmans.

Il donne quelques exemples, rares, de moments où le débat en Occident a atteint un niveau remarquable et mentionne notamment le discours que le président américain de l'époque, Barack Obama, a adressé au monde musulman à l'université Al-Azhar du Caire, en 2009, ainsi que le travail accompli par une poignée de ministres britanniques avec des chefs religieux. Mais ce genre d’occasions n’a pas lieu assez souvent, déplore Hasan.

«Il devrait y avoir une plus grande sensibilisation, aussi bien auprès des gouvernements occidentaux qu’auprès de ceux du monde non-musulman. Peut-être n’y a-t-il pas eu assez de compréhension au niveau gouvernemental, en termes de politique», avance-t-il.

«J'ai assisté à un certain nombre de conférences internationales sur le sujet et la sensibilisation du monde non islamique a tendance à venir de la communauté interconfessionnelle, notamment de la part d’un certain nombre de leaders et d'organismes interconfessionnels de premier plan. Mais, avec le déclin de la religion en Europe occidentale et aux États-Unis, cela remonte rarement jusqu’aux instances gouvernementales», ajoute-t-il.

«Avec les talibans récemment victorieux en Afghanistan, un régime khomeiniste enraciné en Iran, des groupes d'Al-Qaïda et d’autres affiliés à Daech dans le monde musulman, la lutte entre les fondamentalistes et les voix musulmanes progressistes se poursuivra au cours des prochaines décennies», prévoit-il.

Concernant le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, Hasan précise qu'il est dans l’intérêt de l'ensemble de la communauté internationale, et pas seulement du monde musulman, de s'engager davantage avec ses dirigeants afin d’assouplir sa conception de l'islam. Il pense que le Conseil de coopération du Golfe (CCG) peut jouer un rôle plus important à cet égard.

«Si la solution militaire n'a pas fonctionné, les efforts diplomatiques fondés sur le dialogue pourraient porter leurs fruits», précise-t-il.

«J'aurais souhaité, dans un monde idéal, avec tout cet engagement théologique au sein du monde islamique et du monde non islamique, voir les mollahs talibans impliqués. Il est dans l'intérêt de tous de s'engager davantage avec les talibans, de les pousser vers une vision plus progressiste et pluraliste de l'islam», poursuit-il.

Alors que les menaces d'Al-Qaïda et de Daech persistent, Hasan déclare qu'il serait «suicidaire» pour les talibans d’instaurer à nouveau la politique dure de leur dernier passage au pouvoir, entre 1996 et 2001. Leur classe dirigeante sera «très motivée» à l’idée de s'assurer que les groupes extrémistes ne se livrent à aucune nouvelle attaque de l’ampleur du 11-Septembre, explique l’analyste.

Le rapport de Hasan tente également d’expliquer que l'interprétation fondamentaliste et extrémiste de l'islam exploite des concepts islamiques classiques – l’oumma, le califat, la charia et le djihad – pour justifier leurs ambitions.

«Parce que l'islamisme est basé sur des interprétations très particulières de ces quatre termes coraniques, l'islam dominant doit affronter ces interprétations de front, en mettant notamment l'accent sur des compréhensions inclusives et plus larges de ces termes, qui sont davantage en harmonie avec l'esprit progressiste du monde moderne», écrit-il dans le rapport.

Toutefois, tant qu'un débat sain et constructif se poursuit entre les mondes islamique et non islamique, Hasan reste optimiste sur l'avenir et le rôle que les musulmans peuvent jouer afin d’aider à trouver des solutions pratiques et durables aux défis auxquels l'humanité se trouve confrontée, comme le changement climatique et l'amélioration des droits de l’homme.

«Je suis optimiste de nature, mais je pense qu'il faut également être réaliste. Je pense que la lutte va continuer car ces développements font face à l’opposition de certains milieux.»

«Quoi qu’il en soit, la trajectoire montre – et tous les indicateurs de la mondialisation, de l'ouverture du monde et les sondages vont dans le même sens – que les jeunes musulmans et arabes souhaitent une ouverture. Les forces qui travaillent dans ce but sont considérables.

«Ce ne sera pas facile, mais l'histoire est de notre côté; même s'il faut faire des sacrifices en cours de route, je reste très optimiste», conclut-il.

11 septembre : Une date qui restera marquée par l'infamie
Par Ephrem Kossaify -
11 septembre: Traumatisme collectif et créativité
Par WILLIAM MULLALLY -

Poutine exige la capitulation de l'Ukraine, Zelensky dénonce un ultimatum à la «Hitler»

Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers. (AFP)
Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers. (AFP)
Short Url
  • Si l'armée russe a l'initiative sur le front, elle y a subi des pertes considérables depuis deux ans et ne parvient pas à prendre un avantage décisif
  • Vladimir Poutine a insisté vendredi sur le fait que l'Ukraine devait remettre à la Russie la totalité de ces territoires, alors même que Moscou ne les occupe que partiellement et que les combats y font toujours rage

MOSCOU: Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers, son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky rejetant aussitôt un "ultimatum" à la "Hitler", à la veille d'un sommet en Suisse consacré aux moyens d'arriver à la paix et dont la Russie est exclue.

L'Ukraine, les Etats-Unis et l'Otan ont immédiatement rejeté ces conditions du maître du Kremlin.

"Ces messages sont des messages d'ultimatum (...) Hitler faisait la même chose, quand il disait +Donnez-moi une partie de la Tchécoslovaquie et on en reste là+, mais non, ce sont des mensonges", a commenté Volodymyr Zelensky dans un entretien à la chaîne d'information italienne SkyTG24.

Le président russe, dont l'armée a repris depuis plusieurs mois l'initiative sur le front face à des forces ukrainiennes en manque d'hommes et de munitions, a réclamé que Kiev renonce à rejoindre l'Otan et se retire des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia que la Russie occupe déjà partiellement et prétend annexer en plus de la Crimée.

"Dès que Kiev (...) commencera le retrait effectif des troupes et notifiera l'abandon de son projet d'adhésion à l'Otan, nous donnerons immédiatement, à la minute même, l'ordre de cesser le feu et d'entamer des négociations", a dit M. Poutine face aux cadres du ministère russe des Affaires étrangères.

Remplir ces condition constituerait de facto une reddition de l'Ukraine, dont l'objectif est de rétablir son intégrité territoriale et sa souveraineté dans les frontières internationalement reconnues.

Si l'armée russe a l'initiative sur le front, elle y a subi des pertes considérables depuis deux ans et ne parvient pas à prendre un avantage décisif.

Le Kremlin avait proclamé dès septembre 2022 l'annexion de quatre régions de l'est et du sud de l'Ukraine, en plus de celle de la Crimée en 2014.

«Manipulation»

Vladimir Poutine a insisté vendredi sur le fait que l'Ukraine devait remettre à la Russie la totalité de ces territoires, alors même que Moscou ne les occupe que partiellement et que les combats y font toujours rage.

Le président russe a dénigré également le sommet pour la paix, dont la Russie a été exclue, prévu en Suisse les 15 et 16 juin à l'initiative de l'Ukraine. Kiev espère que les quelque 90 délégations présentes, malgré l'absence notamment de la Chine, y aboutiront à un consensus pour accroître la pression sur le Kremlin.

M. Poutine a dénoncé un "stratagème pour détourner l'attention de tout le monde" des vraies responsabilités dans le conflit à savoir, dans sa lecture, celles de l'Ukraine et des Occidentaux.

Mykhaïlo Podoliak, conseiller à la présidence ukrainienne, a martelé, lui, que les revendications russes se "heurtent au bon sens" et constituent "une offense au droit international".

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a dénoncé des "déclarations manipulatrices", et estimé que Vladimir Poutine avait tenu ces propos à la veille du sommet en Suisse car "la Russie a peur d'une véritable paix".

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, dont le pays est le principal soutien militaire et financier de Kiev, a jugé que M. Poutine n'était "pas en position de dicter à l'Ukraine ce qu'elle doit faire pour parvenir à la paix".

Enfin, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a estimé que le dirigeant russe n'agissait pas de "bonne foi".

Le chef de la diplomatie russe y est allé de sa pique, en disant que ceux qui "ont des oreilles entendront (Poutine) et ceux qui ont un cerveau le comprendront".

"Mais je ne suis pas sûr que ces organes du corps humain fonctionnent correctement " en Occident, a lâché Sergueï Lavrov à la télévision russe.

«Vol» des actifs russes 

Vladimir Poutine a aussi dénoncé la décision jeudi du G7 de garantir un prêt de 50 milliards de dollars à l'Ukraine avec les futurs intérêts des actifs russes gelés depuis le début de l'offensive russe

"Même si on enjolive les choses, le vol ça reste du vol et ça ne restera pas impuni", a t-il dit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui réclamé la confiscation pure et simple des 300 milliards d'euros d'actifs de la banque centrale russe gelés par les Occidentaux depuis deux ans, ce à quoi ils se refusent pour des raisons juridiques.

Sur le terrain, les forces ukrainiennes continuent de résister aux multiples assauts, en particulier dans l'est du pays, où Moscou grignote du terrain depuis le début de l'année.

"Presque quotidiennement, nous repoussons deux, trois attaques", a dit cette semaine à l'AFP Maxime, commandant d'une compagnie de tankistes dans la 59ème brigade qui combat dans la zone de Pokrovsk.

"Il y a eu une nette augmentation du nombre de soldats ennemis et ils ont apporté des véhicules blindés ainsi que de l'artillerie à longue portée", a ajoutét ce militaire de 38 ans.

Enfin, l'Ukraine continue d'être contrainte de rationner l'électricité, son infrastructure énergétique ayant été ravagée par les frappes russes. Vendredi, des coupures sont prévues de 14H à 22H à travers le pays.


Trump souffle ses 78 bougies, avec aussi des interrogations sur son âge

L'ancien président américain et candidat républicain à la présidentielle Donald Trump fait un geste vers la foule après avoir pris la parole lors d'un rassemblement électoral à Sunset Park à Las Vegas, Nevada, le 9 juin 2024. (AFP)
L'ancien président américain et candidat républicain à la présidentielle Donald Trump fait un geste vers la foule après avoir pris la parole lors d'un rassemblement électoral à Sunset Park à Las Vegas, Nevada, le 9 juin 2024. (AFP)
Short Url
  • Les sondages sont clairs: les Américains sont bien plus nombreux à estimer que le président actuel est trop vieux pour un second mandat, plutôt que Donald Trump
  • Lors du deuxième mandat de Ronald Reagan, certains observateurs s'interrogeaient déjà sur la détérioration de ses capacités intellectuelles

WEST PALM BEACH: Donald Trump fête vendredi ses 78 ans, occasion pour les Américains d'évaluer la forme physique et mentale du candidat républicain, eux qui sont plutôt habitués à commenter celle de son rival, le président Joe Biden.

Que le milliardaire républicain ou le dirigeant démocrate l'emporte à l'élection du 5 novembre, l'un comme l'autre deviendrait alors le président américain le plus âgé à prêter serment.

Mais les sondages sont clairs: les Américains sont bien plus nombreux à estimer que le président actuel est trop vieux pour un second mandat, plutôt que Donald Trump.

Joe Biden, 81 ans, montre objectivement des signes récurrents de fatigue: sa démarche est de plus en plus raide, ses moments d'égarement nombreux. Les vidéos du président américain, s'éloignant, hagard, d'un groupe de dirigeants du G7, souriant dans le vide, trébuchant, bégayant, sont d'ailleurs partagées massivement sur les réseaux sociaux.

Reste qu'au cours des derniers mois, Donald Trump a confondu le nom de plusieurs villes et dirigeants, alerté sur le fait que le monde se dirigeait vers une seconde, et non troisième, Guerre mondiale et s'est lancé dans de nombreuses tirades décousues.

Gaffes, tremblements 

Jeudi, lors d'un échange à huis clos avec des élus républicains, il aurait qualifié Milwaukee, ville stratégique à bien des égards pour les élections américaines, d'"horrible" -- suscitant une pluie de critiques et d'interrogations.

Ces gaffes répétées, les vidéos de lui s'agrippant à une rampe pour ne pas glisser, tremblant en buvant un verre d'eau, sont-elles autant d'illustrations concrètes d'un déclin de l'ancien président?

Il est, au fond, impossible de le dire.

Mais ces séquences font les choux gras de l'équipe de Joe Biden, pas mécontente de braquer, de temps en temps, les projecteurs sur l'âge de l'autre candidat.

Pour l'anniversaire de Donald Trump, le camp du président démocrate a ainsi publié vendredi un communiqué assorti d'une photo grand format et très peu flatteuse du républicain suant, les joues rouges et les traits tirés.

"Joyeux anniversaire Donald. Vous êtes un escroc, un raté, un imposteur et une menace pour notre démocratie", a taclé James Singer, un porte-parole de l'équipe de campagne de Joe Biden, dans ce communiqué.

"Au nom de l'Amérique, voici un cadeau, en avance, pour votre 79ème anniversaire: nous allons nous assurer que vous ne serez plus jamais président."

«Zombie»

Ces propos ont fait bondir le camp Trump, qui a qualifié en retour Joe Biden de "faible et incompétent".

"C'est un zombie en état de mort cérébrale", a cinglé une porte-parole dans un communiqué à l'AFP.

Les débats autour de l'âge des présidents américains ne datent pas d'hier.

Lors du deuxième mandat de Ronald Reagan, certains observateurs s'interrogeaient déjà sur la détérioration de ses capacités intellectuelles.

L'ancien président américain Jimmy Carter avait lui-même tiré la sonnette d'alarme dans un billet en 1994, s'inquiétant du "danger" que représentait pour les Etats-Unis la possibilité que les capacités d'un président soient affaibilies du fait d'une "maladie neurologique".

Donald Trump fêtera son anniversaire lors d'un grand raout, dans une gigantesque salle de bal, tout proche de Mar-a-Lago, sa luxueuse résidence en Floride.

"Rejoignez-nous pour célébrer l'anniversaire du meilleur président de tous les temps", affiche le carton d'invitation, qui prie les convives de se parer des couleurs du drapeau américain.

Il doit y prononcer un discours, autour de 19H00 (23H00 GMT).


Deux morts dans des explosions accidentelles dans un parking souterrain en Suisse

Les explosions se sont produites aux alentours de 19H00 (17H00 GMT) jeudi et les deux personnes tuées ont été retrouvées dans un parking souterrain de cette petite ville, qui se trouve à quelque 25 kilomètres au nord-ouest de Zurich. (AFP).
Les explosions se sont produites aux alentours de 19H00 (17H00 GMT) jeudi et les deux personnes tuées ont été retrouvées dans un parking souterrain de cette petite ville, qui se trouve à quelque 25 kilomètres au nord-ouest de Zurich. (AFP).
Short Url
  • Il s'agirait d'un accident dont les circonstances exactes ne sont pas encore connues, a expliqué Daniel Wächter, porte-parole de la police du canton d'Argovie
  • Les explosions se sont produites aux alentours de 19H00 (17H00 GMT) jeudi et les deux personnes tuées ont été retrouvées dans un parking souterrain

GENEVE: Deux personnes sont mortes jeudi soir et onze autres ont été légèrement blessées après plusieurs explosions accidentelles et un incendie dans un parking souterrain à Nussbaumen, dans le nord de la Suisse, a indiqué la police dans un communiqué publié vendredi.

Il s'agirait d'un accident dont les circonstances exactes ne sont pas encore connues, a expliqué Daniel Wächter, porte-parole de la police du canton d'Argovie, à l'agence Keystone-ATS. Il exclu un acte criminel ou un attentat.

Les explosions se sont produites aux alentours de 19H00 (17H00 GMT) jeudi et les deux personnes tuées ont été retrouvées dans un parking souterrain de cette petite ville, qui se trouve à quelque 25 kilomètres au nord-ouest de Zurich.

Les onze blessés n'ont été que légèrement touchés.

Les dégâts matériels sont considérables, le feu s'étant propagé à un étage d'une tour construite au-dessus du parking souterrain, selon la police.

Les secours ont dû procéder aux évacuations d'une centaine de personnes.

La police s'est vu forcée d'imposer l’atterrissage immédiat à des drones qui filmaient la scène pour ne pas gêner les trois hélicoptères engagés par les secours.