L'État se prépare pour une présidentielle à haut risque cyber

Le président français Emmanuel Macron sort d'un isoloir équipé de rideaux anti-covid avant de voter alors qu'il vote dans un bureau de vote du Touquet, pour le second tour des élections régionales françaises le 27 juin 2021. (Ludovic Marin / Pool / AFP)
Le président français Emmanuel Macron sort d'un isoloir équipé de rideaux anti-covid avant de voter alors qu'il vote dans un bureau de vote du Touquet, pour le second tour des élections régionales françaises le 27 juin 2021. (Ludovic Marin / Pool / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 10 septembre 2021

L'État se prépare pour une présidentielle à haut risque cyber

  • Les attaques les plus déstabilisatrices "sortiront au dernier moment, juste avant le scrutin, mais c'est maintenant qu'il faut se protéger", souligne Gérôme Billois, l'un des auteurs de l'étude
  • Au sein de l'État, tous les ministères "peuvent être une cible, particulièrement dans la perspective de la préparation de l'élection présidentielle: si vous publiez les sujets du bac avant l'élection, vous perturbez le scrutin"

LILLE, France : Les services de l'État se préparent pour une présidentielle à haut risque cyber, les attaques informatiques et les tentatives de déstabilisation via internet et les réseaux sociaux faisant désormais partie intégrante des processus électoraux.

"Le Premier ministre a réuni l'ensemble des ministres il y a une dizaine de jours" sur les questions de sécurité informatique, a souligné cette semaine au Forum international de la cybersécurité de Lille (Fic) le secrétaire d'État au numérique Cédric O.

Au sein de l'État, tous les ministères "peuvent être une cible, particulièrement dans la perspective de la préparation de l'élection présidentielle: si vous publiez les sujets du bac avant l'élection, vous perturbez le scrutin", a-t-il expliqué.

L'Anssi, l'agence nationale gardienne de la sécurité informatique nationale, veut réunir prochainement les responsables cybersécurité des états-majors de campagne, pour prodiguer ses recommandations et établir un contact potentiellement crucial en cas de crise, a également indiqué Guillaume Poupard, le directeur général de l'agence.

De son côté, la toute nouvelle agence de lutte contre les manipulations de l'information en provenance de l'étranger (Viginum) est en train de se constituer.

Viginum, encore embryonnaire, attend notamment le décret qui précisera son mode opératoire, a expliqué à Lille Marc-Antoine Brillant, le numéro deux de l'agence rattachée au Secrétariat général de la défense nationale.

Le projet de décret est en cours d'examen par la Commission nationale informatique et liberté (Cnil), a-t-il indiqué.

"Lorsque nous aurons le cadre légal" fourni par le décret, "nous pourrons ajuster nos outils" et lancer des appels d'offres pour trouver des prestataires fournissant des outils adaptés, a indiqué M. Brillant.

– Traquer les faux comptes d'origine étrangère –

Viginum cherchera à identifier et documenter les phénomènes de propagation de contenus "manifestement malveillants", "qui ont une origine étrangère" et résultent d'un "comportement inauthentique", comme le recours à de faux comptes sur les réseaux sociaux, a rappelé Marc-Antoine Brillant.

Mais le rôle de Viginum ne sera jamais de "judiciariser les affaires", ou de viser d'authentiques internautes ayant relayé des contenus de désinformation, a-t-il précisé.

"Viginum aura une vision un peu macro (…) et en aucun cas ne s'attachera à des cas intuitu personae", a-t-il dit.

Les éléments recueillis par Viginum permettront à l'État d'agir auprès des réseaux sociaux pour qu'ils interviennent et suppriment les comptes litigieux, a complété Henri Verdier, l'ambassadeur français pour le numérique.

"Si on trouve 5.000 comptes Facebook qui en fait sont opérés par 4 acteurs, sur le fuseau horaire de Moscou, et qui se mettent toutes les deux heures à publier les mêmes choses, on est tout à fait fondé à appeler Facebook pour lui rappeler que les comportements inauthentiques et coordonnés sont interdits par ses propres conditions d'utilisation, et lui demander ce qu'il compte faire" a-t-il expliqué.

"La démocratie, ça a toujours été la controverse, et il faut que ce soit la controverse, il faut que les opinions qui ne sont pas d'accord se confrontent", a dit Henri Verdier.

"Mais ce n'est pas une raison pour que ce processus entraîne une espèce de désespérance", a-t-il ajouté.

Dans une note publiée à l'occasion du forum Fic, le cabinet de conseil en cybersécurité Wavestone et l'association de start-up France Digitale appellent de leur côté les états-majors de campagne à agir dès maintenant pour se protéger contre les cyberattaques et les tentatives de déstabilisation.

Les attaques les plus déstabilisatrices "sortiront au dernier moment, juste avant le scrutin, mais c'est maintenant qu'il faut se protéger", souligne Gérôme Billois, l'un des auteurs de l'étude, qui fournit une série de recommandations pratiques aux états-majors de campagne.

L'une de ces recommandations est par exemple de construire des "bulles de travail sécurisé" pour les équipes au cœur de la campagne.

Les messageries, boîtes mails, outils de partages de documents doivent être protégés par une authentification à double facteur, qui va au-delà du simple identifiant/mot de passe, recommande la note.

 

Les candidatures fleurissent à sept mois de la présidentielle

Les candidats à l'élection présidentielle française d'avril se bousculent au portillon, avec des dizaines de personnalités d'ores et déjà déclarées pour défier le président Emmanuel Macron qui, sauf coup de théâtre, briguera un second mandat de cinq ans.

A sept mois de l'élection reine en France, chaque camp tente de se mettre en ordre de marche, avec plus ou moins de difficultés suivant le nombre de prétendants. Les candidats doivent rassembler 500 signatures d'élus pour pouvoir participer à l'élection, et plusieurs n'y parviendront pas.

A la veille d'un week-end qui devrait être notamment marqué par l'entrée en lice de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo et le lancement de la campagne de la finaliste de 2017, Marine Le Pen, état des lieux des principaux candidats de droite à gauche.

LE PRESIDENT SORTANT EMMANUEL MACRON

Il n'a pas encore annoncé ses intentions mais sa candidature pour une réelection ne fait de doutes pour personne. Son déplacement de trois jours à Marseille (sud) fin août a été interprété comme une entrée en campagne, même s'il s'en défend.

Les sondages le placent depuis plusieurs mois au second tour du 24 avril 2022 face à Marine Le Pen, la présidente du parti d'extrême droite, comme en 2017.

EXTREME DROITE

- Marine Le Pen, qui s'est déjà déclarée, lance sa campagne ce week-end à Fréjus (sud), où elle confiera les manettes du Rassemblement national à son numéro 2 Jordan Bardella.

Candidate pour la 3e fois, elle a travaillé ces dernières années à "lisser" l'image de son parti et le "dédiaboliser". Une stratégie qui n'a pas payé aux régionales de juin, où le RN a enregistré un cuisant échec et attisé les ambitions de l'éditorialiste d'extrême-droite Eric Zemmour.

- Ce dernier, dopé par ses succès d'audience -il présente un édito quotidien sur la chaîne de télé CNews, parfois qualifiée de "Fox news française"-, est omniprésent sur la scène médiatique, où il se fait remarquer par ses sorties radicales contre l'immigration et l'islam. Il entame la semaine prochaine une tournée en France pour promouvoir son dernier livre, et pourrait se déclarer à cette occasion. 

DROITE

- Xavier Bertrand, ancien ministre de la Santé puis du Travail, a été l'un des premiers à se déclarer, en mars dernier. Président du conseil régional des Hauts-de-France (nord), où il a été confortablement réélu après les régionales, il refuse jusqu'à présent de participer à une primaire au sein de son parti Les Républicains (LR).

- Michel Barnier, l'ex "Monsieur Brexit" de l'Union européenne, Valérie Pécresse, la présidente de la région parisienne Ile-de-France, le député des Alpes maritimes (sud) Eric Ciotti, et le maire et médecin Philippe Juvin comptent, eux, respecter la règle du jeu en cas de primaire. Le parti doit trancher sur son organisation, ou pas, lors d'un congrès le 25 septembre.

A droite toujours, Nicolas-Dupont-Aignan, le président de Debout la France, qui avait rallié au second tour en 2017 Marine Le Pen mais a perdu depuis des militants partis au RN, laboure de nouveau le créneau souverainiste.

GAUCHE et EXTRÊME-GAUCHE

Le souhait récurrent à chaque élection d'une candidature commune gauche-écologistes s'est encore évanoui, et les candidatures se multiplient, malgré le risque d'éparpillement des voix.

- Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris qui tente depuis plusieurs mois de monter en puissance au plan national, officialisera sa candidature dimanche à Rouen (ouest).

Anne Hidalgo n'est pour l'instant créditée que de 7 à 9% des voix selon les sondages, mais ses soutiens affirment que "le match n'est pas joué".

- l'ex-socialiste et ex-ministre Arnaud Montebourg s'est dévoilé début septembre, s'estimant "légitime", malgré l'offre pléthorique à gauche.

Un vote interne des militants socialistes, promis par le premier secrétaire Olivier Faure, interviendra après le congrès du PS fin septembre.

- Le communiste Fabien Roussel défend pour sa part la légitimité de sa candidature et assure que les voix qu'il obtiendra en avril 2022 "s'ajouteront au total de la gauche".

- Jean-Luc Mélenchon, le tribun de la gauche radicale, qui n'a pas digéré son échec au premier tour de 2017, malgré ses 20% de voix, s'est déclaré depuis plusieurs mois, et a lancé une offensive pour convaincre les abstentionnistes des classes populaires.

 

ECOLOGISTES

Les écologistes d'EELV, qui ont fait de bons scores lors d'élections récentes mais sont divisés, ont fait le choix de la primaire, dont le premier tour, entre le 16 et le 19 septembre, verra s'affronter cinq candidats: l'eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble (est) Eric Piolle, Sandrine Rousseau, l'ancienne ministre Delphine Batho et Jean-Marc Governatori.

 


A l'Assemblée, Borne appelle à «bâtir ensemble» des compromis, les oppositions disent leur «défiance»

La Première ministre française Elisabeth Borne s'adresse aux députés lors de sa déclaration politique générale pour lancer la session législative à l'Assemblée nationale à Paris, le 6 juillet 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne s'adresse aux députés lors de sa déclaration politique générale pour lancer la session législative à l'Assemblée nationale à Paris, le 6 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous mesurons tous l’ampleur de la tâche: les Français à protéger, la République à défendre, notre pays à rassembler, la planète à préserver», a énuméré Mme Borne
  • L'Etat a l'intention de renationaliser à 100% l'énergéticien EDF, a-elle- annoncé

PARIS: La Première ministre Élisabeth Borne a appelé mercredi à « bâtir ensemble » des « compromis » pour répondre aux défis économiques ou climatiques lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée, sans convaincre les oppositions qui ont exprimé leur « défiance » et fustigé un discours creux. 

« Nous mesurons tous l’ampleur de la tâche: les Français à protéger, la République à défendre, notre pays à rassembler, la planète à préserver », a énuméré Mme Borne en ouverture d'un discours de 01H25 régulièrement interrompu sur les bancs de la gauche, qui avait peu auparavant déposé une motion de censure. 

Tout en défendant le bilan du premier quinquennat Macron, la Première ministre a assuré avoir entendu « le message » des électeurs qui ont privé le camp présidentiel d'une majorité absolue lors des législatives. « Par le résultat des urnes, ils nous demandent d'agir et d’agir autrement », a dit Mme Borne, qui va poursuivre son grand oral au Sénat à 21H00. 

Énumérant les défis qui se posent au pays (guerre en Ukraine, prix de l'énergie ou « urgence écologique ») et appelant à reprendre le « chemin de l'équilibre » des finances publiques, Mme Borne a exhorté les députés à dépasser les clivages et à redonner « un sens et une vertu au mot compromis ». 

« Nous ne sommes peut-être pas d’accord sur toutes les solutions. Mais nous avons toutes et tous conscience de l'urgence et de la nécessité d’agir », a-t-elle dit. »« Les Français nous demandent de nous parler plus, de nous parler mieux, et de construire ensemble », a-t-elle insisté. 

Face au risque de blocage à l'Assemblée, la Première ministre a martelé que « le désordre et l'instabilité ne sont pas des options », déplorant que la vie politique ait été « trop longtemps (...) faite que de blocs qui s'affrontent ». 

Rejetant tout statut de « femme providentielle », elle a assuré, souvent avec le sourire, ne pas être une « femme de grandes phrases et de petits mots », qui ont, selon elle, nourri « les postures, la défiance et la crise de notre démocratie ».  

Parsemant son allocution de références à ses prédécesseurs à Matignon, Mme Borne a aussi invoqué sous de vifs applaudissements la mémoire de grandes figures féminines à qui « la République a ouvert la voie ». 

Sur le fond, la Première ministre a affirmé que le projet de loi pour le pouvoir d'achat, qui sera présenté jeudi en Conseil des ministres, comporterait des mesures « concrètes, rapides, efficaces » contre l'inflation et  pour aider « les plus vulnérables ». 

Appel à réformer les retraites 

Sur le climat, Mme Borne a plaidé pour des « réponses radicales » tout en rejetant la voie de »la décroissance » et aussi annoncé son intention de renationaliser à 100% EDF, actuellement détenu à 84% par l’État, affirmant que « la transition énergétique passe par le nucléaire ». 

Défendant une triple responsabilité (environnementale, budgétaire et fiscale), la Première ministre a appelé à mettre en œuvre des « solutions structurantes » pour l'hôpital et a également abordé le dossier explosif des retraites, mis en sommeil depuis la claque reçue par le camp présidentiel lors des dernières législatives. 

« Notre pays a besoin d’une réforme de son système de retraite. Elle ne sera pas uniforme et devra prendre en compte les carrières longues et la pénibilité », a déclaré Mme Borne, avant de réaffirmer la volonté de l'exécutif de relever l'âge de départ à la retraite, chiffon rouge pour la gauche. 

« Oui, nous devrons travailler progressivement un peu plus longtemps », a-t-elle assuré sans donner plus de précisions, déclenchant une bronca à gauche. 

Abordant le « combat de la sécurité », angle d'attaque récurrent de la droite et l'extrême droite, la Première ministre a promis la « fermeté » et apporté son soutien aux forces de l'ordre. »Honte à ceux qui attaquent systématiquement nos policiers », a-t-elle lancé, dans une allusion transparente au leader Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui avait accusé la police de « tuer ». 

Fuite  

L'appel au compromis de Mme Borne n'a pas semblé convaincre les principaux chefs de file de l'opposition, qui ont pris la suite de la Première ministre à la tribune de l'Assemblée, contestant parfois sa légitimité. 

Son maintien à Matignon après les législatives relève de la « provocation politique », a clamé Marine Le Pen, ovationnée par les 88 autres députés du RN. « Le président fait comme s’il ne s’était rien passé » après les élections législatives, pourtant « c’est le retour du politique qui lui saute au visage ». 

Si les principes du parti d'extrême droite sont pris en compte, Mme Le Pen a toutefois ajouté que des « voies de passage » sont envisageables sur certains textes. 

Très offensive, la cheffe de file des députés LFI, Mathilde Panot, a, elle, accusé  Élisabeth Borne d'avoir opté pour la « stratégie du sauve qui peut » en renonçant à se soumettre au vote de confiance des députés qui, selon elle, « s'imposait ». 

« Vous avez choisi la fuite (...) Votre stratégie désormais c'est 'sauve qui peut’. Et vous êtes prêts à tout. Jamais de compromis mais toutes les compromissions », a lancé Mme Panot, accusant de nouveau la majorité d'avoir pactisé avec le RN lors du vote sur les postes-clés à l'Assemblée. 

Plus conciliant, son homologue LR Olivier Marleix a assuré que son groupe ne se livrerait à aucune « compromission » avec l'exécutif et refuserait la « petite soupe » politicienne mais qu'il resterait ouvert à un soutien sur certains textes. 

Peu avant le début du discours, les députés de la coalition de gauche de la Nupes avaient, comme annoncé la veille, déposé une motion de censure qui ne sera pas examinée avant vendredi et n'a quasiment aucune chance d'être adoptée : le RN et LR ayant d'ores ont déjà affirmé qu'ils ne s'y associeront pas. 

 


Les comptes des Hôpitaux de Paris encore dans le rouge en 2022

Un patient est allongé sur un lit dans un couloir de l'hôpital René-Dubos de Pontoise, dans le nord-ouest de Paris, le 1er juillet 2022. (Photo, AFP)
Un patient est allongé sur un lit dans un couloir de l'hôpital René-Dubos de Pontoise, dans le nord-ouest de Paris, le 1er juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les chiffres ne sont pas bons: le déficit est attendu à 228 millions d'euros cette année, contre 184 millions prévus en décembre
  • Une perte d'activité et des surcoûts a priori couverts par la «garantie de financement» des hôpitaux, que le gouvernement vient de prolonger jusqu'à la fin de l'année

PARIS: L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) prévoit un déficit supérieur à 200 millions d'euros en 2022, pour la troisième année consécutive, à cause notamment de l'inflation et du Covid, selon le budget prévisionnel présenté en interne et consulté mercredi par l'AFP. 

Nicolas Revel aurait pu espérer meilleur cadeau d'accueil. Le nouveau directeur général des Hôpitaux de Paris, nommé lundi en Conseil des ministres, a passé en revue mardi les nouvelles prévisions budgétaires de l'institution devant la commission médicale d'établissement, sorte de parlement des médecins de l'AP-HP. 

Les chiffres ne sont pas bons: le déficit est attendu à 228 millions d'euros cette année, contre 184 millions prévus en décembre. 

Une nette « dégradation » essentiellement due à l'inflation qui fait flamber les prix des sous-traitants et autres « services extérieurs ». L'addition est déjà estimée à 58 millions d'euros fin mai, assez pour souligner « le besoin d'accompagnement financier » par la Sécurité sociale et le ministère de la Santé. 

L'AP-HP souffre aussi d'un « début d'année très marqué par la Covid », qui a de nouveau entraîné « des déprogrammations massives » au premier trimestre, ainsi qu'une « consommation importante d'intérim et d'heures supplémentaires », de l'ordre de 70 millions en seulement trois mois. 

Une perte d'activité et des surcoûts a priori couverts par la « garantie de financement » des hôpitaux, que le gouvernement vient de prolonger jusqu'à la fin de l'année. 

Pour limiter les pertes cette année, « des plans d'action de court terme » ont été lancés depuis plusieurs mois, sans réduction des effectifs. Au contraire, 800 recrutements sont déjà « actés pour l'été » et plus de 1 200 autres « prévus et planifiés sur le second semestre » afin de rouvrir des lits et d'augmenter les recettes.  

Trop peu à ce stade pour redresser la barre après les déficits record enregistrés en 2020 (-246 millions) et 2021 (-230 millions). Faute d'amélioration, la dette des Hôpitaux de Paris devrait dépasser 3,4 milliards d'euros en fin d'année, contre 2,5 milliards fin 2019, juste avant la crise sanitaire de Covid-19. 


La moto du suspect d'un double homicide en France retrouvée en Espagne

La femme, âgée de 32 ans, a été retrouvée lundi en fin d'après-midi gisant dans une rue de Pouyastruc par des voisins qui ont alerté les gendarmes. Arrivés sur place, ceux-ci ont en outre découvert un homme de 55 ans, décédé dans sa maison, quelques mètres plus loin, selon le procureur. (Photo, AFP)
La femme, âgée de 32 ans, a été retrouvée lundi en fin d'après-midi gisant dans une rue de Pouyastruc par des voisins qui ont alerté les gendarmes. Arrivés sur place, ceux-ci ont en outre découvert un homme de 55 ans, décédé dans sa maison, quelques mètres plus loin, selon le procureur. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette moto, qui a permis au suspect de s'enfuir et de passer la frontière, a été localisée dans la région espagnole frontalière de l'Aragon
  • Le parquet de Tarbes a annoncé la tenue d'une point presse mercredi à 16H00

MADRID: La moto du suspect du meurtre de deux enseignants dans le département français des Hautes-Pyrénées (sud-ouest) a été retrouvée dans le nord est de l'Espagne où la police a lancé une chasse à l'homme, a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête. 

Cette moto, qui a permis au suspect de s'enfuir et de passer la frontière, a été localisée dans la région espagnole frontalière de l'Aragon, a indiqué cette source, sans vouloir donner plus de détails. 

Un important dispositif de recherche a été mis en place depuis mardi matin autour de Jaca, une petite ville espagnole située à 200 km environ des lieux du crime, pour mettre la main sur cet homme, dont l'identité n'a pas été confirmée par les autorités françaises et espagnoles. 

Cette opération « continue aujourd'hui. Le dispositif de recherche est encore en cours, il ne s’est pas arrêté » pendant la nuit, a déclaré une porte-parole de la Garde civile, qui a refusé de donner plus de détails sur le nombre d'agents déployés ou sur l'ampleur du périmètre de recherches. 

Un homme et une femme, tous deux enseignants dans un collège de la ville de Tarbes, ont été tués lundi par balles dans le village de Pouyastruc par un suspect qui est « en fuite », avait dit mardi le procureur de Tarbes, Pierre Aurignac, sans donner de précisions sur son identité ou ses motivations. 

Le parquet de Tarbes a annoncé la tenue d'une point presse mercredi à 16H00. 

Selon une source proche de l'enquête en France, une rivalité amoureuse serait à l'origine de ce double meurtre. 

Le suspect serait le compagnon de l'enseignante et le père de ses deux enfants. La famille vivait dans la petite commune de Barbazan-Dessus et le couple était en instance de séparation. 

La femme, âgée de 32 ans, a été retrouvée lundi en fin d'après-midi gisant dans une rue de Pouyastruc par des voisins qui ont alerté les gendarmes. Arrivés sur place, ceux-ci ont en outre découvert un homme de 55 ans, décédé dans sa maison, quelques mètres plus loin, selon le procureur. 

Les deux victimes, Gabriel Fourmigué et Aurélie Pardon, étaient respectivement professeurs d'éducation physique et de français. 

Lui, originaire du Gers, était connu pour ses exploits sportifs. Il avait remporté le championnat du monde junior de bobsleigh, avant de représenter la France aux Jeux olympiques d'hiver d'Albertville en 1992 et à ceux de Lillehammer, en Norvège, en 1994. 

L'enquête a été confiée côté français à la brigade de recherche de Tarbes et à la section de recherche de Toulouse. 

Les autopsies des victimes seront pratiquées dans les prochains jours à l'Institut médico-légal de Toulouse.