Fermer la vanne du pétrole? La Norvège écartelée entre portefeuille et climat

Une photo prise le 30 août 2021 montre le musée du pétrole à Stavanger, en Norvège, construit pour montrer l'histoire de l'exploration pétrolière de la Norvège. La Norvège est le plus grand producteur d'hydrocarbures d'Europe occidentale. Face à l'urgence climatique, des voix s'élèvent pour abandonner définitivement les énergies fossiles. (Petter Berntsen/AFP)
Une photo prise le 30 août 2021 montre le musée du pétrole à Stavanger, en Norvège, construit pour montrer l'histoire de l'exploration pétrolière de la Norvège. La Norvège est le plus grand producteur d'hydrocarbures d'Europe occidentale. Face à l'urgence climatique, des voix s'élèvent pour abandonner définitivement les énergies fossiles. (Petter Berntsen/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 10 septembre 2021

Fermer la vanne du pétrole? La Norvège écartelée entre portefeuille et climat

  • L'«alerte rouge» tirée par l'ONU début août a donné un coup de fouet au débat sur l'avenir de l'industrie pétrolière du pays scandinave, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'ouest
  • «Nous devons nous débarrasser des énergies fossiles, aucun doute là-dessus. Même nous en Norvège, pays producteur de pétrole, nous le savons. Mais la question est à quel rythme»

STAVANGER, Norvège : Sur les quais de Stavanger, ville portuaire du sud-ouest de la Norvège, le Musée du pétrole relate l'épopée qui a fait la richesse du royaume. Face à l'urgence climatique, des voix s'élèvent pour que les énergies fossiles entrent au musée pour de bon.

L'«alerte rouge» tirée par l'ONU début août a donné un coup de fouet au débat sur l'avenir de l'industrie pétrolière du pays scandinave, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'ouest, en amont des législatives lundi.

Potentiellement indispensable pour que l'actuelle opposition «rouge-verte», en tête dans les sondages, dispose d'une majorité parlementaire, le parti écologiste MDG réclame la fin immédiate de la prospection pétrolière et celle de la production en 2035.  

«Le pétrole a sa place au musée. On a en bien profité pendant plusieurs décennies mais nous voyons hélas que ça détruit notre climat», affirme Ulrikke Torgersen, sa candidate à Stavanger, capitale pétrolière du royaume, où le pétrole coule dans les veines.

Le rapport des experts de l'ONU sur le climat (GIEC), qui mettait en garde contre de nouveaux désastres «sans précédent» liés à un réchauffement plus rapide qu'attendu, a propulsé le sujet au cœur de la campagne électorale norvégienne.

Pour les deux plus gros partis, les conservateurs de l'actuelle Première ministre Erna Solberg et les travaillistes de son probable successeur Jonas Gahr Støre, pas question de tirer un trait sur l'or noir.

Mais, dans chaque camp, de petites formations alliées poussent pour que le pays endosse un rôle exemplaire en rompant avec sa dépendance pétrolière et en accélérant sa transition verte pour respecter ses engagements dans le cadre de l'Accord de Paris.

Selon un sondage paru le 20 août, 35% des Norvégiens se disent favorables à un arrêt de la prospection. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) elle-même estime qu'il faut abandonner dès maintenant tout nouveau projet d'exploration de combustibles fossiles si l'on veut maintenir le réchauffement climatique sous contrôle.

- Rupture douloureuse -

Une rupture nette serait douloureuse pour la Norvège: le secteur pétrolier représente 14% de son Produit intérieur brut, plus de 40% de ses exportations et 160.000 emplois directs.

Au fil des ans, les hydrocarbures lui ont permis de financer son généreux État-providence mais aussi... d'onéreuses mesures pour le climat: incitation à l'achat de voitures électriques, protection des forêts tropicales, captage et stockage du CO2.

Grâce à cette manne, le pays de 5,4 millions d'habitants a également amassé le plus gros fonds souverain au monde qui dépasse aujourd'hui la somme vertigineuse de 12.000 milliards de couronnes (près de 1.200 milliards d'euros).

Du côté de l'industrie, on fait valoir que le brut norvégien est celui qui dégage le moins de gaz à effet de serre -- en tout cas au stade de l'extraction.

Une récente étude a même affirmé que l'arrêt de la production nationale d'hydrocarbures entraînerait une hausse des émissions mondiales car elle serait remplacée par des énergies encore plus sales.

«Ce serait paradoxal d'arrêter la production d'hydrocarbures qui a l'empreinte CO2 la plus faible à un moment où la planète en a encore besoin», affirme Anniken Hauglie, la cheffe du lobby pétrolier Norsk Olje & Gass.

«Il faut d'abord faire une croix sur d'autres types d'énergies fossiles, surtout le charbon», dit-elle.

Et puis, insiste-t-elle, les entreprises pétrolières sont des fournisseurs essentiels de compétences, technologies et capitaux essentiels au développement des solutions d'avenir telles que les énergies éoliennes en mer, l'hydrogène ou encore le captage et le stockage du CO2 (CCS).

- Désaffection des étudiants -

Malgré ses rémunérations élevées, le secteur peine à attirer les jeunes talents.

A l'Université de Stavanger, le nombre de candidats au master d'ingénierie pétrolière fond comme banquise au soleil: d'une grosse soixantaine, principalement des Norvégiens, en 2013, les effectifs sont tombés à 22 cette année, dont seulement une poignée de nationaux.

«Nous devons nous débarrasser des énergies fossiles, aucun doute là-dessus. Même nous en Norvège, pays producteur de pétrole, nous le savons. Mais la question est à quel rythme», souligne le professeur Mahmoud Khalifeh.

«Même si vous arrêtez la production de pétrole, il nous faut des ingénieurs pétroliers parce que ce sont eux qui concevront la façon de fermer les milliers de puits en activité de façon sûre et responsable pour l'environnement», dit-il.

Camilla Abrahamsen, elle, est déterminée à décrocher son diplôme et devenir ingénieure de forage.

«J'ai envie de contribuer à l'avenir, rendre le pétrole peut-être un peu plus vert», confie l'étudiante de 25 ans.

Des doutes quant à ses perspectives de carrière? «Je serai vieille le jour où on pourra se passer du pétrole».

Climat: la fin du pétrole, équation difficile pour les pays producteurs

Réduire la place du pétrole pour limiter le changement climatique: l'équation est difficile pour certains pays producteurs, confrontés à une transition douloureuse et qui, pour certains, mettent en garde sur une baisse trop rapide des investissements dans les fossiles.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait averti en mai que le monde devrait renoncer dès à présent à tout nouveau projet pétrolier ou gazier pour espérer modérer le réchauffement climatique.

Dans un article publié dans la revue Nature, des scientifiques viennent par ailleurs d'estimer que prés de 60% des réserves de pétrole et de gaz devront rester sous le sol pour limiter le réchauffement à 1,5 degré d'ici 2050.

Les recommandations de l'AIE ont pourtant été accueillies froidement jeudi par Oman, qui coorganisait avec l'agence basée à Paris une visioconférence sur la transition énergétique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Mohammed ben Hamad al-Roumhi, ministre de l'Energie et des ressources minérales du sultanat, a ainsi critiqué des «recommandations unilatérales». 

«Recommander que nous n'investissions plus dans de nouveaux projets pétroliers... je pense que c'est extrêmement dangereux», a déclaré le ministre de ce petit pays pétrolier du Golfe.

«Si nous cessons abruptement d'investir dans le secteur des énergies fossiles, alors il y aura une +famine énergétique+ et les prix de l'énergie vont bondir»; «la demande en pétrole et en gaz pourrait bien baisser, mais à court terme nous pourrions voir un scénario à 100 ou 200 dollars le baril», a-t-il ajouté.

«C'est très facile de rester dans notre zone de confort et de parler d'efficacité énergétique, de solaire et de renouvelables... et d'oublier qu'un tiers du monde souffre du manque d'énergie», a-t-il fait valoir.

La critique semblait adressée au directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol, qui avait évoqué en ouverture le besoin pour les pays de la région de se développer dans ces domaines.

- «amère vérité» -

«Dans ma langue maternelle, nous disons que les vrais amis disent l'amère vérité», a répondu le responsable turc, sans se départir de son ton diplomatique.

«Voici l'amère vérité: les plus gros pays consommateurs sont en train de prendre des mesures, cela aura des implications sur la demande pétrolière et par conséquent sur les investissements», a-t-il asséné. «Des pays représentant 70% du PIB mondial se sont engagés à la neutralité carbone d'ici 2050.»

Le ministre irakien des Finances, Ali Allawi, a pour sa part insisté sur la nécessité pour son pays de s'adapter au déclin du pétrole.

«L'année dernière, le Covid nous a donné un aperçu de ce qui pourrait se passer avec un effondrement de la demande», a-t-il souligné, en référence à la chute brutale des cours mondiaux.

Les cours de l'or noir s'étaient effondrés jusqu'à devenir même brièvement négatifs au printemps 2020. Ils se sont depuis repris et stabilisés autour de 70 dollars le baril.

«Nous avons une génération pour effectuer un changement structurel majeur et les trois à cinq prochaines années seront critiques pour un pays comme l'Irak», a estimé Ali Allawi.

Le ministre vient d'écrire avec Fatih Birol une tribune dans le quotidien britannique The Guardian, plaidant pour un «soutien international» pour les pays comme l'Irak, très affectés par le changement climatique mais dont l'économie dépend aussi lourdement du pétrole.

Dans son scénario publié en mai, l'AIE prévoit d'ici 2050 une chute de la production pétrolière de 75% par rapport aux niveaux de 2020. Le pétrole et le gaz deviendront alors «de plus en plus concentrés dans un petit nombre de producteurs à bas coût».

Un créneau donc très réduit mais qu'entendent bien occuper certains pays. «Même dans les scénarios de transition énergétique les plus ambitieux, le pétrole et le gaz seront nécessaires encore pendant de nombreuses décennies», a souligné jeudi Sultan Ahmed Al-Jaber, à la fois ministre et directeur général de la principale compagnie pétrolière des Emirats Arabes Unis (ADNOC).

 


Le Fonds public d'investissement d'Arabie saoudite (PIF) utilisera les plates-formes pétrolières pour attirer les touristes

«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
Short Url
  • Situé dans le golfe, le projet s'étendra sur une superficie combinée de plus de 150 000 mètres carrés, selon un communiqué publié par le fonds souverain
  • Le divertissement devrait être un moteur crucial de la croissance économique saoudienne au cours des quatre prochaines années

RIYAD : Le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite (PIF) a lancé samedi «THE RIG.», première destination touristique du genre inspirée des plates-formes pétrolières offshore.

Situé dans le golfe, le projet s'étendra sur une superficie combinée de plus de 150 000 mètres carrés, selon un communiqué publié par le fonds souverain.

«THE RIG.» comportera un grand nombre d'attractions touristiques, dont trois hôtels, des restaurants de classe mondiale, des héliports et une gamme d'activités d'aventure, notamment des sports extrêmes, a révélé le PIF.

Le PIF a annoncé que pour assurer la préservation durable de l'environnement, le projet suivra les normes mondiales et les meilleures pratiques conformément aux efforts du Royaume dans le but de garantir la protection de l'environnement.

Le projet s'inscrit dans la stratégie du PIF 2021-2025 qui vise à moderniser les secteurs du tourisme et du divertissement en Arabie saoudite et à introduire des idées innovantes afin d’augmenter le nombre de touristes locaux, régionaux et internationaux dans le Royaume. 

Le divertissement devrait être un moteur crucial de la croissance économique saoudienne au cours des quatre prochaines années.

En plus des nouveaux centres de divertissement annoncés par le PIF, plusieurs autres projets de grande envergure sont en cours, en particulier «Qiddiya Entertainment City», «The Red Sea Project», «AMAALA», «AlUla», «King Salman Park» et «Riyadh Sport Boulevard».

Les secteurs de la vente au détail et de l'hôtellerie devraient bénéficier du boom du divertissement, avec une surface totale de vente au détail dans la capitale qui devrait atteindre 3,5 millions de mètres carrés de surface locative brute d'ici 2024. D'ici 2024, le marché de détail de Djeddah devrait connaître une croissance considérable de l'offre, atteignant plus de 2 millions de mètres carrés. 

En 2019, le Royaume a reçu environ 59 millions de voyages touristiques et ces chiffres devraient continuer à augmenter pour atteindre 100 millions de voyages touristiques d'ici 2024.

Le secteur saoudien du divertissement et d’amusement devrait valoir $1,17 milliard d'ici 2030 et croître de 47,65% par an, selon un récent rapport de l'industrie.

L'étude Research and Markets basée aux États-Unis a souligné que la croissance se compare à seulement $23,77 millions en 2020. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Brent franchit 85$, le ministre saoudien du Pétrole maintient sa stratégie

Tel a été le succès de l'OPEP+, d'autres marchés de matières premières devraient adopter des dispositions similaires (Getty Images)
Tel a été le succès de l'OPEP+, d'autres marchés de matières premières devraient adopter des dispositions similaires (Getty Images)
Short Url
  • le ministre saoudien de l'Energie a déclaré que l'OPEP+ comptait produire 400 000 barils supplémentaires par jour
  • Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le baril de pétrole pourrait atteindre 100 dollars en raison de la hausse de la demande

RIYAD : Le Brent a franchi la barre des 85 dollars par baril et le West Texas Intermediate (WTI) a poursuivi sa progression hebdomadaire pour la huitième fois consécutive. Le ministre saoudien du Pétrole, Abdelaziz ben Salmane Al Saoud, a assuré que l'OPEP+ allait maintenir sa stratégie consistant à accroître la production de pétrole à un rythme régulier dans les mois à venir.

Le Brent a progressé de 1 % pour passer à 84,82 dollars le baril à 15 h 33, heure de Riyad, enregistrant ainsi une hausse hebdomadaire à hauteur de 3 %. Le baril avait auparavant frôlé les 85,10 dollars, son plus haut niveau depuis 3 ans. Le West Texas Intermediate (WTI) a lui aussi enregistré une hausse de 1 %, avec 82,12 dollars, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à la semaine précédente.

Lors de la Semaine russe de l’énergie (Russian Energy Week), et plus précisément jeudi dernier, le ministre saoudien de l'Energie a déclaré aux délégués que l'OPEP+ (l'alliance dirigée par l'Arabie saoudite et la Russie, qui regroupe l'Opep et les pays producteurs de pétrole non-membres de cette organisation) comptait produire 400 000 barils supplémentaires par jour (bpj) en novembre et au cours des mois suivants.

L'OPEP estime que le marché retrouvera son équilibre vers la fin de l'année et qu'il enregistrera un excédent en 2022, en dépit des difficultés auxquelles il est confronté aujourd'hui.

Les résultats obtenus par l'approche de l’OPEP+ se manifestent par l'augmentation régulière du prix du pétrole observée cette année, alors que d'autres marchés ont subi de fortes fluctuations des prix, selon le ministre.

« Nous constatons aujourd'hui une augmentation différentielle (des prix) à hauteur de 29 % sur le marché du pétrole. En revanche, les prix du gaz (naturel) ont augmenté de 500 %, ceux du charbon de 300 %, ceux des NGL (liquides de gaz naturel) de 200 %... », explique-t-il. En tant que « régulateur du marché pétrolier », l'OPEP+ a accompli un travail « remarquable ».

 

Les résultats obtenus par l'OPEP+ sont si impressionnants qu’ils doivent inciter d'autres marchés de produits de base à adopter les mêmes mesures, a-t-il ajouté.

« Les marchés du gaz, du charbon et d'autres sources d'énergie doivent être soumis à une règlementation, et les responsables doivent imiter le travail de l'OPEP et les réalisations de l'OPEP+ », ajoute le ministre saoudien.

Par ailleurs, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a fait savoir jeudi que l'Arabie saoudite a suggéré à la Russie de considérer une éventuelle coopération sur le marché du gaz naturel, selon l'agence de presse russe Tass.

Dans ce contexte, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a publié jeudi des prévisions de demande à la hausse, prévoyant que la pénurie d'énergie stimulera la demande de pétrole brut à raison de 500 000 barils par jour.

Cela engendrerait un déficit de quelque 700 000 bpj jusqu'à la fin de l'année, en attendant que l'OPEP+ accroisse sa production en janvier, comme prévu.

La courbe des contrats à terme du Brent fait apparaître une « prime de rareté » qui a atteint cette semaine son niveau le plus élevé depuis 2013. Cette situation montre que le marché qui soutient la reprise du secteur pétrolier est extrêmement tendu, dans un contexte de pénurie d'énergie accrue alors que les économies se remettent de la pandémie de Covid-19.

Vendredi dernier, une hausse de 8,13 dollars par baril a été enregistrée entre le contrat immédiat sur le Brent et celui fixé pour le mois de décembre 2022. Cette hausse a atteint 8,30 dollars lundi. Selon les données de la plate-forme d'analyse financière Refinitiv Eikon, la valeur enregistrée lundi est la plus élevée depuis 2013.

Lors de la Semaine russe de l'énergie, M. Poutine a également affirmé qu'il était « fort probable » que les prix du pétrole dépassent les 100 dollars, compte tenu de la hausse de la demande pour l'énergie.

Dans un entretien accordé lors du forum, il a par ailleurs nié que la Russie utilise le gaz comme une arme géopolitique. Il a en revanche affirmé que son pays était prêt à aider l'Europe en lui fournissant davantage de ressources énergétiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Nissan sommé de payer 354 millions de dollars à Al-Dahana pour rupture d'accord

Al-Dahana a été fondée par des associés de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn en 2018. (Getty Images)
Al-Dahana a été fondée par des associés de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn en 2018. (Getty Images)
Short Url
  • L'affaire a été portée en justice par Al-Dahana contre Nissan et Nissan Middle East en 2019 pour rupture présumée de contrat
  • Le tribunal de Dubaï a émis une ordonnance de saisie conservatoire sur les biens et effets mobiliers, ainsi que les comptes bancaires des deux sociétés, selon le communiqué

RIYAD: Nissan Motor Co. Ltd. et Nissan Middle East ont été sommées de payer plus de 1,3 milliard de dirhams (environ 305 millions de dollars), intérêts compris, à Al-Dahana FZCO, à la suite de la plainte déposée par cette dernière en 2019, a affirmé Al-Dahana dans un communiqué.

L'affaire visait à obtenir réparation pour les dommages subis en raison d'une rupture de contrat présumée avoir été commise par le constructeur automobile japonais Nissan, sa filiale Nissan Middle East, et deux directeurs désignés, à la suite de l'arrestation à Tokyo de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn.

Le tribunal de Dubaï a émis une ordonnance de saisie conservatoire sur les biens et effets mobiliers, ainsi que les comptes bancaires des deux sociétés, selon le communiqué.

Al-Dahana a été fondée en 2008 pour aider à promouvoir les ventes de véhicules Nissan dans la région du Golfe. Elle est détenue conjointement par le milliardaire saoudien Khaled Juffali et Nasser Watar, un homme d'affaires libanais, a rapporté Bloomberg.

Le constructeur automobile japonais Nissan a déclaré à Bloomberg que le partenariat avait pris fin en 2019 après s'être pleinement conformé à ses obligations contractuelles, et que des procédures judiciaires étaient en cours dans l'Émirat.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com