Un nouvel État

L’affaiblissement de la nation renforce la crispation identitaire, attise la haine de l’autre, nourrit le terrorisme et favorise l’émigration irrégulière. (Photo, La Presse)
L’affaiblissement de la nation renforce la crispation identitaire, attise la haine de l’autre, nourrit le terrorisme et favorise l’émigration irrégulière. (Photo, La Presse)
Short Url
Publié le Mercredi 15 septembre 2021

Un nouvel État

  • Là où les institutions ont échoué et les partis ont trahi, il faut un renouveau, une nouvelle dynamique, un nouvel espoir
  • Le ballet diplomatique que connaît notre pays depuis l’annonce des mesures exceptionnelles, le 25 juillet dernier, explique cette persistance à vouloir remettre la Tunisie sur la même voie de l’échec

D’après les premières révélations du Chef de l’État et de son conseiller Walid Hajjem, la marche pour une nouvelle République serait bien enclenchée. Car il est temps de reconstruire un État qui s’abîme dans l’impuissance, dans la faillite économique, dans la corruption, dans les discriminations sociales, dans le chômage et la pauvreté.

Hormis la lutte contre les lobbies qui ont fait main basse sur les richesses de la nation et saigné aux quatre veines le Trésor public, il s’agit aussi de reconsidérer la façon de penser et la manière de gouverner. Certes, le problème réside dans la Constitution, le système politique, le Code électoral, mais aussi dans l’incapacité croissante de la nation à protéger ses enfants qui nourrissent l’exaspération sociale et le dénigrement. C’est que l’affaiblissement de la nation renforce la crispation identitaire, attise la haine de l’autre, nourrit le terrorisme et favorise l’émigration irrégulière.

C’est cet affaissement de l’État et de ses institutions qui exige une nouvelle démocratie qui fonctionne au service des Tunisiens, faite de liberté, bâtie sur la confiance et la vérité et qui garantit les attributs de la dignité à tous. En effet, quand la patrie décline, le Tunisien ne grandit pas, il s’engouffre.

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L’Ugtt et la dynamique du 25-Juillet

Le siège du puissant syndicat tunisien, UGTT, le17 janvier 2019. (Photo, AFP)
Le siège du puissant syndicat tunisien, UGTT, le17 janvier 2019. (Photo, AFP)
Short Url
  • «La centrale syndicale ouvrière reste toujours la citadelle imprenable et le rempart infranchissable face aux apôtres de la sédition, de la violence et de la haine»
  • «On décèle dans le communiqué du syndicat une volonté affirmée de lutte continue afin de faire prévaloir les traditions du dialogue et de la concertation comme valeurs suprêmes face aux crises»

Comment l’Ugtt  — qui a constitué depuis sa naissance en 1946 un partenaire incontournable écouté et aux apports recherchés et hautement appréciés dans toutes les crises qui ont bouleversé la Tunisie du temps de la colonisation, du mouvement de libération nationale, de l’édification de l’Etat moderne, de la Révolution du 17-Décembre/14-Janvier et du Dialogue national —, va-t-elle se comporter en l’étape actuelle, celle de la dynamique déclenchée le 25 juillet 2021 et renforcée, ou pour dire encore plus concrètement, institutionnalisée par les dispositions transitoires prises par le Président Kaïs Saïed en date du 22 septembre.   

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Nasser Bourita : «Pour le Maroc, le multilatéralisme de solidarité est une doctrine découlant de la vision de S.M. le Roi»

 Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères. (Photo, Le Matin)
Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères. (Photo, Le Matin)
Short Url
  • «C’est parce que nous sommes attachés à nos souverainetés que nous choisissons le multilatéralisme»
  • «Ce plaidoyer en faveur de l’Afrique, première victime du changement climatique et grande oubliée des vaccins, n’est pas béat»

Pour le Maroc, le multilatéralisme de solidarité est une doctrine découlant de la vision de S.M. le Roi Mohammed VI, a souligné, jeudi, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Ce multilatéralisme trouve son expression dans des mesures concrètes, telles que le projet de fabrication de vaccins pour contribuer à la souveraineté sanitaire du continent africain, ou encore les nombreux engagements pris lors du Sommet africain de l’Action organisé en marge de la COP 22 à Marrakech, a tenu à préciser le ministre. 

M. Bourita intervenait par visioconférence à la réunion de l’Alliance pour le multilatéralisme tenue à New York en marge de la 76e Assemblée générale des Nations unies sous le thème «Riposte à la pandémie de la Covid-19, droits de l’Homme et égalité de genre, changements climatiques et biodiversité».

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


États-Unis et Chine : une course aux armements et la division du monde

Image de synthèse d'un sous-marin Barracuda réalisée par le groupe industriel français DCNS. (Photo, AFP)
Image de synthèse d'un sous-marin Barracuda réalisée par le groupe industriel français DCNS. (Photo, AFP)
Short Url
  • «La crise des sous-marins est un présage dangereux et l'une des répercussions de la confrontation sino-américaine, si nous sommes honnêtes»
  • «Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont tenté de calmer Paris, mais il semble que le coup de poignard dans le dos, comme l'a décrit le ministre français des Affaires étrangères, fut très douloureux»

Entraîner le monde dans une nouvelle guerre froide n'arrange personne. A l'heure où les peuples recherchent la stabilité, la coexistence, la sécurité et la paix, on constate que plusieurs pays se dirigent, avec un enthousiasme sans égal, vers le monde de l'armement nucléaire.

Les présidents américain et chinois ont affirmé, dans leurs déclarations à l'Assemblée générale de l'ONU cette semaine, que leurs pays ne veulent pas d'une nouvelle guerre froide.

Néanmoins, leurs déclarations apaisées ne correspondent pas à ce que nous voyons sur le terrain. La crise des sous-marins entre la France d'une part, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie d'autre part, est un exemple concret du conflit, de la tension et du déséquilibre qui sous-tendent les relations internationales.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.