L'Iran crie victoire après sa difficile adhésion à l'alliance russo-chinoise

Un Iranien lit un exemplaire du quotidien «Etalaat» titré «L'Iran est un nouveau membre de l'Organisation de coopération de Shanghai», dans un kiosque de la capitale Téhéran, le 18 septembre 2021. (Photo, AFP)
Un Iranien lit un exemplaire du quotidien «Etalaat» titré «L'Iran est un nouveau membre de l'Organisation de coopération de Shanghai», dans un kiosque de la capitale Téhéran, le 18 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 septembre 2021

L'Iran crie victoire après sa difficile adhésion à l'alliance russo-chinoise

  • C'est à l'unisson que les journaux conservateurs et réformateurs iraniens se sont félicités des résultats du sommet de l'OCS
  • L'OCS, qui regroupe l'Inde, la Chine, la Russie et plusieurs pays d'Asie centrale, se veut un pendant à l'influence américaine

TÉHÉRAN: Bien décidé à se tourner vers l'Est pour contrer "l'unilatéralisme" de l'Occident, l'Iran a crié victoire samedi au lendemain de sa difficile adhésion à l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), menée par la Russie et la Chine.

Fait rare, c'est à l'unisson que les journaux conservateurs et réformateurs iraniens se sont félicités des résultats du sommet de l'OCS, qui s'est tenu vendredi à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, à l'issue duquel la future adhésion de Téhéran à cette alliance a été approuvée.

L'OCS, qui regroupe l'Inde, la Chine, la Russie et plusieurs pays d'Asie centrale, se veut un pendant à l'influence américaine.

«Une ère post-américaine»

"L’Iran intègre le plus grand marché de l'Est", titre le journal ultraconservateur Javan, estimant que l'OCS, "l'un des principaux symboles de la coopération des puissances non-occidentales, ouvrait "la voie à une ère post-américaine".

"Détourner les sanctions occidentales", proclame de son côté en une, et en gros caractères, Kayhan, un autre journal à tendance ultraconservatrice. "L'Iran peut désormais mettre en œuvre sa politique de multilatéralisme, abandonner progressivement une vision exclusivement basée sur l'Occident, et atténuer les sanctions occidentales", explique le journal.

Même satisfaction chez les quotidiens réformateurs. Pour Etemad, "cette adhésion permet au pays de se connecter aux marchés représentant 65% de la population mondiale".

L’Iran peinait depuis 2008 à obtenir son adhésion à l'alliance car plusieurs pays membres ne souhaitaient pas avoir dans leurs rangs un pays sanctionné par les Etats-Unis et les Nations unies en raison de son programme nucléaire. L'Iran est soupçonné de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que Téhéran a toujours démenti. 

Simple observateur depuis 2005, Téhéran avait échoué en 2020 à se faire admettre comme membre à part entière en raison du refus à l'époque du Tadjikistan.

Vendredi, c'est avec les bras grands ouverts que l'alliance russo-chinoise a accueilli l'Iran.

Adhésion difficile

Pour l'expert iranien en relations internationales Fayaz Zahed, "Moscou et Pékin ont avalisé l'adhésion de Téhéran car ils supposent que la question de l'accord sur le nucléaire sera résolue".

"Les pays de l'OCS estiment que l'Iran va se conformer aux accords internationaux car les sanctions ont été jusqu'à présent le principal obstacle à l'adhésion de l'Iran" à l'alliance, a-t-il dit.

Selon lui, les Russes, les Chinois ou les Indiens attendent la levée des sanctions pour pouvoir investir en Iran.

L'OCS a été instituée en 2001 par la Chine, la Russie et quatre Etats d'Asie centrale, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan. Elle s'est élargie à l'Inde et au Pakistan en 2017.

Elle représente 60% du continent eurasiatique, 50% de la population mondiale et plus de 20% du PIB mondial. Un immense marché potentiel pour Téhéran.

Dans son discours lors du sommet de l'OCS, le président iranien Ebrahim Raïssi a qualifié les sanctions de "terrorisme économique", affirmant qu'elles représentaient "l'outil le plus important des pays hégémoniques pour imposer leur volonté aux autres".

Selon Téhéran, les échanges commerciaux entre l'Iran et les pays membres de l'OCS ont atteint 28 milliards de dollars (près de 24 milliards d'euros) lors de l'année iranienne écoulée (mars 2020 à mars 2021), la Chine étant le principal bénéficiaire avec 18,9 milliards de dollars (plus de 16 milliards d'euros).

Avantage politique

Outre les avantages économiques, l'Iran, dirigé depuis août par un gouvernement ultraconservateur, voit aussi un avantage politique.

"Le monde est entré dans une nouvelle ère. L’hégémonie et l'unilatéralisme ont échoué", a dit M. Raïssi vendredi. Et d'ajouter: "La balance internationale penche désormais vers le multilatéralisme et la redistribution des pouvoirs vers des pays indépendants. Les sanctions unilatérales ne visent pas uniquement un pays. Il est devenu évident que ces dernières années elles touchent plus les pays indépendants, spécialement les pays membres de l'OCS".

L'Iran est asphyxié financièrement par des sanctions américaines, renforcées après le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans plus tôt à Vienne.

L'accord offre à Téhéran un allègement des sanctions occidentales et onusiennes en échange de son engagement à ne jamais se doter de l'arme atomique et d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU.

Les négociations entre l'Iran et les cinq autres Etats encore parties à l'accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour tenter de permettre le retour des Etats-Unis, en échange d'une levée d'une partie des sanctions américaines, sont au point mort depuis juin.


Les défenses saoudiennes détruisent plusieurs drones lancés par les Houthis en direction du Royaume

Les drones ont été abattus au Yémen avant qu’ils ne causent de dégâts (Photo, SPA).
Les drones ont été abattus au Yémen avant qu’ils ne causent de dégâts (Photo, SPA).
Short Url
  • Les Houthis lancent souvent des attaques transfrontalières en utilisant des drones chargés d’explosifs et des missiles balistiques
  • Le Parlement arabe a dénoncé les attaques et a dit qu’elles constituaient une violation évidente de l’Accord de Stockholm qui prévoit un cessez-le-feu

RIYAD: Les défenses aériennes de l’Arabie saoudite ont détruit des drones houthis ciblant le Royaume, a déclaré la coalition arabe tôt le lundi.

Les drones ont été abattus au Yémen avant qu’ils ne causent de dégâts.

Plusieurs drones lancés par la milice soutenue par l’Iran avaient également été détruits dimanche.

Cette action intervient alors que les forces de la coalition arabe éliminent depuis quelques semaines les ressources de la milice, y compris les armes et le personnel.

Les Houthis lancent souvent des attaques transfrontalières en utilisant des drones chargés d’explosifs et des missiles balistiques ciblant des zones peuplées dans la région sud du Royaume.

Ce groupe, qui s’est emparé de la capitale yéménite en 2014, lutte contre le gouvernement internationalement reconnu et soutenu par la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite.

Plus tôt dimanche, la coalition a précisé que les défenses saoudiennes ont intercepté et détruit quatre drones qui ont tenté de cibler la région sud.

Le Parlement arabe a dénoncé les attaques et a dit qu’elles constituaient une violation évidente de l’Accord de Stockholm qui prévoit un cessez-le-feu.

Il «a appelé la communauté internationale à prendre une position immédiate et décisive pour mettre fin à ces actes terroristes répétés et pour empêcher la milice d’acquérir des technologies militaires de pointe que le régime iranien fournit et qu’il a utilisées pour cibler des installations vitales et civiles.»

Les EAU ont fermement condamné les tentatives d’attaquer le Royaume et ont déclaré que la poursuite de ces actes terroristes prouvait que la milice houthie défie de manière flagrante la communauté internationale. 

Le Royaume de Bahreïn a également condamné les attaques, soulignant qu’elles «reflètent les sinistres tentatives systématiques de la milice de mettre en péril des vies innocentes.»

Le ministère des Affaires étrangères a insisté sur le soutien du royaume de Bahreïn vis-à-vis de toutes les mesures que l’Arabie saoudite met en place pour garantir la sécurité de ses territoires, ses citoyens et ses habitants.

La guerre au Yémen fait rage depuis 7 ans. Certains des combats les plus violents se produisent cette année, dans la province de Marib riche en ressources et détenue par le gouvernement.

Dimanche, trois civils yéménites ont été blessés lorsque quatre missiles houthis ont atterri dans des quartiers résidentiels à Marib.

De grandes explosions ont secoué la ville après que les quatre missiles ont touché l’aéroport ainsi que les quartiers d’Al-Shareka et Rawdha, ont raconté des habitants.

Des images sur les réseaux sociaux ont montré une fumée épaisse s’élevant au-dessus des zones bombardées, alors que les habitants prenaient la fuite.

 «La milice houthie attaque constamment la ville de Marib, qui compte des millions d’habitants et de personnes déplacées, dans le but de tuer un grand nombre de civils. C’est un acte de vengeance lâche», a dit le ministre yéménite de l’Information Moammar Al-Eryani.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mascate s’apprête à accueillir le prince héritier Mohammed ben Salmane

La visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’appuiera sur les négociations que le sultan Haitham ben Tariq Al Said a entretenues avec le roi Salmane lors de sa visite au Royaume cette année (Photo, Reuters).
La visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’appuiera sur les négociations que le sultan Haitham ben Tariq Al Said a entretenues avec le roi Salmane lors de sa visite au Royaume cette année (Photo, Reuters).
Short Url
  • La visite du prince héritier Mohammed ben Salmane s’appuiera sur les négociations que le sultan Haitham a entretenues avec le roi Salmane en juillet
  • C’est une visite qui met l’accent sur les liens traditionnels et historiques entre les deux pays du Golfe

RIYAD: La visite du prince héritier Mohammed ben Salmane à Oman, première destination de son tour des pays du Golfe, devrait s’appuyer sur les négociations que le sultan Haitham ben Tariq Al Said a entretenues avec le roi Salmane lors de sa visite au Royaume en juillet.

À l’ordre du jour, des questions d’intérêt commun et l’évaluation de moyens qui pourraient promouvoir les intérêts du Royaume comme ceux d’Oman pour satisfaire les aspirations et les espoirs des deux peuples.

Selon l’agence de presse omanaise ONA, la visite reflétait les liens traditionnels et historiques entre les deux pays du Golfe.

Depuis plus d’un demi-siècle, les relations entre l’Arabie saoudite et Oman se caractérisent par la coopération, le respect mutuel et l’entente sur de nombreuses questions régionales et internationales.

De profondes connexions individuelles existent entre les deux pays. Elles remontent à des liens historiques, à des coutumes et des traditions arabes partagées et à un patrimoine commun.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane va visiter Oman pendant son tour des pays du Golfe (Photo, SPA).

Les deux pays coordonnent leurs actions sous l’égide du Conseil de coopération du Golfe, en conformité avec les visions communes et les objectifs stratégiques du bloc, dans le but de réaliser l’intégration des états-membres dans plusieurs domaines.

Un esprit de coopération similaire fait connaître leurs rôles auprès de la Ligue arabe, de l’Organisation de la coopération islamique, des Nations Unies et de divers organismes internationaux.

La visite du sultan Haitham en Arabie saoudite a abouti à des promesses de coopération dans plusieurs domaines, notamment ceux du développement immobilier, du tourisme, des produits pétrochimiques, des industries manufacturières, de la logistique, des technologies de l’information et des systèmes bancaires. Un projet pour établir une zone industrielle dans la Zone économique spéciale de Duqm était également à l’ordre du jour.

Un mémorandum mettant en place un conseil de coordination a été signé par les deux pays, dans le but d’assurer une consultation et une coordination continues en ce qui concerne les intérêts communs dans tous les domaines. Un autre accord a aussi été signé en vue de dynamiser le commerce dans le secteur privé, les investissements et la coopération dans les domaines de l’environnement et de la sécurité alimentaire.

La visite du prince héritier à Oman devrait s’appuyer sur les négociations que le sultan Haitham ben Tariq Al Said a entretenues avec le roi Salmane lors de sa visite au Royaume en juillet.

Selon une déclaration commune, les deux pays se sont également mis d’accord pour accélérer l’ouverture de leurs postes frontaliers afin de faciliter la circulation de personnes et de biens et d’«intégrer les chaînes d’approvisionnement pour atteindre l’insertion économique désirée.»

Par ailleurs, ils ont salué la «communication efficace» entre les ministres des deux pays et les ont incités à œuvrer pour la conclusion d’un nombre d’accords de coopération.

 «L’Arabie saoudite possède la plus grande économie du monde arabe. Ce premier moteur économique héberge le quart des réserves pétrolières du monde et le plus grand marché libre de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. C’est un précieux partenaire commercial pour Oman», a déclaré Sayyid Faisal ben Turki Al-Said, l’ambassadeur d’Oman en Arabie saoudite, à Arab News, à la veille de la visite du sultan Haitham.


Le prince héritier d'Abou Dhabi et Anthony Blinken discutent de questions régionales

Le ministre des Affaires étrangères des EAU Sheikh Abdullah ben Zayed et le secrétaire d’État américain Antony Blinken se sont appelés (Photo, Wikipedia).
Le ministre des Affaires étrangères des EAU Sheikh Abdullah ben Zayed et le secrétaire d’État américain Antony Blinken se sont appelés (Photo, Wikipedia).
Short Url
  • Blinken a remercié les EAU d’avoir pris en charge et facilité le transit sécurisé des citoyens américains, du personnel de l’ambassade et des ressortissants étrangers d’Afghanistan
  • Le ministre des Affaires étrangères des EAU s’est entretenu avec chacun de ses homologues omani, indien et srilankais

LONDRES: Le prince héritier d’Abou Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, s’est entretenu dimanche avec le secrétaire d’État américain Anthony Blinken pour discuter d’ «affaires régionales importantes», a déclaré le département d’État américain.

Sheikh Mohammed et Blinken ont «réaffirmé le solide partenariat entre les deux pays et ont examiné des moyens d’élargir et d’approfondir leur vaste coopération», a dit le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Prince dans une déclaration.

 «Blinken a également remercié le prince héritier pour le soutien généreux dont ont fait preuve les EAU en organisant et en facilitant le transit sécurisé des citoyens américains, du personnel de l’ambassade et des ressortissants étrangers d’Afghanistan vers des pays tiers. Il a ensuite salué les EAU pour avoir assuré des aides humanitaires à l’Afghanistan», a ajouté Price.

Entretemps, le ministre des Affaires étrangères Sheikh Abdullah ben Zayed s’est entretenu avec chacun de ses homologues omani, indien et srilankais à l’occasion de la 5ème conférence de l’Océan Indien qui a été lancée samedi à Abou Dhabi et qui durera deux jours.

Le ministre des Affaires étrangères des EAU Sheikh Abdullah ben Zayed rencontre son homologue omani Sayyid Badr Al-Busaidi à Abou Dhabi (Photo, WAM).

Lors de ses rencontres, Sheikh Abdullah a discuté de relations stratégiques et de moyens qui pourraient améliorer les perspectives de la coopération conjointe dans tous les domaines. Il a également abordé les derniers développements régionaux et internationaux.

Sheikh Abdullah a reçu le ministre des Affaires étrangères d’Oman, Sayyid Badr Al-Busaidi, et a mis l’accent sur la profondeur des relations entre les EAU et le sultanat.

Quant au ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, il a loué l’amitié solide qui existe entre les EAU et son pays et a salué leur partenariat stratégique qui continue de croître et de se développer.

Sheikh Abdullah a également accueilli le ministre des Affaires étrangères srilankais, Gamini Lakshman Pierce, à Abou Dhabi et ils ont tous les deux discuté des relations bilatérales et des moyens qui pourraient leur être bénéfiques dans plusieurs domaines, notamment celui du tourisme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com