Liban : L’UE exige des réformes avant de participer à la reconstruction

Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic (Photo, Olivier HOSLET/POOL/AFP).
Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic (Photo, Olivier HOSLET/POOL/AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 13 septembre 2020

Liban : L’UE exige des réformes avant de participer à la reconstruction

  • « Je parle de gouvernance, pas seulement de réformes économiques. Il doit y avoir un changement dans la façon dont ce pays est gouverné » a martelé Janez Lenarcic
  • « La vitesse est importante, le Liban n'a pas de temps à perdre », a souligné à cet égard le commissaire européen

BEYROUTH : Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic, a appelé samedi soir à la formation dans les plus brefs délais d'un gouvernement « crédible », condition sine qua non au déblocage de la deuxième phase de soutien de l'UE à un Liban en crise. 

« Nous avons besoin d'un gouvernement crédible, jouissant de la confiance du peuple libanais et déterminé à conduire le pays dans la bonne direction », a plaidé Lenarcic.

Arrivé à Beyrouth à bord d'un vol humanitaire, le troisième affrété par l'UE après l'explosion dévastatrice début août au port, le commissaire européen a participé aux livraisons d'aides, dont des ambulances destinées à la Croix-rouge libanaise, avant de rencontrer le nouveau Premier ministre Moustafa Adib chargé de former une nouvelle équipe ministérielle.

Le Liban a connu une explosion gigantesque le 4 août au port de Beyrouth ayant dévasté des quartiers entiers de la capitale, faisant plus de 190 morts et 6.500 blessés et laissant 300.000 personnes sans abri.

« À elle seule, l'UE a mobilisé 64 millions d'euros rien que pour la réponse d'urgence, en sus des contributions individuelles des différents États membres, qui s'élèvent également à environ 65 millions d'euros », a indiqué Lenarcic.  

« La phase suivante sera celle de la reconstruction mais elle devra aller de pair avec des réformes car la communauté internationale n'est pas disposée à soutenir les pratiques qui ont conduit à l'effondrement financier et à la crise économique », a-t-il ajouté.

« La classe politique libanaise doit répondre aux demandes des gens, et c'est aussi ce que la communauté internationale attend ». 

« Je parle de gouvernance, pas seulement de réformes économiques. Il doit y avoir un changement dans la façon dont ce pays est gouverné », a-t-il martelé. 

Le FMI, une priorité

Le Liban vit depuis l'automne dernier au rythme d'une pression accrue de la rue ayant forcé deux gouvernements à démissionner, sur fond d'une crise économique profonde, amplifiée par le Covid-19.

L'ex-Premier minsitre, Hassan Diab, a rendu le tablier quelques jours après le drame du port. 

Le 1er septembre un nouveau chef de gouvernement, Moustafa Adib, a été désigné tandis que les forces politiques se sont engagées, sous la pression de la France, à former un nouveau cabinet de « mission » exigé par Paris dans un délai de 15 jours dans un pays où ce processus peut s'étaler sur plusieurs mois.       

« La vitesse est importante, le Liban n'a pas de temps à perdre », a souligné à cet égard le commissaire européen.  

« J'espère que le (prochain) gouvernement parviendra à gagner la confiance du peuple libanais car c'est là le gain le plus nécessaire ». 

Quant aux réformes à entreprendre, « l'une des premières missions devra être de conclure un accord avec le FMI ». « Cela débloquerait des ressources substantielles dont le Liban a désespérément besoin pour relancer son économie », a-t-il insisté.

Le cas échéant, « l'UE fournira une part substantielle des » quelque huit milliards de dollars de pertes directes et indirectes estimées par la Banque mondiale dues à l'explosion du 4 août, a assuré le commissaire européen.   

« Le Hezbollah, une réalité »

Janez Lenarcic s'est voulu enfin nuancé sur la question épineuse du mouvement chiite pro-iranien Hezbollah, poids lourd de la vie politique libanaise, et classé comme organisation terroriste par les Etats-Unis et certains pays de l'UE.  

« Le Hezbollah est une réalité au Liban, nous aimerions voir toute la classe politique libanaise s'unir derrière la tâche énorme » qui incombe au prochain gouvernement, a-t-il affirmé. « Nous pensons qu'il devrait assumer sa part dans les efforts » de réforme.

Washington a imposé cette semaine des sanctions contre deux ministres proches du Hezbollah, tandis que de nouvelles sanctions pourraient toucher d'autres membres de la classe dirigeante libanaise.  

Mais au niveau européen, « les sanctions, du moins pour le moment, ne sont pas à l'ordre du jour » contre les partis au pouvoir, toutes tendances confondues, a assuré Lenarcic.  


Afghanistan: les talibans revendiquent « le droit d'arrêter les opposants », y compris les féministes

Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes
  • Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition

KABOUL : Le gouvernement taliban a "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants", dont les femmes qui manifestent régulièrement "sans autorisation", a affirmé samedi son principal porte-parole, réagissant à la récente disparition de deux militantes féministes dans laquelle le régime nie être impliqué.

Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition. Des journalistes ont été tabassés et certains critiques du régime arrêtés.

Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes. 

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a appelé samedi les talibans à "fournir des informations" concernant le sort de ces deux militantes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel.

Lors d'un entretien avec l'AFP, le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid, a nié toute interpellation.

Le gouvernement a toutefois "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants ou ceux qui violent la loi", a-t-il précisé, en ajoutant que "personne ne devrait créer de perturbations, car cela trouble l'ordre public et la paix". 

Les militantes féministes organisent régulièrement des petits rassemblements dans la capitale pour réclamer le respect des droits des femmes.

Elles manifestent "sans autorisation", a fait valoir M. Mujahid. "Si cela arrivait dans un autre pays, des personnes comme elles seraient arrêtées".

"Dans notre pays également, elles seront emprisonnées et confrontées à leurs responsabilités. Nous n'autorisons pas les activités illégales", a ajouté le porte-parole, également vice-ministre de l'Information et de la Culture.

Discussions en Norvège

Depuis l'arrêt de l'aide internationale, qui représentait environ 80% de son budget, et le gel par les Etats-Unis de 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane, l'Afghanistan s'enlise dans une profonde crise humanitaire.

La famine menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui réclame aux pays donateurs 4,4 milliards de dollars pour faire face.

C'est dans ce contexte que doivent s'ouvrir dimanche en Norvège des discussions entre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan et les diplomaties occidentales, qui érigent le respect des droits des femmes comme condition préalable à toute reconnaissance officielle du gouvernement.

Une délégation talibane doit rencontrer les autorités norvégiennes et des représentants d'autres pays, dont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Union européenne.

"L'Emirat islamique (nom donné par les talibans à leur régime, ndlr) a pris des mesures pour satisfaire les exigences du monde occidental et nous espérons renforcer nos relations diplomatiques avec tous les pays, y compris les pays européens et l'Occident en général", a déclaré M. Mujahid.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans assurent s'être modernisés par rapport à leur dernier règne (1996-2001), lors duquel ils ont largement piétiné les droits humains.

Les femmes restent toutefois largement exclues des emplois publics et les écoles publiques restent fermées pour les filles de plus de 12 ans. 

Les femmes désirant voyager doivent également être accompagnées par un homme de leur famille proche et des affiches leur rappelant qu'elles "doivent" porter un voile, accompagnées de photos de burqa, ont été placardées dans Kaboul.

Combattants « novices »

Vendredi, la police religieuse des talibans a menacé de tirer sur des femmes travaillant pour des ONG internationales dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan si elles ne portaient pas la burqa, selon deux employés de ces organisations.

M. Mujahid a mis ces tentatives d'intimidation sur le compte de l'inexpérience des combattants talibans, désormais chargés de l'ordre public après 20 ans de guérilla. 

Les forces gouvernementales sont "très novices (...) et pas professionnelles", a-t-il argué. "Ils n'ont pas été formés".

Selon M. Mujahid, le nouveau régime est en faveur des droits des femmes, qu'il concilie avec son interprétation stricte de la charia, la loi islamique.

"Même sans les demandes (de la communauté internationale), nous estimons nécessaire que les femmes travaillent et soient éduquées", a-t-il insisté.

Aucune date n'est en revanche arrêtée pour un éventuel retour en classe des jeunes filles dans les provinces où elles sont exclues des écoles publiques. 

Il aura lieu "au cours de l'année à venir", mais "nous ne pouvons pas fixer une date butoir", a expliqué le porte-parole, en invoquant la crise économique et l'inexpérience des nouvelles autorités.


Les investisseurs discutent des défis du secteur de la mode saoudien

Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Short Url
  • Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production
  • Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030

RIYAD : Les dirigeants de la Commission saoudienne de la mode ont récemment tenu une réunion ouverte avec des investisseurs et d'autres personnes souhaitant investir dans l'industrie de la mode et du textile du pays.

La rencontre virtuelle, à laquelle assistait le directeur général de la commission, Burak Cakmak, était l'un des nombreux rassemblements similaires organisés avec la communauté de la mode du Royaume pour améliorer la communication avec les parties prenantes.

Au cours de la réunion, les responsables ont passé en revue les principaux objectifs de la commission consistant à promouvoir le patrimoine et l'identité nationaux et à répondre aux besoins économiques régionaux et internationaux, à travers 12 initiatives sectorielles.

Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030 et ont noté qu'en 2019, l'industrie de l'habillement et du textile dans le Royaume valait environ 75 milliards de RS (17,6 milliards d’euros). 

Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production, qui a un effet d'entraînement sur les prix des produits et la concurrence sur le marché avec des produits d’importation bon marché.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Tunisie: l'Allemagne verse une aide pour soutenir le « retour à l'ordre constitutionnel»

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Short Url
  • Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait « décaissé dans les prochains jours»
  • La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI

TUNIS : L'Allemagne a annoncé le versement imminent d'une aide de 100 millions d'euros à la Tunisie, disant avoir "pris cette décision" en soutien à la promesse du président Kais Saied d'un "retour à l'ordre constitutionnel" et d'une restauration "de l'acquis démocratique".

Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait "décaissé dans les prochains jours", selon un communiqué de l'ambassade d'Allemagne sur son compte Facebook.

Selon l'ambassadeur, "la décision a été prise avec la conviction que la feuille de route du président ouvrait la voie au retour à l'ordre constitutionnel et restaurait l'acquis démocratique dans le pays", selon l'ambassadeur.

L'ambassadeur a rappelé une déclaration faite le 16 décembre par l'Union européenne, soulignant "l'importance du respect des droits de l'Homme et des droits fondamentaux des Tunisiens" et "d'assurer la séparation des pouvoirs et l'état de droit dans le pays". 

L'Allemagne "est prête à continuer de soutenir la consolidation de la démocratie tunisienne" mais elle "suit de près l'évolution de la situation en étroite coopération avec ses partenaires européens et internationaux", a souligné M. Prügel.

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. 

Le 13 décembre, il a annoncé une feuille de route prévoyant une consultation électronique nationale jusqu'au 20 mars, avant un référendum pour amender la Constitution en juillet, et des élections législatives en décembre.

Ses opposants ont dénoncé un coup d'Etat et des ONG tunisiennes et internationales ont dit craindre une dérive autoritaire.

M. Saied a affirmé jeudi que "les libertés étaient garanties" dans son pays, assurant aussi "rejeter la violence", six jours après une manifestations d'opposants réprimée brutalement par la police.

La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI.