Au Yémen, des spéléologues explorent le mystérieux «puits de l'enfer»

Une photo prise par l'équipe d'exploration de la grotte d'Oman le 15 septembre 2021, montre un rayon de soleil éclairant le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)
Une photo prise par l'équipe d'exploration de la grotte d'Oman le 15 septembre 2021, montre un rayon de soleil éclairant le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

Au Yémen, des spéléologues explorent le mystérieux «puits de l'enfer»

  • Dans le désert de la province orientale d'Al-Mahra, un trou rond et sombre de 30 mètres fait office d'entrée vers une caverne d'environ 112 mètres
  • A l'intérieur, l'équipe venue du sultanat d'Oman, le pays voisin, y a trouvé des serpents, des animaux morts et des perles de caverne grises et vertes formées par des gouttes d'eau

DUBAÏ : Il est surnommé le "puits de l'enfer" : une équipe de spéléologues omanais tente de percer les mystères du légendaire puits de Barhout au Yémen, une merveille naturelle et une source de frayeur parmi la population qui y voit une prison pour démons.

Dans le désert de la province orientale d'Al-Mahra, un trou rond et sombre de 30 mètres fait office d'entrée vers une caverne d'environ 112 mètres. 

A l'intérieur, l'équipe venue du sultanat d'Oman, le pays voisin, y a trouvé des serpents, des animaux morts et des perles de caverne grises et vertes formées par des gouttes d'eau. 

Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre les spéléologues de l'équipe se préparant à descendre en rappel le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen
Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre les spéléologues de l'équipe se préparant à descendre en rappel le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)

Mais aucun signe de surnaturel ni d'odeur particulière au-delà de celle d'oiseaux morts, selon le chef de cette équipe de huit spéléologues qui dit avoir été motivée par la "passion".

"Il y avait des serpents, mais ils ne vous feront rien si vous ne les dérangez pas", raconte à l'AFP Mohammed al-Kindi, également professeur de géologie à l'Université allemande de technologie d'Oman.

"Nous avons senti que ce projet allait révéler une nouvelle merveille et une partie de l'histoire du Yémen", confie le jeune homme, qui possède par ailleurs une société de conseil en exploitation minière et pétrolière.

"Nous avons recueilli des échantillons d'eau, de roches, de sol et de quelques animaux morts, mais nous devons encore les faire analyser", précise-t-il, ajoutant qu'un rapport sera bientôt publié.

Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre l'un des spéléologues de l'équipe debout près d'une stalagmite au fond du puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert d'Al au Yémen -Province de Mahra
Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre l'un des spéléologues de l'équipe debout près d'une stalagmite au fond du puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert d'Al au Yémen -Province de Mahra. (Photo, AFP)

Des responsables yéménites avaient assuré en juin à l'AFP qu'ils ignoraient ce que contenait cette fosse qu'ils estiment vieille de "millions" d'années. Selon eux, les autorités de ce pays très pauvre et en guerre n'ont jamais atteint le fond du "puits".

"Nous sommes allés visiter la zone et sommes entrés dans le puits. Nous avons atteint plus de 50-60 mètres de profondeur et remarqué des choses étranges à l'intérieur", avait alors expliqué Salah Babhair, directeur général de l'autorité locale chargée de l'étude géologique et des ressources minérales.

"C'est très mystérieux", avait insisté le responsable.

Au fil des siècles, des rumeurs et légendes se sont transmises de génération en génération au sujet d'esprits maléfiques connus sous le nom de "djinns" vivant dans ce "puits de l'enfer".

La plupart des habitants de la région évitent de passer près du vaste trou ou même d'en parler, par crainte de malchance. 


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com