Au Yémen, des spéléologues explorent le mystérieux «puits de l'enfer»

Une photo prise par l'équipe d'exploration de la grotte d'Oman le 15 septembre 2021, montre un rayon de soleil éclairant le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)
Une photo prise par l'équipe d'exploration de la grotte d'Oman le 15 septembre 2021, montre un rayon de soleil éclairant le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

Au Yémen, des spéléologues explorent le mystérieux «puits de l'enfer»

  • Dans le désert de la province orientale d'Al-Mahra, un trou rond et sombre de 30 mètres fait office d'entrée vers une caverne d'environ 112 mètres
  • A l'intérieur, l'équipe venue du sultanat d'Oman, le pays voisin, y a trouvé des serpents, des animaux morts et des perles de caverne grises et vertes formées par des gouttes d'eau

DUBAÏ : Il est surnommé le "puits de l'enfer" : une équipe de spéléologues omanais tente de percer les mystères du légendaire puits de Barhout au Yémen, une merveille naturelle et une source de frayeur parmi la population qui y voit une prison pour démons.

Dans le désert de la province orientale d'Al-Mahra, un trou rond et sombre de 30 mètres fait office d'entrée vers une caverne d'environ 112 mètres. 

A l'intérieur, l'équipe venue du sultanat d'Oman, le pays voisin, y a trouvé des serpents, des animaux morts et des perles de caverne grises et vertes formées par des gouttes d'eau. 

Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre les spéléologues de l'équipe se préparant à descendre en rappel le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen
Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre les spéléologues de l'équipe se préparant à descendre en rappel le puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert de la province d'Al-Mahra au Yémen. (Photo, AFP)

Mais aucun signe de surnaturel ni d'odeur particulière au-delà de celle d'oiseaux morts, selon le chef de cette équipe de huit spéléologues qui dit avoir été motivée par la "passion".

"Il y avait des serpents, mais ils ne vous feront rien si vous ne les dérangez pas", raconte à l'AFP Mohammed al-Kindi, également professeur de géologie à l'Université allemande de technologie d'Oman.

"Nous avons senti que ce projet allait révéler une nouvelle merveille et une partie de l'histoire du Yémen", confie le jeune homme, qui possède par ailleurs une société de conseil en exploitation minière et pétrolière.

"Nous avons recueilli des échantillons d'eau, de roches, de sol et de quelques animaux morts, mais nous devons encore les faire analyser", précise-t-il, ajoutant qu'un rapport sera bientôt publié.

Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre l'un des spéléologues de l'équipe debout près d'une stalagmite au fond du puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert d'Al au Yémen -Province de Mahra
Une photo prise par l'équipe d'exploration de grottes d'Oman le 15 septembre 2021, montre l'un des spéléologues de l'équipe debout près d'une stalagmite au fond du puits de Barhout, un gouffre connu sous le nom de "puits de l'enfer" dans le désert d'Al au Yémen -Province de Mahra. (Photo, AFP)

Des responsables yéménites avaient assuré en juin à l'AFP qu'ils ignoraient ce que contenait cette fosse qu'ils estiment vieille de "millions" d'années. Selon eux, les autorités de ce pays très pauvre et en guerre n'ont jamais atteint le fond du "puits".

"Nous sommes allés visiter la zone et sommes entrés dans le puits. Nous avons atteint plus de 50-60 mètres de profondeur et remarqué des choses étranges à l'intérieur", avait alors expliqué Salah Babhair, directeur général de l'autorité locale chargée de l'étude géologique et des ressources minérales.

"C'est très mystérieux", avait insisté le responsable.

Au fil des siècles, des rumeurs et légendes se sont transmises de génération en génération au sujet d'esprits maléfiques connus sous le nom de "djinns" vivant dans ce "puits de l'enfer".

La plupart des habitants de la région évitent de passer près du vaste trou ou même d'en parler, par crainte de malchance. 


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com