Le président irakien à la tribune de l’ONU: «La corruption et le terrorisme fonctionnent de pair»

Barham Saleh a longuement évoqué le lien entre terrorisme et corruption, mettant en garde sur la menace qu’ils représentaient sur la sécurité de l'Irak, mais également la stabilité du monde entier.
Barham Saleh a longuement évoqué le lien entre terrorisme et corruption, mettant en garde sur la menace qu’ils représentaient sur la sécurité de l'Irak, mais également la stabilité du monde entier.
Short Url
Publié le Vendredi 24 septembre 2021

Le président irakien à la tribune de l’ONU: «La corruption et le terrorisme fonctionnent de pair»

  • Les efforts de paix au Moyen-Orient reposent sur un Irak «sûr, stable et pleinement souverain», a affirmé Barham Saleh
  • Le président irakien a renouvelé son appel à une alliance internationale de lutte contre la corruption, similaire à celle de la lutte contre le terrorisme

NEW YORK: La coopération et la solidarité sont le «seul choix» possible dans la lutte contre le terrorisme mondial, a déclaré le président irakien, Barham Saleh devant l'Assemblée générale des Nations unies (Agnu), rappelant que son pays avait subi guerres et génocides au cours des quarante dernières années.

«Nous avons connu les charniers, l'utilisation d'armes chimiques, et subi le terrorisme dans toutes nos villes», a-t-il argumenté, expliquant que la victoire sur «les forces maléfiques de Daech» n'aurait pas été possible sans les efforts conjoints de l'armée et de la police irakiennes, des peshmergas et des alliés régionaux et internationaux.

Le président irakien a réitéré son appel à la communauté internationale pour lutter contre le financement du terrorisme, accorder des réparations aux victimes, et aider à reconstruire les régions détruites qui ont été libérées du «joug du terrorisme», afin que de telles tragédies ne se reproduisent pas. «Notre obligation aujourd'hui est de reconstruire les villes libérées, et de veiller à ce que les déplacés rentrent chez eux.»

Barham Saleh a longuement évoqué le lien entre terrorisme et corruption, mettant en garde sur la menace qu’ils représentaient sur la sécurité de l'Irak, mais également la stabilité du monde entier.

«Notre pays est confronté à la corruption en raison du lourd fardeau hérité des guerres et des conflits, qui ont abouti à la dilapidation d’une immense partie des ressources du pays, privant les Irakiens des richesses de leur terre», a affirmé le président à la tribune de l’ONU.

«Pour l'Irak, lutter contre la corruption est un véritable combat national. La situation ne se normalisera pas tant que nous ne parviendrons pas à l’éradiquer», a-t-il ajouté.

Saleh a renouvelé son appel à une alliance internationale de lutte contre la corruption, similaire à celle de la lutte contre le terrorisme. Il a exhorté les États membres à s'attaquer aux racines de la corruption, et à aider l'Irak à récupérer les fonds pillés.

«La corruption et le terrorisme sont liés, se renforcent mutuellement et travaillent constamment en tandem», a-t-il souligné.

Se référant aux conflits régionaux, Saleh a déclaré à l’Assemblée générale «que l'Irak n’ayant pas pu jouer son rôle naturel au cours des quarante dernières années», cela avait aggravé l'instabilité, qui résulte des guerres et de l'effondrement des systèmes sécuritaires et politiques dans la région. Le président irakien a indiqué que le succès des efforts de paix reposait sur un Irak «sûr, stable et pleinement souverain». 

Il a indiqué que la récente conférence de Bagdad pour la coopération et le partenariat avait démontré que «l'Irak, qui était synonyme de conflit, est désormais un point de rencontre pour les intérêts des peuples et des États de la région».

L'Irak se prépare à des élections nationales le mois prochain, qui, selon Saleh, seront «décisives» et «auront un effet sur l'ensemble de la région». Il a réitéré l'importance de rétablir la confiance de l’électorat irakien qui a perdu confiance en raison des «carences du système précédent».

À cette fin, une nouvelle loi électorale a été adoptée, «plus juste et plus représentative», et une nouvelle commission électorale a été formée pour assurer une bonne organisation des élections. Un nouveau code de conduite électoral «garantira le succès des élections, afin qu'elles puissent ouvrir la voie à des réformes pacifiques, par le biais du Parlement et du gouvernement, qui respectent véritablement la volonté du peuple sans manœuvres ni manipulations».

Le président irakien est enfin revenu sur les troubles dans la région. «Le conflit syrien et la guerre prolongée au Yémen sont «inacceptables», a-t-il dénoncé. «Mettre fin à ces guerres «devrait être une priorité. Il n'y aura pas non plus de paix sans accorder aux Palestiniens leur droit légitime à un État.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com