Israël repasse à l’attaque pour s'emparer des terres palestiniennes

 Un bulldozer israélien démolit un atelier de métal palestinien construit dans la zone "C", dans la ville cisjordanienne d'Hébron. (Dossier/AFP)
Un bulldozer israélien démolit un atelier de métal palestinien construit dans la zone "C", dans la ville cisjordanienne d'Hébron. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 25 septembre 2021

Israël repasse à l’attaque pour s'emparer des terres palestiniennes

  • L'ancienne maire de Bethléem Vera Baboun déclare à Arab News que cette décision vise à séparer le gouvernorat de Bethléem du gouvernorat d'Hébron Isaac déclare que, depuis 1967, Isr
  • Israël a utilisé une panoplie d'ordres militaires pour freiner la croissance palestinienne

AMMAN : Un an avant que les représentants d'Israël et de la Palestine ne se réunissent à la Maison Blanche le 13 septembre 1993 et ​​ne s’entendent sur une proposition de paix, les autorités israéliennes ont confisqué 48 kilomètres carrés de terres palestiniennes au sud de Bethléem et les ont converties en réserve naturelle.

L'armée israélienne a, 28 ans plus tard, redonné ordre de confisquer pour bloquer l’octroi de permis de construire aux Palestiniens qui possèdent des terres privées dans certaines de ces zones.

Jad Isaac, directeur de l'Institut de recherche appliquée de Jérusalem, déclare qu'une grande partie de ces zones a été marquée zone C, ce qui confère aux Israéliens un contrôle total sur qui pouvait construire dessus.

« L'ordre militaire n°51-21 du 18 novembre 1992 a pris une grande partie des zones à l'est et au sud de Bethléem, à proximité des villes de Saer, Arab Al-Rashida et Shioukh », dit-il à Arab News.

Isaac souligne que les Palestiniens ne sont pas autorisés à construire sur 29,7 kilomètres carrés de terrain bien qu'ils soient répertoriés comme zone A, ce qui signifie que les municipalités palestiniennes locales ont le droit de prendre des décisions administratives à leur sujet.

Il précise que 10 875 kilomètres carrés de cette terre ont été convertis en réserves naturelles, bloquant les droits des Palestiniens dans ces zones.

Les autorités israéliennes ont recours au terme réserve naturelle pour empêcher les Palestiniens de construire dans ces zones afin qu'au moment opportun, elles puissent être ouvertes à l'expansion des colonies, indique-t-il.

Au fil des ans, la communauté internationale – en particulier les États-Unis – a demandé aux Israéliens de permettre aux Palestiniens de construire dans ces zones.

L'ancienne maire de Bethléem, Vera Baboun, déclare à Arab News que cette décision vise à séparer le gouvernorat de Bethléem du gouvernorat d'Hébron.

L'objectif était de séparer les zones palestiniennes peuplées, ainsi que de fermer les zones à l'agriculture et au pâturage, y compris en bloquant la capacité des agriculteurs palestiniens à accéder à leurs propres terres, tout en donnant aux colons juifs la liberté de se déplacer sur les terres palestiniennes, ajoute-t-elle.

Un rapport du Times of Israël révèle que l'organisme du ministère de la Défense chargé d'autoriser la construction dans la zone C n'a délivré qu'une poignée de permis de construire.

Les projets de 26 unités de logement ont été proposés lors de réunions de sous-comités, avec seulement six d’entre elles - situées dans un seul bâtiment - qui ont effectivement reçu un permis de construire.

« Apparemment, la décision du Cabinet de sécurité que Netanyahu s'est empressé de promouvoir comme si Israël avait réellement l'intention d'approuver tout développement réservé aux millions de Palestiniens dans les territoires occupés, s'est avérée être un gros bluff, et les quelques permis qui ont été approuvés n'ont même pas été émis », déclare au journal Hagit Ofran, de l'organisme de surveillance des colonies Peace Now.

Isaac déclare que, depuis 1967, Israël a utilisé une panoplie d'ordres militaires pour freiner la croissance palestinienne.

« Ils ont adopté des dizaines de lois qui leur permettent de prendre possession des terres palestiniennes ou d'empêcher les Palestiniens de les utiliser, sous prétexte de réglementations démocratiques.

Il dit qu'en plus de la confiscation des terres de l'État ou des terres des Palestiniens absents, de vastes étendues de terres palestiniennes ont été converties en réserves naturelles pour freiner la croissance palestinienne.

« En utilisant l'ordonnance militaire 363 de 1969, l'administration civile israélienne peut déclarer n'importe quelle terre en Cisjordanie occupée réserve naturelle où il est extrêmement difficile d'obtenir un permis de construire. »

En janvier 2020, le ministre de la Défense de l'époque, Naftali Bennett, qui est maintenant Premier ministre, a approuvé la création de sept réserves sur une superficie de 112,5 kilomètres carrés, en plus des 12 réserves naturelles existantes en vue d’empêcher tout développement immobilier palestinien dans la région de la vallée du Jourdain.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.


Maroc: trois pompiers meurent dans un feu de forêt présumé criminel

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes
  • Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice

RABAT: Trois pompiers ont trouvé la mort et deux autres ont été grièvement blessés lundi soir lors d'un incendie dans une forêt du nord du Maroc qui, selon une enquête préliminaire, est d'origine humaine, ont indiqué mardi à l'AFP les autorités locales.

Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes, ont-elles ajouté.

Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice, ont précisé les autorités de la province de M'diq-Fnideq, près du port de Tanger.

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations.

Les services anti-incendie, y compris des bombardiers d'eau Canadair, étaient toujours mobilisés mardi pour tenter de maîtriser le sinistre et empêcher qu'il ne se propage à des zones habitées.

Le mois dernier, des feux de forêt dans le nord du royaume avaient fait quatre morts.

Fin juillet, un villageois a été mis en examen pour incendie involontaire dans la province de Larache, la région la plus touchée par les incendies.

Selon le ministère de l'Agriculture, plus de 10.000 hectares ont été touchés par les feux de forêts dans plusieurs régions septentrionales du Maroc depuis le début de l'été.

Comme le sud de l'Europe occidentale, le Maroc a été frappé par des températures caniculaires, dans un contexte de sécheresse hors norme et de stress hydrique.


Libération de l’homme armé qui avait pris en otage des employés d'une banque au Liban

Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté Al Arabiya TV
  • L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires

Bassam al-Sheikh Hussein, le Libanais qui a été salué comme un héros pour avoir pris des otages sous la menace d'une arme dans une banque de Beyrouth, en exigeant le déblocage de ses fonds gelés pour payer les soins médicaux de son père, a été libéré, selon la chaîne d'informations télévisée Al Arabiya.

Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté mardi Al Arabiya TV. Les détails sur les charges portées contre lui n'ont pas encore été rendus publics.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)
Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)

L'homme – qui avait pris huit employés en otage à l'intérieur de la branche de la Federal Bank, dans la capitale – a été arrêté le jeudi 11 août, après un blocage de sept heures, malgré la promesse qu'il garderait sa liberté.

L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires. La Banque centrale libanaise a imposé un gel de tous les dépôts bancaires en 2019.

Selon les médias qui ont couvert l’incident, Al-Sheikh Hussein était armé d'un fusil à pompe et avait de l’essence, qu'il avait affirmé vouloir utiliser pour s'immoler.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque jeudi pour lui apporter leur soutien, et l’avaient applaudi au moment où il avait été arrêté par les autorités.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com