Les civils yéménites paient le prix du retrait des Houthis de la liste américaine de terrorisme

Des combattants houthis nouvellement recrutés participent à un rassemblement dans la capitale Sanaa. (Photo, AFP/Archives)
Des combattants houthis nouvellement recrutés participent à un rassemblement dans la capitale Sanaa. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Dimanche 26 septembre 2021

Les civils yéménites paient le prix du retrait des Houthis de la liste américaine de terrorisme

  • La cartographie des conflits montre que les milices ont tué plus de personnes depuis que l'administration Biden a révoqué la désignation des Houthis comme organisations terroristes étrangères
  • Un diplomate saoudien affirme que le Royaume continuera d'utiliser les mécanismes de l'ONU pour montrer le véritable visage terroriste des Houthis

LONDRES : Sept mois après que les États-Unis ont retiré les Houthis de leur liste d'organisations terroristes étrangères, la milice tue plus de personnes qu'auparavant et intensifie ses efforts pour soumettre l'ensemble du pays du Yémen à sa doctrine extrémiste, selon des experts.

Quelques jours après leur expulsion, les Houthis ont intensifié leur assaut contre Marib au Yémen, une province qui fournit un abri temporaire à des milliers de personnes déplacées à l'intérieur du pays et sert de bastion pour le gouvernement soutenu par l'ONU contre la tyrannie religieuse des Houthis. 

Six mois plus tard, le siège de Marib continue de faire quotidiennement des victimes, des deux côtés, et prolonge la double crise humanitaire et économique du Yémen.

Si l'on se fie à ces développements au Yémen, l'un des premiers actes de Joe Biden en tant que président américain s'est gravement retourné contre lui. 

«Je révoque la désignation d'Ansar Allah, parfois appelé les Houthis, en tant qu'organisation terroriste étrangère», a déclaré Biden, le 12 février.

Faisant référence à la «situation humanitaire désastreuse au Yémen», Biden a affirmé que l'inclusion du groupe sur la liste ne ferait qu'entraver l'acheminement de l'aide. 

«En nous concentrant sur l’allégement de la situation humanitaire au Yémen, nous espérons que les parties yéménites pourront encore se concentrer sur le dialogue».

Certes, Il est toujours facile de porter des jugements après coup, mais l'équipe Biden n'a jamais vraiment essayé de défendre la logique derrière l’action de retirer les houthis de la liste américaine de  terrorisme, avec des preuves. 

«Le retrait de cette liste a donné aux Houthis et, plus important encore, à leurs protecteurs iraniens un sentiment d'impunité», a déclaré à Arab News Michael Rubin, chercheur principal à Institut de l'entreprise américaine pour la recherche sur les politiques publiques. «Le retrait de la liste a également affaibli les efforts internationaux qui visaient à empêcher l'approvisionnement et le financement des Houthis».

En fait, la justification de l'administration Biden pour la retrait des Houthis de la liste, pour faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire, n'a jamais eu de sens en premier lieu.

«Il y avait déjà un système d'inspection» en place, a signalé Rubin. «L'ONU avait fait rapport à plusieurs reprises sur la livraison de produits humanitaires. 

Paradoxalement, ce sont souvent les Houthis qui ont empêché la livraison de marchandises vers des villes comme Taïz qui ne sont pas sous leur contrôle».

D’après Rubin, la décision de Biden de retirer les Houthis de la liste américaines des organisations terroristes étrangères, était plus liée à la politique intérieure américaine que le bien pour le peuple yéménite, et cela a peut-être encouragé d'autres groupes terroristes régionaux d’entrer dans le processus.

«Le retrait des houthis de la liste américaine par l'administration Biden avait plus à voir avec l'inversion de ce que l'ancien président Donald Trump avait fait qu'une quelconque considération des réalités sur le terrain», a-t-il expliqué.

«En tant que tel, le retrait des houthis de la liste américaine par Biden pour des raisons purement politiques a fragilisé la légitimité de la liste américaine, et a également encouragé d'autres groupes terroristes à exiger leur retrait de cette liste comme concession diplomatique».

img
Des drones chargés de missiles, utilisés par les Houthis au Yémen dans des combats contre les forces de la coalition dirigées par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. (Photo, AFP/Archives)

Non seulement le retrait des houthis de la liste américaine n'a pas réussi à résoudre concrètement la situation humanitaire au Yémen, mais il a peut-être aussi coûté la vie à plus de personnes.

Alexander Jalil est analyste pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord au sein de l'Armed Conflict Location Event Data Project (ACLED), une organisation hautement spécialisée dédiée à l'enregistrement des cas de violence mortelle et non mortelle dans des conflits ou des endroits politiquement instables à travers le monde.

Jalil a déclaré à Arab News que les données de l’ACLED, minutieusement collectées et vérifiées sur la base de sources locales, indiquent que non seulement les Houthis ont été impliqués dans une plus grande intensification des combats au Yémen après avoir été retirés de la liste des terroristes, mais qu'ils étaient en fait responsables de décès de plus de personnes.

«Les événements survenus au cours des six mois qui ont suivi le retrait du groupe de la liste americaine de terrorisme ont également été plus meurtriers, car le nombre de décès a augmenté entre le 12 février 2021 et le 12 août 2021, par rapport au 12 août 2020 , et le 12 février 2021», a signalé Jalil.

 

EN CHIFFRES

* 7 998 – Le nombre de décès attribués aux Houthis au cours des 6 mois précédant leur retrait de la liste américaine de terrorisme.

 * 9 312 – Le nombre de décès attribués aux Houthis au cours des 6 mois qui ont suivi leur retrait de la liste américaine de terrorisme.

(Source : ACLED)

 

Les données de l'ACLED montrent qu'au cours des six mois précédant le retrait des Houthis de la liste noire du terrorisme, ils étaient responsables de 7 998 décès. Au cours des six mois qui ont suivi leur retrait de cette liste, ils ont tué 9 312 personnes, soit une augmentation de plus de 1 314. 

On ne sait pas exactement ce qui a causé cette augmentation du nombre de décès, mais Asif Shuja, chercheur principal spécialisé en affaires Perses à l'Institut du Moyen-Orient de l'Université nationale de Singapour, a déclaré à Arab News que «Le retrait des Houthis par l'administration Biden a fait pencher la balance en faveur de l'Iran».

Le régime iranien soutient depuis longtemps les Houthis, qui sont idéologiquement alignés sur la doctrine de Téhéran du Velayat-e faqih  ou la tutelle du juriste islamique. Cette idéologie place le contrôle suprême de l'État entre les mains de l'ayatollah Ali Khamenei sur la base d'une vision du monde religieuse prescrite par son prédécesseur révolutionnaire Ruhollah Khomeini.

L'intervention de l'Arabie saoudite au Yémen en 2015 a été lancée afin de soutenir le gouvernement yéménite légitime, qui a été chassé de la capitale Sanaa par les Houthis plus tôt cette année-là, et d'empêcher de nouvelles attaques contre le royaume.

Téhéran fournit désormais des fonds, des armes, des entraînements et des missiles balistiques aux Houthis, dont beaucoup se sont retournés contre l'Arabie saoudite, ses citoyens et ses alliés.

Les Houthis ont lancé une vague d'attaques de missiles balistiques et de drones contre le Royaume le 4 septembre, défiant les appels de la communauté internationale à un retour à la table des négociations. 

Tous les missiles et drones ont été interceptés et détruits, mais la chute de débris d'un missile abattu au-dessus de la province de l'Est a blessé un garçon et une fille dans la ville de Dammam.

La chute de débris a également endommagé 14 maisons d'habitation, selon le porte-parole de la coalition, le général de brigade Tourki Al-Malki, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse saoudienne.

Un deuxième missile a visé la région sud-ouest de Najran suivi d'un troisième sur la région adjacente de Jazan. Plus tôt ce même jour, les défenses aériennes de la coalition ont intercepté trois drones piégés lancés par les Houthis.

Les tentatives des Houthis de prendre pour cibles des civils et des biens civils sont non seulement hostiles et barbares, mais aussi «incompatibles avec les valeurs célestes et les principes humanitaires», a déclaré Al-Maliki à la SPA.

Une autre attaque, survenue la fin du mois d’août, a touché l’aéroport d'Abha, blessant huit civils et endommageant un avion de ligne.

img 2
Un discours du leader chiite Houthi Abdel-Malik Al-Houthi est projeté alors que des partisans participent à un rassemblement. (Photo, AFP/Archives)

«Les attaques des Houthis perpétuent le conflit, prolongent les souffrances du peuple yéménite et compromettent les efforts de paix à un moment critique», a déclaré le secrétaire d'État américain Antony Blinken dans un communiqué, à l'époque.

Abdellah Al-Mouallimi, ambassadeur d'Arabie saoudite auprès de l'ONU, a déclaré à Arab News que le Royaume s'employait activement à révéler la véritable nature de la milice houthie en tant qu'organisation terroriste par l'intermédiaire du Conseil de sécurité de l'ONU.

«Lorsque nous envoyons des lettres au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) ou au secrétaire général concernant les différentes attaques que les Houthis tentent de lancer contre l'Arabie saoudite, notre objectif principal est simplement d'enregistrer ce fait», a-t-il indiqué.

Al-Mouallimi a ajouté : «Nous repoussons ces attaques, les déjouons bien avant qu'elles n'atteignent des cibles dans la plupart des cas, et nous les exposons à la communauté internationale. Nous les dévoilant à la communauté internationale et au monde entier».

L'Arabie saoudite a confronté les Houthis avec force, mais a aussi sans cesse fait pression pour une résolution pacifique de la guerre au Yémen, qui place le peuple au cœur de tout règlement politique. Mais une fin pacifique au conflit n'est pas un objectif partagé par la milice houthie.

Dans son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies mercredi, le roi Salmane d'Arabie saoudite a déclaré : «L'initiative de paix au Yémen présentée par le Royaume en mars dernier devrait mettre fin à l'effusion de sang et au conflit. Elle devrait mettre un terme aux souffrances du peuple yéménite. Malheureusement, la milice terroriste houthie rejette les solutions pacifiques». 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Soudan: des milliers de pro-armée campent jusqu'à la «chute du gouvernement»

Des manifestants soudanais participent à un rassemblement exigeant la dissolution du gouvernement de transition, devant le palais présidentiel à Khartoum le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Des manifestants soudanais participent à un rassemblement exigeant la dissolution du gouvernement de transition, devant le palais présidentiel à Khartoum le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • À l'extérieur du palais présidentiel, les manifestants ont scandé: «Nous resterons là où nous sommes... nous voulons la dissolution de ce gouvernement»
  • Samedi soir, les manifestants ont dressé des tentes devant le palais présidentiel pour demander le renvoi du gouvernement du Premier ministre Abdallah Hamdok

KHARTOUM : Des milliers de Soudanais ont annoncé samedi soir qu'ils ne quitteraient les abords du palais présidentiel qu'une fois le gouvernement remplacé par des militaires, durcissant le bras de fer qui met en péril la transition post-dictature.

Dans une scène qui rappelle les rassemblements qui ont mis fin à 30 années de règne sans partage de l'ex-président Omar el-Béchir en 2019, des participants à ce sit-in annoncé comme illimité montaient des tentes aux portes du palais de Khartoum qui abrite désormais les autorités de transition.

La manifestation était organisée par une faction dissidente des Forces pour la liberté et le changement (FFC), une alliance civile qui a été le fer de lance des manifestations anti-Bachir et est devenue un élément clé de la transition. 

À l'extérieur du palais présidentiel, les manifestants ont scandé: "Nous resterons là où nous sommes... nous voulons la dissolution de ce gouvernement".

"On va rester", prévient Abdennabi Abdelillah, un manifestant venu de l'Est, l'une des régions les plus riches en ressources du pays et pourtant l'une des plus négligées. "On veut un gouvernement qui sait ce qui se passe dans l'Est", martèle-t-il à l'AFP. "Et le limogeage du gouvernement actuel".

Samedi soir, les manifestants ont dressé des tentes devant le palais présidentiel pour demander le renvoi du gouvernement du Premier ministre Abdallah Hamdok, un ancien économiste des Nations unies dont les réformes soutenues par le FMI ont appauvri de nombreux Soudanais.

Depuis la chute de l'autocrate soudanais en 2019, militaires et civils ont formé un Conseil souverain et un gouvernement censés mener le pays à des élections -- un horizon repoussé pour le moment à fin 2023. 

Armée, justice et égalité

Mais l'union sacrée de la "révolution" a fait long feu et les fractures se creusent désormais, entre les deux camps et en leur sein même.

Pour le Premier ministre Abdallah Hamdok -- déjà fragilisé par un coup d'Etat manqué le 21 septembre, ces "divisions profondes" sont la "crise la plus dangereuse" pour la transition et menacent la voie du Soudan vers la démocratie.

Signe que la hache de guerre est déterrée même entre civils, les appels à manifester samedi contre le gouvernement de ce technocrate en place depuis 2019 ont été lancés par une faction séditieuse des Forces pour la liberté et le changement (FLC, coalition civile de la "révolution") emmenée par deux anciens chefs rebelles, dont son ministre des Finances.

Leurs partisans veulent un "gouvernement militaire" pour sortir le Soudan du marasme politique et économique. "C'est l'armée qui nous donnera notre pain", ont-ils scandé.

"Le cabinet actuel a échoué et seule l'armée peut nous apporter la justice et l'égalité", a expliqué à l'AFP Abboud Ahmed, un agriculteur qui se décrit comme "pauvre".

"Il n'y a aucune stabilité et la vie est trop chère", poursuit l'homme de 50 ans dans un des pays les plus pauvres au monde, pris en étau entre une inflation avoisinant les 400% et une austérité décrétée par le Fonds monétaire international (FMI).

Et le coup d'Etat manqué de septembre, le premier officiellement annoncé par les autorités, n'est pas le premier depuis le début de la transition, ne cessent de souligner les Soudanais.

Manifestations rivales

L'impopularité du gouvernement actuel est bien réelle. Elle n'a cessé d'enfler, dans le sillage d'une inflation galopante et d'une suppression des subventions sur les denrées de premières nécessités exigée par le FMI pour effacer la dette du Soudan, au ban de l'économie mondiale sous Béchir parce que Washington l'accusait de soutenir le "terrorisme".

Ce sont les zones rurales ou lointaines de Khartoum qui sont les plus affectées et de nombreux manifestants étaient samedi venus de loin jusqu'à la capitale, à bord de pick-ups partis de diverses villes, selon l'agence officielle Suna. 

Des manifestants convoyés, accusent leurs opposants, par militaires et nostalgiques de l'ancien régime. 

Dès vendredi, le canal historique des FLC estimait que "la crise actuelle n'a rien à voir avec le limogeage du gouvernement" mais qu'elle était plutôt le fait de certains voulant "faire revenir les partisans de l'ancien régime".

Le prochain round du bras de fer se durcit, les militants réclamant un transfert complet du pouvoir aux civils ayant, de leur côté, déjà appelé à "une manifestation d'un million de personnes" jeudi.


Sahara occidental: le Polisario demande à l’ONU de préciser la mission de son émissaire

 Staffan de Mistura, 74 ans, prendra ses fonctions comme nouvel émissaire de l'ONU pour ce conflit à partir du 1er novembre. (Photo, AFP)
Staffan de Mistura, 74 ans, prendra ses fonctions comme nouvel émissaire de l'ONU pour ce conflit à partir du 1er novembre. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Notre principal objectif est de mettre fin à la colonisation et non pas la nomination d'un nouvel émissaire onusien», a affirmé Ghali
  • Ghali a également appelé le Conseil de sécurité notamment à «préciser la mission de son émissaire», «fixer un calendrier pour la mise en oeuvre du référendum (…) et fournir de fortes garanties» pour sa tenue

ALGER : le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a appelé samedi le Conseil de sécurité de l'ONU à préciser la mission du nouvel émissaire des Nations unies pour le conflit au Sahara occidental, et à fournir des garanties pour la tenue d'un référendum d'autodétermination.

Nommé le 7 octobre par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l'Italien Staffan de Mistura, 74 ans, prendra ses fonctions comme nouvel émissaire de l'ONU pour ce conflit à partir du 1er novembre, alors que le poste était resté vacant pendant deux ans.

La question du Sahara occidental, ex-colonie espagnole considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif, oppose depuis des décennies le Maroc au Front Polisario, soutenu par l'Algérie.

Rabat, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique au riche sous-sol et bordant des eaux poissonneuses, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario, lui, réclame un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU qui avait été prévu lors de la signature d'un cessez-le feu.

"Notre principal objectif est de mettre fin à la colonisation et non pas la nomination d'un nouvel émissaire onusien", a affirmé M. Ghali lors d'une conférence de presse dans un camp de réfugiés sahraouis à Tindouf, dans l'ouest de l'Algérie.

Le chef des indépendantistes sahraouis a également appelé le Conseil de sécurité notamment à "préciser la mission de son émissaire", "fixer un calendrier pour la mise en oeuvre du référendum (…) et fournir de fortes garanties" pour sa tenue, selon ses déclarations transmises à l'AFP par le Polisario.

"En 30 ans de présence onusienne dans le Sahara occidental, tous les émissaires ont connu l'échec et ont démissionné", a-t-il déploré, soulignant la nécessité "d'exécuter la mission de la Minurso", la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, également chargée du contrôle de la cessation des hostilités dans la région.

C'est la première fois que M. Ghali apparaît en public depuis son hospitalisation en Espagne où il avait été soigné d'une forme grave du Covid-19 en avril.

Le chef du Polisario était arrivé en Espagne dans le plus grand secret à bord d'un avion médicalisé de la présidence algérienne et muni d'un "passeport diplomatique", selon le quotidien El Pais, ce qui avait provoqué une crise diplomatique majeure entre l'Espagne et le Maroc.


Dans quelle mesure le territoire autonome des Kurdes dans le nord-est de la Syrie est-il stable?

Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Bashar Assad ne semble pas intéressé par un État plus décentralisé dans lequel les Kurdes ont une plus grande autonomie
  • Le retrait raté des États-Unis d’Afghanistan pourrait jouer en faveur des Kurdes si Biden veut éviter des scènes similaires en Syrie

MISSOURI, États-Unis : Ilham Ahmed, chef de l'aile politique des Forces démocratiques syriennes(FDS), a fait pression sur Moscou et Washington pour soutenir la représentation kurde dans le processus de paix syrien soutenu par l'ONU.

Ahmed, qui s'est rendu dans les deux capitales ces dernières semaines, souhaite également que la région dirigée par les Kurdes soit exemptée des sanctions imposées en vertu de la Caesar Syria Civilian Protection Act 2019 (la loi César), la législation américaine qui a sanctionné le régime du président Bashar Assad pour crimes de guerre contre le peuple syrien.

Mais qu'espèrent précisément les Kurdes syriens et dans quelle mesure leurs propositions sont-elles viables ?

Des avions à réaction russes, des combattants soutenus par Téhéran, des insurgés soutenus par Ankara, des islamistes radicaux, des troupes américaines et des forces gouvernementales syriennes, ainsi que les Unités de protection du peuple kurde (YPG), opèrent à travers la mosaïque de territoires qui constituent le nord de la Syrie.

Les États-Unis considèrent les YPG comme un allié clé dans la lutte contre Daech dans le nord-est de la Syrie, tandis que la Russie possède des forces dans la région pour soutenir le président Assad.

Alors que certains médias ont rapporté qu'Ahmed, en tant que président du comité exécutif du Conseil démocratique syrien (SDC), faisait pression pour avoir le soutien américain ou russe à la création d'un État séparatiste, les Kurdes syriens ne poussent pas réellement pour un objectif aussi maximaliste.

Les partis kurdes syriens sont favorables à l'idéologie du chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdellah Ocalan. Ils affirment rejeter le nationalisme, la sécession et l'étatisme en général, conformément aux écrits d'Ocalan post-2001.

Dans le même temps, les organisations kurdes syriennes semblent établir tous les pièges de leur propre État séparé sur le territoire qu'elles contrôlent.

Leurs forces militaires, notamment les FDS, les YPG et les YPJ, la milice entièrement féminine des YPG, travaillent assidûment pour mettre en vigueur et maintenir leur monopole sur l'usage de la force dans le nord-est.

Ils se sont affrontés non seulement avec les forces turques et divers groupes extrémistes islamistes de la région, mais aussi à l'occasion avec des groupes armés kurdes, les forces militaires du régime Assad, les rebelles de l'Armée syrienne libre et d'autres.

img
Une membre des services de sécurité intérieure kurde connu sous le nom d'Asayesh monte la garde lors d'une manifestation de Kurdes syriens contre l'assaut turc dans le nord-est de la Syrie et en soutien aux Forces démocratiques syriennes (SDF), dans la ville de Qamishli. (Photo, AFP/Archives)

Les partis politiques concurrents dans les territoires sous leur contrôle ont également fait l'objet de pressions, voire d'interdictions pures et simples, alors que le Conseil démocratique syrien (SDC) et son allié, le Parti de l'union démocratique (PYD), cherchent à rassembler tout le monde sous les mêmes structures institutionnelles et gouvernementales qu'ils ont créées et dominées.

À certains égards, les Kurdes du Conseil démocratique syrien (SDC) et du PYD se sont avérés très libéraux, accueillant joyeusement les tribus arabes, les chrétiens, les yézidis, les Arméniens, les Turkmènes et d'autres groupes et ethnies dans leurs rangs et leurs structures gouvernantes.

Néanmoins, ils semblent beaucoup moins ouverts et tolérants envers ceux qui cherchent à opérer en dehors du cadre politique d'«autonomie démocratique» qu'ils ont conçu.

Avec leurs propres forces de sécurité, leurs institutions politiques, leurs écoles et diverses organisations de la société civile fondées par le parti, il semble parfois que les Kurdes syriens aient l'intention de bâtir leur propre État séparé. Mais quel choix avaient-ils après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011 ?

Le régime d'Assad avait brutalement réprimé les Kurdes pendant des décennies avant la récente guerre. Après qu'Assad ait retiré ses forces et une grande partie du personnel du gouvernement syrien du nord-est de la Syrie au début du conflit, pour se concentrer sur les parties ouest et sud du pays où la menace rebelle semblait la plus grande, quelqu'un a dû combler le vide résultant. 

img 2
Des femmes kurdes syriennes portent des drapeaux du parti, pendant qu'elles participent à un rassemblement de soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS) et aux Forces de protection du peuple. (Photo, AFP/Archives)

Des groupes kurdes syriens alignés sur le PKK se sont déplacés pour défendre la région contre Daech et d'autres groupes extrémistes qui tentaient de prendre le contrôle de cette région. Ils se sont battus extrêmement fort contre les islamistes radicaux, infligeant à Daech sa première défaite, à Kobani en 2014.

Libérés de l'emprise de fer du régime pour la première fois de leur vie, les Kurdes ont saisi l'opportunité d'établir des programmes, des centres culturels, des écoles et des institutions en kurde et dans d'autres langues minoritaires.

Craignant les tactiques malveillantes de «diviser pour régner» des puissances voisines, les nouvelles autorités kurdes syriennes ont rejeté les tentatives d'autres partis kurdes, en particulier ceux sous l'influence du gouvernement régional du Kurdistan irakien, et des groupes rebelles arabes visant à créer des partis et des milices concurrents sur leur territoire durement gagné.

Les autorités turques, quant à elles, étaient préoccupées par ce qu'elles considéraient comme l'émergence d'un proto-État contrôlé par le PKK à leur frontière sud. Au cours de trois incursions militaires durant les cinq dernières années qui ont déplacé des centaines de milliers de Kurdes de souche, Ankara s'est emparée de centaines de kilomètres de la bande frontalière et s’est introduit environ 30 km dans le nord de la Syrie.

En 2018, Moscou a semblé donner son feu vert à l'invasion turque d'Afrin, qui à l'époque était sous contrôle des SDF/YPG/PYD, retirant ses troupes et permettant aux avions de chasse turcs d'opérer dans l'espace aérien précédemment contrôlé par la Russie.

img 3
Une femme regarde depuis un toit les troupes américaines patrouiller en 2020 dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah et rencontre les habitants, dans la province nord-est de  Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie. (Photo, AFP/Archives)

L'année suivante, Washington a semblé faire de même, en retirant les troupes américaines de la région de Tal Abyad à la frontière avec la Turquie juste avant l'invasion turque. 

Ces incursions ont laissé l'administration kurde syrienne dans une sérieuse impasse. Sans le soutien américain et la présence d'une force de déclenchement américaine symbolique, la Turquie pourrait bien étendre sa zone de contrôle dans le nord de la Syrie.

Cette semaine encore, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie était déterminée à éliminer les menaces présumées provenant du nord de la Syrie et qu'une attaque présumée des YPG qui a tué deux policiers turcs à Azaz était «la goutte qui fait déborder le vase».

Pendant ce temps-là, le régime d'Assad ne semble pas intéressé par toute proposition d'un «État syrien plus décentralisé» dans lequel des parties du nord-est resteraient nominalement une partie de l'État mais tomberont en réalité sous contrôle kurde syrien.

Les récentes incursions diplomatiques d'Ahmed se sont donc concentrées sur Moscou et Washington. Dans le premier cas, les Kurdes syriens espèrent convaincre les Russes de persuader le régime d'Assad dans une sorte de compromis qui préservera autant d'autonomie que possible dans le nord-est de la Syrie. Dans ce dernier, ils visent à obtenir un engagement des États-Unis à ne plus les abandonner.

img 4
Des voitures passent devant les panneaux d'affichage de la campagne électorale représentant le président syrien Bashar Al-Assad, candidat au scrutin présidentiel, dans la capitale Damas, le 24 mai 2021. (Photo, AFP/Archives)

Ahmed a exposé ses espoirs lors d'une conférence organisée par le Washington Institute le 29 septembre.

«Le Conseil démocratique syrien (SDC) cherche une solution politique durable au conflit, en prônant un dialogue interne et, en fin de compte, une décentralisation politique et culturelle qui respecte la diversité du pays et renforce le développement économique», a-t-elle souligné.

«Le soutien continu de notre partenaire, les États-Unis, est crucial pour cette mission. L'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie est confrontée à de nombreux obstacles, notamment l'insécurité, la pauvreté, l'intervention étrangère et le terrorisme.

«De plus, le processus de paix de Genève et le processus constitutionnel sont au point mort. Les États-Unis pourraient aider à atténuer ces problèmes dans la recherche d'une Syrie plus stable, exempte de tyrannie, de conflits par procuration et de terreur».

Le retrait chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août aura sans aucun doute perturbé les Kurdes syriens déjà inquiets quant à leur propre avenir. Assad, la Turquie et Daech seraient tous favorables à un retrait américain similaire du nord-est de la Syrie.

Il est peu probable que «l'Administration autonome du nord et de l'est de la Syrie», dont l'organe directeur est Le Conseil démocratique syrien (SDC), puisse résister à de telles pressions combinées. 

img 5
Les troupes américaines patrouillent dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah. (Photo, AFP/Archives)

Cependant, le retrait raté des États-Unis d'Afghanistan pourrait en fait jouer en faveur des Kurdes syriens, car l'administration Biden essaiera probablement d'éviter un embarras similaire en Syrie de si tôt.

Suite à des rencontres à Washington le mois dernier avec des représentants de la Maison Blanche, du Département d'État et du Pentagone, Ahmed semble avoir reçu une réponse rassurante.

«Les Américains ont promis de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour détruire l'État islamique (Daech) et de travailler à la construction d'infrastructures dans le nord-est de la Syrie», a déclaré Ahmed à l'agence de presse Reuters. « Ils ont affirmé qu'ils allaient rester en Syrie et ne se retireront pas. Ils continueront à combattre l'État islamique».

Elle a ajouté : «Avant, les choses n'étaient pas clairs sous Trump et même pendant le retrait afghan, mais cette fois-ci, les Américains ont tout clarifié».

Sans changement d'attitude à Damas ou à Ankara, les Kurdes syriens n'ont guère d'autre choix que de continuer à compter sur la présence, la coopération et le soutien américains. Au mieux, ils peuvent prolonger le statu quo et la longévité de leur autonomie précaire.

S'ils parviennent à convaincre Washington et Moscou de les aider à rouvrir les points de passage à la frontière avec l'Irak, à les exempter des sanctions visant le régime d'Assad et à autoriser l'acheminement de l'aide internationale directement dans leur enclave, plutôt que de passer par Damas avec le résultat qu'il atteint rarement le nord-est, alors la situation politique et économique s'améliorera.

Sans solution politique plus durable à l'horizon, cela reste probablement le mieux que les Kurdes syriens puissent espérer.

 

David Romano est Thomas G. Strong, professeur de politique au Moyen-Orient à la Missouri State University

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com