Greg Kelly, ancien assistant de Ghosn, clame son innocence au 1er jour de son procès à Tokyo

M. Kelly avait été libéré sous caution à Noël 2018, après plus d'un mois de détention provisoire, avec l'interdiction comme M. Ghosn de quitter le Japon dans l'attente de son procès. Il encourt jusqu'à dix ans de prison. (Croquis d'audience AFP).
Short Url
Publié le Mardi 15 septembre 2020

Greg Kelly, ancien assistant de Ghosn, clame son innocence au 1er jour de son procès à Tokyo

  • Greg Kelly, ancien collaborateur de Carlos Ghosn chez Nissan accusé comme lui de malversations financières, a plaidé non coupable à l'ouverture de son procès à Tokyo
  • L'ancien grand patron de Renault et Nissan ayant échappé à la justice japonaise, M. Kelly se retrouve en première ligne dans ce procès

TOKYO : Greg Kelly, ancien collaborateur de Carlos Ghosn chez Nissan accusé comme lui de malversations financières, a plaidé mardi non coupable à l'ouverture de son procès à Tokyo, où il comparaît sans son ancien patron, en fuite au Liban.

"Je pense que les éléments attesteront que je n'ai pas violé les règles" boursières japonaises, a déclaré M. Kelly à l'ouverture du procès, le jour de son 64ème anniversaire

Il était arrivé peu avant au tribunal accompagné de trois de ses avocats, portant un masque et un costume gris anthracite.

Son procès doit durer environ dix mois et intervient près de deux ans après son arrestation au Japon, qui avait eu lieu le même jour que celle de M. Ghosn.

L'ancien grand patron de Renault et Nissan ayant échappé à la justice japonaise, M. Kelly se retrouve en première ligne dans ce procès, au côté du groupe japonais, poursuivi en tant que personne morale.

Un représentant de Nissan a confirmé mardi au procès que le groupe allait plaider coupable.

M. Kelly et Nissan sont accusés d'avoir illégalement et sciemment omis de mentionner dans les rapports boursiers annuels du constructeur automobile de 2010 à 2018 une rémunération totale d'environ 9,2 milliards de yens (73 millions d'euros) que M. Ghosn était censé toucher plus tard.

Jusqu'à dix ans de prison

"Je nie les accusations. Je n'ai pas participé à une conspiration criminelle", a insisté mardi M. Kelly.

Il a reconnu avoir travaillé avec d'autres personnes, en interne comme en externe, sur une façon "légale" de rémunérer davantage M. Ghosn à partir de 2010, pour le dissuader de rejoindre une autre entreprise où il aurait été mieux payé. 

Il était dans l'intérêt de Nissan à l'époque de retenir ce "dirigeant extraordinaire" qui avait sauvé le groupe de la faillite et qui "protégeait farouchement son indépendance" vis-à-vis de Renault, a-t-il insisté.

Début 2020, lors de sa première apparition publique à Beyrouth après sa fuite du Japon, M. Ghosn avait réaffirmé avoir été victime d'un "coup monté" de certains responsables de Nissan, qui souhaitaient le faire tomber pour éviter qu'il ne rende l'alliance Renault-Nissan "irréversible", sans pour autant aller jusqu'à fusionner les deux sociétés.

L'épouse de Greg Kelly, Donna, a jugé "décevante" l'absence de M. Ghosn au procès car il aurait pu témoigner en faveur de son mari, a-t-elle déclaré mardi devant des journalistes. Carlos Ghosn "devra assumer les conséquences du choix qu'il a fait" en fuyant au Liban, a-t-elle ajouté.

M. Kelly avait été libéré sous caution à Noël 2018, après plus d'un mois de détention provisoire, avec l'interdiction comme M. Ghosn de quitter le Japon dans l'attente de son procès. Il encourt jusqu'à dix ans de prison. 

Ses avocats ont confié à l'AFP avoir bon espoir qu'il soit acquitté, malgré le taux de condamnation extrêmement élevé (plus de 99%) dans les affaires pénales au Japon.

Nissan et le parquet assurent avoir accumulé des preuves selon lesquelles ces paiements futurs avaient été garantis à M. Ghosn et auraient donc dû être déclarés dans les rapports du constructeur automobile, en vertu des règles boursières japonaises.

Témoins apeurés

Le camp Kelly part avec un handicap de taille: "Des témoins étrangers très utiles pour M. Kelly n'ont pas confiance dans le système judiciaire japonais", craignant de tomber dans un piège et d'être arrêtés dès leur arrivée au Japon comme M. Kelly, a récemment déploré l'un de ses avocats, James Wareham, interrogé par l'AFP.

"Ils ont peur. Ils ne viendront pas témoigner au Japon", a-t-il ajouté.

Le parquet et le tribunal ont par ailleurs rejeté la demande du camp Kelly d'autoriser des témoins à être auditionnés hors du Japon par vidéoconférence.

Nissan a déjà accepté fin 2019 de payer une amende de 2,4 milliards de yens (près de 20 millions d'euros) à l'Agence japonaise des services financiers (FSA) pour avoir omis de mentionner les paiements différés de M. Ghosn.

Le constructeur japonais a aussi déjà versé 15 millions de dollars aux Etats-Unis dans un accord à l'amiable avec les autorités américaines sur le même dossier.

M. Ghosn, qui comme M. Kelly clame son innocence sur toute la ligne, avait accepté de payer un million de dollars aux mêmes autorités américaines pour éviter d'être poursuivi aux Etats-Unis sur ce même volet de l'affaire. M. Kelly avait pour sa part accepté de payer une amende de 100.000 dollars.


Covid-19: réunion en cours pour autoriser deux vaccins au Brésil

Des infirmières devant l'hôpital de Agosto à Manaus, dans l'État d'Amazonie, au Brésil, au milieu de la pandémie du nouveau coronavirus. (AFP)
Short Url
  • Le vaccin chinois CoronaVac est développé en partenariat avec l'Institut Butantan de Sao Paulo, tandis que le vaccin d'AstraZeneca/Oxford est produit à Bombay par le laboratoire Serum en partenariat avec la Fondation Fiocruz du ministère de la Santé
  • M. Bolsonaro a dû annoncer vendredi un nouveau report, «d'un ou deux jours», de l'avion devant acheminer d'Inde deux millions de doses de vaccins, afin de lancer la campagne de vaccination au Brésil, frappé par une violente deuxième vague épidémique

BRASILIA : L'Agence brésilienne de surveillance de la santé ( ANVISA) était réunie dimanche à Brasilia afin de décider si elle autorise deux vaccins rivaux contre la Covid-19: le britannique d'AstraZeneca fabriqué en Inde et le chinois CoronaVac, développes tous deux en partenariat avec le Brésil.

Cette réunion, qui a commencé à 13H00 GMT et devrait durer cinq heures, intervient en plein bras de fer entre le président brésilien Jair Bolsonaro et le gouverneur du puissant Etat de Sao Paulo, Joao Doria, rivaux pour prendre la tête de la campagne de vaccination dans ce pays de 212 millions d'habitants où la pandémie a déjà fait près de 210 000 morts.

Le vaccin chinois CoronaVac est développé en partenariat avec l'Institut Butantan de Sao Paulo, tandis que le vaccin d'AstraZeneca/Oxford est produit à Bombay par le laboratoire Serum en partenariat avec la Fondation Fiocruz du ministère de la Santé brésilien.

Six millions de doses du vaccin CoronaVac se trouvent déjà à Sao Paulo dans l'attente de l'autorisation pour entamer une campagne de vaccination dans l'Etat de Sao Paulo, défiant le ministère de la Santé qui souhaite que ces doses soient utilisées de manière simultanée dans tous les Etats brésiliens.

M. Bolsonaro a dû annoncer vendredi un nouveau report, «d'un ou deux jours», de l'avion devant acheminer d'Inde deux millions de doses de vaccins, afin de lancer la campagne de vaccination au Brésil, frappé par une violente deuxième vague épidémique.

Le départ d'un Airbus A330, équipé de conteneurs spéciaux pour assurer le maintien des vaccins à la bonne température, était initialement prévu pour jeudi puis pour vendredi.

La pandémie fait des ravages à Manaus, la capitale de l'Etat d'Amazonas, qui a commencé vendredi à transférer des patients dans d'autres Etats, en raison de la surcharge de ses hôpitaux manquant cruellement d'oxygène.

Certains scientifiques estiment  probable que la situation se soit dégradée à cause de la présence dans la région d'un variant du coronavirus qui pourrait s'avérer plus contagieux, à l'image de ceux qui sont apparus au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud.

MM. Doria et Bolsonaro pourraient s'affronter lors des prochaines élections présidentielles en 2022.

 


L'opposant Alexeï Navalny en route vers la Russie en dépit des risques

Alexeï Navalny. (AFP)
Short Url
  • A l'aéroport Vnoukovo de Moscou, où l'opposant est attendu à 19H20 (16H20 GMT), la police antiémeute était présente en force et un groupe de quelque 200 partisans étaient massés devant les barrières installées pour barrer l'accès à la salle des arrivées
  • «Voilà à quel point ils sont lâches, pathétiques et ridicules», a lâché M. Navalny sur Instagram avant le décollage, tournant en dérision dans d'autres messages sur Twitter les mesures drastiques prises par l'aéroport Vnoukovo

MOSCOU : Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, a quitté dimanche Berlin, où il se remettait depuis des mois d'un empoisonnement présumé, vers Moscou, en dépit des menaces d'arrestation quasi-immédiate brandies par la justice russe.

L'avion embarquant M. Navalny et sa femme Ioulia a décollé peu après 15H00 (14H00 GMT) de la capitale allemande, selon des journalistes de l'AFP à bord. «Je suis certain que tout va bien se passer. On va m'arrêter? Ce n'est pas possible, je suis innocent», a lancé M. Navalny en montant à bord, avant d'ajouter: «En Allemagne, c'était bien, mais rentrer à la maison c'est toujours mieux».

A l'aéroport Vnoukovo de Moscou, où l'opposant est attendu à 19H20 (16H20 GMT), la police antiémeute était présente en force et un groupe de quelque 200 partisans étaient massés devant les barrières installées pour barrer l'accès à la salle des arrivées, selon des journalistes de l'AFP.

«Voilà à quel point ils sont lâches, pathétiques et ridicules», a lâché M. Navalny sur Instagram avant le décollage, tournant en dérision dans d'autres messages sur Twitter les mesures drastiques prises par l'aéroport Vnoukovo.

«Comme d'habitude, les autorités russes sont caractérisées par leur peur», a encore dit M. Navalny, 44 ans, en montant dans l'appareil, tout en se disant «très heureux» de revenir et assurant «n'avoir rien à craindre en Russie».

Depuis que le pire ennemi du président Vladimir Poutine a annoncé mercredi son intention de rentrer, les services pénitentiaires russes (FSIN) l'ont mis en garde et assuré qu'ils seraient «obligés» de l'arrêter pour avoir violé les conditions d'une peine de prison avec sursis à laquelle il a été condamné en 2014.

Le chef de file de l'opposition russe était subitement tombé dans le coma en août, alors qu'il revenait d'une tournée électorale en Sibérie. D'abord hospitalisé à Omsk, il avait finalement été évacué vers un hôpital berlinois sous la pression de ses proches.

Trois laboratoires européens ont depuis conclu que l'opposant avait été empoisonné par un agent innervant de type Novitchok, développé à l'époque soviétique à des fins militaires, conclusion confirmée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) malgré les dénégations de Moscou.

L'opposant accuse les services spéciaux russes (FSB) d'avoir tenté de l'assassiner sur l'ordre direct de Vladimir Poutine.

Enquête pour fraude

Au gré des versions, les autorités russes ont elles mis en cause les services secrets occidentaux, ou l'hygiène de vie d'Alexeï Navalny. Jusqu'à présent, Moscou a refusé d'ouvrir une enquête pour découvrir ce qui est arrivé à Alexeï Navalny, arguant notamment du refus de l'Allemagne de transmettre ses données à la Russie. 

Samedi, Berlin a toutefois annoncé avoir transmis à Moscou des éléments de son enquête judiciaire, notamment «des procès-verbaux» d'interrogatoires d'Alexeï Navalny et «des échantillons de sang et de tissus, ainsi que des morceaux de vêtements», disant s'attendre à ce que Moscou commence désormais à «faire la lumière sur ce crime».

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a confirmé dimanche que Moscou avait reçu les documents envoyés par l'Allemagne mais assuré qu'ils «ne comportaient essentiellement rien» de ce que la Russie voulait. 

Selon le FSIN, Alexeï Navalny n'a pas respecté quand il était en Allemagne les conditions d'une peine de prison avec sursis reçue en 2014, qui l'obligeait à pointer au moins deux fois par mois à l'administration pénitentiaire.

L'opposant est aussi visé depuis fin décembre par une nouvelle enquête pour fraude, soupçonné d'avoir dépensé pour son usage personnel 356 millions de roubles (3,9 millions d'euros) de dons.

S'il est largement ignoré des médias nationaux, non représenté au Parlement et inéligible, Alexeï Navalny reste la principale voix de l'opposition en partie grâce à sa chaîne YouTube aux 4,8 millions d'abonnés et son organisation, le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), dénonçant la corruption des élites.

Malgré les perquisitions, les pressions et les condamnations à de courtes détentions visant régulièrement M. Navalny ou ses alliés, il a réussi à organiser plusieurs manifestations très suivies ces dernières années, et des revers embarrassants pour le pouvoir lors de scrutins locaux.

Sa notoriété reste toutefois limitée en dehors des grandes agglomérations, un sondage du centre indépendant Levada en septembre révélant ainsi que seulement 20% des Russes approuvaient ses actions.

Pour les experts, le retour d'Alexeï Navalny est une épine dans le pied du Kremlin: le laisser libre serait une démonstration de faiblesse, l'emprisonner risquerait de provoquer un nouveau scandale.

 


Londres «intensifie» les négociations pour le retour d'Iran de Nazanin Zaghari-Ratcliffe

L'annonce d'une « intensification » de discussions est « bienvenue », a réagi Richard Ratcliffe, l'époux de Nazanin Zaghari-Ratcliffe (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a déclaré dimanche que le Royaume-Uni fait tout son possible pour obtenir sa «libération immédiate, pas dans sept semaines mais dès que possible»
  • Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée avec sa fille en avril 2016 en Iran, où elle venait de rendre visite à sa famille, puis condamnée à cinq ans de prison

LONDRES: Le Royaume-Uni a « intensifié » ses négociations pour obtenir la libération de l'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, aux mains de la justice iranienne depuis 2016, a annoncé dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab. 

Accusée d'avoir cherché à renverser le régime de Téhéran, ce qu'elle conteste, cette employée de la Fondation Thomson Reuters - la branche philanthropique de l'agence de presse canado-britannique du même nom, se trouve actuellement sous bracelet électronique. 

Elle espère à présent selon sa famille pouvoir revenir au Royaume-Uni dans sept semaines, à la fin de sa peine de cinq ans de prison. 

En contact avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a déclaré dimanche que le Royaume-Uni fait tout son possible pour obtenir sa « libération immédiate, pas dans sept semaines mais dès que possible ». 

« Nous avons intensifié ces négociations et nous ne laissons aucune piste inexplorée », a déclaré Dominic Raab sur la chaîne d'information Sky News. 

Selon lui, l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche peut entraîner un changement de l'état d'esprit côté iranien, « il pourrait y avoir des possibilités supplémentaires ». 

L'annonce d'une « intensification » de discussions est « bienvenue », a réagi Richard Ratcliffe, l'époux de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, »même si ça fait un moment qu'on entend ça ». 

Il serait « très inquiétant » qu'elle ne puisse quitter l'Iran à la fin de sa peine, a-t-il ajouté, expliquant que son épouse compte les semaines restantes sur un calendrier sur un mur, qu'elle appelle son »compte à rebours vers la liberté ». 

Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée avec sa fille en avril 2016 en Iran, où elle venait de rendre visite à sa famille, puis condamnée à cinq ans de prison. 

Elle a obtenu au printemps une permission de sortie temporaire de la prison d'Evin, à Téhéran, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, à la suite de laquelle elle a été assignée à résidence chez ses parents sous bracelet électronique. 

Elle a fait l'objet d'une deuxième procédure judiciaire en Iran, accusée de diffusion de propagande contre le régime, mais ce procès a été ajourné début novembre, sans qu'aucune nouvelle date ne lui ait été communiqué, laissant entrevoir l'espoir d'un abandon de ces poursuites.