Pour Paris, la rupture du «contrat du siècle» est d’abord une trahison australienne

Rappelons que ce coup de tonnerre n’est pas la première secousse dans l’histoire d’une relation mouvementée entre Paris et Washington. (AFP)
Rappelons que ce coup de tonnerre n’est pas la première secousse dans l’histoire d’une relation mouvementée entre Paris et Washington. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 06 octobre 2021

Pour Paris, la rupture du «contrat du siècle» est d’abord une trahison australienne

  • Pour Paris, l’affaire des sous-marins est un tournant, elle n’est pas seulement commerciale, mais profondément politique
  • L’alliance anglo-saxonne Aukus représente une nouvelle configuration stratégique dans l’océan Pacifique divisant l’Occident et isolant la France

PARIS : La crise des sous-marins australiens qui a éclaté à la mi-septembre a provoqué un incident diplomatique sans précédent entre Paris et Washington. Ce refroidissement entre les deux pays va-t-il avoir des conséquences durables? À la suite de l’infructueuse tentative américaine de contenir la colère française, tout indique que la méfiance serait de mise à court terme, et que le camp occidental ne sortirait pas indemne d’une crise dans la zone indopacifique, principal théâtre d’un bras de fer qui se dessine avec le géant chinois.

Vue de Paris, l’inopinée rupture du «contrat du siècle» est tout d’abord une trahison de la part de l’Australie, mais surtout une confirmation d’un revirement stratégique américain face à la Chine, dont la France, l’Union européenne (UE) et l’Otan font les frais. 

 

Les effets de l’alliance Aukus

Cet épisode de tension transatlantique, dans le contexte du «désordre stratégique mondial» conduit la diplomatie française à reconsidérer sa vision des «États-Unis d’Amérique», le grand allié de toujours.

Sans aucun doute, l’alliance anglo-saxonne Aukus (acronyme de l'anglais «Australia, United Kingdom et United States») représente une nouvelle configuration stratégique dans l’océan Pacifique divisant l’Occident et isolant la France. De ce fait, la relation franco-américaine entre dorénavant dans une zone de turbulences. Le retour de l’ambassadeur français à Washington (après une conversation téléphonique Biden-Macron) n’est pas nécessairement le signe d’un apaisement. Le 29 septembre, le président français est ainsi sorti de son silence, déclarant qu’il était temps que les Européens ne fassent plus preuve de «naïveté» et se fassent «respecter» par les États-Unis. En effet, Macron, en plein contexte préélectoral, ne pourrait céder devant Joe Biden, peu soucieux de l’alliance avec l’Europe à l’instar de Donald Trump, tellement stigmatisé sur le Vieux continent.

photo
Le Premier ministre britannique a vu dans l’affaire des sous-marins une occasion de réaffirmer son concept de «Global Britain», en projetant son pays comme une puissance asiatique. (AFP)

Cet épisode de tension transatlantique, dans le contexte du «désordre stratégique mondial» conduit la diplomatie française à reconsidérer sa vision des «États-Unis d’Amérique», le grand allié de toujours. Elle constate qu’avec l’ère Obama, les Américains se sont réorientés vers la Chine et le Pacifique, et que depuis le mandat Trump, les États-Unis sont devenus plus isolationnistes, souhaitant se concentrer sur eux-mêmes. 

Les divergences entre la France et les États-Unis résident dans leurs priorités respectives. La première ne considère pas l’affrontement avec la Chine comme urgent dans un monde agité par les conflits d’intérêts, les transformations et les jeux d’alliances instables. Une source américaine révèle que le comportement de l'administration Biden dans l’affaire des sous-marins représente une compensation limitée après le revers subi en Afghanistan et vise à détourner l'attention vers la Chine. Il implique également un avertissement fort à la France, qui «s'est opposée à l'inclusion de la menace chinoise dans la doctrine de l’Otan».

Rappelons que ce coup de tonnerre n’est pas la première secousse dans l’histoire d’une relation mouvementée entre Paris et Washington.

 

photo
Arrivé lundi soir pour deux jours de réunions à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le chef de la diplomatie de la première puissance mondiale doit rencontrer en début de matinée son homologue français Jean-Yves Le Drian puis être reçu par un conseiller du président Emmanuel Macron. (AFP)

Des rancunes et des reproches  

Actuellement, les États-Unis donnent la priorité à la rivalité avec la Chine, leur premier concurrent mondial au cours de cette décennie

Pour Gérard Araud, ancien ambassadeur de France à Washington, «la question du retrait afghan et celle des sous-marins australiens prouvent que le président américain méprise la France et l'Europe. Il est temps d’en tirer les enseignements». Pour l’éditorialiste du Figaro Renaud Gérard, s’il y a bien une personne qui peut témoigner de l'arrogance américaine, c’est Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères et ancien ministre de la Défense sous François Hollande. Il avait été le témoin de l’annulation à la dernière minute par l’administration américaine d'une opération aérienne conjointe en Syrie avec les Français et les Britanniques pour mettre fin aux terribles violations commises par le régime syrien, à la suite de l'utilisation d'armes chimiques fin août 2013. Il avait raconté dans la presse comment «l’Oncle Sam» avait insulté la France dans le dossier syrien, affirmant que «le 31 août 2013 est le jour qui m’a le plus marqué tout au long de ma carrière ministérielle». Il est étrange à l'époque que l'équipe de Barack Obama n'ait pas pris la peine de se justifier auprès de son allié français. Dix ans plus tard, Le Drian a de nouveau vécu aux premières loges le retrait des Australiens in extremis du contrat de sous-marins.

Actuellement, les États-Unis donnent la priorité à la rivalité avec la Chine, leur premier concurrent mondial au cours de cette décennie. Biden, parrain de l’alliance Aukus, n’a pris la peine de ménager la France sur les plans stratégique et commercial, ni cherché à trouver une sortie honorable pour Paris. Sa tâche a été facilitée par l’opportunisme de Boris Johnson. Embarrassé par le post-Brexit, le Premier ministre britannique a vu dans l’affaire des sous-marins une occasion de réaffirmer son concept de «Global Britain», en projetant son pays comme une puissance asiatique. Cette harmonie anglo-saxonne est parvenue à porter un coup dur à la France, sa diplomatie et sa position stratégique. Du côté américain, on tient à rappeler que Washington n’oublie pas non plus l’opposition française à la guerre en Irak en 2003, et les velléités d’indépendance stratégique européenne prônée par Paris. 

Au-delà des rancunes et des reproches, Washington tente de contenir la crise. Le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, tiendrait des pourparlers à Paris durant la première semaine d’octobre, dans une nouvelle tentative d'apaiser les tensions et de renforcer des relations vitales entre les deux pays.

Pour Paris, l’affaire des sous-marins est un tournant, elle n’est pas seulement commerciale mais aussi profondément politique.

Plusieurs thèmes seraient à l’ordre du jour, comme la sécurité dans la région indopacifique, la crise climatique, la reprise économique après la pandémie de Covid-19, ou encore les relations transatlantiques. Les entretiens de Blinken à Paris et de l’ambassadeur français à Washington s'inscrivent dans le cadre de l'engagement conjoint des présidents Biden et Macron, lors de leur entretien téléphonique du 22 septembre, d'engager un processus de consultations approfondies sur un ensemble de questions stratégiques, pour créer les conditions d'une confiance et proposer des mesures concrètes pour atteindre les objectifs communs des deux pays.

photo
Durant la semaine du 15 septembre, l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé un pacte de sécurité (AUKUS) pour aider l'Australie à développer et déployer des sous-marins à propulsion nucléaire, en plus d'autres coopérations militaires. (AFP)

Ce processus diplomatique ne sera pas suffisant pour dépasser cette crise, car les intérêts divergents des deux pays et leurs choix d’alliances approfondissent inévitablement le fossé entre les deux parties. 

Dans un contexte global de «désordre stratégique», les États-Unis qui tiennent à leur statut d’hyperpuissance mondiale et continuent à tirer les ficelles au sein même du camp occidental pour prévenir un «monde post-américain», et une ascension de la Chine. Ainsi, la diversification des alliances à partir d’un noyau dur anglo-saxon et la création de coordinations ou partenariats même avec des rivaux comme la Russie sont un moyen pour les États-Unis de maintenir leur primauté.

Pour Paris, l’affaire des sous-marins est un tournant, elle n’est pas seulement commerciale mais aussi profondément politique. La France a été non seulement bernée, mais aussi méprisée. Cet épisode remet en question la fiabilité de ses alliés, et notamment des États-Unis. Bien des certitudes françaises se trouvent ébranlées, que ce soit concernant l’Otan, ou surtout l’UE, appelée à développer son autonomie stratégique. Face aux méthodes américaines dans la zone indopacifique, la France est tentée par l’élaboration d’une politique asiatique équilibrée. Ainsi, les dés sont jetés dans un nouveau jeu mondial trouble et brouillé. 


Agriculteurs: Le «grand débat», marque de fabrique de Macron, tourne au fiasco

Des agriculteurs conduisent leurs tracteurs à côté de la station de métro Sèvres-Lecourbe, dans le centre de Paris, le 23 février 2024 (Photo, AFP).
Des agriculteurs conduisent leurs tracteurs à côté de la station de métro Sèvres-Lecourbe, dans le centre de Paris, le 23 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Emmanuel Macron a été contraint vendredi de renoncer au grand débat
  • Le ricochet a été tout aussi cinglant du côté de la grande distribution Michel-Edouard Leclerc a dénoncé une «annonce foireuse»

PARIS: Un fiasco avant même l'ouverture du Salon de l'agriculture: Emmanuel Macron a été contraint vendredi de renoncer au grand débat qu'il avait concocté pour le lendemain, ajoutant un couac de communication majeur au dossier déjà explosif de la crise des agriculteurs.

L'image était déjà dans toutes les têtes: comme au temps des Gilets jaunes, le chef de l'Etat allait monter sur le "ring" pour échanger "sans filtre", des heures durant, avec tous les acteurs de la crise et en ressortir fort d'un cap nouveau.

C'est raté: l'annonce de l'invitation du collectif écologiste Soulèvements de la Terre, connu pour ses actions violentes sur des enjeux agricole mais dont la présence pouvait symboliser la pluralité du débat à l'heure où l'exécutif essuie des critiques autour de l'écologie, a tourné au psychodrame. Suscitant l'incompréhension jusqu'au gouvernement - qui entendait encore il y a quelques mois dissoudre lesdits Soulèvements -, le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau qualifiant l'invitation "d'inopportune".

La FNSEA, syndicat agricole majoritaire, a aussitôt vu rouge, refusant de s'asseoir à la même table que ceux dont le "coktail Molotov est le mode d'expression" - selon les mots de M. Fesneau - et fustigeant un président de la République qui n'a "rien compris aux problématiques" des agriculteurs.

Après une journée d'atermoiements, l'Elysée a renoncé. "Les syndicats agricoles (...) avaient voulu un +débat+ ouvert. Ils en demandent aujourd'hui l'annulation. Donc acte", a écrit le chef de l'Etat sur le réseau X, ajoutant qu'il recevrait leurs représentants samedi matin avant l'ouverture du Salon.

L'Elysée, qui avait cité jeudi ce collectif parmi les associations environnementales invitées au côté des agriculteurs, industriels et de la grande distribution, avait dans un premier temps tenté d'éteindre l'incendie en plaidant "l'erreur" de communication.

Une "erreur" attribuée par plusieurs sources aux conseillers de l'Elysée suivant le dossier, Benoît Faraco, ancien porte-parole de la Fondation Hulot et ancien conseiller de l'eurodéputé Renaissance Pascal Canfin, et Mathias Ginet, ce dernier étant également conseiller agriculture du Premier ministre.

«Lapin sorti du chapeau»

"À ce niveau d'inconséquence ce n'est plus une connerie, c'est un symptôme, à tout le moins une alerte", juge un cadre de la majorité.

Le ricochet a été tout aussi cinglant du côté de la grande distribution. Michel-Edouard Leclerc, médiatique représentant du leader du secteur E.Leclerc, a dénoncé une "annonce foireuse" et décliné l'invitation avant même de l'avoir reçue.

Cette idée de grand débat, élargie à toute la filière, suscite aussi nombre d'interrogations alors que les agriculteurs ont déjà beaucoup échangé avec le Premier ministre Gabriel Attal et attendaient avant tout des actes du président.

"J'ai dit qu'on avait déjà débattu, qu'un nouveau débat, pendant des heures, avec des représentants nationaux des syndicats ne servirait à rien", a indiqué Véronique Le Floc'h, présidente de la Coordination rurale à l'AFP.

"Il y avait un dialogue qui s'était établi, un semblant de confiance, et on était au stade où il y avait des attentes sur la concrétisation des annonces qui avaient été faites", renchérit le politologue Eddy Fougier, déplorant un "lapin qu'on sort du chapeau" à chaque crise via un grand débat ou une convention citoyenne.

Cette fois, Emmanuel Macron "s'est pris un mur", juge-t-il.

«Un peu usé»

Pour Benjamin Morel, maître de conférence en droit public à l'université Paris 2 Panthéon-Assas, le chef de l'Etat est pourtant "plutôt bon dans ce type d'exercice", "dans l'interaction" avec le public.

Très attendu au Salon, il entendait monter à son tour en première ligne et dénouer la crise après avoir laissé son Premier ministre poser les jalons de la désescalade ces dernières semaines.

Mais le grand débat c'est un outil "plutôt adapté" en l'absence "d'interlocuteur" bien identifié, "structuré", comme les gilets jaunes, pas pour le monde agricole, analyse Benjamin Morel.

"Cette méthode de sortie de crise apparaît comme étant un peu usée", estime-t-il aussi. Elle a véhiculé "l'idée qu'on aurait jeté du sable pour endormir les gilets jaunes, une image pas forcément positive", selon lui.

Dans la majorité, au contraire, certains y voient une méthode éprouvée qui peut encore faire ses preuves, eu égard à toute la "solennité" de l'exercice et au "charisme" du chef de l'Etat.

"Le président de la République va entendre les demandes, prendre l'opinion publique à témoin (de ce qu'il est possible de faire, NDLR) et tracer la route de la souveraineté", veut croire un cadre de la majorité.


L'imam tunisien expulsé «va se défendre» en justice pour retourner en France

Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah". (Photo, AFP)
Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah". (Photo, AFP)
Short Url
  • Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze dans le sud de la France, Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé jeudi vers la Tunisie
  • Installé en France depuis le milieu des années 1980, marié et père de cinq enfants, l'imam était dans la ligne de mire du ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin

SOLIMAN, Tunisie: Un imam tunisien expulsé jeudi par la France où les autorités l'accusent d'avoir tenu des propos haineux, a dénoncé auprès de l'AFP une décision "injuste" et "arbitraire", et annoncé qu'il allait saisir la justice pour la faire annuler et retourner auprès de sa famille.

Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze dans le sud de la France, Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé jeudi vers la Tunisie où il est arrivé peu avant minuit à bord d'un vol en provenance de Paris.

Installé en France depuis le milieu des années 1980, marié et père de cinq enfants, l'imam était dans la ligne de mire du ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait demandé dimanche le retrait de son titre de séjour.

Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah" (Dieu en arabe).

Il s'était défendu en évoquant un "lapsus", expliquant qu'il dénonçait en réalité les rivalités entre supporters des pays du Maghreb au cours de la récente Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football.

"La décision administrative du ministre de l'Intérieur est bien sûr injuste, je vais me défendre et tout faire pour revenir auprès de ma femme et de mes enfants", a-t-il déclaré à l'AFP dans la maison de sa belle-famille à Soliman, à une trentaine de km à l'est de Tunis.

Sa femme et ses enfants, dont le petit dernier, âgé de sept ans, est hospitalisé pour un cancer, dépendent entièrement de lui: "ils sont seuls, c'est impossible qu'ils puissent vivre sans moi", a souligné ce patron d'une entreprise de construction. "Je suis un contribuable, un homme sans problèmes", s'est-il encore défendu, en émettant des inquiétudes sur le sort de sa société.

«Décision arbitraire»

"Mon avocat va saisir la justice en France et si le tribunal ne me rend pas justice, je ferai appel, et ensuite je ferai un recours devant la Cour européenne" des droits de l'Homme, a-t-il précisé.

L'imam, âgé de 52 ans et dont les enfants ont la nationalité française selon lui, a dit "croire et avoir confiance dans la justice française dont M. Darmanin s'est emparé alors qu'il y a la séparation des pouvoirs".

"Il n'y a aucun doute qu'il y a une injustice à mon égard, la loi immigration a été votée il y a à peu près 3 semaines, et je suis la première victime de cette loi", a estimé l'imam.

M. Darmanin a affirmé jeudi sur X que l'expulsion de l'imam était "la démonstration que la loi immigration, sans laquelle une telle expulsion aussi rapide n'aurait pas été possible, rend la France plus forte". "La fermeté est la règle", a ajouté le ministre, fustigeant un "+imam+ radical aux propos inacceptables".

Niant catégoriquement toute "insulte envers la communauté juive ou le drapeau français", il a dit être connu des autorités de sa ville comme "un homme de paix, du juste milieu". "Je n'ai jamais prôné ni la haine, ni le radicalisme bien au contraire, tout le monde me connaît", a-t-il ajouté.

"Mon expulsion s'est faite sur une décision arbitraire du ministre de l'Intérieur. Monsieur Darmanin cherche à faire du buzz autour de la loi immigration en se servant de Mahjoub Mahjoubi", a rétorqué l'imam, soulignant la rapidité de la décision d'expulsion.

"C'est une question constitutionnelle, juridique, au niveau européen: on ne peut pas expulser un homme et l'éloigner de ses enfants, des enfants mineurs", a-t-il dit.

"M. Darmanin surfe sur le terrain du Rassemblement national, avec les élections européennes qui arrivent" en juin, où la majorité présidentielle est distancée par le RN dans les sondages, a ajouté M. Mahjoubi.


Tour Eiffel: l'intersyndicale a voté la reconduction de la grève

La Tour Eiffel est fermée au public le quatrième jour de grève de son personnel (Photo, AFP).
La Tour Eiffel est fermée au public le quatrième jour de grève de son personnel (Photo, AFP).
Short Url
  • Si elle devait perdurer au-delà de dimanche après-midi, cette grève serait la plus longue de l'histoire récente de la Tour
  • A l'automne 1998, le monument était resté fermé six jours et demi

PARIS: Les syndicats du personnel de la Tour Eiffel, mécontents de la gestion du site, ont voté vendredi midi la reconduction de la grève, qui a provoqué la fermeture de la Dame de Fer depuis lundi, a indiqué à l'AFP le délégué syndical CGT Stéphane Dieu.

A cinq mois des Jeux olympiques (26 juillet - 11 août), le célèbre monument s'achemine donc vers un sixième jour consécutif de fermeture samedi, la CGT et FO ayant prévu une nouvelle assemblée générale samedi matin.

Record 

Si elle devait perdurer au-delà de dimanche après-midi, cette grève serait la plus longue de l'histoire récente de la Tour, régulièrement émaillée de mouvements sociaux.

A l'automne 1998, le monument était resté fermé six jours et demi.

Ce vendredi, "l'assemblée générale a voté la reconduction de la grève" car la "seule avancée" obtenue jeudi est "que la mairie s'est mise à la table des négociations", a estimé Stéphane Dieu.

"On a aucune proposition écrite précise pour l'instant", a-t-il ajouté.

La veille, lors d'une réunion jugée "constructive" par le président de la Société d'exploitation (Sete) Jean-François Martins, la direction a proposé "la création d'une instance de suivi permanent" de la trajectoire financière "afin de renforcer le dialogue avec la Ville" de Paris.

L'intersyndicale demande à la direction qu'elle "explicite les modalités pratiques et marges de manœuvre" de cette future instance "en cas de dérapage du modèle économique", a répondu le délégué syndical CGT.

La Sete a également évoqué un accord "signé dans les quinze jours" au sujet des "conditions d'emploi et de rémunération" des salariés.

"On a refusé, ce n'était pas le sujet", a rétorqué vendredi Stéphane Dieu. L'intersyndicale n'a pas fait état de revendications salariales et dit se battre uniquement contre le modèle économique "intenable" imposé par la mairie.

Ce conflit avait déjà entraîné la fermeture du monument le 27 décembre, jour du centième anniversaire de la disparition de son architecte Gustave Eiffel.

L'équilibre économique de la Tour Eiffel, qui a retrouvé en 2023 une fréquentation supérieure à ce qu'elle était avant le Covid-19, avec 6,3 millions de visiteurs, a été fragilisé par quelque 130 millions d'euros de manque à gagner lors des deux années de crise sanitaire du Covid-19 (2020 et 2021).