Les Américains resteront en Syrie, selon une haute responsable politique kurde

Des soldats américains patrouillent sur l'autoroute M4 dans la ville de Tal Tamr, dans le nord-est de la province syrienne de Hasakah. (Photo, AFP/Archives)
Des soldats américains patrouillent sur l'autoroute M4 dans la ville de Tal Tamr, dans le nord-est de la province syrienne de Hasakah. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Vendredi 08 octobre 2021

Les Américains resteront en Syrie, selon une haute responsable politique kurde

  • Ahmed a déclaré à Reuters que les États-Unis s'étaient clairement engagés envers les Kurdes
  • «Ils ont promis de faire le nécessaire pour détruire l'État islamique et de veiller à la construction d'infrastructures dans le nord-est de la Syrie», a-t-elle révélé

LONDRES: Une éminente personnalité politique kurde syrienne a déclaré jeudi que les États-Unis resteront en Syrie pour détruire Daech, construire des infrastructures et rester un acteur important dans la recherche d'un règlement politique après plus de dix ans de guerre civile.

Les Kurdes, qui vivent dans la région montagneuse à cheval sur les frontières de la Syrie, de l'Arménie, de l'Irak, de l'Iran et de la Turquie, se sont imposés dans le nord-est de la Syrie pendant la guerre civile qui a commencé en 2011.

Le président Bashar Assad était soutenu par la Russie et l'Iran tandis que la milice kurde syrienne YPG était soutenue par les États-Unis. Mais en 2019, le président de l'époque, Donald Trump, a retiré la plupart des forces américaines de Syrie afin de permettre une offensive turque contre les Kurdes.

Le retrait chaotique de l'Occident d'Afghanistan a alimenté l'inquiétude dans tout le Moyen-Orient que le successeur de Trump, Joe Biden, pourrait abandonner ses alliés dans la région, alors que Washington considérait la Chine comme le principal défi stratégique.

Mais Ilham Ahmed, présidente du comité exécutif du Conseil démocratique syrien, la branche politique des YPG, a affirmé que les États-Unis s'étaient clairement engagés envers les Kurdes.

«Ils (les Américains) ont promis de faire le nécessaire pour détruire l'État islamique et de veiller à la construction d'infrastructures dans le nord-est de la Syrie», a-t-elle déclaré à Reuters après des réunions à Washington avec des représentants de la Maison Blanche, du Département d'État et du Pentagone.

«Ils ont dit qu'ils allaient rester en Syrie et ne se retireront pas, ils continueront à combattre l'État islamique», a assuré Ahmed. «Il n'étaient pas clairs sous Trump et pendant leur retrait d’Afghanistan, mais cette fois-ci, ils ont tout clarifié».

Les Kurdes minoritaires de Syrie, qui étaient discriminés par le parti panarabe au pouvoir d'Assad, le parti Baath, dirigent une administration civile qui régit les affaires de plusieurs millions de Syriens autrefois gouvernés depuis Damas.

Les Kurdes ont demandé aux Américains de les aider à rouvrir le passage frontalier d'Al-Yaarubiyah entre la Syrie et l'Irak pour permettre l’accès à l'aide internationale, et de jouer un rôle crucial dans le règlement politique du conflit, a souligné Ahmed.

Ahmed, qui a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Moscou le mois dernier, a indiqué que les Kurdes avaient également parlé aux Russes, «le principal acteur en Syrie», et étaient aussi prêts à mener des discussions avec l'Iran.

Les Kurdes ont de plus parlé à Damas pour tenter de trouver un règlement politique.

À quel point Ahmed est-elle optimiste?

«Nous ne voyons pas grand-chose se passer à court terme... Nous espérons que les Américains joueront un rôle plus actif pour un règlement politique syrien, ils devraient le faire.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maroc signe un accord d'achat de gaz après l'arrêt des fournitures algériennes

Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011. (AFP)
Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011. (AFP)
Short Url
  • Aux termes du nouveau contrat, Sound Energy s'engage à produire et à livrer à l'ONEE jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans
  • L'annonce de cet accord survient un mois après la décision d'Alger de mettre fin au contrat du Gazoduc Maghreb Europe (GME) desservant l'Espagne via le Maroc

RABAT: Une société britannique a annoncé mardi avoir signé un accord de fourniture de gaz au Maroc depuis un gisement qu'elle exploite dans l'est du pays, un mois après la décision d'Alger de ne pas reconduire le contrat d'un gazoduc desservant l'Espagne via le royaume.


Sound Energy a conclu un accord avec l'établissement public marocain ONEE (Office national de l'électricité et de l'eau potable) pour la vente du gaz naturel de la concession de Tendrara à l'est du Maroc", indique mardi un communiqué de la firme spécialisée dans l'exploration gazière et pétrolière. 


L'annonce de cet accord survient un mois après la décision d'Alger de mettre fin au contrat du Gazoduc Maghreb Europe (GME) desservant l'Espagne via le Maroc. 


Aux termes du nouveau contrat, Sound Energy, dont le siège est situé au Royaume-Uni, s'engage à produire et à livrer à l'ONEE jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.


Le gaz transitera par la partie marocaine de GME, selon le communiqué, ce qui doit permettre le redémarrage de ce gazoduc traversant le Maroc et qui livrait le gaz algérien à la péninsule ibérique avant qu'Alger ne mette fin à son contrat, fin octobre, sur fond de rivalités régionales entre les deux voisins du Maghreb.


Les tensions se sont récemment accrues, culminant avec la rupture par Alger de ses relations diplomatiques avec Rabat le 24 août.


Leur voisinage est historiquement difficile en raison, notamment, de l'épineux dossier du Sahara occidental.


Cette ancienne colonie espagnole --considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif-- oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus par l'Algérie.


Depuis 1996, l'Algérie expédiait vers l'Espagne et le Portugal environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an via le GME. 


En contrepartie du transit du gazoduc, Rabat recevait annuellement près d'un milliard de mètres cubes de gaz naturel, soit 97% de ses besoins. En 2020, la redevance pour le transit du gaz algérien avait rapporté au Maroc environ 50 millions de dollars (43,2 millions d'euros), selon un expert marocain.


Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011.


Au lendemain du non renouvellement du contrat du GME par Alger, l'ONEE avait assuré que la décision algérienne "n'aurait dans l'immédiat qu'un impact insignifiant sur la performance du système électrique national".


Emmanuel Macron en visite dans le Golfe les 3 et 4 décembre

L’objectif d’Emmanuel Macron étant selon l’Élysée «de soutenir la population libanaise et éviter que le pays ne sombre davantage». (Photo, AFP)
L’objectif d’Emmanuel Macron étant selon l’Élysée «de soutenir la population libanaise et éviter que le pays ne sombre davantage». (Photo, AFP)
Short Url
  • En quarante-huit heures, Emmanuel Macron se rendra aux Émirats arabes unis, au Qatar et en Arabie saoudite où il aura des entretiens avec les responsables des trois pays
  • Emmanuel Macron sera accompagné d’une importante délégation ministérielle

PARIS: C’est une tournée courte mais d’une grande densité qu’effectue le président français, Emmanuel Macron, dans le Golfe du 3 au 4 décembre. 

En quarante-huit heures, Emmanuel Macron se rendra aux Émirats arabes unis (EAU), au Qatar et en Arabie saoudite où il aura des entretiens avec les responsables des trois pays avec pour but, selon l’Élysée, d’asseoir l’action de la France «comme une force d’équilibre et un partenaire incontournable et fiable pour la région». 

Il s’agit d’un objectif bien ambitieux puisque les dossiers à l’ordre du jour sont parmi les plus complexes: lutte contre le terrorisme et la radicalisation islamiste, stabilité régionale dans le Golfe et la Méditerranée, accord nucléaire avec l’Iran, et aide à la population libanaise. 

Cette aide fera l’objet d’une attention toute particulière de la part du président français, surtout en raison «de la crise diplomatique entre les pays du Golfe, en premier l’Arabie saoudite et le Liban». L’objectif d’Emmanuel Macron étant selon l’Élysée «de soutenir la population libanaise et éviter que le pays ne sombre davantage». 

Ce dossier sera donc évoqué par le président français avec le prince héritier des EAU, cheikh Mohammed ben Zayed, qu’il rencontrera au tout début de sa visite dans la région, puis avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim al-Thani, mais plus particulièrement avec le prince héritier d’Arabie Saoudite avec qui il aura un long entretien à Djeddah le samedi. 

Toutefois, sans vouloir se prononcer sur une éventuelle nouvelle conférence concernant la crise libanaise, l’Élysée souligne que «la France est prête à répondre à l’urgence humanitaire et politique mais il y a un problème structurel» que le Liban doit s’employer à régler, allusion faite au blocage politique et aux réformes qui se font attendre. 

Difficile de savoir si Emmanuel Macron aura gain de cause au sujet de ce dossier ainsi qu’à propos des autres sujets épineux tels que l’accord nucléaire avec l’Iran, qui, souligne l’Élysée, a fait l’objet d’un entretien téléphonique entre le président français et son homologue iranien, Ebrahim Raïssi. 

La Libye est un autre dossier à l’ordre du jour des entretiens que le président français aura durant sa tournée, afin de s’assurer de la tenue des élections prévues le 24 décembre et du retrait des mercenaires étrangers tel qu’il est stipulé dans les conclusions de la Conférence de Paris sur la crise libyenne. 

Il sera donc globalement question de l’action en faveur de «la stabilité régionale de la Méditerranée jusqu’au Golfe» et du règlement des crises «qui engendrent des souffrances pour les populations civiles et qui nourrissent le terrorisme et l’immigration», affirme l’Élysée. 

Un deuxième volet de cette visite portera sur l’attractivité et l’aide que la France est en mesure d’apporter aux pays du Golfe en matière de transition énergétique et numérique. L’Élysée affirme que des contrats seront signés dans ces domaines sans donner plus de précisions. 

Les relations bilatérales seront bien évidemment abordées tout au long de la tournée, notamment la coopération militaire et culturelle, en particulier le partenariat entre la France et l’Arabie saoudite concernant la réhabilitation et le développement du site archéologique d’AlUla. 

Emmanuel Macron sera d’ailleurs accompagné d’une importante délégation ministérielle constituée du ministre des Affaires étrangère, Jean-Yves Le Drian; du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire; de la ministre de la Défense, Florence Parly ainsi que de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, de même que des personnalités du monde des affaires et de la culture. 

Le ministre chargé du Commerce extérieur, Franck Riester, rejoindra la délégation ministérielle seulement à Djeddah. 


Au Moyen-Orient, un projet hôtelier repousse les limites de la construction durable

Images fournies par le groupe Kleindienst qui développe le projet baptisé «Heart of Europe» sur les îles du monde de Dubaï.
Images fournies par le groupe Kleindienst qui développe le projet baptisé «Heart of Europe» sur les îles du monde de Dubaï.
Short Url
  • L’ONU avertit que les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 25 à 55 % par rapport aux niveaux de 2017 d’ici à 2030
  • Le projet «Heart of Europe» adoptera les politiques zéro rejet et zéro microplastique pour protéger la vie marine autour des îles et du golfe Arabique

DUBAÏ: Des incendies de forêt aux glissements de terrain, en passant par la désertification et les inondations, les effets du réchauffement climatique s’avèrent de plus en plus destructeurs et ravagent les habitats fauniques et floristiques, ainsi que les communautés rurales vulnérables. 

Les zones urbaines ne sont pas non plus à l’abri des risques et elles sont donc également contraintes de s’adapter au changement. 

1
The Floating seahorse, première villa sous-marine. 

L’Organisation des nations unies (ONU) avertit que les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 25 à 55 % par rapport aux niveaux de 2017 d’ici à 2030. À la lumière de ces statistiques, les promoteurs explorent des moyens innovants de réduire l’empreinte carbone des villes, tout en améliorant la qualité de vie des habitants. 

Josef Kleindienst fait partie de ces personnes-là. Il est président du groupe Kleindienst, le promoteur du projet baptisé «Heart of Europe» qui est en cours d’exécution à Dubaï. L’entreprise se fixe pour objectif de changer le climat, au lieu de se contenter de construire selon les principes du développement durable. 

Le projet «Heart of Europe» occupe une partie des îles du monde de Dubaï – un ensemble d’îles artificielles au large des côtes de la ville, construites sous la forme d’une carte du monde. Une fois terminé, il devrait se transformer en complexe haut de gamme, respectueux de l’environnement et mettant en valeur l’utilisation des dernières technologies pour atténuer les effets du changement climatique dans les zones urbaines. 

Selon le promoteur, «Heart of Europe» comprendra, entre autres, une Rainy Street (rue où il pleuvra toute l’année) rafraîchissante, une place enneigée en plein air et le premier poste de police flottant au monde. 

«La vision est de mettre en œuvre un projet touristique, tout en apportant de l’innovation sur ces îles», déclare M. Kleindienst à Arab News. 

1
L’Allemagne 

«Le projet des îles a été initié en 2003, et une pépinière de coraux a été construite sur une structure. Elle produit cent mille coraux par an à planter sur nos récifs. Pour moi, Dubaï a toujours eu des visions futuristes, et ce projet relève de la durabilité pure et dure.» 

Selon le promoteur, la durabilité est au cœur dudit projet, qui abritera plus de cinq cent mille mètres carrés de récifs coralliens et des oliviers en provenance d’Andalousie, au sud de l’Espagne. 

Une fois opérationnel, le projet présentera un aménagement paysager durable, dépourvu de pesticides et de fongicides, et irrigué avec de l’eau recyclée, explique Josef Kleindienst. Il s’agira d’un environnement dépourvu de voitures, alimenté par une énergie propre et qui proposera un transport fluvial durable aux visiteurs. 

Les panneaux solaires assureront une grande partie des besoins en électricité du complexe, tandis que son approvisionnement en eau sera entièrement recyclé et réutilisé pour les chasses d’eau et l’arrosage des plantes, précise le promoteur. 

1
L’attraction touristique Honeymoon Island. 

De plus, le projet «Heart of Europe» adoptera les politiques zéro rejet et zéro microplastique afin de protéger la vie marine autour des îles et du golfe Arabique. 

L’Institut sur les coraux, un centre de recherche et de développement interne, a été chargé de créer de nouveaux récifs coralliens, d’aider à l’expansion de l’écosystème marin et de rééquilibrer l’environnement sous-marin, dans le cadre du programme de responsabilité sociale du groupe Kleindienst. 

Dès l’année prochaine, l’institut prévoit également de régénérer et de développer les coraux de dix récifs et sites de plongée à travers le monde, selon le groupe Kleindienst.