En Libye, des migrants «humiliés» qui ne demandent qu'à partir

Des migrants africains organisent un sit-in en face du bureau local du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans le quartier Siraj à Tripoli, appelant à leur rapatriement, le 9 octobre 2021. (Photo, AFP)
Des migrants africains organisent un sit-in en face du bureau local du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans le quartier Siraj à Tripoli, appelant à leur rapatriement, le 9 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 09 octobre 2021

En Libye, des migrants «humiliés» qui ne demandent qu'à partir

  • Devant le bâtiment du HCR, des dizaines de migrants et réfugiés, parmi lesquels des enfants en bas âge, dorment à même le sol depuis plusieurs jours
  • «Ils nous ont agressés, humiliés, beaucoup d'entre nous ont été blessés», lâche Halima Mokhtar Bchara, une réfugiée soudanaise originaire du Darfour

TRIPOLI: "Nous sommes à bout": arrêtée dans un raid policier, placée en détention comme des milliers d'autres migrants et réfugiés en Libye, Halima s'est évadée vendredi d'un centre à Tripoli. "Humiliée", elle ne demande qu'à quitter ce pays après une semaine de calvaire.    

"Ils nous ont agressés, humiliés, beaucoup d'entre nous ont été blessés", lâche Halima Mokhtar Bchara, une réfugiée soudanaise originaire du Darfour, région qui a été ravagée par la guerre. 

"Nous sommes tous extrêmement fatigués. Mais nous n'avons nulle part où aller, on se fait chasser même des trottoirs", raconte la jeune femme de 27 ans d'une voix éplorée. 

Avec des centaines de personnes, elle observe samedi un sit-in en face du bureau local du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui a provisoirement suspendu ses activités cette semaine en raison d'une pression migratoire grandissante.

Devant le bâtiment du HCR, des dizaines de migrants et réfugiés, parmi lesquels des enfants en bas âge, dorment à même le sol depuis plusieurs jours, dans un dénuement total, dans l'espoir d'être pris en charge.

"Pour notre sécurité, nous demandons à être évacués", est-il écrit sur une banderole. "La Libye n'est pas un pays sûr pour les réfugiés", lit-on sur une autre. 

Évasion collective

Un grand nombre de migrants, venus du Niger, du Soudan ou d'Erythrée, ont fui leurs pays minés par les conflits, la pauvreté et la corruption pour tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée sur des embarcations pneumatiques de fortune depuis la Libye, plaque tournante de l'immigration clandestine sur le chemin de l'Europe. 

Ceux qui restent sont pris au piège d'un pays en proie au chaos depuis 2011, régulièrement épinglé par les ONG pour les mauvais traitements dont sont victimes migrants et réfugiés. 

Le week-end dernier, les autorités libyennes ont lancé un raid dans un faubourg miséreux de la capitale Tripoli, où vivent principalement des migrants et demandeurs d'asile, faisant un mort et au moins 15 blessés, selon l'ONU.

Selon plusieurs ONG, près de 5 000 candidats à l'exil ont été arrêtés et placés en détention au cours de cette opération menée officiellement au nom de la lutte contre le trafic de drogue.

"Nous étions 39 à vivre dans le même immeuble. Moi et mes trois enfants sommes les seuls du groupe à avoir échappé aux arrestations", se souvient Halima, un voile couvrant sa tête.

Après s'être "cachée trois jours", elle a finalement été interpellée avec ses enfants et placée dans un centre de détention. 

Vendredi, quelque 2 000 migrants et réfugiés se sont évadés de ce centre et six d'entre eux ont été tués par balles par des gardes libyens, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui a dénoncé des conditions de vie "terribles" dans ce lieu surpeuplé.

Le ministère libyen de l'Intérieur dément

Le ministère libyen de l'Intérieur a démenti samedi tout usage excessif de la force après l'évasion collective la veille d'environ 2 000 migrants d'un centre de détention à Tripoli, marquée selon l'Organisation internationale pour les migrations par la mort de six d'entre eux.

"L'opération de sécurité" consécutive à l'évasion du centre de détention Mabani a été "menée avec professionnalisme et sans recours excessif à la force", a indiqué le ministère dans un communiqué, affirmant "respecter les droits humains dans le traitement du dossier migratoire".

Le ministère souligne qu'une "bousculade" survenue pendant "l'évasion de centaines de détenus a entraîné la mort d'un migrant en situation irrégulière et blessé d'autres migrants ainsi que de nombreux policiers".

Un responsable de l'Intérieur avait fait état vendredi de quelque 2 000 personnes évadées, sans mentionner des tirs des forces de l'ordre.

Dans son communiqué, le ministère de l'Intérieur appelle les "organisations internationales concernées à l'aider dans les opérations de retour volontaire et de rapatriement, dans les plus brefs délais".

«Couleur de leur peau»

"Nous étions tellement à l'étroit qu'on ne pouvait pas dormir. Il n'y avait pas assez d'espace pour s'allonger", lâche Ismail Derrab, qui fait partie des évadés.

"Nous voulons juste quitter ce pays", murmure ce demandeur d'asile, poussé sur la route migratoire par la misère.

Waffagh Driss, un compagnon de route, abonde: "je demande à partir de la Libye car ce n'est pas un pays sûr". 

Il affirme que les autorités ont ciblé dans leur raid "anti-drogue" les migrants "selon la couleur de leur peau (...). La situation à Tripoli pour les personnes noires est terrible".

"Nous sommes exposés à tous les dangers. Notre vie est menacée", égrène encore ce Soudanais de 31 ans.

Vendredi, quelques heures avant l'évasion collective, le HCR a réitéré son appel aux autorités libyennes "pour qu'elles autorisent la reprise des vols humanitaires hors du pays, suspendus depuis près d'un an". 

Les départs clandestins vers l'Europe – les côtes italiennes sont distantes de 300 kilomètres – ont commencé sous l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, chassé du pouvoir en 2011, dans le sillage du Printemps arabe.

Les migrations ont explosé après le chaos post-révolte, qui a favorisé le développement du trafic d'êtres humains et la multiplication des traversées clandestines.


Afghanistan: l'UE rétablit «une présence minimale» à Kaboul

Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • «Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance» du régime au pouvoir, selon un diplomate européen
  • Un peu plus tôt le ministère afghan des AE avait évoqué la réouverture d'«une ambassade» de l'UE

BRUXELLES: L'Union européenne a annoncé jeudi rétablir "une présence minimale" de son personnel à Kaboul afin de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire en Afghanistan, pays ravagé par la guerre qui a été reconquis l'été dernier par les talibans.


"Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance" du régime au pouvoir, écrit dans un communiqué Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell. "Cela a été clairement signifié aux autorités" du régime taliban, ajoute-t-il.


Un peu plus tôt le ministère afghan des Affaires étrangères avait évoqué, par la voix d'un porte-parole s'exprimant sur Twitter, la réouverture d'"une ambassade" de l'UE, avec "une présence permanente à Kaboul" pour la première fois depuis cinq mois.


Un diplomate européen, joint par l'AFP dans la capitale afghane, avait nuancé en parlant d'une présence diplomatique ayant pris le nom de Délégation de l'Union européenne, installée depuis le début de la semaine.


Selon Peter Stano, "l'UE a commencé à rétablir une présence minimale du personnel international de sa Délégation".


L'objectif, précise-t-il, est de "faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire et surveiller la situation humanitaire".


Aucun pays n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans. La communauté internationale attend de voir comment ces fondamentalistes islamistes comptent gouverner l'Afghanistan, après avoir largement piétiné les droits humains lors de leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.


Si les talibans assurent s'être modernisés, les femmes restent largement exclues des emplois publics et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.


Plusieurs pays, dont le Pakistan, la Russie, la Chine, la Turquie, les Emirats arabes unis et l'Iran, ont gardé leurs ambassades ouvertes à Kaboul après la victoire des talibans mi-août, sans toutefois reconnaître leur gouvernement.


Les diplomaties occidentales avaient elles commencé à évacuer leurs personnels dès le premier semestre 2021, lorsque les troupes américaines ont entamé leurs opérations pour se retirer définitivement d'Afghanistan. Un retrait qui s'est terminé fin août par l'évacuation chaotique de 120 000 personnes après la conquête éclair du pays par les talibans.


Les présidents égyptien et sud-coréen discutent de questions d'intérêt commun

Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Short Url
  • Moon a exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans des projets de développement et d'infrastructure
  • Les dirigeants ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien

LE CAIRE: Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi et son homologue sud-coréen Moon Jae-in ont discuté jeudi de questions d'intérêt commun, une première du genre pour un président sud-coréen en Égypte depuis 16 ans.

El-Sissi a salué la profondeur des relations entre les deux pays, soulignant l'importance d’œuvrer à l’activation du partenariat global de coopération entre eux, à la mesure de leurs capacités.

Moon a exprimé sa joie de visiter l'Égypte pour la première fois, remerciant El-Sissi pour son accueil chaleureux et son hospitalité, et exprimant son désir de poursuivre la coordination et la consultation entre les deux pays dans divers domaines, ainsi que l'attente de développer et de renforcer les relations entre la Corée du Sud et l'Égypte, compte tenu de son rôle central dans la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient et en Afrique.

Il a également exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans les grands projets de développement et d'infrastructure et ailleurs en Égypte.

Les deux hommes ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien. I

ls ont également discuté de la localisation de l'industrie de la voiture électrique en Égypte et de la manière dont la Corée du Sud pourrait contribuer à l'initiative «Decent Life» (Vie digne), lancée par El-Sissi pour développer les villages et les gouvernorats les plus pauvres d'Égypte, en plus de la coopération dans la production d'énergie, à la lumière de la volonté des deux pays de diversifier et de sécuriser leurs sources d'énergie.

Moon et El-Sissi ont également discuté des moyens de renforcer la coopération militaire, notamment dans la fabrication conjointe et le transfert et la localisation de la technologie, compte tenu du rôle stratégique de l'Égypte dans la région et des capacités technologiques et industries militaires avancées de la Corée du Sud.

Lors d'une conférence de presse, El-Sissi a exprimé le désir de l'Égypte d'attirer les entreprises et les investissements coréens, le Caire étant prêt à fournir toutes les installations nécessaires pour créer un environnement prometteur, et à encourager une augmentation des investissements coréens dans les grands projets de développement et d'infrastructure, ainsi que dans l'énergie, les mines, les transports, les communications et les technologies de l'information.

El-Sissi a indiqué qu'il était d'accord avec Moon sur l'importance de renforcer la coopération conjointe pour soutenir la vision égyptienne de la quatrième révolution industrielle, que ce soit par la création d'une branche de l'Université coréenne des sciences et technologies avancées, ou par la coopération entre les ministères des Communications et des Technologies de l'information dans l'utilisation de l'intelligence artificielle.

Il a expliqué que ses entretiens avec le président sud-coréen ont permis de passer en revue les opportunités de partenariat entre les entreprises égyptiennes opérant en Afrique et les entreprises coréennes, et de promouvoir les investissements en Afrique, en soulignant les opportunités offertes par la zone de libre-échange continentale pour accroître les investissements et les flux commerciaux entre les pays africains et la communauté internationale.

La présidence égyptienne a déclaré dans un communiqué que les entretiens ont également permis d’examiner l'évolution d'un certain nombre de questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment la crise libyenne.

El-Sissi a souligné que la stabilité en Libye était une priorité et que l'Égypte poursuivra ses inlassables efforts avec les partis libyens pour organiser des élections nationales. Le président a également exprimé le soutien permanent de l'Égypte à tous les mécanismes qui garantissent la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne.

Moon a salué les efforts politiques égyptiens pour maintenir la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique, en particulier en ce qui concerne les mesures égyptiennes pour parvenir à un règlement politique des crises dans la région.

Il a mentionné les efforts inlassables, menés par El-Sissi, pour combattre le terrorisme et l'idéologie extrémiste, ainsi que pour diffuser les valeurs de coexistence et de tolérance dans la région, en renforçant les ponts de dialogue entre les pays africains et arabes avec le reste du monde.

Les deux présidents ont assisté à la cérémonie de signature d'un certain nombre de protocoles d'accord entre leurs pays en matière de partenariat commercial et économique, de coopération au développement et de chemins de fer.

La visite du président coréen en Égypte conclut sa tournée au Moyen-Orient, qui comprenait également les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Aoun réitère son soutien aux réformes alors que Hariri revient à Beyrouth

Le président libanais, Michel Aoun. (Photo, Reuters/Archives)
Le président libanais, Michel Aoun. (Photo, Reuters/Archives)
Short Url
  • Le président libanais confirme que les élections législatives se dérouleront à temps
  • Un client mécontent se rend après avoir «volé» 50 000 dollars à la banque lors d'une attaque armée

BEYROUTH: Le président libanais, Michel Aoun, a réitéré jeudi sa détermination à travailler en coopération avec le Parlement et le gouvernement alors que le pays se prépare à entamer ses négociations avec le Fonds monétaire international (FMI).

S'exprimant lors de la traditionnelle réunion annuelle avec les membres du corps diplomatique, le président a également confirmé que les élections législatives auraient lieu à temps.

Aoun a exprimé son soutien à l’audit juricomptable de la Banque centrale et d'autres départements, institutions et conseils. Il a également souligné son désir de réaliser des réformes et d'approuver un plan de redressement financier et économique dans les semaines à venir, en vue des discussions avec le FMI.

Ses propos sont intervenus alors que l'ancien Premier ministre, Saad Hariri, rentrait à Beyrouth des Émirats arabes unis après une longue absence. Il a été rapporté que Hariri prévoit de réorganiser le parti du Mouvement du Futur et de résoudre la question de sa participation aux prochaines élections.

Hariri a aussi visité le Premier ministre, Najib Mikati, le Grand Mufti, Cheikh Abdel Latif Derian, et la tombe de son défunt père, l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, à Beyrouth.

Pendant ce temps, l'ancien Premier ministre Tammam Salam a annoncé sa réticence à se représenter pour le siège parlementaire.

Il a affirmé qu'il voulait «faire place à un changement sérieux, en ouvrant la voie à du sang neuf, à une pensée jeune et pure, aspirant à des objectifs nationaux authentiques, respectant les demandes du peuple rebelle et recherchant le changement».

Le chef du Courant patriotique libre (CPL), le député Gebran Bassil, a confirmé que son parti «se présentera aux prochaines élections législatives dans toutes les régions».

Il a de plus commenté son alliance électorale avec le Hezbollah dans une interview à l'Agence de presse Anadolu.

«La querelle est évidente et majeure avec le parti lorsqu'il s'agit de questions internes, et si ces problèmes sont résolus, la question des alliances électorales sera déterminée sur leur base», a expliqué Bassil.

Mais il a montré pour la première fois son soutien à la position du Hezbollah sur le rôle de l'enquêteur judiciaire dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth en 2020.

Le travail du juge Tarek Bitar était «discrétionnaire», a-t-il estimé, en rejetant les allégations selon lesquelles l'affaire avait été «politisée».

Le Hezbollah a mené une campagne pour destituer Bitar, l'accusant de favoritisme après avoir poursuivi certains de ses alliés politiques.

Le Hezbollah et Amal ont déclaré ce mois-ci qu'ils mettraient fin au boycott des sessions du Conseil des ministres, permettant ainsi aux ministres de se réunir après une interruption de trois mois.

En préparation d'une session du Conseil des ministres lundi, le ministre des Finances, Youssef Khalil, devrait remettre vendredi le projet de budget 2022 au Premier ministre.

Entre-temps, la justice a ouvert une enquête après l’arrestation d’un Libanais jeudi pour avoir organisé un vol à main armée dans une banque de sa ville natale de Jeb Jenine, dans la Bekaa occidentale.

Abdallah al-Saii aurait retenu des employés sous la menace d'une arme et leur aurait jeté de l'essence tout en menaçant de brûler la banque s'il n'avait pas accès à ses économies qui avaient été gelées.

Une source sécuritaire a déclaré à Arab News qu'Al-Saii «avait vidé les tiroirs-caisses de la succursale de la Banque de Beyrouth et des pays arabes (BBAC), en forçant les employés à ouvrir le coffre-fort principal».

Il a réussi à retirer 50 000 dollars (1 dollar américain = 0,88 euro) et était sur le point de rentrer chez lui pour les remettre à sa femme lorsqu'il s'est rendu aux services de sécurité. Il s'est rendu en croyant qu'il serait libéré plus tard car «il avait retrouvé son droit et qu’il ne volait pas».

La justice libanaise a émis un mandat d'arrêt contre l'épouse d'Al-Saii, qui a déclaré qu'elle entamera une grève de la faim jusqu'à ce que son mari soit libéré.

La source sécuritaire a souligné: «Si Al-Saii n'est pas tenu responsable de ses actes, d'autres feront ce qu'il a fait, et à ce moment-là, le chaos et la loi de la jungle prévaudront.»

L'incident a entraîné une division entre ceux qui sympathisent avec Al-Saii et les activistes qui exigent des comptes sur les politiques bancaires qui ont conduit à l'effondrement de la livre libanaise.

Certaines personnes ont exprimé leur soutien à Al-Saii sur les réseaux sociaux, affirmant que «ce qui a été pris par la force ne peut être récupéré que par la force».

D'autres personnes ont qualifié ses actions d’«héroïques».

Une personne a écrit que «l'État a transformé ses citoyens en criminels et en terroristes avec son projet de saisir l'argent des déposants».

Toutefois, les autorités judiciaires, bancaires et sécuritaires ont condamné l'acte d'Al-Saii.

Le Conseil exécutif de la Fédération des syndicats d'employés de banques s'est interrogé: «Sommes-nous dans un État de droit ou dans une ferme dirigée par les puissants, les autoritaires et les hors-la-loi?»

L'incident aurait conduit à un massacre si la direction de la Banque de Beyrouth et des pays arabes (BBAC) n'avait pas répondu à la demande du déposant, a-t-il ajouté.

Les autorités ont imposé des restrictions sur les transactions bancaires en 2019 et elles ont fixé un plafond pour les retraits et les virements vers des comptes à l'étranger.

Au cours des deux dernières années, des déposants en colère ont organisé des dizaines de manifestations devant la Banque centrale et les prêteurs privés dans le but de récupérer leur argent. Les manifestations ont conduit au vandalisme des guichets automatiques et des banques. Une succursale fermée à Beyrouth a été incendiée et ses employés menacés. Mais Al-Saii est le premier à proférer une menace aussi directe.

Environ 3,8 milliards de dollars ont été retirés des banques entre octobre et novembre 2019 à la suite du mouvement de protestation, qui a balayé le pays. À la fin de cette année-là, les banques avaient gelé tous les retraits.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com