Alexandra Palt : «Chez L'Oréal, nous sommes une entreprise féministe»

Alexandra Palt lors de l'interview exclusive avec Arab News en français. (Fournie)
Alexandra Palt lors de l'interview exclusive avec Arab News en français. (Fournie)
Short Url
Publié le Mardi 26 octobre 2021

Alexandra Palt : «Chez L'Oréal, nous sommes une entreprise féministe»

  • «Personne ne veut être seul dans la lutte contre le changement climatique»
  • «Le changement climatique n'est pas un problème local, c'est un problème planétaire»

Dans une interview accordée à Arab News en français, Alexandra Palt nous présente la stratégie commerciale de L'Oréal et l'impact du développement durable et du changement climatique, le rôle des femmes dans les affaires et la manière dont les entreprises doivent impliquer et responsabiliser les consommateurs afin qu’ils prennent des décisions plus conscientes et durables.

L’importance du développement durable dans la stratégie commerciale globale de L’Oréal

Le développement durable fait partie de l'orientation stratégique de L'Oréal. En 2013, Jean-Paul Agon (PDG de L'Oréal), a annoncé deux transformations majeures du XXIe siècle, la transformation numérique et la transformation durable. Cette dernière a été intégrée, non pas comme une initiative ou un projet, mais plutôt comme une transformation du modèle d'affaires. Un engagement à relever les défis auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui.

L'Oréal a atteint sa première génération d'objectifs de développement durable en 2020. L'entreprise a dépassé son objectif initial de 60 % pour l'activité industrielle, soit enregistrer une réduction de 80 % des émissions de carbone et améliorer l'empreinte environnementale de 95 % de ses produits, contre 85 % en 2019.

D'ici à 2025, 100 % des sites du groupe (usines, centres de distribution, bureaux et centres de recherche) seront neutres en carbone et utiliseront 100 % d'énergies renouvelables.

D'ici à 2030, 95 % des ingrédients de L'Oréal proviendront de sources biosourcées et 100 % du plastique utilisé dans les emballages des produits de L'Oréal proviendra de plastique recyclé.

En mai 2020, le groupe a lancé son programme de développement durable de 150 millions d'euros, «L'Oréal for the Future», une transformation plus radicale vers un modèle économique de plus en plus durable, contribuant à résoudre certains des défis environnementaux et sociaux auxquels le monde est confronté aujourd'hui. Cent millions d’euros ont été alloués à des investissements d'impact, via le Fonds L'Oréal pour la régénération de la nature, pour financer des projets de restauration d'écosystèmes naturels marins et forestiers endommagés ainsi qu’à des projets liés à l'économie circulaire.

L'Oréal a également créé un fonds de dotation caritatif de 50 millions d'euros, pour aider les femmes vulnérables à s'insérer socialement et professionnellement, prévenir les violences et apporter une aide d'urgence.

Une transformation portée par le plus haut niveau de gouvernance. «Le conseil d'administration de L'Oréal s'est engagé en faveur du développement durable qui nous fait prospérer dans la bonne direction», déclare Alexandra Palt.

Une transformation du cœur du groupe et son impact sur la chaîne d’approvisionnement

À la suite de l'engagement de L’Oréal pour améliorer l'empreinte environnementale de 100 % de ses produits en 2013, chaque nouveau produit introduit sur le marché voit son empreinte environnementale évaluée, en tenant compte de la formule, de l'emballage, de la fabrication et de la chaîne d'approvisionnement. Chaque développeur et distributeur de produits utilise l'outil SPOT (outil d'optimisation de produit durable) dans cette évaluation, pour déterminer l’empreinte environnementale du produit.

Impliquer les employés dans le processus, créer une culture orientée vers l'amélioration de l'empreinte environnementale et l'inclure comme mesure de performance, permet un changement organique et un changement des mentalités. La transformation se produit depuis le cœur en intégrant la durabilité dans les opérations quotidiennes.

l'oreal
Alexandra Palt au Pavillon des femmes. (Fournie)

Le changement de mentalité s'applique également à la chaîne d'approvisionnement. Sur ce front, L'Oréal a réalisé des audits sociaux, réalisant plus de trois mille audits par an, depuis 2000, pour garantir que la chaîne d'approvisionnement soit éthique, responsable et durable.

«La durabilité consiste à changer la façon dont vous faites votre travail. Il ne s'agit pas simplement d'ajouter une étiquette indiquant que le produit est fabriqué de manière éthique ou respectueuse de l'environnement», précise Alexandra Palt. La durabilité conduit à davantage d'innovations dans les cosmétiques solides et les nouveaux matériaux d'emballage et de recharge.

La relation de L'Oréal avec ses fournisseurs commence par une lettre d'engagement éthique mutuel en ligne avec les valeurs, les principes éthiques et l'engagement du groupe envers la société et l'environnement. Des partenariats avec des fournisseurs existent également pour les accompagner dans la construction d'une stratégie de développement durable et pour réduire leurs émissions de carbone. À travers son programme d'approvisionnement solidaire, L'Oréal travaille également avec des organisations, employant des personnes issues de communautés défavorisées ou de communautés équitables. Les différents processus sont analysés par des commissaires aux comptes indépendants.

Women in business, Expo 2020 et le rôle des femmes dans la région

«Chez L'Oréal, nous sommes une entreprise féministe», déclare Alexandra Palt qui souligne que plus de 50 % des membres du conseil d'administration de L'Oréal sont des femmes, plus de la moitié de ses marques sont dirigées par des femmes et près de 60 % des postes de direction sont occupés par des femmes. «Vous pouvez demander aux femmes de découvrir votre œuvre, ou vous pouvez dire “nous construisons ensemble”. Chez L'Oréal, c'est le modèle “nous construisons ensemble” qui prévaut», précise Alexandra Palt.

L'engagement est de responsabiliser les femmes dans tous les domaines: dans la science à travers la fondation L'Oréal, et dans le climat à travers la marque L'Oréal et les formations Stand Up, la dernière en date à l'Expo 2020 Dubaï, et Burj Khalifa pour contribuer à la sensibilisation et à la lutte contre le harcèlement de rue, car les femmes seront touchées de manière disproportionnée par le changement climatique.

l'oreal
Une projection de Stand Up sur la Burj Khalifa. (Fournie)

Lors de son séjour à Dubaï pour l'Expo 2020, Alexandra Palt a rencontré «des femmes incroyables, puissantes, fortes, résilientes. J'ai été impressionnée par mes collègues, les équipes, les femmes que j'ai rencontrées dans les conférences. Il est important d'écouter les femmes et de comprendre leur situation pour mieux répondre à leurs besoins, au lieu de définir leurs besoins.»

Sensibilisation des consommateurs à la durabilité, à l'évolution des modes de consommation et aux coûts et avantages associés

Les consommateurs aspirent à la durabilité et à des produits durables, mais les options disponibles sur le marché peuvent être séduisantes. «Nous avons une responsabilité mutuelle. Les consommateurs nous poussent à leur apporter des produits plus durables mais ils doivent aussi changer leurs comportements», déclare Alexandra Palt. «Ils doivent commencer à recharger, vérifier l’empreinte environnementale du produit, le recyclage, et être économe en énergie.»

Alexandra Palt au World Green Economy Summit. (Fournie)
Alexandra Palt au World Green Economy Summit. (Fournie)

«Les gens devraient comprendre qu'il n'y a pas d'autre option. Soit on fait cela, et on arrive à une économie décarbonée, soit la pandémie de Covid-19 était une petite crise par rapport à ce qui va suivre. La question n’est pas de savoir combien cela coûtera, mais combien cela coûtera si nous ne le faisons pas.» L'objectif est d'atteindre un espace d'exploitation plus sûr pour l'humanité qui serait autrement confrontée à des troubles sociaux et à une disparité accrue pour les personnes déjà défavorisées.

La dynamique de l'industrie

Il y a une tendance croissante de l'économie privée vers la durabilité, en particulier en Europe et aux États-Unis. «Personne ne veut être seul dans la lutte contre le changement climatique», souligne Alexandra Palt.

L'Oréal ambitionne de concentrer toute son activité dans les limites de la planète d'ici à 2030. Le rendez-vous de Glasgow (COP26) est la prochaine opportunité d’agir, pas seulement de prendre les mêmes engagements. «Le changement climatique n'est pas un problème local, c'est un problème planétaire. Nous devons prendre les décisions nécessaires maintenant, individuellement et collectivement.»


France: en 2021, la vie de château pour l'immobilier de luxe

Cette photo prise le 27 octobre 2021 montre les toits de Paris. (AFP)
Cette photo prise le 27 octobre 2021 montre les toits de Paris. (AFP)
Short Url
  • Barnes comme Sotheby's observent que les acheteurs privilégient les biens sans défaut majeur
  • Pour la seule région parisienne, par rapport à 2019, la meilleure année jusque-là, le nombre des ventes a bondi de 39% pour Daniel Féau

PARIS: Plus vert, plus français... et plus prisé que jamais : l'immobilier de luxe en France a battu des records en 2021, avec un nombre de transactions inédit pour les principales agences du secteur.


"C'est vraiment l'année qui a battu tous les records", se félicite auprès de l'AFP Alexander Kraft, PDG de l'agence Sotheby's International Realty France.


Comme ses concurrents dans l'immobilier "de prestige" Barnes et Daniel Féau, l'agence a largement battu son record de transactions en France l'an dernier : +42% en un an.


Pour la seule région parisienne, par rapport à 2019, la meilleure année jusque-là, le nombre des ventes a bondi de 39% pour Daniel Féau. Barnes, de son côté, a fait 30% de transactions en plus qu'avant la pandémie.


Des chiffres portés par l'envie de vert et d'espace : chez Daniel Féau, le nombre des ventes de maisons et d'hôtels particuliers avec jardin a presque triplé en deux ans.


D'où l'engouement pour les biens situés loin de Paris, tandis que les prix stagnent dans la capitale.


Barnes observe que les ventes et les prix ont "explosé" sur la côte atlantique, la côte basque ou à Deauville, avec des propriétés parties pour 3, 5 ou même 10 millions d'euros.


Au point de déceler un phénomène de "résidences semi-principales" : avec l'essor du télétravail, des propriétaires achètent un bien en région en conservant un pied-à-terre en région parisienne.


"C'est une tendance qu'on a vu apparaître après le premier confinement, et elle se voit au niveau mondial : on a des New-Yorkais qui vont s'installer en Floride ou dans les Hamptons (littoral à l'est de New York, NDLR), des Parisiens qui vont s'installer sur la côte basque...", observe Thibault de Saint-Vincent.


Barnes comme Sotheby's observent que les acheteurs privilégient les biens sans défaut majeur.


"Les acheteurs sont devenus plus gourmands. Ils n'ont pas nécessairement envie de faire des gros travaux, de restaurer, de rénover... ils veulent acheter des biens qui sont déjà en bon état, qui ont déjà des atouts comme des piscines, des grandes cuisines bien équipées, des chambres avec des salles de bain en suite... et ils sont prêts à payer un prix pour ça", relève Alexander Kraft.


En France, ce sont encore les Français qui portent le marché, assure-t-il. Les étrangers "sont prêts à acheter, mais évidemment il n'y a pas beaucoup de gens prêts à acheter sans avoir visité le bien", explique-t-il, estimant entre 90 et 95% la part de Français parmi ses clients l'an dernier, contre environ 50% en temps normal.


Omicron pèse sur la croissance américaine, mais ne la fera pas dérailler, assure Janet Yellen

La secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, prend la parole lors de la 90e réunion d'hiver de la Conférence des maires des États-Unis le 19 janvier 2022 à Washington, DC. (AFP)
La secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, prend la parole lors de la 90e réunion d'hiver de la Conférence des maires des États-Unis le 19 janvier 2022 à Washington, DC. (AFP)
Short Url
  • La croissance économique devrait ralentir au 1er trimestre 2022, anticipent les économistes
  • Yellen a assuré que l'American Rescue Plan (ARP) «a agi comme un vaccin pour l'économie américaine, protégeant notre reprise de la possibilité de nouveaux variants»

WASHINGTON: Le variant Omicron pèse sur la croissance économique américaine des mois à venir, mais ne la fera pas dérailler, a assuré mercredi la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, devant les maires du pays réunis dans la capitale fédérale Washington.


Omicron "aura probablement des conséquences sur certaines des données dans les mois à venir, mais je suis convaincue qu'il ne fera pas dérailler ce qui a été l'une des périodes de croissance économique les plus fortes depuis un siècle", a dit Janet Yellen mercredi, lors de son discours devant la Conférence des maires des Etats-Unis, où elle a reçu de chaleureux applaudissements.


"Rien de tout cela n'était garanti. Je pense qu'il est important que nous le reconnaissions", a souligné la ministre de l'Economie de Joe Biden.


Selon elle en effet, il y a "une idée fausse selon laquelle Omicron a fait dérailler notre reprise; un scénario dans lequel le nouveau variant a ramené notre économie vers l'état dans lequel elle était le jour de l'investiture" du président Joe Biden, en janvier 2021.


Le variant Omicron de la Covid-19, qui a fait bondir les cas de contaminations, a multiplié le nombre de personnes placées en quarantaine car infectées ou cas contacts, et qui se sont donc trouvées dans l'impossibilité de venir travailler. Les compagnies aériennes, par exemple, ont annulé des milliers de vols depuis Noël, faute de main d'oeuvre suffisante.


Par conséquent, la croissance économique devrait ralentir au 1er trimestre 2022, anticipent les économistes.


Mais Mme Yellen a assuré que l'American Rescue Plan (ARP), le plan de sauvetage adopté en mars 2021 sous l'impulsion d'un Joe Biden alors tout juste arrivé à la Maison Blanche, "a agi comme un vaccin pour l'économie américaine, protégeant notre reprise de la possibilité de nouveaux variants".


"La protection n'était pas complète, mais elle était très forte - et elle a empêché les communautés de subir les effets économiques les plus graves d'Omicron et de Delta", a-t-elle souligné, rappelant que 350 milliards de dollars avaient alors été alloués aux collectivités locales.


En effet, a-t-elle poursuivi, "la première année de la pandémie a décimé les budgets des collectivités, obligeant les États et communautés à licencier ou à mettre en congé 1,3 million de travailleurs. Il s'agissait des employés que nous appelions à juste titre +essentiels+ - enseignants, secours, responsables de la santé publique".


Mais, selon elle, grâce à cet argent, "quand Omicron a commencé à se répandre dans nos villes, il ne les a pas trouvées abîmées et cassées", mais "en bien meilleure position pour faire face".


Les droits de douane sur la Chine restent en place

Des conteneurs d'expédition sont vus empilés les uns sur les autres dans un terminal de fret à Hong Kong le 18 juillet 2020. (AFP)
Des conteneurs d'expédition sont vus empilés les uns sur les autres dans un terminal de fret à Hong Kong le 18 juillet 2020. (AFP)
Short Url
  • Biden a souligné l'incertitude sur le moment où son administration pourrait commencer à lever les droits de douane
  • «J'aimerais pouvoir vous dire qu'ils (les Chinois) respectent leurs engagements et être en mesure de lever une partie (des droits de douane). Mais nous n'en sommes pas encore là»

WASHINGTON: Les Etats-Unis n'ont pas l'intention pour le moment de suspendre les droits de douane punitifs sur des centaines de milliards de dollars de produits chinois, Pékin ne respectant pas ses engagements pris dans le cadre de l'accord commercial, a affirmé mercredi Joe Biden.


Interrogé sur le fait que des entreprises appelaient à suspendre ces tarifs douaniers imposés sous l'ère Trump, le président américain a indiqué que la représentante américaine au Commerce Katherine Tai travaillait sur le dossier.


Il a en outre souligné l'incertitude sur le moment où son administration pourrait commencer à lever les droits de douane. "La réponse est incertaine. C'est incertain", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse depuis la Maison Blanche.


"J'aimerais pouvoir vous dire qu'ils (les Chinois) respectent leurs engagements, qu'ils vont au-delà de leurs engagements, et être en mesure de lever une partie (des droits de douane). Mais nous n'en sommes pas encore là", a-t-il ajouté.


Le 4 octobre, Katherine Tai avait indiqué que Washington allait entamer des "discussions franches" avec Pékin sans l'intention "d'enflammer les tensions commerciales".


Elle avait aussi annoncé le maintien des droits de douane punitifs imposés par l'administration précédente sur 370 milliards de dollars de produits chinois annuels, le temps des discussions. En parallèle, elle avait lancé une procédure d'exemptions pour aider non pas les entreprises chinoises, mais les petites et moyennes entreprises américaines affectées durement par ces surtaxes.


Puis quelques jours plus tard, elle s'était entretenue avec le vice-Premier ministre chinois Liu He pour évoquer les pratiques commerciales chinoises que Washington juge déloyales, avec l'objectif d'instaurer "une relation commerciale gérée de manière responsable".


Depuis, l'administration est restée vague sur les avancées dans ses discussions avec la Chine.