Fragmenté et embouteillé, le marché du streaming vidéo reste mouvant

Le logo Netflix affiché au siège social de la compagnie à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Le logo Netflix affiché au siège social de la compagnie à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 12 octobre 2021

Fragmenté et embouteillé, le marché du streaming vidéo reste mouvant

  • Sur le marché nord-américain, où des signes de saturation apparaissent, les consommateurs ont tendance à passer de plateforme en plateforme en fonction de leurs envies
  • Pour autant Netflix demeure «en très bonne position, même aujourd'hui, parce que c'est le seul service que beaucoup de gens pensent devoir avoir»

CANNES : Chaînes de télé, studios hollywoodiens, équipementiers, plateformes spécialisées: tout le monde veut sa part dans le streaming vidéo, toujours plus encombré, avec en ligne de mire Netflix, encore référence numéro un pour des consommateurs confrontés à une offre pléthorique.

A chaque saison, sa nouvelle offre de streaming: dernière en date, le lancement de HBO Max, filiale de WarnerMedia, en Europe dès fin octobre qui sera présente dans 27 pays du Vieux continent d'ici fin 2022. A horizon 2026, l'offre de streaming de HBO sera disponible "dans 190 territoires", a annoncé le géant américain la semaine dernière.

WarnerMedia, qui compte dans son giron HBO et CNN, espère bien bousculer le champion du secteur sur son terrain, fort de sa prochaine union en 2022 avec Discovery, maison-mère de Discovery Channel, HGTV, Food Network et Eurosport. En janvier, Discovery lançait aussi sa propre offre de streaming Discovery+ à travers le monde.

"Les cartes ne sont pas encore distribuées, le jeu continue d’être très évolutif", constate auprès de l'AFP Philippe Bailly, président de NPA Conseil, cabinet spécialiste des médias.

"Des offres continuent d'apparaître" tant dans les services de vidéo en ligne payants que dans le streaming gratuit financé par la publicité (AVOD) où des industriels comme Samsung ou LG ont aussi développé leurs propres projets, précise-t-il.

Roi Netflix, reine Disney

"En tant que pionnier, nous voyons beaucoup de nouveaux services qui copient notre modèle", a assuré lors du Mipcom, grand marché mondial de l'industrie audiovisuelle, Olivier Jollet, directeur général de Pluto TV international, plateforme née en 2014. 

Cette filiale de ViacomCBS, qui revendique 52 millions d'utilisateurs actifs dans 25 pays, propose des dizaines de chaînes thématiques avec une programmation pré-définie disponibles via internet. 

Pour son dirigeant, cette concurrence accrue témoigne d'un "avenir radieux" pour ce type de format "dans le monde du streaming".

Coté streaming payant, le marché est dominé par "le roi Netflix, la reine Disney et le prince Amazon", mais à l'échelle mondiale, il existe 130 plateformes représentant des acteurs locaux, régionaux et internationaux, a détaillé Frédéric Vaulpré, directeur de Glance, département médias internationaux de Médiamétrie, lors d'une conférence du Mipcom à Cannes.

Pour autant Netflix demeure "en très bonne position, même aujourd'hui, parce que c'est le seul service que beaucoup de gens pensent devoir avoir", décrypte auprès de l'AFP Julia Alexander, analyste stratégique senior chez Parrot Analytics.

Néanmoins, le géant californien "doit s'inquiéter que des sociétés comme ViacomCBS et NBCUniversal, qui aux États-Unis ont des services de streaming, (respectivement) Paramount+ et Peacock, vont associer une grande partie de leurs actifs en Europe". 

Fatigue du consommateur

"Ils vont trouver des moyens de codistribution en tant que grande plateforme, car leur catalogue de contenus est tellement demandé qu'ils ont plus de chances de s'attaquer à des géants comme Netflix s'ils choisissent cette voie", anticipe-t-elle.

Mais parallèlement les nouveaux entrants risquent d'"avoir du mal à trouver du nouveau contenu qui va attirer du monde". Ils peuvent se heurter à "une règle simple des services de streaming: les nouveaux films et émissions de télévision très attendus ont tendance à être des facteurs d'acquisition" de nouveaux abonnés.

Sur le marché nord-américain, Etats-Unis et Canada compris, où des signes de saturation apparaissent, les consommateurs ont tendance à passer de plateforme en plateforme en fonction de leurs envies, profitant de procédures de résiliation et d'abonnement flexibles, explique l'analyste. 

"La qualité du référencement et la facilité à trouver des contenus" seront parmi les prochains enjeux, d'après Philippe Bailly. Car la fatigue du client, perdu au milieu d'offres chaque fois plus foisonnantes, guette. Les nouvelles offres ne peuvent pas s'empiler mois après mois, estime-t-il.

Quand on est abonné à plusieurs plateformes, comment trouver simplement un programme que l'on veut voir ? Cette solution "n'existe pas aujourd'hui", constate M. Bailly. "Si on veut éviter de trop lasser le consommateur, il faudra revenir à quelque chose de plus simple".


Erdogan remplace son ministre des Finances

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'économie turque fait face à la dégringolade de la monnaie et à une inflation galopante
  • La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a nommé mercredi soir un nouveau ministre des Finances sur fond de turbulences traversées par l'économie turque depuis quelques semaines avec la dégringolade de la monnaie et une inflation galopante.

Dans un décret présidentiel paru mercredi à minuit, le chef de l'Etat a remplacé son ministre de Finances, Lutfi Elvan, par Nureddin Nebati, l'adjoint de M. Elvan.

D'après le décret présidentiel, M. Erdogan a accepté la démission de M. Elvan et a nommé M. Nebati à sa place.

En poste depuis novembre 2020, M. Elvan avait pris ses fonctions après la démission du gendre du chef de l'Etat turc, Berat Albayrak, du ministère.

Sa nomination avait été saluée par l'organisation patronale turque et des analystes.

Mais son mandat a été marqué par des crises.

Mercredi dans la matinée, la Banque centrale turque est intervenue pour stopper la chute de la livre turque qui a perdu quelque 30% de sa valeur face au dollar en un mois.

Conformément au souhait du président, cette institution – officiellement indépendante – a abaissé son taux directeur en novembre (de 16 à 15%) pour la troisième fois en moins de deux mois, à un moment où l'inflation frôle les 20% sur un an, un taux quatre fois supérieur à l'objectif initial du gouvernement.

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux.

Depuis 2019, M. Erdogan a limogé trois gouverneurs de la banque centrale qui s'opposaient à son souhait d'abaisser les taux d'intérêt.

La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année.

 


La menace d'une paralysie de l'Etat fédéral américain se rapproche

Fin septembre déjà, les élus du Congrès avaient signé une loi de refinancement du budget qui arrive à terme à la fin de cette semaine. (Photo, AFP)
Fin septembre déjà, les élus du Congrès avaient signé une loi de refinancement du budget qui arrive à terme à la fin de cette semaine. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les parlementaires américains ont d'ici vendredi soir pour s'entendre sur une nouvelle loi de finances s'ils veulent éviter un «shutdown»
  • Une poignée d'élus républicains, la plupart très proches de Donald Trump, refusent pour l'instant de soutenir le budget présenté

La menace d'un assèchement des finances de l'Etat fédéral américain à la fin de la semaine grandissait aux Etats-Unis mercredi, les élus du Congrès n'ayant pas pour l'instant réussi à s'accorder sur un budget qui éviterait cette situation très impopulaire.

Les parlementaires américains ont d'ici vendredi soir pour s'entendre sur une nouvelle loi de finances s'ils veulent éviter la paralysie soudaine des services fédéraux, surnommée "shutdown", qui forcerait des centaines de milliers d'employés au chômage technique.

Ministères mais aussi parcs nationaux, certains musées et une multitude d'organismes seraient touchés. Le "shutdown" de l'hiver 2018, le plus long en date, avait notamment affecté le contrôle des bagages dans les aéroports.

Malgré les fortes divisions partisanes, la plupart des élus des deux camps ne veulent pas de cette situation qui risque de semer la pagaille avant les fêtes.

Mais une poignée d'élus républicains, la plupart très proches de Donald Trump, refusent pour l'instant de soutenir ce budget, arguant qu'il contribuerait à financer la mise en place des obligations vaccinales dans le pays, auxquelles ils s'opposent.

Dans un communiqué, ils ont exhorté mercredi leurs collègues au Sénat à utiliser "tous les outils à leur disposition" pour empêcher le passage de cette loi temporaire, et faire ainsi pression sur l'administration Biden.

Les démocrates, qui ont impérativement besoin du soutien des républicains pour approuver une nouvelle loi de finances d'ici vendredi, étaient nombreux à faire part de leur exaspération.

"Il serait irresponsable de paralyser notre gouvernement au moment où nous entrons dans l'hiver et nous nous préparons aux effets du variant Omicron - le tout au nom de la lutte contre une obligation vaccinale destinée à augmenter les taux de vaccination et sauver des vies", a fustigé le sénateur de Virginie Mark Warner.

Il est certes très courant que des accords de dernière minute soient trouvés sur des budgets temporaires. Mais la situation était assez incertaine pour que plusieurs économistes commencent à chiffrer le prix de ce blocage.

Une semaine de "shutdown" coûterait 6 milliards de dollars à l'économie américaine, selon une note de l'institut Oxford Economics.


Qatar Air opte pour le Boeing cargo après un différend sur la peinture avec Airbus

(Shutterstock)
(Shutterstock)
Short Url
  • Après un désaccord sur une question de peinture, Qatar Airways a passé une commande à Boeing pour près de 50 avions cargo
  • Qatar Airlines est classée comme le plus grand transporteur de fret parmi les compagnies aériennes de passagers

RIYAD: Qatar Airways a passé une commande à Boeing pour près de 50 avions cargo dans un contexte de différend avec Airbus, a rapporté Bloomberg. 
Le PDG de Qatar Airways, Akbar al-Baker, s’est dit préoccupé par des défauts de peinture et de finition de surface des avions cargo A350 d'Airbus, à la suite d’une proposition d'utiliser une feuille de cuivre comme paratonnerre sur le fuselage. Ce qui pourrait obliger la compagnie à demander de nouvelles approbations réglementaires. 
«Lorsque nous changeons même les accoudoirs de nos sièges, ils doivent être certifiés à nouveau», a rapporté Bloomberg citant Al-Baker. 
Les problèmes de finition de surface des avions cargo A350 d'Airbus surviennent alors que la compagnie aérospatiale cherche à réunir des acquéreurs pour la version cargo. 
Plus tôt cette semaine, le porte-parole d'Airbus avait déclaré que la société travaillait sur la question de la peinture avec l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne. 
Qatar Airlines est classée comme le plus grand transporteur de fret parmi les compagnies aériennes de passagers. 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com