Loin des calculs politiques

Le nouveau gouvernement tunisien. (Photo, AFP)
Le nouveau gouvernement tunisien. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

Loin des calculs politiques

  • Le pouvoir n’étant plus dans les calculs politiques, la nouvelle équipe gouvernementale est accueillie favorablement par une grande partie de l’opinion publique
  • Loin des calculs politiques, il est temps de dépoussiérer les dossiers vitaux jusque-là enterrés et rompre avec un système qui n’a plus aujourd’hui aucune raison d’être

Par souci de justesse, la plupart des observateurs accordent une certaine particularité, voire une originalité, à la composition du nouveau gouvernement annoncé par Najla Bouden. Beaucoup plus de femmes que d’habitude, des universitaires, autour desquels il n’y a point de soupçons de corruption et, cerise sur le gâteau, rupture totale avec tout ce qui avait constitué pendant plus de dix ans une atteinte et un préjudice à l’intelligence tunisienne.

Le quota partisan dans la formation des différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 était une fausse note sur laquelle reposaient des choix et des option, le moins que l’on puisse dire, inadéquats et inappropriés. Une longue période durant laquelle on était loin de prendre en considération l’intérêt du pays, encore moins les exigences du moment et du contexte.

On a fait comme si les compétences et les mérites étaient tout simplement liés aux intérêts particuliers de partis politiques, défendus à contre-courant par les dirigeants de l’époque. Dans tout ce qu’ils entreprenaient, ils n’étaient au fait rien que des lobbyistes des intérêts privés, des intérêts de clans et des intérêts de partis.

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La Syrie est en ébullition, devons-nous regarder ailleurs ?

Des affiches à l'effigie de Bachar el Assad peu avant les élections présidentielles syriennes, le 25 mai 2021 à Damas. (Photo, AFP)
Des affiches à l'effigie de Bachar el Assad peu avant les élections présidentielles syriennes, le 25 mai 2021 à Damas. (Photo, AFP)
Short Url
  • «La Syrie traverse une crise économique profonde, avec près de 90 pour cent de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté»
  • «Des choix difficiles et des compromis douloureux sont nécessaires de toutes parts, afin d'éviter de nouvelles hostilités armées et de nouvelles tragédies»

Assad est-il en passe de devenir un membre respectable de la communauté internationale ? Assad a gagné du terrain en termes de retour dans la communauté internationale. Nombreux sont ceux qui envisagent que la Syrie puisse conserver son siège à la Ligue arabe d'ici la fin de l'année.

Les Émirats arabes unis et la Jordanie ont été à l'avant-garde de la construction de ponts avec Assad. L'Egypte s'y est également jointe.

Du côté occidental, l'UE est silencieuse. Les États-Unis ont déclaré qu'ils ne normaliseraient pas avec Assad et n'encouragent pas les autres à le faire

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Attentes et questionnements

Najla Bouden et le président Kaiss Saied à Tunis lors de la nomination de l'ancienne professeure d'université au poste de Premier ministre. (Photo, PRESIDENCE TUNISIENNE / AFP)
Najla Bouden et le président Kaiss Saied à Tunis lors de la nomination de l'ancienne professeure d'université au poste de Premier ministre. (Photo, PRESIDENCE TUNISIENNE / AFP)
Short Url
  • «La centrale syndicale ouvrière dispose-t-elle d’une approche nouvelle adaptée aux exigences qui devraient accompagner la mise en exécution du plan de redressement économique et social que le gouvernement Najla Bouden va proposer en détail ?»
  • «Et ce ne sont pas uniquement les adhérents à l’Ugtt qui ont le droit d’exiger de la direction de leur organisation de donner une forme concrète aux rapports à entretenir avec le palais de La Kasbah»

Maintenant que les dés sont jetés, que le gouvernement Najla Bouden a commencé à révéler l’empreinte qu’il va imprimer à son action, empreinte que l’on peut déceler à travers le communiqué publié, jeudi 14 octobre, sanctionnant la première réunion du Conseil des ministres, que plusieurs composantes du paysage politique et civil national ne polémiquent plus sur la nature du processus du 25 juillet 2021, mais plutôt sur les orientations futures de l’équipe ministérielle Bouden et que les pays amis et partenaires de la Tunisie ont salué la constitution du gouvernement et s’attendent à ce qu’il fasse sortir le pays de sa crise dans les plus brefs délais, on se pose la question dans les milieux qui suivent l’évolution de la situation en Tunisie : comment l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt) conçoit-elle sa contribution spécifique, du fait de sa position de force de proposition et d’équilibre au regard de son statut historique reconnu à sa juste valeur par toutes les forces politiques nationales, à l’aboutissement du processus de rectification ou de réforme entamé le 25 juillet et renforcé le 22 septembre dernier, à travers le décret présidentiel 117.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


André Azoulay : «La société marocaine a mis la richesse de toutes ses diversités au cœur de sa modernité»

(Photo, Le Matin)
(Photo, Le Matin)
Short Url
  • Pour M. Azoulay, «le vivre ensemble ne peut être une rhétorique»
  • «Je suis impressionné, surtout dans les générations montantes, par cette quête, cette volonté de s’approprier cette diversité»

La société marocaine incarne l’exemple le plus achevé d’un pays qui a mis la richesse de toutes ses diversités au cœur de sa modernité. Intervenant à l’occasion de la Conférence sur la «tolérance mutuelle», organisée au siège de la Bibliothèque nationale par l’Association marocaine de la Légion d’honneur, André Azoulay, Conseiller de S.M. le Roi, a exprimé sa fierté de voir que la diversité au Maroc soit aujourd’hui non seulement une réalité, mais qu’elle fasse consensus.

«Aujourd’hui, nous sommes un pays qui exprime une réalité nationale, une réalité sociale, une réalité culturelle qui est celle de la capacité de faire de la diversité un paramètre, une dimension ordinaire de notre quotidien et de nos rapports sociaux».

Les propos sont d’André Azoulay, Conseiller de S.M. le Roi, qui intervenait jeudi à Rabat, à l’occasion de l’ouverture d’une conférence sur «la tolérance mutuelle» organisée par l’Association marocaine de la Légion d’honneur (AMLH).

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.